Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  •  L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 15:06
TABLEAU DE CHASSE par l'écrivain Henri Lhéritier

C’était un vieux général qui avait mitraillé des tas de braves gens tout au long de sa carrière.
Pour en protéger d’autres, mon petit, me disait-il.
Je gobais ce message, m’émerveillant de la fraternité des militaires et de leur sacrifice à notre service.
Le vieux général érigeait ses mots en principe universel : « tuer pour que d’autres ne meurent pas », dans sa bouche, cela devenait un humanisme.
Une monumentale escroquerie, oui ! Je le sais aujourd’hui : une canonnade déguisée en pensée ! On peut chiffrer avec exactitude le nombre de ceux que l’on tue, il s’agit d’une réalité. Mais connaît-on le nombre de ceux que l’on sauve ? Jamais ! Ils ne sont qu’une pure hypothèse, parfois même un mensonge.
Cette histoire de sauvegarde d’innocents sert d’alibi à ceux pour qui tuer est un métier et un honneur. Hommes politiques et militaires, en toute immoralité, se découpent des tranches plus ou moins épaisses de vies prétendument sauvées, selon le poids des médailles qu’ils veulent s’attribuer ou des galons auxquels ils postulent.
Regardez ceci, me disait parfois le vieux général, en me montrant du doigt, un sous-verre accroché au mur de son bureau, entre des casques, des képis, des épées et des fusils, un tableau d’honneur, une sorte de certificat de bonne conduite, revêtu de la signature d’un ministre, et moi, comme un imbécile, ravi de considérer que ces morts étaient utiles pour sauver des vivants, je m’extasiais devant ces chiffres :
Allemands : 192 morts, (le général n’était alors que sous-lieutenant).
Indochinois : 3518 morts, (il était passé colonel).
Algériens rebelles : 6212 morts, (il était général).
C’était eux ou nous, m’expliquait-il, j’ai fait mon devoir !
J’aurais dû me méfier et m’étonner que le monde nous veuille tant de mal pour justifier tant de morts, nous qui ne demandons rien à personne.
À ce prix-là, est-il bien utile de prétendre nous sauver ?
Contre la vieillesse et la maladie, le général ne put massacrer personne à sa place.
Il mourut.
Des morts sans raison et des vivants protégés sans cause, il était le seul à ne pas être innocent.

Le tout meilleur d'Henri Lhéritier

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/henri%20lheritier/

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans Henri Lhéritier ARTICLES
commenter cet article
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 10:02
Christina Fallaras,journaliste,écrivain: quand tu perds la foi, tu peux devenir que marxiste! interview par Nicolas Caudeville

Cristina Fallarás, née le 18 mars 1968 (47 ans) à Saragosse, est une romancière et journaliste espagnole.
Elle étudie la science de l'information à l'université autonome de Barcelone et a travaillé comme journaliste pour la Cadena SER, El Mundo, El Periódico de Catalunya, la Radio Nacional de España (Ràdio4) et le journal ADN.

Au chômage depuis 2008, elle est expulsée de chez elle en novembre 2012. Après ça, elle met son métier au service de la dénonciation de ce qu'il lui est arrivé, en devenant "l'expulsée la plus médiatisé d'Espagne" au travers d'article et d'émissions de télévision. Elle écrit aussi des polars qui se nourrissent de la réalité de la crise en Espagne. Et lorsqu'on lui parle du retour de la croissance. Elle répond que le retour de la croissance "se fait pour eux, les banquiers, les financiers, les industriels, pas pour le peuple!" . Elle se sent de plus en plus marxiste et voit la lutte des classes, le libertarisme aussi et une société d'autogestion. Elle souhaite pas l'indépendance de la Catalogne parce qu'elle pense que c'est une manière pour le gouvernement Mas, CIU de se proroger malgré la corruption . Bref c'est une personne enflammée que nous avons rencontré à Collioure sur le ketch pour le festival d'une mer à l'autre. A écouter et à lire, cette femme flamboyante.

Voir aussi:

TRIBUNE

J’écris d’en bas, de la partie effondrée de l’Espagne

http://www.liberation.fr/monde/2013/07/17/j-ecris-d-en-bas-de-la-partie-effondree-de-l-espagne_918998

Gihèn Ben Mahmoud à Collioure, la femme tunisienne en liberté! interview par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/09/gihen-ben-mahmoud-a-collioure-la-femme-tunisienne-en-liberte-interview-par-nicolas-caudeville.html

L'archipel contre attaque, d'une mer à l'autre à Collioure

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/09/l-archipel-contre-attaque-d-une-mer-a-l-autre-a-collioure.html

Christina Fallaras croquée par Cécile Creixell

Christina Fallaras croquée par Cécile Creixell

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans INTERVIEWS VIDEOS
commenter cet article
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 10:05
Gihèn Ben Mahmoud à Collioure, la femme tunisienne en liberté! interview par Nicolas Caudeville

Gihèn Ben Mahmoud parle de la femme tunisienne (avec énergie et tellement d'intelligence), de sa bande dessinée "Passion rouge", de la relation Tunisie-Lybie, etc.

Interview par Nicolas Caudeville au Festival du livre de Collioure "D'une mer à l'autre".

Voir aussi:

L'archipel contre attaque, d'une mer à l'autre à Collioure

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans INTERVIEWS VIDEOS
commenter cet article
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 15:58
Mine, sur l’étendard, le ketch amarré à Collioure
Mine, sur l’étendard, le ketch amarré à Collioure

Mine Gökçe Kırıkkanat est une romancière et journaliste turque, née à Ankara. Elle est diplômée du lycée français Notre Dame de Sion à Istanbul et de l'Université d'Istanbul.
Sociologue de formation, elle est journaliste et a travaillé en Espagne de 1986 à 1990 à Bilbao et à Madrid comme correspondante de Cumhuriyet; en France de 1991 à 2010 d'abord pour Milliyet, puis comme éditorialiste aux quotidiens turcs Radikal et Vatan. Depuis elle est éditorialiste du quotidien turc Cumhuriyet, et participe régulièrement au programme Kiosque de TV5 Monde1 et publie ses articles en français sur le Blog Planétaire de la même chaine (TV5Monde).
Elle a reçu trois fois le prix du journaliste turc le plus courageux .

Mine G. Kirikkanat en interview sur le port de Collioure lors du Festival du livre de Collioure D'une mer à l'autre. par Nicolas Caudeville.
Le rôle de la langue dans l'identité, l'histoire politico-religieuse d'Istanbul, histoire linguistique, ses romans géopolitiques... De la pensée, de l'énergie, de l'humour, de l'ironie, de la lutte...
"La connerie a la vie dure", dit-elle.

Voir aussi:

L'archipel contre attaque, d'une mer à l'autre à Collioure

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/09/l-archipel-contre-attaque-d-une-mer-a-l-autre-a-collioure.html

Mine Kirikkanat portraiturée par Cécile Creixell

Mine Kirikkanat portraiturée par Cécile Creixell

Collioure/D'une mer à l'autre: Mes romans sont géo-politiques dit l'écrivain turque, Mine Kirikkanat! interview par Nicolas Caudeville
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans INTERVIEWS VIDEOS
commenter cet article
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 15:09
Journée du Patrimoine gustative, ludique et culturelle :  Gardon le goût à Baixas interview Jean Lhéritier par Nicolas Caudeville

Jean LHERITIER, Président de Slow Food Roussillon,

vous convient

Dimanche 20 Septembre 2015 dès 10h00 dans le parc du Château les Pins à une Journée du Patrimoine gustative, ludique et culturelle :
"Gardon le goût à Baixas".

Au programme :

  • Un marché de producteurs locaux bons, propres et justes.
  • Un freginat pour 100 personnes selon la recette locale.
  • Deux ateliers liés au patrimoine alimentaire catalan :

le rancio sec. Un vin rare plein de renouveau (IGP en 2012) dont l'origine très ancienne représente un savoir-faire local et séculaire ! (Atelier 1 à 11h00)
Viandes du Patrimoine : races locales du pays catalan : Vache de l'Albera, chèvre catalane du vallespir, vache casta... (Atelier 2 à 15h30)

  • Des animations : ateliers pour enfants, parcours en vignes durables avec les vignobles Dom-Brial, sensibilisation à la voiture électrique (LAME 66), les musiciens de Céret...
  • La sélection de rancios secs de Baixas 2015 (dégustation à l'aveugle). Faites connaître "le trésor de votre cave", contacter la Mairie pour présenter un échantillon familial de votre cru (04.68.64.22.02.



Entrée Libre ! Venez nombreux !!!

D'autres moments Slow Food et gastronomiques!

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/jeanlheritier/http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/jeanlheritier/

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans JeanLhéritier Gastronomie INTERVIEWS VIDEOS
commenter cet article
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 11:45
Chronique moscovite (épisode 18) : Back to reality‏ par Félix Edmundovitch Dzerjinski



« En dernière heure, c'est toujours une poignée de soldats qui a sauvé la civilisation . » (Oswald Spengler), Ben nous, les Russiens, on a eu Blondin, le soldat du renseignement… Et puis aux origines, il y avait moi, le Chauve et Jo le Moustachu, toute la joyeuse bande !!!! Et toi, qui as-tu eu ? Tu te souviens de ceux qui t’ont libéré ? Pas les caincains, non, l’armée d’Afrique, celle de Leclerc, tu te souviens ? Les oublie pas !


« Dans une société fondée sur le pouvoir de l'argent, tandis que quelques poignées de riches ne savent être que des parasites, il ne peut y avoir de "liberté", réelle et véritable. » (Ah, mon pote le Chauve-fondateur, comme tes citations sont douces à entendre à mes oreilles, moi qui suis revenu en plein 21ème siècle post-moderne, si tu savais comme tu fus visionnaire).


Et un peu de poésie, car comme disait l’autre, « la beauté sauvera le monde », mais bon cette citation, c’est plutôt pour te sauver de toi-même petit Frantsouz : « Pour n'être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous; enivrez-vous sans cesse! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. » (c’est du grand Charles, non, pas de Gaulle, Baudelaire).





Ben me revoilà, après presque trois mois de mission et de vacances, et surtout de silence, mais toujours l’œil aux aguets, normal c’est le métier, je ne dors jamais… Je t’ai manqué, oui ?, non ? En fait, ta réponse m’importe peu, « me ne frego », comme disaient les autres bien habillés à l’époque… Depuis tout ce temps.





Commençons par le commencement. Je me suis rendu à Kiev, en mission, afin d’humer l’air de la liberté. Parce que c’est bien ce que vous pensez de par chez vous, hein, les fascistes (ah oui, j’ai remarqué comme tu aimes à recourir à ce mot, ultime facilité la taxinomie quand tu as une chose complexe à appréhender) sont à Moscou. Alors, entre Russiens et Ukrainiens, c’est le divorce. Ils ont complètement changé de logiciel et sont pro-européens. C’est drôle parce que je trouve qu’en ce moment, l’Europe ne fait pas très envie… Doit y avoir un paquet de fric à la clé pour que les Ukrainien trouve du charme à l’Europe… Alors, tu verrais, ils ont complètement changé de logiciel et ils mettent leur législation en conformité avec les normes européennes, bref, en route vers le paradis de l’économie de marché. Je peux te dire que la population apprécie, ben ouais, les tarifs de l’énergie qui augmente de 150%, cela fait toujours du bien… Mais bon, je te rassure ou je t’inquiète, les Ukrainiens resteront les Ukrainiens : appels d’offre truqués, corruption, prévarication… Crois-moi, le Russien n’est pas fâché de s’en débarrasser… Et dire que j’entends des ânes par chez toi qui disent que Blondin veut reconstituer l’empire… Permets-moi, petit Frantsouz de te rafraîchir la mémoire sur tes nouveaux amis ukrainiens. C’est probablement passé inaperçu dans ta presse de révérence mais fin juin-début juillet, il y a eu de l’agitation dans les Carpates ukrainiennes. Ben ouais, les locaux sentaient bien que ce ne serait pas win-win pour eux de rester au sein de l’Ukraine, alors, ils demandaient leur rattachement à la Hongrie. Kiev n’a pas supporté et a envoyé les gros bras du Pravy Sektor pour mater la révolte. Bon, en fait, la prise de contrôle des divers trafics de la région serait également un enjeu. Tu te souviens de Pravy Sektor, un petit parti ultranationaliste, avec ses bandes armées, avec des logos sympas comme des runes nordiques. Ne me dis pas que tu as déjà oublié ces héros de Maïdan, tes nouveaux potes… M’est d’avis que ces mecs-là ne sont pas étrangers à l’attentat devant la Rada. Ben ouais, faudra s’y faire, le monde est plus complexe qu’un article de Libération…


Après l’Ukraine, repos intégral et chez toi petit Frantsouz. Tu vois, en dépit des sanctions, je ne suis pas rancunier et puis comme l’avait théorisé l’oncle Adolf, le Frankreich, c’est tout de même pas mal pour les vacances. Mais tout de même, quel bordel cette Europe. J’ai lu dans votre presse que vous aviez des problèmes avec des hordes de vacanciers affamés, en guenilles, qui venaient du Sud. Ben la voilà l’attractivité de l’Europe, cette jolie vitrine avec sa croissance en berne, son chômage, son modèle social quasiment en voie de démantèlement. Bon, nous en Russie, nous aurions réglé le problème de deux façons. La première aurait consisté à couler les bateaux une première fois et à faire de même une seconde fois, histoire qu’ils comprennent. Je sais, il y a par chez toi des bonnes âmes, qui disent qui faut les accueillir mais comme le disait un Premier ministre socialiste, « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde ». Et puis, un soupçon de paranoïa : qui te dit que leurs intentions sont pacifiques ? Qui te dit qu’il n’y a pas d’agents dormants de l’Etat islamique dans le lot ? Qui te dit que cette ouverture des vannes n’est pas le fait de l’Etat islamique à des fins de déstabilisation ? Tu réfléchis des fois ? Parce que la vraie guerre, elle est là, face à l’Etat islamique. A côté, le Russien est un délicat poète, tu vas apprendre comparer… Bon, revenons à nos touristes qui veulent à tout prix aborder chez vous. Autre solution, vous faites de mêmes. Vous remplissez des bateaux avec des Frantsouz, des Allemands, des Danois, des Finlandais et tutti quanti et vous les dirigez vers le Sud. Ah, je suis sûr qu’ils seront bien accueillis et que leur situation sera gérée avec la plus grande humanité par vos amis algériens, marocains, tunisiens, libyens et autres… Oui, oui, cela devrait bien se passer, je te suggère de tenter l’expérience. Bon question vitrine, tu auras la plage, mais tu l’as déjà de par chez toi, après pour te soigner, pour tenter de construire un avenir pour tes enfants, à mon avis, tu feras route en sens inverse. Chez nous, en Russie, fini l’internationalisme que je défendais jadis… Les réfugiés syriens, à Mourmansk, ben les Russiens les incitent à aller chez le voisin norvégien, ben ouais, le Norvégien, il est gentil et puis si le Russien peut l’embêter un peu... Remarque, ça vaut mieux pour eux même si question climat c’est kif-kif, mais question gentillesse vis-à-vis de l’étranger, y a comme une différence entre le Russien et le Norvégien. Je me souviens de festivals de la jeunesse organisée dans les années 1980, aux temps de l’URSS agonisante, quand des ressortissants africains arrivaient sue scène et chantaient cette chanson (https://www.youtube.com/watch?v=HjiSocqPP8k), qui dit que tu n’as pas de maison ni d’adresse et que ta maison, ton adresse c’est l’Union Soviétique, ben le Russien, tout communiste qu’il était, tout internationaliste qu’il se revendiquait, se mettait à huer le chanteur. Ben ouais, avec le Chauve, nous avons un poil échouer à construire l’homme nouveau…, le Russien est resté nationaliste, faut dire que Jo le Moustachu avec sa politique des nationalités a su réveiller le sentiment national, quel sacré droitier celui-là ! Ah, et puis j’y pense, parce que c’est un sujet vieux comme le monde mais récemment à la mode par chez toi, c’est so trendy, j’ai pas vi beaucoup d’Européens faire preuve de compassion pour les réfugiés des zones de conflit de l’Est ukrainien, qui ont tout perdu et qui ont déboulé par chez nous. T’as raison, chacun ses pauvres ! Ah, il est marrant ton universalisme ; que dis-je, ton indignation, à géométrie variable… Je crois que j’ai l’explication, ou tu te sens coupable (éternelle repentance de l’Allemand, qui n’est plus ce qu’il était) ou tu préfères l’exotisme, le lointain…, bref, tu serais resté néo-colonialiste que cela ne m’étonnerait pas.





Ah, et au fait, chez, j’ai vu des Frantsouz pendant mes vacances, en vrai. C’est dingue, je me serais cru dans un film de Claude Sautet, tellement je les ai trouvé déprimant dans leurs conversations, immobilier, scolarité des enfants (évidemment toujours l’excellence, retraite… Quel manque de curiosité… Tu pourrais parler littérature, peinture, que sais-je moi, osons, politique ! La vie dans la cité, ça a son importance (https://www.youtube.com/watch?v=5NtJMAxhcSg). Dire que c’est moi, le tchékiste crypto-archéo bolchevik qui suis obligé de te dire tout cela, de te réveiller, car tu dors, petit Frantsouz et j’ai peur pour toi au moment du réveil. C’est marrant, vous ne voyez pas le monde d’hier qui s’effondre, Daech au Moyen-Orient, les hordes de gueux qui frappent aux portes de l’Europe, la fin de votre modèle social quasi bolchevik, vous faites comme si de rien n’était. Et puis physiquement, petit Frantsouz, tu n’es pas taillé comme un conquérant. Tu n’es pas très grand, tu as du bide, tu bigles… Le problème c’est qu’avec tout ton confort, tu n’as plus vraiment faim. Tu ne penses qu’à accumuler et à jouir de biens, de personnes…Je peux te dire que les amis chinois ou sud-coréens, eux, ils ont faim et c’est eux qui vont façonner le monde de demain, pas toi. Bon, le Russien, il est comme l’ours de la taïga, faut pas venir l’embêter ou tenter de lui piquer son pot de miel, il répond parfois un peu violemment. Et dire que c’est vous, les Frantsouz, du moins tes ancêtres, les pères de la Révolution !! Tiens, je te dédis cette chanson de Ludwig von 88, c’est un peu toi… https://www.youtube.com/watch?v=YZCdQLxBi8E. Et celle-là, je l’aime bien, moyennement raccord avec la citation de Spengler tout de même, mais bon faut gérer sa schizophrénie et ses contradictions… https://www.youtube.com/watch?v=xPLaC2vPabg.





Sitôt rentré à Moscou, où souffle la tramontane du libéralisme économique le plus échevelé, à faire pâlir d’envie le socialiste Macron, je suis allé manger mes pelmeni chez Jivago et je suis allé me voir une expo photo consacrée à Norilsk. Tu connais Norilsk ? La péninsule de Taymir ? Charmant endroit… Norilsk, c’est un peu comme Saint-Pétersbourg, une ville qui a été créée à partir du néant, sur la volonté d’un homme, sauf que Saint-Pétersbourg c’était Pierre le Grand et que Norilsk, c’est Jo le Moustachu, ah, pas pareil. En 1935, le petit père des peuples décide qu’il faut y exploiter le nickel, en guise de main d’œuvre, les détenus des camps. Ils ont dû en faire une tête, les Dolganes, les habitants du cru, quand la ville a commencé à sortir de terre. Le camp portera le nom de Norillag et fera partie du système du Goulag. Cette ville aujourd’hui abrite le premier producteur mondial de nickel, Norilsk Nickel, qui appartient à l’oligarque Potanine, qui a bien su naviguer pour sauver ses couilles, pas comme l’autre idiot que vous adulez, le Khodokorski. Les conditions de vie y sont extrêmes et pourtant, nous avons fait surgir une ville. Les nuits y font 24 heures en décembre et les températures peuvent atteindre – 50°, l’hiver y dure neuf mois !!! Il y fait nuit sans interruption de début décembre à mi-janvier. La ville est à 400 km au nord du cercle polaire, entièrement construite par des prisonniers. Tu imagines, petit Frantsouz. Non, tu n’y arrives pas. Si cela t’intéresse, je te conseille de voir les photos de Elena Chernyshova (http://elena-chernyshova.com/wordpress/) et de lire le récit de Jacques Rossi qui y a été prisonnier en 1939. C’est tout de même beau de voir ce dont l’homme est capable, ce dépassement. Je crois que le Russien en est encore capable, tant le collectif peut primer sur l’individuel chez nous, à certains moments de notre histoire et chez toi, vous en seriez capables ? Bah, c’est vrai, chez le Russien, tu as aussi un petit côté Oblomov (à lire absolument).


http://elena-chernyshova.com/wordpress/wp-content/gallery/jour-de-nuits-nuit-de-jours/norilsk1.jpghttp://elena-chernyshova.com/wordpress/wp-content/gallery/jour-de-nuits-nuit-de-jours/norilsk11.jpghttp://elena-chernyshova.com/wordpress/wp-content/gallery/jour-de-nuits-nuit-de-jours/norilsk20.jpg


J’ai retrouvé le pays tel qu’il était avant mon départ. Une monnaie qui plonge et un peuple qui serre les dents. Ben ouais, forcément, quand ton salaire est divisé par deux, parce que c’est ça ou la porte, tu serres les dents et le reste. Tu vois, petit Frantsouz confortablement installé, ce que c’est que le vrai libéralisme économique dont tu te fais le parangon. Mais le Russien a vraiment une capacité de résilience que peu de peuples possèdent, et puis dans son histoire, il en a vu des choses, des Mongols aux hordes nazies. D’ailleurs, du fait de la chute du rouble et des sanctions, le Russien s’est fait rare par chez toi cette année. Et c’est le commerçant qui le déplore en premier, ah le commerçant français, il te vendrait sa femme et ses enfants, c’est une figure de votre patrimoine, à conserver. Et puis, tu as l’éleveur de porcs aussi, bien malheureux en ce moment…, à cause du méchant Russien ?

Les précédentes chroniques moscovites:

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/

Repost 0
13 septembre 2015 7 13 /09 /septembre /2015 13:01
Migrants: une tradition d’accueil française, les camps! Le cas de Rivesaltes par Nicolas Lebourg et Abderahmen Moumen.  interview par Nicolas Caudeville

Le « camp de Rivesaltes » représente sept décennies de mise à l’écart des populations indésirables. Bâti sur la commune de Rivesaltes en Roussillon, le camp militaire Joffre à été un lieu de regroupement de ceux dont ni l’État ni la société ne souhaitaient qu’ils soient libres de leurs mouvements. Réfugiés espagnols, Européens juifs, collaborateurs, prisonniers de guerre allemands, harkis, immigrés clandestins, etc. sont autant de groupes divers s’étant succédés sur ce site, jusqu’au déménagement en 2007 du Centre de Rétention Administrative. La succession des occupations correspond à des adaptations conjoncturelles. Mais elle renvoie aussi à une structure tant géopolitique que sociale. Le camp de Rivesaltes est un carrefour européen de 1939 à 1948, méditerranéen de 1952 à 2007. Il est temps de rendre à ce lieu confus des mémoires françaises la réalité de son histoire. À n’en pas douter les camps de Rivesaltes forment une unité. Rivesaltes c’est le camp de la France. Historiens de l’Université de Perpignan-Via Domitia, Nicolas Lebourg et Abderamen Moumen ont effectué les recherches archivistiques relatives à l’histoire du camp dans le cadre de la mise en place du projet de mémorial du camp de Rivesaltes. Ils synthétisent ici l’histoire du lieu, mais portent également une réflexion critique sur le rapport entre histoire et mémoires.

Voir aussi:

Nicolas Lebourg:"Perpignan, une ville avant le Front national ?" le rapport qui énerve Jean-Marc Pujol! Interview par Nicolas Caudeville et Julien Marion

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/12/nicolas-lebourg-perpignan-une-ville-avant-le-front-national-le-rapport-qui-enerve-jean-marc-pujol-interview-par-nicolas-caudeville-e

Vidéo Politique: pourquoi l'extrême droite progresse-telle? conférence par l'historien Nicolas Lebourg

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/article-video-politique-pourquoi-l-extreme-droite-progresse-telle-conference-par-l-historien-nicolas-lebou-118363794.html

http://www.trabucaire.com/index.php/catalogue/histoire-hist%C3%B2ria/rivesaltes,-le-camp-de-la-france-de-1939-%C3%A0-nos-jours-detail

http://www.trabucaire.com/index.php/catalogue/histoire-hist%C3%B2ria/rivesaltes,-le-camp-de-la-france-de-1939-%C3%A0-nos-jours-detail

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans INTERVIEWS VIDEOS
commenter cet article
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 13:48
L'archipel contre attaque, d'une mer à l'autre à Collioure

La semaine dernière, l'archipel contre attaque avait obtenu son autorisation de monter à port à Collioure grâce à la bienveillance du coordinateur du festival "d'une mer à l'autre" (qui faisait cette année la part belle aux femmes) Gildas Girodeau et du maire Jacques Manya. Le Ketch (un deux mâts) amarré,des le vendredi soir,les interviews purent commencer dessus des le samedi matin.Christina Falléras,Mine Kirikkanat, Diana Lama et Gihèn Ben Mahmoud on été passé à la question et croquées par Cécile Creixell . On aussi aussi vu à bord, la leadeuse du groupe "Cavale", Prêle Abèlanet, la poétesse Maja Engler et l'écrivain Chelsea Cunningham, les éditrices du Trabucaire Mireille et Marie-Ange Falques sous l'oeil complice du capitaine du navire Didier Brazeau.

Le lendemain, Nicolas Caudeville mis pied à terre pour l'animation de deux tables rondes: la première sur les gourmandises de Méditerranées (en présence de Pierre Torrès, Eliane Thybauld Comelade, Jean Lhéritier et Jean Plouzennec) et la seconde sur littérature et peinture (En présence de Didier Goupil, Hélen Hall, Philippe Vigier et Jean-Pierre Bonnel)

Retour pour le voilier et son équipage par une forte tramontane de face et une houle cassante...Mission accomplie!

Voir aussi:

Collioure/Gildas Girodeau, coordonnateur festival d'une mer à l'autre: la Méditerranée n'est pas une frontière, c'est un pays! interview par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/08/collioure-gildas-girodeau-coordonnateur-festival-d-une-mer-a-l-autre-la-mediterranee-n-est-pas-une-frontiere-c-est-un-pays-interview

Maja Engler interview Das Boot en 3 mots par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/09/maja-engler-interview-das-boot-en-3-mots-par-nicolas-caudeville.html

L'archipel contre attaque, d'une mer à l'autre à Collioure
L'archipel contre attaque, d'une mer à l'autre à Collioure
L'archipel contre attaque, d'une mer à l'autre à Collioure
L'archipel contre attaque, d'une mer à l'autre à Collioure
L'archipel contre attaque, d'une mer à l'autre à Collioure
L'archipel contre attaque, d'une mer à l'autre à Collioure
L'archipel contre attaque, d'une mer à l'autre à Collioure
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 10:48
 Antoine Gasquez, La Semaine du Roussillon 1000 iéme numéro! interview par Nicolas Caudeville

La Semaine du Roussillon est un hebdomadaire local français des Pyrénées-Orientales, diffusé tous les jeudis, dont le siège est situé à Perpignan. La zone de diffusion du périodique est située sur le département des Pyrénées-Orientales.Il y a deux jeudi, il a passé le Cap Horn de sa diffusion puisque, le millième numéro est sorti des presses. L'archipel contre attaque a rencontré Antoine Gasquez, le créateur et rédacteur en chef de "La Semaine du Roussillon" . Du coup, on a parlé de l'état de la presse, crise du support, crise du contenu, modification des territoires, les politiciens...

Voir aussi:

Précédente Interview de Antoine Gasquez par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/article-interview-de-antoine-gasquez-37676555.html

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans VIDEOS INTERVIEWS
commenter cet article
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 18:19
Maja Engler interview Das Boot en 3 mots par Nicolas Caudeville


  • En la Librairie Torcatis 10 rue Mailly, 66000 Perpignan,Dédicace du livre "En 3 mots“ de Maja Engler, ce Jeudi 10 septembre 2015 à 18 heure.Cette dédicace sera préludée de "trois mots et l´écho“ : Récitation et reflets sonores.

    " En trois mots" sont des réflexions sur l´histoire de la civilisation de l´homme. C´est Notre histoire... à tous.Flash dans le temps, dans l’espace.Révision et vision en prose et dessins.
    Maja Engler, est née en 1974 dans l’Allemagne de l´Est.
    2004 : deuxième naissance, cette fois consciente, dans le Sud de la France, son pays de choix.

    Durant le festival "D'une mer à l'autre" de Collioure, elle nous avait rendu visite sur le Ketch (un 2 mâts) amarré au port pour y faire des interviews d'auteures

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans INTERVIEWS VIDEOS
commenter cet article

Articles Récents