Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  •  L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 22:01

Tots som « Republicanos »


Nous sommes le 16 février 2014. Hier soir, le Front national tenait un meeting en vue des prochaines municipales. Marine Le Pen venait y soutenir la candidature de Louis Aliot. Plus que jamais, le FN fait de ce rendez-vous un objectif majeur et rêverait que Perpignan soit sa plus grande prise de guerre.


Nous sommes le 16 février 1936, en Espagne, le Frente popular remporte les élections générales et prend ainsi le pouvoir. Le Frente popular, la gauche républicaine. Par cette victoire acquise dans les urnes, le peuple espagnol lance au monde un


cri qui mêle révolte et espoir. Révolte face à la misère qui touche le pays et au fascisme qui grandit dans toute l’Europe. Espoir d’une Espagne qui renonce définitivement à l’injustice sociale et rend la parole au peuple.


Assassinés, exécutés, bombardés, emprisonnés, forcés à l’exil, les Republicanos ont payé cher le prix de leurs espoirs, ceux d’un pays qui donnerait à tous le droit de vivre dignement. Ici, en Catalogne du nord, à Perpignan, nous sommes nombreux à descendre de ces familles qui n’avaient pour seule revendication que celle de vivre mieux, tous ensemble. Et quand bien même nous n’aurions pas une grand-mère ou un grand-père venu ici pour fuir le franquisme, nous sommes les héritiers des valeurs de justice et d’humanisme qui les ont portés.


78 ans après, l’Histoire bégaye. A Perpignan, une personne sur trois vit sous le seuil de pauvreté. Le chômage et la précarité nous frappent. Nos quartiers sont touchés par la misère et l’insalubrité. Partout en Europe, la situation sociale empire. Les gouvernements reviennent sur les acquis sociaux pour lesquels tant de femmes et d’hommes se sont battus, souvent en versant leur propre sang, comme en Espagne. Partout en Europe, les politiques nous tournent le dos. Partout en Europe, l’extrême droite ressurgit.


N’oublions jamais ce 16 février 1936 et la victoire du Frente popular. Victoire acquise sur la coalition de partis de droite et d’extrême droite, réunie sous le nom de Frente nacional (Front national). Fin mars, comme les Republicanos de 1936, nous irons voter pour décider de l’avenir que nous voulons pour Perpignan, pour nous. Il faudra nous souvenir que le Frente nacional ne regroupait pas que des fascistes, mais en fait ceux qui refusaient tout progrès social. Aujourd’hui, ils s’appellent eux-mêmes « libéraux », prônent l’austérité, confondent volontairement coupables et victimes. Dans leur jargon, les pauvres sont devenus des assistés, la solidarité est devenue déficits publics, l’égalité et la fraternité sont devenues rejet de l’autre et repli sur soi… A Perpignan, nous aurons donc le choix entre des libéraux d’extrême droite, des libéraux de droite, des libéraux de droite du centre, des libéraux « verts », des socialistes devenus ouvertement libéraux, ou cette gauche républicaine héritière du Frente popular, celle que nous incarnons, celle qui continue à crier ces mots : « no pasaran » !

Tots som « Republicanos » par Axel Belliard

Partager cet article

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque !
commenter cet article

commentaires