Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  •  L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 11:09
Perpignan/ école des beaux-arts: Clotilde Ripoull fait rien que d'énerver Jean-Marc Pujol! par Nicolas Caudeville

Il y a peu, l'opposante à la municipalité pujoliste Clotilde Ripoull prenait sa plume pour écrire à Ségolène Neuville la secrétaire d'état au handicap et à l'exclusion pour s'alarmer de la volonté municipale de fermer l'école d'art qui allait bientôt avoir 200 ans. Hier, sur son blog "officiel" Jean-Marc Pujol s’émouvait du fait, par un billet (un des rares billets qui sur son blog, traite de Perpignan) intitulé "Mme Ripoull, cessez d’enfumer les Perpignanais !" Dans cet article, où on le sent très énervé contre son opposante, il lui dénie le droit d'écrire à qui que ce soit pour dénoncer certaines actions municipales. Au nom de quelle légitimité, se demande-t-il, se permet-elle de critiquer?

"Mme Ripoull dénigre Perpignan et ses habitants, à travers des attaques visant son équipe municipale et sa gestion" Non, monsieur Pujol, c'est vous et votre équipe municipale qu'elle dénigre. Ne vous servez pas des perpignanais comme bouclier humain contre des critiques justifier.

Il enchaîne ensuite par "Depuis le temps, puisque à ses yeux Perpignan serait devenue invivable, on peut s’étonner qu’elle n’ait pas envisagé d’en partir… "

Là, je répondrai, que ce serait trop simple d'abandonner cette ville moribonde à son triste sort. Quoi qu'ait fait la ville de Perpignan, les peines allant avec ses maires successifs, sont trop lourdes et depuis trop longtemps. Et qu'avec seulement près de votes 17 000 pour Jean-Marc Pujol au second tours (et encore face au front national, c'est loin d'un Chirac post 21 avril: c'est le problème de l’indistinction.), on ne peut pas dire que la légitimité soi bruyante.

"Mme Ripoull, candidate multicartes (puisque selon la chaîne de télévision M6 elle serait maintenant « de gauche »), a été battue en 2008, en 2009 et en 2014. Les Perpignanais n’en ont pas voulu. Nous pensions que ces trois avertissements, ses trois échecs successifs, coup sur coup, venus des urnes, l’auraient ramené à la réalité."

Lui, qui dénonce le dénigrement, s'y lance avec allégresse. Et prétendant que Clotilde Ripoull n'est pas représentative, démontre le contraire en lui offrant ce billet, comme une médaille d'honneur. Un ami marocain avait cette phrase magnifique: "Que fait un gros caillou lorsqu'on le met à coté d'un petit caillou: il ne s'en occupe pas!" Apparemment, ce "petit" caillou qu'est Clotilde Ripoull est dans votre chaussure et vous empêche de marcher droit...

Post-Scriptum: à aucun moment vous ne répondez dans votre billet, aux arguments que développe votre opposante au sujet de l'école d'art. Aussi, préférez vous, vous focalisez sur la forme.

Clotilde Ripoull

Présidente de Perpignan Équilibre

Candidate à la Mairie de Perpignan en 2014

Conseillère municipale d'opposition de 2008 à 2014

Madame Ségolène Neuville

Secrétaire d'État

Députée des Pyrénées-Orientales

Perpignan, le 8 juin 2015

Madame la Ministre,

Comme ça avait été le cas en 2006, la Mairie de Perpignan veut aujourd'hui clore après presque 200 ans (1817-20...) l'histoire de l'école d'art (HEART) aux motifs qu'elle serait "inutile", "coûteuse", "pas assez rentable" ou "n'aurait pas assez d'élèves"...

Sans aucune stratégie culturelle, économique ou touristique, sans projet pour la jeunesse, la formation ou l'emploi, le Maire de Perpignan, poursuit la longue liste de fermetures arbitraires.

Un mauvais rapport de l'Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (AERES), offre à la Mairie le prétexte pour fermer la HEART (Haute école d'art).

Or, ce rapport relève de nombreuses et anciennes défaillances de la municipalité qui montrent plutôt une stratégie délibérée de fermeture de la part de Jean-Marc Pujol.

- En 2010, dès la création du nouveau master, la mairie refuse de financer une partie du poste budgétaire d'un enseignant de l'UPVD empêchant la coopération entre les deux entités : Université et HEART. Ce blocage conduit l'UPVD à démissionner du conseil d'administration de l'école. Cependant, durant la même période, la ville a continué à augmenter les postes d'enseignants conduisant aujourd'hui à un budget "personnels" de 800 000 euros par an, entièrement à sa charge.

- En 2013, la création du Centre d'Art Contemporain Walter Benjamin - contre lequel j'ai été la seule à m'opposer en conseil municipal car l'absence de projet culturel global et les finances de la ville ne le permettaient pas - a amputé selon l'AERES "la capacité d’accueil de l'école] (...) de moitié ce qui explique l'impossibilité d'atteindre les objectifs fixés".

- Enfin, alors même que la Mairie dépensait à la va vite 700 000 euros pour le nouveau centre d'art contemporain, les 5 dernières années de l'école ont été marquées par l'absence total d'investissements dans les outils numériques ce qui la rend obsolète et impropre à un enseignement supérieur de qualité.

L'école de Perpignan, soutenue budgétairement par l’État via la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) à hauteur de seulement 10 % ne semble pas être une priorité dans le contexte actuel de baisse du budget de la culture et dans la poursuite d'une stratégie évidente d'aménagement du territoire autour de métropoles. Cette politique conduit à un regroupement des structures universitaires sur les grosses agglomérations telles Montpellier et bientôt Toulouse et ceci, trop souvent, au détriment des Pyrénées-Orientales.

Le chef de l’État, François Hollande a fait des jeunes "la priorité" de son quinquennat. Lors du dernier festival de Cannes Manuel Valls a déclaré : "Cela a été une erreur (..) de baisser le budget de la Culture.". De ce point de vue, les intentions de votre majorité sont claires. L'action que je vous propose d'engager va donc dans ce sens.

Perpignan est malheureusement trop souvent abonnée aux mauvais classements économiques et sociaux. Fermer l'école d'art enfoncera toujours plus notre ville dans le marasme qui l’étouffe.

Madame, vous êtes députée des Pyrénées-Orientales, élue sur la circonscription de l'école d'art, aujourd'hui Ministre, vous devez intervenir pour sauver cette école et permettre à notre ville de conserver cet atout.

A cet effet, je vous demande localement de saisir la DRAC pour qu'elle précise ses intentions et s'engage fermement à soutenir la HEART.

Parallèlement, de par votre position, il vous appartient de convaincre la Ministre de la Culture, Fleur Pellerin de se saisir de ce dossier et de réunir tous les acteurs politiques concernés (Europe, État, Région, Conseil départemental, Agglomération, Ville, associations...) afin de construire une solution durable pour sauver cette école.

Pourquoi ne pas permettre que la HEART rejoigne le cercle des dix écoles d’art supérieur d’État directement gérées par le ministère de la Culture ? Cette décision pourrait s'inscrire dans un dispositif transfrontalier et européen qui permettrait de mobiliser d'autres moyens.

Les action sont possibles, aujourd'hui, seule la volonté politique manque pour sauver une école qui fait partie du patrimoine de Perpignan, qui contribue à l'attractivité culturelle du département et qui ne doit surtout pas faire les frais de la mauvaise gestion de la mairie et de son manque total de vision d'avenir. C'est cette volonté politique, cette capacité d'agir pour le département qu'avec les élèves de la HEART,que je vous demande de concrétiser dans l'intérêt général.

Je me tiens bien sûr à votre disposition et vous assure; Madame la Ministre, de mes sentiments les meilleurs

Voir aussi:

Perpignan:Jean-Marc Pujol veut fermer le marché Cassanyes 4 jours sur 7 pour faire des économies! par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/06/perpignan-jean-marc-pujol-veut-fermer-le-marche-cassanyes-4-jours-sur-7-pour-faire-des-economies-par-nicolas-caudeville.html

Barcelone, élection d'une maire indignée: Jean-Marc Pujol, maire de Perpignan a peur des rouges à la frontière sud! par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/06/barcelone-election-d-une-maire-indignee-jean-marc-pujol-maire-de-perpignan-a-peur-des-rouges-a-la-frontiere-sud-par-nicolas-caudevil

Partager cet article

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES beaux-arts
commenter cet article

commentaires

Articles Récents