Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  •  L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 15:02

Une fois n’est pas coutume, les deux meilleurs ennemis-amis de la politique catalane se sont entendus pour une décision assez étonnante : l’installation d’éoliennes au pied du belvédère de « Força Réal » !

Les nouvelles éoliennes vont donc défigurer un des plus beaux paysages du département (voir photo du projet ci-dessus) grâce à la complicité entre le socialiste Christian Bourquin qui avait donné un avis favorable alors qu’il était encore Président du Conseil Général, et le Président de l’Agglomération de Perpignan Jean-Paul Alduy alors qu’il était encore UMP…

Peut-on parler d’écologie quand on valide des immenses éoliennes qui vont gâcher la vue de toute la plaine du Roussillon ?

Peut-on parler d’intérêt général quand on pousse un projet ayant obtenu l’avis négatif de deux communes concernées (Baho, Corneilla de la Rivière), de Météo France, de l’Institut qui gère les AOC, et surtout de l’inspecteur instructeur chargé de l’enquête publique ? 

Et pourtant, sous couvert de la volonté commune du Baron Christian Bourquin et du Marquis Jean-Paul Alduy, le Préfet vient de valider cette décision absurde.

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 09:46

“Quand elle est régie par des rapports de production capitalistes,l’histoire est comparable à l’action inconsciente de l’individu qui rêve :elle est certes faite par les hommes, mais sans plan ni conscience,pour ainsi dire comme dans un rêve.” Rolf Tiedemann

 

MYTHOMANIE OU MYTHOGRAPHIE ?

Dans la société du rêve, chaque destin se voit affublé d’un capital mythographique. Chacun a son histoire et toutes se valent. Le récit se nourrit de la participation de ses personnages et de leur capacité à faire valoir un itinéraire dans la narration. Le récit maintient les personnages dans une égalité rêvée. La consommation devient aventure, l’acte d’achat - une communion au mythe de la marque. Les problèmes eux-mêmes sont mythologisés, ce qui permet d’éviter d’avoir à regarder en face les phénomènes qui sont critiqués comme participant de la crise du capitalisme, ou de présenter cette société du rêve qu’est devenu le capitalisme sous une forme si dénaturée que la critique favorise finalement une complaisance parasitaire à son égard.

 

L’INVENTION DU METASILENCE

Le storytelling redécouvre le mythe en tant que structure fondamentale permettant à l’homme d’agir sur le monde et de rassembler les éléments nécessaires à la construction de son point de vue, mais à la différence du mythe, il cesse d’être parole. Si le mythe est un métalangage, le storytelling est un métasilence, c’est-à-dire un silence qui nous parle de notre incapacité à formuler des projets véritables, car, en définitive, ce recours systématique aux supposés bienfaits du récit est un leurre, une « stratégie de Schéhérazade » qui vise à gagner du temps.

 

LA FORME D’OUBLI DU MENSONGE

 

L’opacité des grands mythes hérités de l’Histoire se reconstruit dans le plein jour des petites histoires liées à nos croyances ultramodernes. Quand tout devient mythe, du baril de lessive au burger en passant par une galaxie d’objets, de marques et d’egos reboostés au récit de leur illusoire unicité,tout devient alors vérité, le mythe n’étant plus lui-même que la forme d’oubli du mensonge.

Le pouvoir qui se voit réduit dans son exercice à faire adopter des décisions techniques prises par des instances extra-démocratiques, voire extranationales a trouvé dans la pensée narrative un moyen d’administrer ses propres vacances. Dés lors, l’activité pseudo-décisionnelle de l’état sera scénarisée, tout comme la vie de ceux qui ont été élus pour gouverner à l’intérieur de leur propre récit. Il est à cet égard assez significatif que le storytelling ait fait son apparition aux Etats-Unis sous la présidence d’un ancien acteur d’Hollywood, ce fait autorise les gourous du storytelling à nous faire croire qu’ils pouvaient faire élire à la Maison Blanche n’importe quel homme, pourvu qu’il sache raconter des histoires ou les interpréter.

 

DANS NARRATION, IL Y A NATION

Le rêve américain n’est sans doute que l’assemblage des success stories d’hommes et de femmes exemplaires, élevés au rang de légendes, dont les noms clignotent comme des enseignes entre deux rangées de gratte-ciels. Ceux-là ont créé leurs propres récits. Ils ont vendu leurs marchandises dans un embalage de rêves grand public. Ils sont devenus des marques ou ont marqué leur temps. Dans un pays où le récit s’est emparé, à tous les niveaux de la vie sociale, de l’imaginaire individuel et collectif, un homme sans histoire a en effet peu de chance de se faire entendre et d’être élu. L’horizon du récit américain, c’est la nation de tous les possibles, où l’émigré va pouvoir, chapitre après chapitre, vivre et se raconter. Peu importe le destin. C’est le récit qui compte. Un destin qui ne se raconte pas est improductif. Ce qui fonde la légitimité d’un récit, à notre époque, c’est sa valeur d’usage : le récit doit servir un profit, une plus-value de narration qui tend à devenir monnaie.En dépit de son inscription très marquée dans le temps présent, l’imaginaire du storyteller n’est pas très éloignée de celui du mage-lieur. Sa conception du pouvoir est éminemment magique. Il en va des entreprises et des nations comme des hommes. Après l’Histoire, les états-nations ont compris qu’ils devaient se raconter pour être. Les Etats-Unis, ont inventé en ce qui les concerne, l’état-narration. Devenir américain, c’est entrer dans une légende.Réalise socialement le rêve américain, celui qui le réalise au sens hollywoodien du teme, c’est-à-dire celui qui le met en récit au moyen de sa propre réussite,en dirigeant ainsi le rêve des autres.

 

LA REALITE COMME ENJEU DE POUVOIR

 

Historiens, juristes, pédagogues, physiciens, économistes, psychologues…

Aujourd’hui, chacun veut mettre en récit sa participation au monde avec l’intention plus ou moins déclarée de constituer ainsi une réalité. Chacun y va de sa petite histoire en espérant augmenter sa propre crédibilité et peu importe si ces récits juxtaposés deviennent un substitut aux faits et aux arguments rationnels. Il y a une prime à l’émotion pour celui qui sait raconter la bonne histoire au bon moment. Bien plus que s’assurer une prise sur le réel, cette gymnastique est présentée dans les manuels de storytelling comme l’une des clefs du pouvoir. Scénariser la réalité selon ses propres désirs, voilà le grand fantasme à une époque où l’avènement du jeu célèbre dans ses fictions nos qualités de personnages, en endormant, sur le plan de la consistance, notre vitalité de citoyens. La « story » n’est aucunement philanthrope. Elle vise à nous convaincre, à orienter, à diriger nos actes.L’émotion qu’elle véhicule ne vise aucune libération. Ainsi notre réalité apparaît comme un champ de bataille où s’affrontent des récits concurrents.Dans ce contexte, l’efficacité d’une « story » se mesure au nombre des personnages qu’elle annexe. Est réelle et mythique l’histoire qui sait émouvoir et soumettre le plus grand nombre de personnages.

 

LA COMMUNION NARRATIVE

Après la grande purge des utopies du siècle précédent, notre société est aujourd’hui prête pour une reconfiguration des croyances. Nombreux sont ceux qui entendent répondre à la prétendue quête de sens de nos contemporains en lançant leurs nouvelles campagnes de rédemption. Les nouveaux récits conduisent les individus « égarés » dans un monde indéchiffrable à s’identifier à des modèles simples tout en se conformant, sur le chemin de la conversion, aux protocoles émouvants imposés par leurs maîtres. L’émotion elle-même devient l’objet d’un management décomplexé.

Le nouveau sujet du capitalisme peut bien afficher son âme, puisque l’on reconnaît de prime abord les souffrances de son « moi émotionnel » Là encore, grande découverte du marketing : les consommateurs sont des êtres sensibles et l’on peut stimuler efficacement leurs émotions par une histoire pour déclencher un acte d’achat ou une adhésion inconditionnelle de leur part. A cette insistante question de la quête de sens, les storytellers ont trouvé une réponse d’une étonnante modernité : la communion narrative. La société entière est prête à communier au récit, puisque les individus qui la composent ont intégré malgré eux et depuis longtemps les schémas et les usages du marketing jusque dans leur vie intime.

Nous communions au récit de notre propre dissolution dans la trame d’une intrigue qui nous assigne un rôle de figurants en nous faisant croire que nous sommes acteurs. Nous faisons corps avec la machine narrative et la réalité que nous consommons dans les medias n’est qu’un plan ajouté aux histoires qui nous bercent. Nous communions au récit et nous sommes communiés, car nos corps et notre sang alimentent ce récit, sans lesquels la vraie vie ne serait qu’une réalité froide, c’est-à-dire une survie éloignée de la chaleur des projecteurs. Le récit devient anthropophage quand nous devenons incapables de lui opposer nos rêves, et de les assumer sans nous raconter d’histoires. Il y a déréalisation quand les récits se contaminent et se confondent, quand ma vie entre dans la série télévisée et inversement, quand la langue dans laquelle je me raconte n’est plus la mienne, mais celle du récit qui me mange.

 

LA POSSIBILITE D’UN ANTI RECIT

Grande catégorie de la connaissance pour Roland Barthes, le récit, dans l’utilisation abusive qu’en fait le storytelling, est aussi une arme d’ignorance massive qui peut autoriser toute incursion dans le réel. La réalité elle-même,écrasée sous un empilement d’histoires, n’est plus directement perceptible.Le récit tel que le conçoit Jorge Luis Borges à l’ère de la littérature, doit être considéré dans son économie propre et contient sa part de réalité. Au sortir du récit borgésien, l’effet de mise en doute de la réalité autorise un dialogue avec les formes environnantes, ce que ne permettent pas les certitudes confortables que nous suggèrent habilement les récits dominants à l’ère du storytelling. La réalité est aujourd’hui vécue comme danger tant qu’elle échappe au scenario qu’on lui destine. Pierre Macherey, dans sa théorie de la production littéraire, explique que « tout récit, dans le temps même où il est formulé, est la révélation d’une reprise contradictoire de lui-même » Libérer la réalité de la pollution des mythes contemporains et des marques auxquelles ils sont assujettis, revient à chercher dans les entreprises narratives du storytelling le négatif du scénario, c’est-à-dire de remonter le cours du récit jusqu’aux mobiles du scénariste, ou plus loin encore, dans ceux du producteur. Borges, dans son art, ne se contente pas de tracer la ligne d’un récit. Il en marque la possibilité même, presque indépendamment de sa qualité d’auteur, tant et si bien que l’on a pu mettre en doute son existence, mais pas celle de ses récits, lesquels contiennent explicitement leur propre critique, ce que n’autorise jamais le storytelling qui stimule, dans ses enchaînement narratifs, des émotions sensées être utiles.

 

RECIT LIBERATEUR VS EXPERIENCES TRACEES

Le seul récit qui mériterait le rang de mythe serait, dans l’idéal, celui qui nous libérerait de nos propres histoires, c’est-à-dire de nos mensonges, des fictions rassurantes qui nous empêchent de vivre véritablement le caractère dérisoire et vain de notre présence au monde. L’autre danger majeur que représentent ces fictions, c’est la simplification abusive qu’elles véhiculent, quand il s’agit d’appréhender l’inquiétante complexité de notre environnement. Que le storytelling soit utilisé par les psychologues pour guérir des traumatismes, cela peut se concevoir ; qu’il prétende constituer une réponse à la crise du sens de nos sociétés, certainement pas. Ce serait oublier que nos sociétés se sont précisément construites sur cette perte de sens et qu’elles procèdent elles-mêmes d’une rupture avec les grands récits du siècle dernier. Le récit instrumentalisé dans la conquête du pouvoir est de sinistre mémoire et l’argument de la quête du sens a déjà été utilisé par les entreprises les plus insensées dans des temps de crise antérieurs aux nôtres. Que nous fantasmions un monde simplifié « profitera » plus sûrement aux acteurs de la complexité contemporaine qu’à nos petites entreprises désintéressées. Le storytelling ne propose rien de plus qu’un retour à la propagande et à la désinformation, mais avec l’efficacité redoutable de méthodes rodées dans le marketing et le management, à l’appui de ce que Christian Salmon appelle « des expériences tracées », c’est-à-dire des conduites soumises à protocoles d’expérimentation qui nous transforment inévitablement en sujets.

LA SOCIETE DU REVE

La société du rêve est paradoxalement privée de ressources pour s’imaginer un avenir ou un présent. Elle rêve le rêve avec une inquiétante constance. C’est une société qui, faisant face à ses propres désillusions, voudrait encore les fuir dans le sommeil… mais le rêve est un texte auquel elle n’a plus accès. Le storytelling est le rêve d’une société qui voudrait encore rêver, mais qui, n’en étant plus capable, se voit contrainte d’entretenir sa propre fiction pour survivre. Le storytelling est le rêve d’une société sans texte.

 

 

 

Les photos sont des captures d'écran de bfmtv.com que j'ai réalisées sur mon ordi durant l'affaire Mohamed Merah.

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 23:25

Ce matin à Montpellier la commission régionales de classement des sites à décidé à l'unanimité de proposer au préfet de Région d'inscrire la maternité Suisse d'Elne link à l'inventaire des monuments historiques, c'est un combat de trois ans mené par la ville d'Elne et son maire qui trouve une issue favorable. Mais la cerise sur le gâteau est que le Directeur Régional des affaires culturelles (DRAC) a proposé le classement de la Maternité comme monument historique au même titre que la cathédrale ou le cloître. Ce qui est remarquable et exceptionnel c'est que c'est au regard de l'histoire qui s'y est déroulée que la Maternité est distinguée. Beau travail du maire d'Elne Nicolas Garcia et son équipe. On attend avec impatience le mémorial de Rivesaltes...

http://www.elne.reseaudescommunes.fr/fr/information/32594/la-maternite-suisse

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 11:02

Ce ne sont pas moins de 8 instituts qui sont sollicités à jet continu par les medias. Les scores qu’ils produisent peuvent être appréciés soit en synchronie (à des dates très proches sur l’ensemble des instituts) soit en diachronie (en regardant les évolutions dans le temps pour un même institut). Cela donne lieu pour les supporters de chaque candidat à des angoisses ou à des joies « synchroniques » ou  « diachroniques », qui en se combinant décuplent leurs effets. De véritables drames se jouent dans les esprits tant il est vrai que malgré toutes les mises en gardes de la raison mathématique chacun cherche à y voir la préfiguration heureuse du résultat qu’il espère en repoussant le spectre de l’échec qu’il craint. Le maître mot pour les commentateurs c’est « la tendance » jugée à l’aune des gains les plus minimes. Car la tendance, lorsqu’on la pousse vers le haut –ce que chacun est tenté de faire- n’a pas de limite supérieure. Mais hélas, comme le disait Alphonse Allais « les poubelles de l’Histoire sont pleines de tendances prolongées » …

Un carburant médiatique

De quoi parlerait-on s’il n’y avait pas les sondages ? Des programmes des candidats ? On en a vite fait le tour et surtout en période de crise ils ne peuvent guère susciter un enthousiasme délirant. Si tel était le cas tout passage à la pompe à essence, par exemple, viendrait le doucher durablement. Ce qui fâche n’est pas vendeur. En revanche les sondages sont des sources d’évènements puisqu’ils créent continûment de la différence et de la variation au jour le jour, ne serait-ce que  par la diversité des méthodes (téléphone et/ou internet) et la taille des échantillons (de 900 à 2800). La machine médiatique s’alimente donc d’évènements créés par l’imperfection structurelle des outils de mesure qu’elle sollicite. Elle paye le grain, elle le moud, elle fait lever la pâte et vous livre ses croissants chauds au saut du lit. Pour compléter cette métaphore boulangère il faudrait peut être ajouter un client béotien et crédule qui serait roulé dans la farine …

Des photos plus ou moins floues en guise de marc de café

Une intelligence scientifique ne peut tirer aucune conclusion valide sur le positionnement relatif des candidats séparés par un écart inférieur à 3 points lorsque la taille de l’échantillon est  inférieure  à 1000 sondés. Imaginez une photo prise sur un stade d’athlétisme au cours d’un 110 m haies avec un appareil défectueux incapable de faire une mise au point sur les compétiteurs. Qui est en tête ? Et d’une photo à l’autre, qui a vraiment progressé ? Ceux qui prétendre lire dans ce flou sont des mages d’opérette intéressés à un possible effet prédictif de leur commentaire quand ils ne font pas preuve de fétichisme militant … En revanche on peut déjà être plus sérieux lorsque l’échantillon atteint 2800 comme dans le BVA du 29-31 mars pour lequel le flou se réduit à 1,5 points*. Si les 2 principaux candidats restent indiscernables au premier tour, le deuxième tour à 56/44 est tout à fait ravageur et minera certainement le moral des sarkozystes les plus fanatiques. La somme des voix de gauche, en progression constante depuis la percée du tribun du peuple, le fera probablement chuter dans leurs chaussettes. Cependant, même si la photo est moins floue, elle n’est toutefois qu’une photo …

 

Un second tour désespérément constant

Tels les Guides Bleus qui ne notent guère dans les paysages qui « valent le détour » que des pics et des gouffres en ignorant superbement les plaines et pénéplaines qui ne constituent pas un but de voyage, les medias- c’est leur logique- ne  peuvent parler que de faits qui peuvent être pointés du doigt. La constance n’est pas un évènement, la continuité n’appelle pas d’autre commentaire qu’un sempiternel constat ; c’est la calamine du moteur médiatique. Un second tour presque constant  entre 54/46 et 56/44 depuis des mois et des mois n’invite à dire rien d’autre sinon que l’affaire est pratiquement entendue. Mais c’est une chose qu’on ne peut pas dire car c’est un propos qu’on ne peut que répéter au fil des sondages successifs. Il bloque la machine.

D’ailleurs  ce bon Monsieur de La Fontaine lui-même ne parle de la tortue de la fable  -laquelle se hâte avec lenteur- qu’au début et à la fin de l’épreuve …

 

Une fin par ailleurs connue de tous…

http://www.sondages-en-france.fr/sondages/Elections/Pr%C3%A9sidentielles%202012 

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 15:42

Je n’injurierai pas les jacobins, en les prenant pour des cons. Je ne serai pas celui qui voudra leur faire prendre des vessies pour des lanternes en leur expliquant de ne pas s’inquiéter, qu’il n’y a aucun risque pour la République dans la revendication pour le catalan en Catalogne Nord. Ils savent bien que chaque langue véhicule une identité. Qu’en imposant le français on a forgé de manière implacable l’identité nationale. Qu’avec la récupération du catalan on est en train de créer les conditions favorables à l’émergence d’une nouvelle conscience catalane qui, tôt ou tard, créera un conflit d’identités. Les citoyens roussillonnais auront de plus en plus de difficultés à faire cohabiter, dans leur cœur et dans leur tête, la fidélité aux deux identités. Je parle d’identités, et non pas de langues et cultures. Des cultures et des langues plus on peut en avoir et mieux c’est pour l’épanouissement de chacun. D’identités, par contre, nous n’en avons qu’une. I y a de plus en plus de nord-catalans qui, sans renoncer aux principes républicains (ceux qui, historiquement, ont inspiré l’indépendantisme catalan, du début du XXème siècle jusqu’à nos jours) renoncent intimement à une identité française imposée aux générations antérieures pour adopter cette identité retrouvée avec orgueil. Le slogan “fiers d’être catalans” devient, peu à peu, une affirmation identitaire pré-politique plutôt qu’une mascarade folklorique-sportive.

Les nouvelles générations qui apprennent ou réapprennent la langue –minoritaires, oui !- le font tout en découvrant le domaine référentiel et émotionnel catalan, ils suivent le Barça, ils adoptent le drapeau étoilée indépendantiste, ils se tournent plus vers Barcelone que vers Montpellier ou Paris. Tout cela, immanquablement, les éloigne de la conception franco-jacobine d’identité nationale. Plus la Catalogne avancera dans le processus de son indépendance, plus la force centrifuge sera forte pour assumer sans complexes l’identité catalane. Identité sociologique et politique plus que linguistique dans la plupart des cas, vu que la situation du catalan est tellement détériorée en Catalogne Nord qu’il est plus facile d’assumer le cadre symbolique et revendicatif, plutôt que la langue.

Non, je ne prends pas pour des cons les défenseurs des valeurs républicaine à la française. Surtout parce qu’en grande partie je partage ces valeurs, à l’exception de l’identification nationale. Si quelqu’un fut lucide, à ce sujet, c’est bien le Préfet Bernard Bonnet. En bon fonctionnaire au service de la Nation il savait que permettre l’expression de la catalanité linguistique et culturelle c’était ouvrir les portes à une conscience collective qui pouvait finir en revendication politique.

En Catalogne autonome il y a, maintenant, un processus qui semble accélérer l’indépendance. Les changements géopolitiques seront importants, ceux des mentalités aussi. Je suis incapable de prévoir ou d’imaginer ce que peut représenter l’existence d’un nouvel état européen voisin -Catalunya- pour la Catalogne Nord et pour la France. Mais ce que je sais c’est que nous ne pouvons pas nous voiler la face et faire comme si de rien n’était, en voulant faire croire que récupérer, enseigner et promouvoir la langue catalane, sa culture et son imaginaire ne représente aucun danger pour la République. Ils ne le croient pas, et ils ont raison.

en catalan:http://blogs.elpunt.cat/aleixrenye/2012/04/02/els-jacobins-no-son-idiotes/

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 15:09
Jean-Paul Alduy al Saló Alimentària de Barcelona Foto: PMCA_BD.

Du 26 au 29 Mars, l'agglomération de Perpignan-Méditerranée a présenté son stand au salon Alimentaria à Barcelone, avec sept caves et des domaines viticoles. Cette initiative vise à assurer "la promotion de vins, comme Alimentaria est devenue un leader mondial dans le secteur alimentaire."
Mille vignerons de la Catalogne Nord etaient concernés par cette initiative et parmi les vignobles étaient représentés les trois plus importants de la plaine du Roussillon. Paul Schramm, vice-président de l'agglomération de la viticulture gestionnaire explique que "nous avons profité de cette grande vitrine pour vous faire découvrir notre savoir-faire viticole."
L'association des municipalités (l'Agglo) a favorisé la plaine du Roussillon,également, l'espace Agrosud "Le Goût du Village Catalan", une zone d'activitée économique consacrée "au goût" où les entreprises du secteur alimentaire.
Il a également promu le concept de tourisme rural et gastronomique "Vignoble et Découverte", qui rassemble en Catalogne du Nord "caves, restaurants, maisons et monuments du patrimoine."
Selon Jean-Paul Alduy, président de Perpignan-Méditerranée, «notre présence au salon Alimentaria de Barcelone est seulement là afin de  confirmer notre désir de nous faire connaître, au-delà des frontières, comme notre réalité culturelle , ainsi que nous le faisons avec frontièrescène Théâtre archipel. "
Mais le debriefing du salon" Alimentaria" est moins glorieux.
Le salon international de l'alimentation et des boissons (food and drinks exhibition), a reçu la delégation de PMCA en tant que full and drunks prosternation. Je m'explique.
Jean-Paul Alduy a déployé un trésor de fonds pour promouvoir les nectars viticoles de notre belle agglomération ce lundi 26 mars devant 35 journalistes dans la capitale catalane, certain de concurrencer le label "sud de France", caparaçonné de l'invincible armada de son inextricable suffisance, sans compter, à grands renforts de la réserve d'incompétence qui lui est chère. Les convives se trouvèrent moins nombreux que les petits fours, ci-devant destinés, à leur gourmande présence tant convoitée. Ne manquaient qu'un chien et un convers tonsuré pour assurer la calamiteuse peine d'un président d'agglo dépité, payant de sa personne pour finir les barriques et relancer la production, avant que de couper quelques têtes dès son retour. Bacchus est alcoolique et le grand paon est mort. Bref, une plaisanterie bien coûteuse qui devait s'étaler sur 3 jours et s'est ramassée en une seule journée (les 2 journées suivantes ayant été annulées). Je ne puis m'empêcher de penser que la prochaine saillie de JPa concernera la promotion de la vigatane en léproserie.
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 16:48

grau

Perpignan n'est pas au mieux de sa forme. Dans la lignée de la gouvernance de droite de l'état français, la gestion locale n'est pas au mieux loin s'en faut ! Tous les travaux engagés simultanément et les voix à sens unique étouffent la circulation perpignanaise. Et l'automobiliste, non content de ne pas trouver de place gratuite pour se garer sans risquer une amende, dénoncé par une des multiples caméras (qui au passage sont plus là pour repérer les mauvais stationnement que pour prévenir la délinquance), se fera flashé aux feux tricolores, sans même avoir grillé le rouge, mais tout simplement pour avoir dépassé la ligne (ce qui déclenche aussi bien le radar).

C'est pourquoi le maire Jean-Marc Pujol, qui n'était pas en avance en terme d'image, creuse son déficit. Alors il multiplie les supports de communication, les réunions publiques où il prétend l'inverse de ce que tout le monde peut voir ! Sur les grosses invitations qu'il envoie pour les réunions, il y a sur une tranche les informations sur la réunion: "Comment la ville fait face à la crise? Quels choix? Quels investissements? Quelle perspectives?". Et sur l'autre son effigie en grand (en mode Michael Jackson dans thriller), avec cette phrase signée à la pointe de son stylo: "Ensemble, dans chaque quartier, le dialogue et l'action font avancer Perpignan!", pour que l'électeur moyen se pénètre de son charisme, comme le disait Jean Dujardin dans OSS 117 : Jean-Marc Pujol "notre raïs à nous!". Mais, ainsi que le raconte l'indépendant, il voulait de la proximité, il en aura eu à chaque fois, citoyens et commerçants lui disent tout le bien qu'ils pensent de l'exercice de sa magistrature. Il y a une différence entre la vidéo qui accompagne les voeux, où il y a interaction entre tablettes tactiles, smartphones et les relais d'informations et d'interventions de la ville. Notamment la séquence où une perpignanaise repère un nid de poule sur un trottoir potentiellement dangereux pour une personne âgée, voire une personne à mobilité réduite. Elle le photographie et l'envoie au service de la voirie de ville, qui intervient dans la seconde (la vidéo ne durant que quelques minutes, on n'est pas en temps réel). Le journal de la ville est encore meilleur, la plupart du temps ses exemplaires s'entassent dans les halls d'édifice municipaux en espérant que des citoyens s'en encombrent mais, hélas, la pile ne bouge pas. Et le citoyen a tort de ne pas le lire. Contrairement au journal de 20 heures, celui-ci n'annonce que de bonnes nouvelles: "la situation financière de Perpignan est saine" parce que comme le dit Jean-Marc Pujol dans son édito: "Préserver les équilibres ; comme dans une vie de famille, gérer une ville impose de la justesse, de la rigueur, mais en prenant toujours le soin de répondre aux nécessités du quotidien. Comme dans une vie de famille, de nouvelles personnes arrivent, de nouveaux besoins se créent et il faut continuer à maîtriser les dépenses tout en optimisant les revenus." On est réellement pas dans la quatrième ville plus pauvre de France"!

voir aussi

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 13:34

foto3 8183

 

Jean-Paul Alduy, comme tous les vieux artistes, veut faire son "come back". A près de 70 ans, l'homme à qui l'on doit le théâtre de l'archipel (42 millions à payer sur 32 ans) et la gare TGV de Perpignan (qui ne verra que deux TGV par jour, pas des lignes internationales, sachant qu'une autre sera construite à Rivesaltes), dont la femme Laurence Borreil-Alduy a une relation bien particulière au trou de la sécu, dont le quatrième pont a failli porter le nom, manœuvre du coté de l'UMP pour avoir l'investiture pour les législatives, voir ensuite pour les municipales de 2014. Pourquoi l'investiture UMP,  alors qu'il avait dit pis-que-pendre de ce parti au moment des sénatoriales (il avait refusé de se retirer, raccrochant même au nez du président Sarkozy et se répandant ensuite jusque dans la presse) ? Mais "ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent", comme disait Edgar Faure (Ramon Faura vous racontera qu'ils sont de la même famille), et Jean-Paul Alduy n'est pas à une contradiction près puisqu'il a affirmé récemment : "Nous avons fait le choix durable de l’alliance de la droite et du centre et seul le candidat Nicolas Sarkozy est aujourd’hui en mesure de permettre à cette alliance de bâtir une France forte mais aussi juste". Et comme avec Jean-Paul on a jamais rien pour rien, il rajoute : "Encore faut-il que l’UMP comprenne que la dynamique de cette alliance dépendra de la place donnée au Parti Radical dans les législatives". Là, il tente de dire que s'il ne la fait pas gagner, il peut bien faire perdre la droite !

Voir aussi de Fabrice Thomas :

http://cestpolitique.wordpress.com/2012/03/23/pour-son-70ieme-anniversaire-alduy-veut-un-siege-de-depute/

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 17:07

 

Depuis le début de cette année 2012, l'émulation commençait à se faire ressentir sur le campus de l'université. Le climat de la période préélectorale, traditionnellement tendu, l'était d'autant plus cette année en raison de l'enjeu majeur que revêtait l'organisation de ces nouvelles échéances électorales, à savoir le vote d'un nouveau président pour notre université. Ainsi comme l'on pouvait s'y attendre, la bataille fut rude, mais pas que chez les étudiants...

Comme chacun le sait, en raison d'une bataille médiatique rudement menée dans la presse et les réseaux de notre université, deux prétendants sont en lisse pour le poste de président de l'université de Perpignan. Afin de se voir élire, les deux prétendants en questions (Abdelhaq EL JAI et Fabrice LORENTE) devront récolter les suffrages des membres du conseil d'administration fraichement élu.

Pour ce qui concerne les étudiants, ces derniers disposent de 5 sièges de représentants au sein dudit conseil (composé de 22 membres), et par conséquent disposent d'un poids non négligeable pour l'élection du président de l'université. Dès lors, c'est sans surprise que les étudiants candidats au conseil d'administration se sont fait approcher par les candidats à la présidence, désireux de promouvoir leur projet pour l'université et ainsi récolter leur suffrages (ce qui soit dit en passant, est une preuve du bon fonctionnement des organes de notre université). Néanmoins, pour ce qui est des listes indépendantes, nous avons été déçu de constater que seul Fabrice LORENTE a fait la démarche de nous proposer un entretien...

La surprise fut d'autant plus grande lorsque nous avons eu écho de possibles accords passés entre des personnels issus de divers syndicats et les étudiants du syndicat étudiant UNEF. La démarche n'est pas totalement déplorable en soit, mais les méthodes qui en ont découlés étaient très peu galantes à notre égard, notamment lorsque des professeurs ayant un parti pris pour l'une des deux candidatures àla présidence se seraient mis à faire la promotion du syndicat étudiant de gauche (tout en dénigrant les autres listes). Certains mêmes on eu l'ingénieuse idée d'entraîner les étudiants jusqu'aux portes du bureau de vote afin qu'ils puissent voter, après avoir reçu la meilleure des propagande qui soit : celle des instituteurs chargés de leur évaluation trimestrielle !

Cependant, force est de constater qu'à l'Université de Perpignan le climat n'est pas bien fertile pour les revendications des syndicats étudiants nationaux. Et c'est sans réelle surprise que les listes indépendantes remportent à elles seules 3 sièges sur 5 au conseil d'administration, 6 sièges sur 12 au conseil des études et de la vie universitaire et 2 sièges sur 4 au conseil scientifique.

Ces résultats sont d'autant plus encourageants qu'ils interviennent au début de l'enracinement au sein du campus, d'une réelle dynamique étudiante associative et indépendante que nous avons mené depuis près de deux ans avec quelques responsables et sympathisants associatifs tels que Raphaël SEVE, Tayssir AZOUZ ou encore Kévin BERNARDI (dont l'engagement pour les antennes délocalisées de notre université demeure sans faille depuis le début).

Soulignons toute fois que cette dynamique, jusqu'alors dispersée entre diverses associations étudiantes est sur le point d'être fédérée via la récente réhabilitation du Bureau des Etudiants (BDE), intervenant à la suite d'un travail de refonte remarquable, mené d'une main de maître par le service de Direction de la la vie Étudiante et Culturelle (DIVEC) sous la responsabilité d'Isabelle OLIVÉ. Les années à venir s'annoncent donc d'ores et déjà favorables pour le mouvement associatif et indépendant perpignanais...


Tableau
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 17:44

 Plus de 950 personnes pour écouter Michel Onfray parler d\'Albert Camus et de l\'ordre libertaire. photo Marie Sophie l'independant

Le samedi 10 mars à 17 heures à Rivesaltes link, aux dômes, les "Vendanges littéraires" faisaient revenir le philosophe Michel Onfray (il avait déjà obtenu le prix des vendanges littéraires en 2009).

Il n'est que 15 heures 30 et le stand de la librairie Torcatis est déja envahi par une soixantaine de personnes qui souhaitent faire l'acquisition de "L'ordre libertaire : La vie philosophique d'Albert Camus". 16 heures 30, nous sommes de plus en plus nombreux devant la porte qui finit par ouvrir. Au final, la salle est pleine de 1100 personnes, venant parfois d'au-delà du Languedoc-Roussillon. On est obligé de refuser du monde et 50 personnes restent à la porte. C'est Christian Di Scipio qui annonce le programme : d'abord la conférence de Michel Onfray, orchestrée par les questions de Bernard Revel et Marie Bardet; ensuite viendront les questions du public. Pour Michel Onfray, l'image de Camus est entachée par la projection Sartrienne qu'on en a fait (au passage il démonte le mythe Sartre et Beauvoir à coup de taloches et autres rappels historiques). Il situe Camus, dont la mère catalane des Baléares (il traduira des poèmes de Joan Maragall link) lui donna peut-être le goût de l'autonomie, de l'auto-organisation pour les peuples, et notamment pour les algériens (pieds noirs et juifs compris), dans les libertaires. Il l'inscrit dans la continuité des "Girondins" de la révolution française link, des insurgés de la commune de Paris link, des marins de Kronstadt link.

Camus régle aussi ses pas dans les pas de son père qui est mort au front de la première guerre mondiale, qui a pour devise : "un homme ça s'empêche!". L'archipel contre attaque a obtenu une interview que vous pourrez écouter dans peu de temps, illustrée par les photos de Géraldine Mason.

Pour écouter la conférence cliquez ici 

http://soundcloud.com/onfray6bis-35/michel-onfray

Les questions à Michel Onfray, cliquez ici 

http://soundcloud.com/onfray6-35/onfray-questions

 

merci à Hervé Piedcoq pour sa captation sonore

onfray.jpg

Vers 21h, les derniers des 300 lecteurs venus faire dédicacer le livre "Camus, le libertaire".

En savoir plus sur Michel Onfray 

http://www.michelonfray.fr/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Onfray

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article

Articles Récents