Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  •  L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 10:24
LE GRAND REMPLACEMENT! par l'écrivain Henri Lhéritier

Cela n’avait servi à rien que je me suicide sinon que les murs de ma cuisine dégoulinaient encore de mon sang et que mon coup de fusil foireux n’avait réussi qu’à me briser la mâchoire, si tordue maintenant que je suis obligé de me faire servir les frites, liquides, et dans un gobelet.
À mon retour, l’amant de ma femme couchait toujours dans le lit conjugal. Croyant que j’allais mourir, on m’avait avoué, à l’hôpital, que mes enfants n’étaient pas de moi et en ouvrant le courrier auquel nul n’avait touché, je constatais que devais toujours autant d’argent à la banque et aux impôts. Le monde allait moins bien que moi encore, les philosophes déclinistes, oiseaux de mauvaise augure, prédisaient toujours la fin de la France.
Tout a commencé avec cette histoire d’escargots, me disais-je en me rasant. J’avais gagné du temps, c’était le seul avantage de mon suicide, désormais pour cette opération, je ne devais me ratisser qu’une partie de la gueule, ma moustache ne repoussait même plus, je n’avais plus besoin de gonfler mes joues devant ma glace ou de tordre mon visage, j’étais devenu naturellement grimaçant.
Que m’avait-il pris de me lancer dans l’élevage de ces animaux glaireux ? Ma situation était-elle si obérée ? Elever trois cent mille escargots, mon Dieu ? Un nombre qui n’a cessé de croître, ces individus hermaphrodites connaissent tour à tour les délices de la pénétration et ceux de l’éjaculation, jamais las de ces exercices, ils ne cessent de se monter dessus, mettons-nous à leur place.
Résultat : des milliers et des milliers de gastéropodes, invendables, ça bave, c’est mou, sans goût, je ne sais pas dans quel pays attardé on peut bouffer ces trucs, et infréquentables, beurk ! fait-on dès qu’on parle d’eux.
Quittant la cour, en bas, ils se mirent à envahir la maison, dès lors nous en trouvâmes partout, dans les lits, les cartons à chaussures, les boites de sucre, les dessous de mon épouse, partout, cela craquait sous le pied, écraser un escargot, on connaît la sensation lorsqu’on marche dans le jardin après la pluie, mais les sentir, sous les draps, ramper le long de vos cuisses, les écraser par milliers, nuit et jour, sur les escaliers, les tapis, entendre les projections, voir les murs maculés de cette pâte biologique glissante et malodorante est une calamité.
Ce fut ma fin, je crus que le « Grand remplacement » était en marche, les Arabes censés nous remplacer étaient des escargots. J’ai perdu la tête.
J’ai commis l’irréparable, mais je me suis raté.
Et les escargots sont toujours là.

Voir aussi, le tout meileur d'Henri Lhéritier:

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/henri%20lheritier/

Partager cet article

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans Henri Lhéritier ARTICLES
commenter cet article

commentaires

Gérard DOZ 17/07/2015 16:48

L'angoisse

Articles Récents