Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  •  L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 00:14

Un écrivain peut-il être un lanceur d'alerte? Le lanceur d'alerte est-il condamné comme une punition éternel dans le Tartare des grecs à ne jamais être entendu? Quand bien même, il serait écouté.L'écrivain Algérien Boualem Sansal sera-t-il condamné à revivre ce qu'il a vécu dans l' Algérie des années de plombs dans le pays qui vit naître les lumières: la France?

Et pourtant,il y a quelques chose d'un Géronimo chez Boualem Sansal. C'est long cheveux et même ses bésicles qui accentue un regards malicieux, comme un enfant. Mais un enfant sage, comme l'aurait décrit Lao Tseu. Mais, contrairement à Lao Tseu, il ne croit pas que "le non agir, c'est aussi agir". "Agir" il le faut bien . Ne pas rester impassible face à la conjuration des imbéciles. Il faut dire par la voix et l'écriture , comme disait l'autre algérien Tahar Djahout :"“Le silence, c'est la mort, et toi, si tu te tais, tu meurs et si tu parles, tu meurs. Alors dis et meurs !”

Tahar Djahout ,poéte et romancier d'expression française, en 1993, il fut l'un des premiers intellectuels victime de la « décennie du terrorisme » islamiste..

Le nom de Boualem Sansal resurgit à l'esprit des français un 29 août 2015 par l'entremise de l'écrivain Michel Houellebecq, dans la queue de la comète de son roman qui fit polémique "soumission" (Paru le 7 janvier 2015, le même jour que l'attentat de Charlie Hebdo,et dont il se vend 120 000 exemplaires en seulement cinq jours).

Dans l'émission télé nocturne de Laurent Ruquier "On est pas couché", où on lui demande s'il pense vraiment si à l'instar de l'histoire de son dernier livre les français finiraient par se convertir à l'islam par volonté de vie tranquille, Michel Houellebecq répond que le livre 2084, que vient de publier l'écrivain algérien Boualem Sansal est un ouvrage "bien pire" que "Soumission" qui décrit "un vrai totalitarisme islamique", tandis que Soumission évoque "un régime islamiste doux".

Là, ça se corse, la polémique sur le thème de racisme et islamophobie est plus compliquée à imputer à un algérien . Raciste sûrement pas. "islamophobe" ?, ça oui, l'is lame et ses rigueurs lui font peur: c'est qu'il a vu de ses yeux vu, ce qu'il s'est passé en Algérie.

En effet,le 26 décembre 1991 a eu lieu le premier tour des élections législatives. Le FIS obtient 188 sièges sur 231, soit près de 82 %, le FFS 25 sièges et le FLN 15 sièges, les candidats indépendants remportent 3 sièges. Prenant acte de la situation qui prévalait, et qui risquait de tourner à son désavantage, l'armée décide le 11 janvier 1992 de pousser le chef de l'État, le président Chadli Bendjedid à la démission et d'interrompre le processus électoral. Les assemblées communales et départementales dirigées par les élus du FIS sont par ailleurs dissoutes et les militants et sympathisants de la formation qui vient de remporter le premier tour du scrutin législatif sont emprisonnés ou expédiés dans des camps établis dans le sud saharien.Le Fis, puis le GIA contre attaqueront causant une guerre civile de plus 10 ans qui fera 100 000 morts.

Boualem Sansal qui était jusqu'alors ingénieur, et haut fonctionnaire au ministère de l'industrie se fait écrivain. Son journal qu'il tient à cette époque grossit, jusqu'à faire 300 pages: c'est "le serment des barbares". Un livre qui raconte comment la désagrégation d'un pays par une classe dominante corrompue la rendu mur pour la prise de pouvoir des islamistes.

Mais le pire arrive pour lui, lorsque le 8 juillet 1999. est voté qui a été soumise par le président algérien Abdelaziz Bouteflika avec l'assentiment de l'armée au parlement,une loi de « grâce amnistiante »dite "Concorde civile ou la Charte pour la paix et la réconciliation nationale"

Cette loi vise au début à réintégrer dans la vie civile ceux qui ont manifesté leur volonté de renoncer à la violence armée et à amnistier ceux qui ont été impliqués dans les réseaux de soutien aux groupes terroristes durant la tragédie nationale de la décennie noire: Boualem Sansal se retrouve à cohabiter au sein du ministère avec ceux-la même pour qui il est une abjection.

Alors lorsque lorsque les premiers attentats arrivent avec Mohamed Méra,puis Charlie Hebdo, puis le Bataclan et l'hypercacher, il voit que ses appelles et ses mises en garde ont été en vain.

"La France a été légère, elle n'a pas voulu voir que ce qui c'était passé en Algérie finirait par arriver en France", ne serait-ce parce qu'elle ne faisait pas le tri dans les réfugiés politiques entre les victimes des islamistes et les islamistes poursuivis par le gouvernement algérien (comme en Amérique du sud où les juifs qui avaient fuit la guerre, se sont vu rejoindre par les nazis qui l'avaient perdu) "Ce qui nous arrive aujourd'hui, finira par vous atteindre un jour ou l'autre: malgré cela, les pouvoirs français sont restés silencieux.J'avais posé la question à Jacques Chirac: pourquoi la France ne soutient pas les démocrates? Le président français répondit:" parce qu'il n'existe pas de de démocrates chez vous!Dans vos pays, il y a les islamistes et les militaires. Le jour où vous serez organisés et capable de...à ce moment, on s'intéressera à vous"

Alors, il s'interroge :" quand allons-nous unir face à l'islamisme.C'est comme le réchauffement climatique, c'est une affaire pour tous!"

Pour lui il faut cesser de tergiverser et au nom des libertés individuelles, douter des valeurs collectives de la république et de l'esprit des lumières.

"Dans la mondialisation, la "real politique" consiste à relativiser ses valeurs. Alors qu'en face, les islamistes sont des certitudes absolues. Ils sont dans une énergie phénoménale et à coté on a plus d'idées et en plus, on est devenu mou!"

Boualem Sansal, vit toujours à Boumardes en Algérie. En 2003, il a été limogé en raison de ses écrits et de ses prises de position. Il reçoit souvent des lettres d'insultes, de menaces de mort, le qualifiant de traître ou de sioniste. Est-ce un prix trop lourd à payer pour "dire" . Ainsi donc, il ne comprend pas "la bien-pensance" de l'occident et se demande "comment aurait-été reçu "les versets sataniques de Salman Rushdi, s'ils était sortis maintenant?"

 

Partager cet article

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES Mondeparallèle
commenter cet article

commentaires