Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

7 avril 2019 7 07 /04 /avril /2019 22:49

Tout est parti d'un post d'une amie facebook une image d'un homme nu au pied du femme et du texte de l'ami facebook ,qui réclamait cette représentation comme nouvelle norme: l'homme soumis à la femme pour en finir avec le patriarcat .

Je trouvais l'idée intéressante, qui avait le bienfait d'en terminer avec le robinet d'eau tiède du politiquement correct qui réclame des dommages et intérêts au nom du féminicide (chiffre à l'appui) pour la surcharge mentale de la femme (puisque la femme dans le couple doit penser à tout, vu que l'homme , ce lion domestique sans crinière ne branle rien, enfin presque) , la différence de salaire à égalité de diplome, le harcélement (#Metoo, #balancetonporc, qui a libéré la parole, mais qui n'a rien réglé des problèmes cités précédemment).

Fondamentalement, les chiennes de garde aboient et le café continue de passer dans les filtres, et l'eau de couler sous les ponts.

Parce que l'homme qui est supposé avoir le pouvoir , n'est pas dans l'urgence de le lacher même si on le culpabilise (sa conscience a déjà le poid de l'anthropocéne)

La domination masculine, ne vous a pas tué: elle ne vous a pas pour autant rendu plus forte! Mais, "bizarre", comme disait le Joker à Batman (dans le tome 2 de la trilogie de Nolan) pour paraphraser Nietzsche.

D'abord au XXIième siécle, ce n'est pas le patriarcat qui vous opprime, ce serait plutôt le capitalisme et la société de consommation qui vous exploite comme le maillon le plus faible de la chaîne ou vous utilise comme tête de gondole à Venise ou tout autre supermarché pour vendre tout et n'importe quoi! (sacahnt bien que le statut de la femme, n'a réellement progressé que pendant les moments historiques d'expériences anarchistes, comme entre 1936 et 1937 à Barcelone) .

Et puis comme disat l'écrivain italien Ignazio Silone :" La liberté ne se mendie pas, elle s'arrache!" .

Lorsqu'on est libre ou plutôt lorsqu'on a un statut de pseudo-liberté à un certain niveau de la société, cette pseudo liberté n'est acceptable que si des esclaves en dessous marquent le "limes" qui leur donnent une sensation de supériorité.

Donc, si l'homme donnait la vrai égalité à la femme ou plutôt reconnaissait son altérité, ses reprères se désagrégeraient et le sol s'ouvrirait sous ses pieds.

Donc, on ne lachera pas nos dernières illusions et on se battra jusqu'au bout avec un courage que ne laisse pas imaginer notre lâcheté quotidienne.

Et puis la liberté, c'est fatiguant à porter , c'est plutôt une charge de responsabilité et de cohérence . Vous me direz vous en avez déjà les inconvénients, pourquoi ne pas en récupérer les avantages.

Mais à ce moment là, allez-y Franco, comme on dit en Espagne: soyez carrément gynarchiste!

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gynocratie  

1 Exercice du pouvoir par les femmes.
  2  Système politique où les trois pouvoirs (législatif, judiciaire et exécutif) sont détenus par les femmes.
 3   Système social et familial donnant la primauté à la femme.

 "Jacky au Royaume des filles", un film de Riad Sattouf, avec : Vincent Lacoste, Charlotte Gainsbourg, Didier Bourdon, Anémone, Valérie Bonneton, Michel Hazanavicius, Noémie Lvovsky, Laure Marsac, William Lebghil et Anthony Sonigo  En république démocratique et populaire de Bubunne, les femmes ont le pouvoir, commandent et font la guerre, et les hommes portent le voile et s'occupent de leur foyer.

Et puis il faut toujours demander plus pour avoir juste en dessous!

Donc si vous visez l'égalité, exigez le gynarchisme! Sans quoi la réponse de l'égalité Homme/ femme sera toujours la réponse que fait OSS 117 dans "Rio ne répond plus" : "on verra quand il faudra porter quelquechose de lourd!"

Partager cet article

Repost0
2 avril 2019 2 02 /04 /avril /2019 18:55


Les parents d'élèves et professeurs des écoles de Cases de Pénes étaient en direct pour l'archipel contre attaque pour dénoncer les nouvelles lois Blanquer https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Michel_Blanquer sur l'école dite de "confiance " qui diminuent les élèves en villes et les concentrent dans les classés rurales. Et puis les ferment comme la plupart des services publics. Pour finir Nadia Elsa Ophélie et Gis Zaparty reprennent une chanson de téléphone :"ça se sent que c'est grave ". Attention Blanquer is coming!

 

Perpignan/Case de Péne:''les Blanquer's Games'' la réponse des bergères des écoles publiques au ministre de l'éducation et son ''école de la confiance'' #Blanqueriscoming! interviews par Nicolas Caudeville
Perpignan/Case de Péne:''les Blanquer's Games'' la réponse des bergères des écoles publiques au ministre de l'éducation et son ''école de la confiance'' #Blanqueriscoming! interviews par Nicolas Caudeville
Perpignan/Case de Péne:''les Blanquer's Games'' la réponse des bergères des écoles publiques au ministre de l'éducation et son ''école de la confiance'' #Blanqueriscoming! interviews par Nicolas Caudeville
Perpignan/Case de Péne:''les Blanquer's Games'' la réponse des bergères des écoles publiques au ministre de l'éducation et son ''école de la confiance'' #Blanqueriscoming! interviews par Nicolas Caudeville
Perpignan/Case de Péne:''les Blanquer's Games'' la réponse des bergères des écoles publiques au ministre de l'éducation et son ''école de la confiance'' #Blanqueriscoming! interviews par Nicolas Caudeville
Perpignan/Case de Péne:''les Blanquer's Games'' la réponse des bergères des écoles publiques au ministre de l'éducation et son ''école de la confiance'' #Blanqueriscoming! interviews par Nicolas Caudeville
Perpignan/Case de Péne:''les Blanquer's Games'' la réponse des bergères des écoles publiques au ministre de l'éducation et son ''école de la confiance'' #Blanqueriscoming! interviews par Nicolas Caudeville

Partager cet article

Repost0
2 avril 2019 2 02 /04 /avril /2019 16:09

Ou tout commence par une invitation! https://www.imaginelespo.fr/#

"IMAGINE LES P.O" RENCONTRE N°2 AU CAMPUS MAILLY

Nous vous attendons au Campus Mailly à 18h30 (ancienne université, rue du Musée) pour la seconde rencontre citoyenne "Imagine les P.O".
Les élus présents seront en position d'écoute et la parole est à vous !
 L'objectif est de réfléchir collectivement à l'avenir du département.
Quelles priorités pour demain? Quelle place pour la jeunesse? Comment mieux vivre ensemble demain? Quel développement en matière de transition énergétique, agricole, etc.Il n'y a pas de thématique. Les débats sont libres et ouverts à tous

 

Après nos échanges collectifs et un pot convivial, vous pourrez rédiger vos priorités pour l'avenir du territoire dans des ateliers de propositions .

En famille, entre amis, avec vos enfants, venez nombreux !


En attendant demain, nous restons à votre disposition pour échanger en prévision de cette rencontre.

L'équipe de la démarche "Imagine les Pyrénées-Orientales"

C'est historique, on ne fait appelle au peuple (surtout en démocratie) que lorsque celui-ci vous a déjà dé-légitimé .

A force d'élections aux citoyens abscents , ou qui les nimbent de bulletins blancs, quand ceux-ci ne mutent pas à l'occasion d'un rond point de fortune, hurlants à la pleine lune, en gilet jaune en guise de bonnet phrygien...

Alors les pouvoirs centralisés et décentralisés, sortent d'une vieille malle où ils l'avaient remisé "les débats publics" pour "dialoguer" et entendre la "parole publique", là où "l'opinion publique" drainait par les sondages ne suffit plus à composer la pâte à langue de bois pour décors en carton.

Le pouvoir centrale macronien s'y essaye en attendant de trouver un vaccin contre la fièvre jaune...

Mais tous les pouvoirs représentatifs sont en crises. Mais ce n'est pas parce que la représentation est mauvaise qu'il faut que les comédiens sortent de scène. Alors ils tentent toutes sortes de grimaces et administrent des subterfuges, que même la presse locale trouve éculés!

Ainsi le conseil départmental, a fait organiser par une entreprise privée, une série de débats sur tout le territoire des PO #66 #accentcatalandelarépublique pour à prés de 2 ans des prochaines cantonnales (soit en 2021) de dire que eux ont compris le message et s'ouvre au débat.

Mais, c'est dans le détail que se niche le diable nous dit la bible. Enfin dans le dispositif . Quels sont les paramêtres de mise en place du débat: le qui, le pourquoi et le comment ?

Dans tous débats, l'animateur en début de session énonce la rêgle du jeu qui forme le cadre, sans quoi celui-ci partira dans tous les sens et ce qui y sera signifié, n'aura aucunne signifiance.

Dans le cas précis, on n'a pas annoncé au public "les compétences" du conseil du conseil départmental à la voilure plus que réduite depuis la loi Notre .

Donc, ce n'est plus un débat , mais un déversoire, dont les propositions ne pourront pas atteindre la surface de  leur matérialisation .

Hétérogénéité du public, beaucoup de collégiens et leurs parents, des lycéens, quelques militants et beaucoup d'employés du conseil départemental pour "l'encadrement"

D'abord le discours de la présidente Hermeline Malherbe , pour introduire le débat. Puis une animatrice lance le film d'une demi heure pleine de "paroles citoyennes" qui lancera lui-même, les réactions du public, puis les "ateliers thématiques" (dans l'intervalle le CD offre de quoi se restaurer et boire)

Finalement pas de débat puisque pas de réponse aux propositions, idées, paroles...Il en ressort que l'écologie c'est bien, mais attention aux éoliennes, parce que c'est la pollution visuel et que la pollution c'est mal. Le racisme non plus, c'est pas bien. Il faut une véritable place pour les handicapés. Et si on remettait tous les trains en route, on circulerait mieux et plus juste sur le territoire. Il y a même des jeunes qui trouvaient , qu'il y avait trop de vieux et que du coup, Perpignan ne bougeait pas...

Pour une soirée poésie, cela eut été super batte, mais pas pour un débat. Ce n'était pas le lieu d'une parole construite.

"A c' moment là un mec arrive
Un p'tit loubard aux cheveux blonds
Et qui lui dit comme dans les livres
"S'te plaît dessine moi un mouton
Une femme à poil ou un calibre
Un cran d'arrêt une mobylette
Tout c' que tu veux mon pote t'es libre
Mais dessine moi quequ' chose de chouette!"

Moralité

"T'aurais pas dû Gérard Lambert
Aller ce soir là au Campus Mailly
T'aurais dû rester chez ta mère
Comme un bon fils"

Mais dans le fond, était-ce vraiment l'objectif du conseil départemental. Au moins le bon peuple aura vidé ses humeurs ailleurs que sur un rond-point!

La présidente Hermeline de conclure: "Ce que j'ai entendu ce soir m'a donné la pêche!"

 

Débat Conseil Départmental au Campus Mailly : pour Hermeline Malherbe la présidente: '' ce que j'ai entendu ce soir, me donne la pêche!'' article par Nicolas Caudevile
Débat Conseil Départmental au Campus Mailly : pour Hermeline Malherbe la présidente: '' ce que j'ai entendu ce soir, me donne la pêche!'' article par Nicolas Caudevile
Débat Conseil Départmental au Campus Mailly : pour Hermeline Malherbe la présidente: '' ce que j'ai entendu ce soir, me donne la pêche!'' article par Nicolas Caudevile
Débat Conseil Départmental au Campus Mailly : pour Hermeline Malherbe la présidente: '' ce que j'ai entendu ce soir, me donne la pêche!'' article par Nicolas Caudevile
Débat Conseil Départmental au Campus Mailly : pour Hermeline Malherbe la présidente: '' ce que j'ai entendu ce soir, me donne la pêche!'' article par Nicolas Caudevile

Partager cet article

Repost0
1 avril 2019 1 01 /04 /avril /2019 15:22

 


Le mur des disparus
Inauguré en 2007 en présence de 8000 personnes, le Mémorial national des Disparus est érigé à Perpignan dans le jardin du Couvent Sainte-Claire de la passion en mémoire des Français civils et militaires disparus en Algérie entre 1954 et 1963

http://www.cerclealgerianiste.fr/index.php/le-memorial-des-disparus: le tout voulu expressément par le maire Jean-Marc Pujol. Parce que ce lieu semblait plus présentable que la stèle de l'OAS du cimetière nord, qu'il avait contribué à faire ériger.  https://histoirecoloniale.net/Perpignan-en-finir-avec-la-stele.html.

Mais le temps n'est plus au regard en arrière (la femme de Loth qui a commis l'erreur de se retourner et regarder la destruction de Sodome et Gomorrhe par Dieu, fut transformée en statue de sel https://fr.wikipedia.org/wiki/Femme_de_Loth)

L'avenir c'est l'université au centre-ville est pleins d'amphithéâtres de droit . Et pour montrer qu'il ne détruit ou ne transforme que des lieux dont il n'a rien à foutre parce que ce patrimoine ne lui appartient pas, comme les Beaux-Arts, le Théâtre municipal, la Bourse du travail ou le plus vieux temple protestant du département, Jean-Marc Pujol a décidé de transformer le mémorial des disparus en lieu de transmission du savoir juridique: il est certes né "Pieds noirs", mais il est devenu avocat fiscaliste!
Car pour ce nouveau Clovis, la phrase de Saint Rémi, archevêque de Reims (437-533) résonne en lui: “Courbe la tête, fier Sicambre, adore ce que tu as brûlé, brûle ce que tu as adoré”

 

stéle de l'OAS , cimetiére nord de Perpignan dédié à ceux du commando Delta tombés pour l'Algérie reste française

stéle de l'OAS , cimetiére nord de Perpignan dédié à ceux du commando Delta tombés pour l'Algérie reste française

Partager cet article

Repost0
1 avril 2019 1 01 /04 /avril /2019 11:25

Jean-Bernard Mathon était en direct pour l'archipel contre attaque pour parler de l'état de déconstruction de la ville et comment au prétexte de la volonté d'expension de l'espace vitale de l'université de Perpignan et de son président Fabrice Lorente on rase gratis ou on transforme des pans entiers de patrimoine de la ville comme le théâtre municipal, la bourse du travail ou le temple protestant grâce à la virulence de son homme de main, le maire Jean-Marc Pujol

Partager cet article

Repost0
1 avril 2019 1 01 /04 /avril /2019 10:48

Partager cet article

Repost0
26 mars 2019 2 26 /03 /mars /2019 23:30

Il y a une semaine, c'était la grève. Unitaire ou presque.
On allait montrer une énième et stérile fois au Macronat (1) qu’on n’était pas contents, nous les larbins du néocapitalisme, de voir notre État social continuer à perdre ses dernières densités. Les syndicats nous promettaient la ballade des grands boulevards. Sorte de marche funèbre où on s’emmerde à traîner la savate dans des rues aussi larges que vides, marchant au pas de la bande-son du camion-sono de la Cégète. « J’ai rêvé d’un autre monde... ». Overdose d’Aubert.

J’ai décroché au croisement boulevard des Pyrénées - rue Foch pour m’enfiler un petit blanc au Café de la Source avec une poignée d’anars.


Je savais qu’une partie des Gilets jaunes avait fait un autre choix pour cette journée d’action : bloquer Saint-Charles.

J’y file après la pause bouffe du midi. Une ribambelle de 38 tonnes sont à l’arrêt. Les chauffeurs désœuvrés s’enfilent un casse-dalle industriel acheté au Lidl du coin ou filment avec leur smartphone. Un cordon de bleus en tenue antiémeute m'empêche de rejoindre la trentaine de fluos nassés sur le rond-point.

Les flics sont chauds patate - un témoin les entend dire : "On va casser des bouches".

Je vois filer les journaleux de France 3. On se salue ; à force, on finit par se connaître. Une Gilette me rapporte cette seconde indiscrétion tenue par un policier à un confrère :

"C'est bon, la télé est partie, on va pouvoir y aller, il n'y aura pas d'images".

Les sbires de Castaner à point pour la castagne. Je pense aux copains et copines piégés sur le rond-point, sachant qu'on ne voit rien des assiégés à cause des 38 tonnes embouteillant la route. Ils vont morfler pour le Fouquet’s et les Champs saccagés, c’est sûr.Après quatre mois de fronde fluo, le pouvoir doit redorer son blason.

Une rumeur fait état de la présence du député Ruffin sur le lieu du blocage.

Ça paraît curieux mais en même temps le taulier de Fakir est attendu dans la journée pour présenter son docu en avant-première. Une copine demande à un flic :
- Ruffin est là-bas ?
- Meuh… Je sais pas. On m'a parlé d'un ministre mais il est plus là apparemment.
Sous le képi, le vide.

La tension monte.

Un copain passe nonchalamment le cordon bleu et marche vers le rond-point. Une dizaine de robocops s’élancent à sa poursuite, l’encerclent et le ramènent vers nous. Palpations, contrôle d’identité, interrogatoire. La vache, on dirait la guerre.

Quand tout d’un coup, mon regard est accroché par une cohorte fluo surgissant des camtars avec à sa tête, un type portant une écharpe tricolore en bandoulière.

Telle une groupie surexcitée, je m'écrie :
- Mais c'est Ruffin là-bas !
Zyva ! Tout le monde s'excite et criaille. Ruffin !
Vlà monsieur le député, mandaté par les Gilets, qui vient négocier leur pacifique évacuation auprès de l’autorité préfectorale. Cette dernière, prise au dépourvu, jette des regards inquiets au caméra-man de Ruffin. C’est quoi ce bordel ? C’était pas prévu dans le script !

Voilà la dame obligée d’acquiescer à la requête de monsieur le député : "Mais oui pas de problème, on va les laisser partir".

Et de virer ses robocops en surchauffe sur le parking de la station Total. On imagine la honte et la rage impuissante sous les policières carapaces - renvoyés au coin par un sale gaucho mélanchonien !
Un copain anar essaie de mettre son grain de sel :
- L'objectif, camarade, était quand même de tenir le rond-point toute la journée.
Le Ruffin, voyant venir le bakouninien s'énerve un chouia :
- Oui bon, la décision a été prise sur le rond-point et j'ai un mandat impératif.
Sur quoi, il retourne informer les Gilets jaunes que la voie est libre et que personne se fera taper.
 
Et là, trop rigolo :  la canaille jaune, soulagée de ne pas s'être fait latter la gueule ou embastiller, qui s’extirpe du guêpier en gueulant triomphalement "Police partout, justice nulle-part" et "On lâche rien"

. Final un rien potache. Anecdote amère qui en dit long : c'est grâce à sa mise hors jeu des républicaines négociations que la chienlit jaune a sauvé ses miches.
"Merci Ruffin !"
Clap clap clap !

 

(1) Alliance à peine voilée entre la Macronie et la patronat

En bonus: la vidéo Jean-Claude Zaparty était en direct pour l'archipel l'archipel contre attaque pour présenter le bilan de la manif universitaire des syndicats CGT FO et Gilets Jaunes ce matin en attendant le député François Ruffin sous la bonne garde de Philippe Assens

Partager cet article

Repost0
26 mars 2019 2 26 /03 /mars /2019 17:24

L'auteur de "Résistance au chaos " et ancien directeur de la culture de Perpignan, Jordi Vidal https://fr.wikipedia.org/wiki/Jordi_Vidal était en direct pour l'archipel contre attaque pour parler de la fermeture du centre d'art Walter Benjamin à Perpignan en lousdé. La fermeture du théâtre municipal et de manière générale le rapport particulier qu'entretiennent les politiques à la culture.

Partager cet article

Repost0
22 mars 2019 5 22 /03 /mars /2019 15:20

L'affaire trainait depuis plus d'un an. La remise de médaile de chevalier des arts et lettres à monsieurs 1% du cinéma français Jacques Font ( C'est que le castillet et le méga-castillet, ne sont qu'une petite partie de ses possessions https://www.lepoint.fr/villes/jacques-font-tisse-sa-toile-05-12-2014-1887214_27.php)

C'est en même temps l'homme qui n'a jamais cessé de se poster à l'ultra-gauche. Mais il se justifie sans cesse par cette phrase pour expliquer la différence entre patrimoine et sa position politique: "peut être partageux, il faut avoir de l'argent!"

Alors pourquoi a-t-il demander au réalisateur et néamoins député LFI François Ruffin de lui remettre cette médaille. Le picard, n'est pas porté, sur la réception de cordon , ou de leur remise! D'autant que comme le disait Jacques Font :" une demi-heure avant, nous ne nous connaissions pas!" Et François Ruffin de répondre: "Mais quand un type bizarre demande à un type bizarre de lui remettre une médaille: il accepte!"

 

Dans la salle pour assister à ce moment peu protocolaire, beaucoup de représentants culturels liés à l'art contemporain, nouvelle passion ( et collection) affichée de Jacques (lorsqu'il n'est pas pour l'indépendance de la Catalogne) . Lorsque la médaille lui est aggrafée, le Sieur reprend le micro plein d'émotion, laissant filtrer la tristesse qu'il a  que la Catalogne Nord ne sache pas le reconnaître comme la France venait de le Faire .

Pendant ce temps François Ruffin s'était rassi, comme déjà ailleurs, le regards plongé dans le quotidien "L'indépendant", pensant déjà au discours qu'il allait donner sur la place de la victoire au pieds du Castillet...

 

Vidéo: Le député LFI François Ruffin était en direct pour l'archipel contre attaque pour remettre la médaille des arts et lettre au directeur du cinéma le Castillet. Interventions de Thierry Meïer. Aussi dans le public l'ancien adjoint de la culture Michel Pinell

Perpignan: la baroque remise de médaille des arts et lettres au patron des cinémas Castillets Jacques Font par François Ruffin! vidéos par Nicolas Caudeville
Perpignan: la baroque remise de médaille des arts et lettres au patron des cinémas Castillets Jacques Font par François Ruffin! vidéos par Nicolas Caudeville
Perpignan: la baroque remise de médaille des arts et lettres au patron des cinémas Castillets Jacques Font par François Ruffin! vidéos par Nicolas Caudeville
Perpignan: la baroque remise de médaille des arts et lettres au patron des cinémas Castillets Jacques Font par François Ruffin! vidéos par Nicolas Caudeville

Partager cet article

Repost0
21 mars 2019 4 21 /03 /mars /2019 22:07

Au début, j'avais décidé d'aller écouter François Ruffin à l'issue de la projection de son film dans le cinéma à côté de chez moi, à Perpignan, parce qu’il fait partie des gens dont on se délecte de chaque intervention à l'Assemblée, et parce que c'était à côté de chez moi. Puis j'ai pris une place pour voir, aussi son documentaire, « J'veux du soleil », histoire de voir ce qu'il avait à dire des fameux Gilets jaunes. Finalement c'est le documentaire qui m'a marqué,

bien au-delà du fait de voir Ruffin sur notre place du Castillet. Un docu qui montre les gens, tout simplement, avec les galères de fin de mois, les Noëls à ne pas pouvoir acheter un livre à ses enfants, le maire d'un village qui paye la cantine des gamins de ce couple endetté, cette femme avec un handicap qui a dû placer ses enfants, faute de pouvoir les nourrir... cette saine colère d'être pris pour des cons, mais aussi cet espoir commun de changer les choses, cette lumière qui est apparu à ceux qui ont su se mettre ensemble.

On reconnaît rapidement une personne douée quand on a la chance d'en croiser une et tous les politiciens sont doués. Ce que Ruffin a d'exceptionnel, c'est qu'il sait disparaître derrière ceux qu'il représente. Il se dit député-reporter. Je dirais plutôt un porteur de la parole du peuple. N'est ce pas cela, un vrai politicien ? Nous ne sommes pas habitués à ce qu'un personnage public utilise les projecteurs braqués sur lui pour orienter la lumière vers la foule, celle d'en bas. Pas habitués non plus à ce que les problèmes délicats et complexes de notre pays soient posés de façon claire, avec des éléments d'analyse qui ne prennent pas l'auditoire pour des niais. Non, à cela nous ne sommes pas habitués. Vous êtes un bon, François Ruffin, parce que vous faites exister ce que le politique tente d'éradiquer, l'humain.

Les privatisations de ces derniers jours (aéroport de Paris), la loi pour l'éducation « l'école selon la Macronie » adoptée hier, le sursis du glyphosate voté dans la foulée, les classements sans suite de nos marches pour le climat... Nous en faut-il d'avantage ?
Je retiens une phrase du documentaire : « La honte était cachée chez chacun, dans les appartements. Faisons en sorte que la honte change de camp. »

Voir aussi:

Perpignan: Marion a vu ''j'veux du soleil'' le film de françois Ruffin, il lui reste des rayons dans les yeux! texte Marion Brousse

Partager cet article

Repost0