Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  •  L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 10:35
Chronique moscovite (épisode 33): Oui, nous sommes des Scythes, des Asiatiques aux yeux de biais et insatiables !  par Félix Edmundovitch Dzerjinski

« Le monde n’est pas une nurserie. » (Sigmund Freud)

Cher petit Frantsouz, je voudrais te faire part de la tristesse d’un Russien. J’ai appris en ce mois de mai que tes gouvernants ont envisagé un rappeur pour célébrer le centenaire de la bataille de Verdun. Un rappeur pour célébrer le centenaire de la bataille de Verdun une des batailles les plus sanglantes de l’humanité, là, petit Frantsouz tu me troues, faut m’expliquer ! Tu viens d’inventer le recueillement/divertissement, ça, c’est du génie national ! Je savais qu’avec la volaille socialiste que Thorez voulait plumer, la culture c’était le nivellement par le bas (pour le populo, pas pour eux ou leurs enfants), mais je ne me souvenais pas que ces gens pratiquaient l’insulte. La vulgarité, oui, je m’en étais aperçu et d’ailleurs ce rappeur en est une bonne illustration, mais là, c’est du mépris total. C’est du mépris pour les combattants mais également pour ton Histoire. C’est Festivus-Festivus et la société du spectacle à Verdun ! Et pourquoi pas Nina Hagen à Auschwitz ? Je croyais que Verdun était désormais un lieu de recueillement… Pas grave, tu me diras, perdu que tu es dans le gloubiboulga de la postmodernité, tu es devenu amnésique, tu as la mémoire d’un poulet sans tête. Ce rappeur sait-il seulement ce qu’est Verdun ? Ah, et puis il me revient qu’il aurait tenu des propos antisémite, qu’il serait misogyne, mais baah, tout cela n’est point grave, c’est l’idole des jeunes… Toi qui es prompt à dénoncer le fascisme en Russie, regarde-toi un peu et surtout regarde le modèle que tu offres… J’aimerais bien avoir le nom du fonctionnaire, de l’élu et du ministre qui ont suggéré cette chose… Bon, tu le sais j’apprécie Blondin, il vient de ma maison, et tu devrais un peu t’inspirer de lui, il a un poil plus de classe. Il a tout de même envoyé son copinou Valéry Gergiev, un des plus grands chefs d’orchestre au monde, jouer à Palmyre. Bon, sans le faire venir à Verdun, je pense que tu aurais pu trouver quelqu’un par chez toi pour venir jouer quelque chose de beau et triste pour rendre hommage à ces soldats, français et allemands, perdus dans cette boucherie sans nom. Tu sais, nous, le 9 mai, nous faisons défiler le régiment des immortels, c’est-à-dire que chaque Russien qui a eu un des membres de sa famille qui a participé à la Grande guerre patriotique défile avec le portrait de cet ancêtre dans les rues de Moscou, idem en province. C’est silencieux, beau et émouvant, http://www.causeur.fr/russie-9mai-moscou-38290.html. Bon, heureusement, quelques Frantsouzy ont réagi et « ils » ont annulé la venue de cet âne, à la place des jeunes ont fait du jogging entre les tombes et simulé, tout près del’ossuaire, des combats. Que du bon goût ! Jadis, ton pays était un grand pays, envié notamment pour sa grande culture et justement apprécié pour cela par le Russien. Tiens, à ce propos, les statistiques des congés de mai, une semaine, des Russiens sont sorties. En tête, l’Italie, un pays qui reste encore un pays de culture, suivent ensuite la Grèce, Chypre, ces deux pays pour les amateurs de plages, puis l’Arménie et l’Ouzbékistan où j’étais et sur lequel je vais t’affranchir.





Pour te faire plaisir, tu te souviens, je t’avais affranchi sur ce couple de retraités de Florensac qui avaient remis les légions d’honneur de leurs aïeux, qu’ils avaient reçues pour faits de résistance, au jeune Prokhorenko, tombé à Palmyre alors qu’il guidait les avions russes et qu’il était encerclé par les bandits en babouches. Accessoirement, le soldat avait demandé à tirer sur ses propres positions. Ben Blondin les a invités pour la parade du 9 mai. Bon, maintenant tu as le choix, ou Black M ou des gens simples comme ça. A toi de choisir ton camp.





Ah, et puis j’oubliais, rapport à ma dernière chronique, petit complément de lecture. Lis Lev Goumiliev, que Jo le Moustachu avait envoyé au froid, fils de la poétesse Anna Akhmatova et du poète acméiste Nikolaï Goumiliev. Il est un des théoriciens de l’l’eurasisme. Avec ça, tu peux mieux comprendre la mentalité du Russien. Il dit des trucs intéressants sur la durée de vie d’une civilisation, qui à l’instar du vivant doit dépérir un jour. Il développe le concept d’ethnicité, lié au climat et au paysage, celui de passionarité, quand tu absorbes l’énergie extérieure et que la restitues dans le travail. Surtout, il établit une filiation entre les Huns, les Scythes et les Russiens. Sur ce sujet, un autre avait pas mal écrit, le baron fou Unger Von Sternbeg (relis Corto Maltese en Sibérie).





Bon retour sur mon séjour en Ouzbékistan. Tu connais le pays ? La route de la Soie ? La maison dorée de Samarkand ? L’ambassadeur du Roi d’Espagne, Ruy Gonzalez de Clavijo qui s’y rendu au début du 15ème siècle ? A l’origine, la terre de Tamerlan, Timour le Boiteux, grand conquérant mongol. C’est de là que serait descendu au 12ème siècle les Ottomans, qui vous causent tant de problèmes aujourd’hui. C’est Tamerlan qui est à l’origine de Samarkand, qu’il a souhaité voir rayonner culturellement et économiquement, Boukhara étant une ville plus religieuse. Samarkand, quand tu te balades au Registan, à Bibi Khanoum ou au Gour Emir, le tombeau de Tamerlan (Amir Timour) porte la marque du bonhomme, c’est beau, fait avec goût (il avait su attirer les meilleurs architectes et artisans, notamment perses), c’est monumental. A sa mort, une dynastie ouzbèke, les Shaybanides, prend le relais et transporte la capitale à Boukhara, capitale religieuse. Naqshbandi, le fondateur d’un courant du soufisme, y est inhumé, beau mausolée, à voir. C’est une ville magnifique, toute en finesse. Ces deux villes, avec Khiva en sus sont parmi les plus visitées par les touristes, souvent en groupe, notamment français et vieux. L’Ouzbékistan a été conquis par l’empire tsariste fin du 19ème, tout le pays a été soumis sauf le khanat de Boukhara, qui est devenu un protectorat du Tsar. La palais d’été du dernier khan, Alim Khan, a été construit par des architectes russiens et l’intérieur aménagé par des artisans locaux, c’est beau l’internationalisme, ça me laisse rêveur… Cette conquête a constitué un apport de modernité pour ces braves gens. Le Russien a mis un terme au commerce d’esclaves, a développé l’industrie, l’agriculture et le chemin de fer. Après, nous, les Rouges, nous sommes arrivés. Le petit Khan de Boukhara nous a résisté, avec ses Basmatchi, mais il a fini par céder devant Mikhaïl Frounze (je t’ai déjà parlé de lui et de son opération recommandée par Jo le Moustachu qui lui fut fatale dans les années 20). Nous, les Rouges, avons apporté à ce pays un surcroît de modernité et de développement. Après en 1991, ce pays est devenu indépendant. Attention, les mecs se sont pas battus pour ça, faut dire qu’ils recevaient pas mal d’argent de Moscou, non, les mecs ont été surpris quand l’Outre alcoolique a annoncé, avec le Biélorusse et l’Ukrainien, la fin de l’URSS fin 1991, après un repas bien arrosé. Les mecs ont pas beaucoup aimé la surprise, ben ouais, va falloir faire sans le grand frère… C’est drôle, par chez toi, il y avait une kremlinologue, qui avait table ouverte dans tous tes médias, du moment que c’était pour salir l’URSS, tu sais Hélène Carrère d’Encausse(tique, j’aime les jeux de mots foireux), qui annonçait la fin de l’empire sous les coups de boutoir des républiques musulmanes, tous les – stan… Ben, elle s’est plantée mais vous êtes polis, vous ne le lui avez jamais dit. Aujourd’hui, la gueuse est plus prudente, elle est un véritable afficionado de Blondin, bref, en langage tchékiste, elle a été retournée…





Mais revenons à ce magnifique pays, tenu par l’ancien Secrétaire du Parti depuis plus de 25 ans, Islam Karimov. Son modèle de développement, c’est la Corée du Sud. La Corée du Sud, tu connais, mais tu as probablement oublié par où est passé le pays pour atteindre ce niveau de développement et de prospérité, vu ta mémoire de poulet sans tête. C’était un régime fort et un pays fermé aux influences extérieures afin de développer son économie. Islam Karimov, il fait tout pareil, il limite les importations, il exporte à tout va, notamment son gaz tant et si bien qu’il y a des coupures de gaz ou d’électricité pour les locaux, il limite l’impression de monnaie pour maîtriser son inflation, tu as un cours officiel et un cours de marché noir pour changer la monnaie qui varie du simple au double, peu de dépôts dans les banques, les gens conservant leur liquide en dollars à la maison… bref, c’est au-delà des standards FMI-Occident et ça marche vaille que vaille et le pays n’ surtout pas besoin de toi, l’homme occidental. Tu as pas mal d’Ouzbeks qui travaillent en Russie mais le Russien maîtrise son immigration. Pour rentrer, il te faut un contrat de travail de 3 ans et après c’est retour à la maison. Il y aurait entre 2 et 3 millions d’Ouzbeks travaillant en Russie. En raison de la crise en Russie, plusieurs centaines de milliers d’entre eux seraient rentrés au pays. Rends-toi bien compte de la relation de dépendance : les transferts de ces migrants constituent 10 à 12% de la richesse nationale ouzbèke. Bon, depuis deux ans, ils sont en diminution, 3 Mds de dollars en 2015 contre 6 Mds de dollars en 2014. Donc, petit risque de tensions sociales mais le pays est bien contrôlé. Bref, tu l’as compris, quand le Russien s’enrhume, l’Ouzbek éternue… Et c’est un peu en raison de lien d’interdépendance que l’Ouzbékistan est un pays ami de la Russie et de Blondin. D’abord au niveau sécuritaire. Dans les années 2000, les pays a eu à faire à une rébellion islamiste hébergée par les talibans afghans. Et comme le Russien n’est pas loin, c’est un peu le seul à pouvoir te dépanner si tu es dans la panade (eh, à une époque, le Russien vendait même des armes à Massoud contre les talibans…). Et l’Ouzbékistan profite à fond de l’embargo décrété par Blondin sur les produits agroalimentaires européens, il exporte tous ses fruits et légumes vers la Russie et je peux te dire que la cerise ouzbèke, eh ben, elle est bien meilleure que celle de Céret, mais bon faut que tu sortes un peu pour faire la différence… C’est marrant, avec les circonstances actuelles, ce sont les liens de l’URSS qui se recréent. Ben ouais, avant, tous les fruits et légume de ce pays allait vers Moscou, à l’époque dénommée le Centre. En échange, le Centre te filait du pognon pour te développer. Il n’ en demeure pas moins que le pays est bien tenu. Papi Islam, 77 ans tout de même, n’a pas hésité à faire assigner à résidence sa fille, Gulnara, également chanteuse sous le pseudonyme Gogosha, car elle était devenu très, très et trop gourmande dans les affaires. Ah, primauté de l’intérêt collectif…





Après Samarkand, Boukhara et Khiva, tu pourras faire un passage à Termez, ville au Sud du pays. Il y a là-bas un site qui me remplit de nostalgie, le pont de l’Amitié qui reliait l’Ouzbékistan soviétique à l’Afghanistan et que nos troupes ont emprunté un soir de Noël 1979. Blague à part, c’est un pays magnifique, avec des gens fins et cultivés. Tu y trouves, surtout à Boukhara, un artisanat très développé notamment des miniaturistes et des brodeurs de suzani (http://www.rouge-garance.net/article-33045044.html).





Ah, au fait, j’avais oublié de te dire dans ma dernière chronique, que dame Ségolène, lors de son passage, ben comme son programme n’était pas très chargé, elle a fait un peu de tourisme et elle a visité la nouvelle Tretyakov (peinture russe du 20ème siècle) le lundi 30 mai. Habituellement, à Moscou, les musées ferment le lundi. C’est une vraie femme de gôôôôôôôôôche, avec des valeurs et tout et tout, déranger des salariés pendant leur unique jour de repos de la semaine, cela ne la dérange pas, sans vergogne. Elle a de la chance d’être en Russie, je n’imagine même pas en France… Thorez avait bien raison, il devient urgent de plumer la volaille socialiste, traître à la classe ouvrière…





Allez, ciao, пока, je t’écrirai en septembre… Je te quitte sur un long poème d’Alexandre Blok, du moins quelques extraits, à toi de le lire intégralement, c’est « Les Scythes », pour t’aider un peu à comprendre le Russien… si tu es encore apte et surtout, si tu en es digne car le Russien n’en a cure…


Vous êtes des millions. Et nous sommes innombrables comme les nues ténébreuses.


Essayez seulement de lutter avec nous !


Oui, nous sommes des Scythes, des Asiatiques


Aux yeux de biais et insatiables !





À vous, les siècles. À nous, l’heure unique.


Valets dociles,


Nous avons tenu le bouclier entre les deux races ennemies


Des Mongols et de l’Europe.





(…)





Ô vieux monde ! Avant que tu ne meures,


Pendant que tu languis encore, attaché à ta souffrance,


Arrête-toi, sage comme Œdipe,


Devant le Sphinx et son énigme ancienne !





La Russie est un Sphinx. Heureuse et attristée à la fois,


Et couverte de son sang noir,


Elle regarde, regarde à toi


Avec haine et avec amour !





(…)





Mais nous, dès maintenant, nous ne sommes plus votre bouclier,


Dès aujourd’hui, nous abandonnons la lutte ;


Nous regarderons de nos yeux étroits


Grouiller le combat à mort.





Nous ne bougerons pas, quand le Hun bestial


Fouillera dans les poches des cadavres,


Incendiera vos villes, logera ses chevaux dans vos églises,


Et fera rôtir la chair des frères blancs…





Une dernière fois ! — prends garde, vieux monde !


Au festin fraternel du travail et de la paix,


Au clair festin fraternel, — une dernière fois,


Te convie ma lyre barbare !

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans chroniques Chroniques Moscovites ARTICLES
commenter cet article
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 09:33
 Chronique moscovite (épisode 32) : 1941-1945, можем повторить (nous pouvons recommencer)par Félix Edmundovitch Dzerjinski‏

Petit Frantsouz, je me suis dit qu'il fallait que je perturbe le rythme habituel de mes chroniques pour te montrer cette image. Il s'agit d'un autocollant sur une voiture. Le dessin est explicite, tu y vois une créature avec une tête à croix gammée se faire sodomiser par une autre avec une étoile rouge. Et il y est inscrit, 1941-1945, можем повторить (nous pouvons recommencer).

Je t'envoie cette image pour que tu puisses sentir un peu le pays et pour t'aider. Ben ouais, depuis octobre 2015, tu nous envoies pas mal de ministres avec un résultat frisant le zéro absolu: Le Fol (en Christ), Royal, Cro-Macron, ZAyrault, Fekl et comme si la Russie avait beaucoup péché, de nouveau Royal le 30 mai!!! Tu crois que tu vas recoller les morceaux suite aux sanctions, tu crois préparer le jour d'après. Ben, tu te trompes. Déjà, parce que le Russien est persuadé que ces sanctions sont là pour durer et que le30 juin, les Européens vont les reconduire. Le Russien pense que les sanctions européennes suivent les américaines et comme les Américains ne sont pas prêts, pour des raisons géopolitiques que tu comprendras (ah non, j'oublias, tu n'as rien compris), à les lever, elles devraient durer entre 5 et 10 ans. D'ailleurs, le Russien a anticipé puisqu'il a décidé de prolonger l'embargo agroalimentaire, histoire d'en profiter pour structurer une agriculture nationale digne de ce nom. Alors, tu envoies tes ministres, mais comme ni eux, ni leur entourage ne sont des stratèges, ils disent qu'ils veulent aller à Moscou sans savoir vraiment pourquoi, hormis la Royal qui a une nouvelle fois tenté, sans succès une nouvelle fois, de voir Blondin (qui a un peu autre chose à faire). Leur visite à Moscou, c'est de l'occupationnel (d'ailleurs, il y a souvent de bonnes plages culturelles dans leurs programmes). C'est un peu comme si quelqu'un te déposait ses enfants et tu chercherais comment les occuper. T'es heureux quand ils repartent et tu espères qu'ils ne reviendront pas.

Si quelqu'un leur avait montré cette image, ils comprendraient un peu plus le pays. Cette image te renvoie à un nationalisme que le Russien a chevillé au corps, contrairement à par chez toi, noyé que tu es dans le gloubiboulga bruxellois globalisé. Tu vois, avec mon pote le Chauve-fondateur, nous étions de vrais internationalistes, nous voulions propager la Révolution. Puis est arrivé Jo le Moustachu qui, lui, a commis une vraie contre-révolution droitière, en éliminant notamment mes compagnons de route (j'ai eu de la chance de mourir d'une vilaine maladie, qui sait ce que Jo m'aurait infligé, peut-être un supplice à la Saint Sébastien?). Et Jo s'est pas mal appuyé sur le nationalisme, sentiment qu'il n'a fait que revivifier car le Russien, de par la construction de son Etat a toujours été un nationaliste. Regarde, la lutte contre les Mongols ou la conquête par les princes moscovites de Novgorod la marchande et la cosmopolite. Regarde la grande guerre patriotique ou plutôt les deux, celle contre Napoléon et celle contre Adolf. Et aujourd'hui, tu as les sanctions occidentales. C'est alors facile pour Blondin et ses séides de vendre leur soupe nationaliste au populo à grand renfort de propagande télévisée, ils jouent sur du velours. La Russie d'aujourd'hui a l'impression, mais est-ce une impression, d'être entourée d'ennemis qui veulent son éclatement (tu ne t'en souviens pas mais c'était le discours de l'Outre alcoolique lorsqu'il déclencha la première guerre de Tchétchénie en 1994). Avec les sanctions, vous avez renforcé le nationalisme en Russie et là, en bon tchékiste, je vous félicite pour cette intelligence de la situation.

Maintenant, par chez toi, ils se demandent comment en sortir, car en plus, les sanctions n'ont pas eu l'effet escompté. Tu te souviens, vous étiez persuadés qu'en frappant la Russie par des sanctions individuelles et sectorielles (sur le pétrole surtout), vous auriez une influence sur les oligarques, qui a leur tour demanderait à Blondin de se montrer plus coulant. Beau résultat!! En dépit d'une crise qui date de 2012, aggravée par les sanctions, la Russie montre une belle résilience même si de ci de là; il y a, très loin de Moscou, tu as des manifestations parce que les ouvriers ne sont pas payés depuis 6 mois... Ben ouais, comme dans les années 1990. Et à côté de cela, Moscou, qui est le cœur et la tête du pays, est toujours aussi belle, aussi pimpante dans ses habits estivaux, les gens sortent, font la fête, tant et si bien que tu te demandes où est la crise? Au final, je pense que le perdant, c'est toi! Allez, je te laisse à tes grèves, nuits debout/journées couchées et je te reviens bientôt.

Les autres chroniques moscovites:

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans chroniques Chroniques Moscovites ARTICLES
commenter cet article
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 19:07
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!

Henri Lhéritier nous a quitté trop rapidement, nous privant de sa présence et de merveilleux moments de lecture. Son oeuvre était pour beaucoup sculptée sur notre territoire les Pyrénées-Orientales, ses paysages et ses habitants . Il était un important témoin pour la représentation mentale d'ici, qui a de plus en plus de mal à s'installer puisque les médias ne daignent pas donner à l'esprit des gens, le "réel", mais ce qui concerne selon eux, leurs auditeurs ou leurs téléspectateurs (un "big up" pour l'indépendant qui a toujours fait le suivi de l'oeuvre d'Henri, ainsi que sa mort et les hommages: qu'il en soit remercié. Quant aux autres, ils se sont contentés d’annoncer sa mort)

Comment rendre hommage à un homme pareil, l'écrivain, le vigneron et l'humain? Des funérailles viking peut-être le plaçant sur un drakkar avec ses objets usuels, ses domestiques...en enflammant le tout et en lui souhaitant bon voyage dans l'Au-delà! Mais on nous a dit dans l'oreillette qu'on n'aurait pas les autorisations à cause au désordre public, de l'état d'urgence et puis ses chats étaient contre le fait de sacrifier une de leur 7 vies!

Alors que fallait-il faire. Il revint en tête que si Henri détestait la guerre, il demeurait fasciné comme un enfant par les batailles. Pour lui, il y avait des tas de choses qui valaient la peine que l'on se batte: la littérature, le vin, les femmes, le bien mangé, la culture...

Et nous d'une certaine manière, nous avions été ses généraux et il avait été notre condottiere et nous avait conduit à la bataille.

C'est ainsi qu'il était évident qu'au travers de l'archipel contre attaque, site qui avait édité ses textes courts et organisé de nombreux événements autour de son oeuvre, de ses éditrices Falques mère et fille (les Trabucaires) de son libraire Roger Coste (la librairie Torcadis, du nom d'un grand résistant à la famille de qui appartenait l'enseigne) et de son cousin et alter-égo Jean Lhéritier nous nous sommes réuni pour organiser la dernière bataille et chevaucher de notre condottiere .

Se basant ainsi pour l'essentiel, de textes issus de son roman "Le défilé du condottiere" , nous avons imaginé un événement dans les murs de Perpignan, mais à l'instar de ce récit une ballade à l'extérieur à la vue et aux sues de tous les citoyens de Perpignan, qui pourraient nous suivre et partager avec nous ces moments peuplés de mots, de musiques, de vin et de bière!

La musique, il en fallait. Des cornemuses catalanes "sac de gemecs" dont le libraire Roger Coste est un pratiquant et dont il avait créé une "colla" . Il fallait ça pour re-donner à Perpignan, la fougue, l’enthousiasme que le roman d'Henri lui avait décrit. Comme dans un roman de Rudyard Kipling "L'homme qui voulu être roi" ou de Joseph Conrad "Lord Jim" . Le choix du morceau "amazing grace" cantique anglais, joué à la cornemuse écossaise pour les deuils militaires ou policier aux états unis d'Amérique (et au passage, un clin d’œil au cinéma) .

Pour donner la synesthésie de la littérature d'Henri, il fait aussi une répartition de ses thèmes favoris, de lieux singuliers de Perpignan, de ses amis,sa famille, les gens qui l'ont aimé .

Ainsi donc, désigna-t-on 7 thèmes, 7 lieux et autant de personnes qu'il a nécessité!

Chelsea Cunningham,Carole Vignaud,Jean Dauriach,Jean Casagran,Pere Manzanares,Michel Fourquet et Anne lise Blanc, Françoise Mignon,Jean-Louis Coste,Michel Delos,Antoine Delmas,Pierre Henri de la Fabrègue,Michel Lloubes,Nicolas Chaignaud,Jeff Calmette,Bernard Lhéritier,François Calvet,Simone Lhéritier,Antoine et Pauline Lhéritier,RogerCoste, Jean Lhéritier, François Calvet, Marie-Ange Falques; Mireille Falques et Nicolas Caudeville

Le premier thème, les femmes aux allées Maillol et ses statues, ensuite le monument aux morts devant le palais des congrès anti-militarisme , rue Delcros reposoir devant "L'atelier de Cathy et Frédéric" autour du vin, devant la cathédrale St Jean autour de la religion, la mairie de Perpignan, la politique de l'autre coté de la préfecture sur le quai Vauban, avec une lecture du sénateur François Calvet et une un texte en catalan sur le traité des Pyrénées , pour finir devant la librairie Torcatis et de la bière artisanale l'Alzina sur le thème du livre.

Prés de 200 personnes ont suivi cette cavalcade. Un moment de partage, d'amitié qui n'avait rien de la foire à l’ego que veulent nous vendre ceux qui promeuvent la culture aujourd'hui sans en avoir un échantillon sur eux.

Suivent toutes les vidéos et les photos de l'événement!

Voir aussi le tout meilleur d'Henri Lhéritier:

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/henri%20lheritier/

Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Perpignan/vidéo:Le défilé du Condottiere , hommage à l'écrivain Henri Lhéritier!
Repost 0
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 11:53
Chronique moscovite (épisode 31) : Hикто кроме нас‏ par Félix Edmundovitch Dzerjinski

« Courchevel, loin des pauvres, près du ciel. »

« L’homme ordinaire est exigeant avec les autres. L’homme exceptionnel est exigeant avec lui-même. » (Marc-Aurèle)

« La découverte des contrées aurifères et argentifères d'Amérique, l'extermination et l'asservissement de la population indigène, son ensevelissement dans les mines, les débuts de la conquête et du sac des Indes orientales, la transformation de l'Afrique en garenne commerciale pour la chasse aux peaux noires, voilà de quoi est faite l'aurore de l'ère de la production capitaliste. » (le Barbu-matriciel, ah j’aime et je me dis que nous en sommes encore là, zéro évolution, c’est beau la stabilité, c’est rassurant…)

Commençons viril, pour te changer, avec une chanson hommage à nos paras, qui porte le titre de leur devise, никто кроме нас (personne à part nous),https://www.youtube.com/watch?v=AT9CNOOImM0. Rraaah, des chansons pareilles, ça me donne envie d’envahir la Pologne fascistoïde, parce que t’as quand même noté l’évolution chez eux, non ? Bon, en tout cas j’espère que cette chanson aura contribué, petit Frantstouz, à te viriliser pendant 3 minutes, toi qui as l’habitude de te faire socratiser… https://www.youtube.com/watch?v=dQnKwncpLRA

Chez le Russien, avec le 1er mai, c’est l’été qui commence et qui s’achèvera par l’automne, dès le 1er août… Je demeure persuadé qu’un pareil temps de gueux, 8 mois sur 12, cela te forge la mentalité d’un peuple. Pauvre Russien, tout de même, tant de guerres et toujours pas d’accès au soleil et à la mer chaude, heureusement que nous avons le camarade Bachar ! En tout cas, le soleil a cogné fort pour la parade, du 25° !!!

Je regarde tes élites, petit Frantsouz, Ministres, hauts-fonctionnaires, pédégés et je me dis que vous devez en être à une fin de cycle, le tout étant de savoir combien de temps va durer cette fin jusqu’à l’effondrement final (en la matière, nous sommes un modèle sur lequel tu devrais méditer). Regarde, l’empire que j’avais contribué à édifier, a bien mis 25 ans avant de sombrer. Chez toi, ça sent vraiment la fin de race. Pas d’intérêt supérieur de la nation, si ce n’est bradé ou vendu à l’encan, au moins disant ou au plus offrant. Ne t’en déplaise, chez le Russien, c’est le primat du collectif, l’individu étant un copeau de l’histoire, un zéro absolu, relis Koestler. Cela t’effraie, mais il faut bien faire avancer le pays !! Chez toi, ça sent vraiment la dégénérescence, forcément à force de rester dans l’entre soi tes élites se reproduisent et cela donne de la consanguinité, donc de la débilité. Petit Frantsouz, je vais te donner un conseil de tchékiste. Je sais, tu n’aimes pas le gens de ma profession, pourtant ils te protègent des autres et de toi-même, mais je pense qu’il te faut accoucher dans la douleur d’une société nouvelle, sinon tu périras. Il te faut changer de peuple et cela se fait toujours dans la douleur. Regarde les Russiens, cela s’est fait par petites touches : tu commences avec une révolution, suivie d’une guerre civile de 5 à 6 années, tu passes à l’industrialisation en éliminant une classe, puis tu épures les milieux intellectuels, et tu termines pas une guerre. Faut que tu t’y mettes !! Tu sais, nos deux pays ont commis les deux seules révolution dans le monde, 1789, même si mon truc à moi c’est 1793, j’aime quand ça saigne, chuis gourmand en chair humaine, moi, et 1917. Il faut que tu liquides tes gouvernants et ta bourgeoisie décadente, dans tout le sens du terme, il faut que fasses table rase. Cours camarade, et pas que le dimanche matin, le vieux monde est derrière toi. Sur la Russie, tu es complètement schizophrène alors que le Rital ou le Teuton sont plus équilibrés. Tu veux faire dubusiness, comme disent tes racailles, mais en même temps, tu critiques le régime (droit de l’homme et tout le tralala, Crimée/Ukraine, élections, situation intérieure, crise économique comme si tu étais toi-même le modèle indépassable, le nec le plus ultra en la matière) et tu craches à la gueule du partenaire. Pas étonnant que tu te sois trompé sur la Syrie.

Petit Frantsouz, je suis étourdi par le flot continu d’informations tous azimuts qui bombarde mon cerveau vieillissant. J’apprends que des Russiens vendent à des Occidentaux, leur reins. C’est la misère, une conséquence de la crise. Et vous, qui êtes également touchés par la crise, que vendez-vous ? Votre âme, votre cul ? J’apprends également que dans ton beau pays, il y a 2,5 millions de foyers au RSA, ça fait au moins 5 à 10 millions de Frantsouzy miséreux. Mazette, il va avoir du boulot ton Cro-Macron pour remettre tout le monde au boulot. Bon, la vérité est que par chez vous, il n’y a pas de boulot pour tout le monde. C’est quand même effarant toute cette misère mais toi tu fais avec. Heureusement, nous étions d’une autre trempe en 1917 parce ce que ce à quoi tu assistes aujourd’hui, c’est un retour vers le 19ème siècle, n’en déplaise aux tenanciers de la nouvelle économie. J’apprends également qu’il existe des Panama papers. Ces derniers ne disent rien sur les Etats-Unis, ce modèle de vertu ? Normal, c’est financé par les Etats-Unis, USAID et Soros, tout juste quelques trucs sur la CIA mais eux t’y touches pas car même si ce sont des ennemis, ils sont tchékistes comme moi ! Par contre, sur l’entourage de Blondin, ça balance. Bah, le Russien, il sait bien que ceux qui sont au pouvoir s’en mettent pleins les fouilles, vu d’ici, c’est tempête dans un verre d’eau d’autant que Blondin n’est pas nommément cité mais que ce ne sont que des proches. Bon, ces Panama papers écornent toutefois votre poulain-cochonnet ukrainien, serait-il lâché par ses protecteurs ? En tout cas, sur le Petro(lette) discrétion dans tes médias, logique du double standard oblige.

Tu as vu la dernière création de Blondin, une garde nationale forte de 400 000 homme et destinée à assurer le maintien de l’ordre et la lutte contre le terrorisme. Pas de journaux par chez écrivent que Blondin a fait ça parce qu’il craint débordements populaires en septembre lors des élections législatives ou qu’il voulait contrebalancer l’influence du FSB, son ancienne maison. Si tu veux mon avis, Blondin ne craint pas vraiment les débordements, même pas peur. L’opposition est en capilotade et ne représente aucune menace. C’est juste un fantasme de bobo, genre Nuit debout. Moi, ces jeunots, qui refusent de travailler pour 1200,00 euros, je te les pousserai au cul jusqu’à Magadan où je te les redresserai par un travail assidu et gratuit ! Parce que Ducon, et crois-moi je m’y connais, ce n’est pas en squattant des places et en buvant de la mauvaise bière que tu vas faire peur au système ! Non, la création de cette garde nationale c’est juste une rationalisation des forces et un regroupement, de l’optimisation comme disent les managers, sous le haut patronage d’un vieux pote, Viktor Zolotov. Admire le cv : ancien patron du FSO (le service de protection des hautes personnalités et plus si affinités), ancien garde du corps de Sobtchak, du temps où Blondin était à Saint-Pétersbourg, ancien garde du corps de l’Outre alcoolisée. Il était même à ses côtés sur le char durant le putsch avorté de 1991. Bref, un bon pote. Car Blondin, il ne fait confiance qu’à ses amis. Et toi, si jamais petit Frantsouz tu devenais l’ami de Blondin et ben, il te trouverait un bon job, bien payé.

Un peu de culture, c’est un peu mon moteur, surtout avec toute la laideur qui nous entoure. Dur d’être un dandy par les temps qui courent, dur d’être un authentique aristocrate, c’est-à-dire se sentir obligé par ses titres et s’imposer à soi-même des règles et des objectifs très élevés, être prêt à se sacrifier. Comme l’écrivait Ortega y Gasset, “On distingue l’homme exceptionnel de l’homme ordinaire, car si le premier est très exigeant envers lui-même, le second ne s’impose rien”. No comment, suffit de jeter un œil à ceux qui dirigent ton Etat stratège... Rayon culture, et en ce moment, ton pays est bien faiblard, je te passerai mes réflexions sur Jeff Koons au château de Versailles, ou sur le plug anal sur la place Vendôme pour évoquer la façon dont ton pays a de célébrer la francophonie chez les Russiens. Cela se passait en mars et ton pays en profite pour célébrer, chez le Russien, la diversité, qui ne pose pas de problème aux Russiens parce que leur pays est multinational et multiconfessionnel. Non, le vrai sujet, c’est tout de même la programmation. Faut que tu saches que ton ambassade a invité Raphaël Confiant, apôtre de la créolité, à Moscou. Bon, la créolité, hum, dommage, j’ai rien contre, pourquoi pas, mais tu rates ta cible en termes de rayonnement culturel auprès du Russien. Non, le plus drôle, c’est le profil du bonhomme,http://www.lemonde.fr/idees/article/2006/12/02/l-innommable-raphael-confiant-par-jacky-dahomay_840723_3232.html. T’as lu ? C’est génial, cette ambassade se veut la porte-parole des droits de l’homme et elle invite un drôle de paroissien, qui appelle les Juifs les innommables !! Légèrement antisémite, un poil hostile aux droits de l’homme (blanc), un peu comme moi mais pas pour les mêmes raisons, jamais rien compris à ce gloubiboulga bêtifiant. En fait, il doit te plaire car il te fait culpabiliser d’avoir eu un empire. Excellent ! Non seulement, ce n’est pas du tout adapté pour un public russien mais en plus cela te met face à tes contradictions et cela montre que tu as des diplomates plutôt bien affûtés parce que pour programmer pareil bonhomme... Le plus drôle c’est qu’il a défendu une sorte d’amuseur par chez toi, un certain Dieudonné, dont les spectacles sont censurés et qui a toute une palanquée de procès. Mince alors, on m’aurait menti !! Il n’y a donc pas de liberté d’expression par chez toi ? Gaffe, tu vires au régime poutinien !! En fait, sur ce point, je pense que tu es plus libre de dire ce que tu penses en Russie qu’en France aujourd’hui. Toujours au rayon culture, laisse-moi te signaler les expositions Pivovarov, un peintre conceptualiste, pas très aimé du régime à la période soviétique qui fait des trucs un peu à la Balthus ou à la Delvaux, et qui a surtout fait un cycle sur l’homme seul, Tahir Salakhov, un réaliste originaire d’Azerbaïdjan et Helium Korjev, qui illustre ma chronique.

Au fait, il faut que je te parle d’un restau, ouvert fin 2014, que j’ai récemment découvert. Tu le vois, je suis un ami de Mars, de Bacchus et de Vénus comme l’écrivait Pouchkine à propos d’un ami décembriste, Mikhaïl Lounine, un noble hussard. C’est le Twins (http://twinsmoscow.ru/), les jumeaux, parce que les chefs sont deux frères jumeaux. J’ai commencé par m’arsouiller au Spritz avant de m’attaquer à une joue de boeuf parfaitement cuite, c’est-à-dire longtemps, accompagnée de citrouille et de prunes pochées. Comme je suis une grande gourmande, je ‘ai pris en dessert une banane flambée dans sa feuille, accompagnée de brioches et de glace au feijoa (goyave du Brésil), pur délice. Pour finir, j’ai sacrifié une mule, j’ai pris un Moscow Mule comme cocktail. La vie est tout de même douce à Moscou… Le restaurant était plein en ces temps de crise. Bon, je te l’accorde, Moscou ne reflète pas le reste du pays, Moscou, c’est Moscou ! Tu vas croire que cela m’obsède mais laisse-moi encore te parler d’un autre restau, ben ouais, quand t’es tchékiste, tu travailles au restaurant la journée et le soir, tu deviens garçon de bain ou dentiste à la cave de la Loubianka, tu sais ces locaux qui abritaient jadis une compagnie d’assurance. Je veux te parler de la Stanza. Ce restaurant remplace le magasin Berluti, et je crois que nous y avons gagné au change. Je suis un vieux chat et j’aime les desserts et à la Stanza, ils te servent un cheese-cake déconstruit, c’est-à-dire que tu as une boule de sorbet fraise, deux boules de fromages blanc et du biscuit concassé, un régal surtout après l’excellent poulpe que j’ai mangé avec un blanc d’Espagne. D’ailleurs, lecteur de l’Archipel, toi qui es porté sur ton nombril, je vais te parler de tes vins. Il y en a quelques-uns en Moscovie, des Lafage chez Azbuka Vkusa, une chaîne équivalente à Monoprix-Fauchon (pas fauché), au 45ème Parallèle avec un Bizeul et à la Brasserie Most (http://brasseriemost.ru/) où tu trouves un Sarda-Malet, Terroir Maillol à… 7000 roubles soit pas loin de 100,00 euros pour un vin qui en vaut moins de 20 dans ton pays. Faut dire que distorsion s’explique par la gourmandise du restaurateur mais surtout par les taxes douanières. Le vin ; et particulièrement le vin français, est un produit de luxe à Moscou. Il est taxé à environ 30 à 40% !! Un de mes amis mini-oligarque me disait d’ailleurs que du fait de la crise, il était contraint à des économies et qu’il avait diminué sa consommation de vins français. Faut dire qu’il était porté sur le Chassagne-Montrachet. Du coup, il se rabat sur les vins italiens et sur ceux du nouveau monde. C’est la vie au paradis capitaliste !

Avant de te quitter, retour sur la culture. Tu as vi ce concert de Valery Gergiev à Palmyre. C’est un beau coup de Blondin et de son ambassadeur informel car partout où va Gergiev, il est porteur d’un message de Blondin. Ben ouais, faudra t’y faire, c’est le Russien qui a libéré Palmyre et en homme de culture, le Russien y fait vibrer la culture. Ah, et au fait, grand merci à ce couple de retraités frantsouzy qui ont offert les légions d’honneurs de leurs aïeux résistants, totu un symbole, au lieutenant Prokhorenko, mort à Palmyre en guidant au sol les avions russiens. Il faut d’urgence que la prochaine promotion ENA prenne son nom !

Prochaine chronique, je te raconterai ma mission en Ouzbékistan, un pays de grande culture et bien tenu !

Voir les autres chroniques moscovites:

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans Chroniques Moscovites chroniques ARTICLES
commenter cet article
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 12:24
   Chronique moscovite (épisode 30) : Keep calm and wait Russians‏! par Félix Edmundovitch Dzerjinski

« Je vais vous confier mon secret, ce secret que j’ai gardé depuis longtemps mais que vous avez sans doute découvert : j’aime les gens, quand d’autres sont fascinés par l’argent. » (François Hollande, là je dois dire que j’adore son humour, il est fort ce mec !! Je pense qu’il aime juste les gens quand ils ont de l’argent, non ?)

« Quand on a perdu ses clés, on tuerait la terre entière. » (Adolf Hitler in Le livre des Nuls, je précise car d’ici à être taxé de fasciste, je me méfie de vos procès… staliniens et de votre manque d’humour)

« Dans l’armée rouge il faut bien plus de courage pour battre en retraite que pour avancer. » (Jo le Moustachu, vraie bonne citation car si tu te souviens, pendant la grande guerre patriotique, y avait toujours des petits gars de ma maison, le NKVD, dans le dos de ceux qui chargeaient et si ces derniers étaient tentés de battre en retraite, ben y rencontrait les balles du NKVD. Jo, il était sévère mais juste, non ?)

C’est drôle petit Frantsouz, je regarde l’évolution des sociétés et je me dis que ce qui réunit Européens et Russiens, c’est tout de même le consumérisme. Consommateurs de tous les pays, unissez-vous pourraient dire Bernard Arnault et tes autres pédégés du CACa 40. Tu verrais Moscou, ses endroits branchés sont pleins de hipsters tant et si bien qu’en bon tchékiste, je n’arrive pas à savoir, avec leurs barbes, s’il s’agit de bandits en babouches ou pas, donc je fais quelques bavures mais l’un dans l’autre, je rends service à l’humanité, si tu vois le concept. Comme toi, le Russien est porté sur son Iphone, fréquente les restaurants qui travaillent en circuit court et durable et proposent du quinoa… Mais ce qui nous différencie aujourd’hui, ce sont les gens au pouvoir. Toi, tu as des bricoleurs, des gribouilles, le Russien, avec Blondin et sa bande et notamment mes descendants, les fils de Félix, le FSB et tutti quanti, il a des stratèges, qui pensent la place de la Russie dans le monde d’aujourd’hui et surtout de demain. Fais gaffe, vous êtes en train de tomber. Tu ne t’es jamais questionné sur l’idéologie régnante et abrutissante et émolliente par chez toi avec toutes ces histoires de genres, d’égalité hommes/femmes, de minorités visibles ou pas, de fais pas ci-fais pas ça. Tu n’es pas révolté que tes élites s’attaquent à ton mode de vie et t’expliquent que fumer c’est pas bon, boire du pinard c’est pas bon…, bref toutes ses limitations à ta liberté, je parle pas de libertés collectives, parce que pour ça t’es fort, mais je te parle de liberté individuelle, personnelle. Par contre jouer au petit train entre amis c’est bon, du moment que tu as mangé tes 5 fruits et légumes, bio évidemment, aller en week-end à la Fistinière (regarde l’article sur Rue89 grand pourvoyeur en matière d’idéologie par chez toi) t’initier au fist-fucking, c’est « sympa » ou « cool »… Mais quelle est votre idéologie du moment ? Tu te poses la question, parfois ? Tu vois, le Russien, les libertés collectives, il en a rien à foutre, lui, ce qui l’intéresse, c’est ça liberté, ses clopes, sa vodka, ses zakouski avec ses potes. Bon, par chez nous, Blondin a aussi imposé des restrictions, mais en raison des bandits en babouches. Il s’est attaqué à la sacrosainte plage égyptienne et à la plage turque, deux totems du Russien consumériste, en disant aux Russiens qu’il ne faut pas aller chez des gens qui ne nous aiment pas. Je puis te dire que le Russien, consumériste comme le Frantsouz moyen ou bobo et postmoderne, il n’en revient pas que Blondin se soit attaqué à une de ses vaches sacrées. Il est fortiche Blondin tout de même et surtout, il comprend le pays. Dans l’absolu, ces gens qui voyagent et se globalisent, ne l’intéressent pas et il leur joue un tour pendable. Il se veut proche du peuple, des ouvriers, ben ouais, y en a encore chez nous contrairement à chez toi (mais peut-être que chez, ils ne savent pas qu’ils sont des prolétaires, je crois que vous avez le concept de classe moyenne pour ça, non ?), et des strates intermédiaires de la société. Il sait leur parler, les faire rêver, leur montrer la ligne bleue de la Crimée, même quand les temps sont durs comme aujourd’hui avec une économie qui boit le bouillon et les sanctions.

Allez, je te ramène à la reine des villes, j’ai nommé Moscou, la troisième Rome, et au seul pays qui ait récemment gagné toutes ses guerres ou du moins atteint ses objectifs (Tchétchénie, Géorgie, Crimée, Ukraine, Syrie), la Sainte Russie ! Cette ville bouillonne, je ne sais plus où donner de la tête mais je te signale deux expositions consacrées à la peinture réaliste socialiste. Toi, tu balaies ça du revers de la main, tu trouves que c’est pompier et tu esquisses un sourire ironique, tu préfères l’art contemporain, Jeff Koons et les plugs anals sur la place Vendôme comme horizon indépassables de la modernité en art. Mais tu devrais t’y attarder un peu. Cet art a eu la peau des constructivistes et autres suprématistes, qui couvaient avant Octobre 1917, et se sont pleinement exprimés suite à la révolution. Tu auras noté la proximité relative de ces courants avec le futurisme en Italie, le pays des gens bien habillés qui aimaient l’ordre. Quand Jo le Moustachu arrive aux manettes, il trouve tout ça un poil incompréhensible pour lui et les masses et estime que l’art doit éduquer les masses, exalter la révolution et sa personne surtout. La première exposition s’intitule en anglois, « Russia on the road », http://rusrealart.ru/. Tu y vois des tableaux relatant le rapport du pays aux moyens de transport, du métro à la conquête de l’espace. Ces tableaux exaltent le génie national mais également le territoire. Autre exposition, Alexandre Guerassimov, le peintre de Staline. Tu y vois ces travaux avant la rencontre avec Jo le Moustachu, qui tiennent un poil de l’impressionnisme, assez classiques, et surtout quelques toiles réalisées pour Jo le Moustachu, notamment celle sur les 25 ans de la révolution d’octobre en 1942, en pleine guerre. Tu y vois notre Jo le Moustachu à la tribune, nimbée d’une lumière quasiment divine et autour de lui, il y sont tous, son pote Vorochilov, Kalinine, Beria, Khrouchtchev, Molotov (dont la femme était en camp). La toile est géante et prend tout un mur. Après, quand Jo le Moustachu a cassé sa pipe, le Guerassimov a eu quelques soucis avec Khrouchtchev, un poil rancunier, et s’est mis à voyager en Iran et en Inde d’où il a ramené quelques toiles intéressantes. Bon, je termine là ton instruction, je pense que c’est vain de toutes façons, tellement petit Frantsouz tu manques de culture et surtout de curiosité pour la Sainte Russie. Tu te rends compte, tu en es à construire un Louvre à Abou-Dabi alors que tout près de chez toi, tu as le Russien, déjà éduqué et cultivé, pas comme ces bédouins et autres bandits en babouches. Ce qui est triste avec toi, c’est que tu préfères ton lointain à ton prochain. Bon et pour finir, belle exposition Cranach en ce moment au musée Pouchkine. Tu vois, Moscou, c’est le bouillonnement culturel permanent, faute d’être la révolution permanente.

Continuons la balade. Un nouveau restaurant, le Mushrooms, qui appartient au patron du White Rabbit, le talentueux Boris Zarkov, qui possède plusieurs restaurants (http://wrf.su/ru/). Le Mushrooms comme l’indique son nom est dédié aux champignons et à la truffe (http://mushroomsmoscow.ru/en/). C’est un endroit, récemment ouvert, un peu cher pour le Russien moyen mais qui montre le dynamisme du bonhomme qui se situe dans un créneau haut de gamme. Avec la crise, ce sont plutôt les restaurants de moyenne gamme qui trinquent. J’y ai mangé une salade de poulpes grillés avec du chorizo, des orecchiette au lapin dignes des Pouilles et une boule de glace à la truffe (eh oui, Félix est une grande gourmande !). Que du très bon !! Zarkov a tout compris au climat du moment, il ouvre pleins de restaurants à Sotchi. Ben ouais, avec la crise et les quelques restrictions de voyage imposées par Blondin et les événements, le Russien devient un voyageur intérieur. Ben, il a de la chance, le pays est vaste. Autre nouveau restaurant, toujours dans le haut de gamme, le 45ème parallèle (http://45-parallel.com/). Situé au 7ème étage de l’ancien marché kokhozien, sur Tsvetnoy bulvar, aujourd’hui reconverti en sorte de Bon Marché, donc très luxe, ce restaurant propose des plats situés au nord ou au sud du 45ème parallèle. J’y suis allé le 8 mars avec Mme Dzerjinskaya, t’es surpris, ben ouais, y a une Mme Dzerjinskaya. Un délice !! J’y ai mangé de la joue de bœuf arrosée d’un verre du Clos des fées, d’Hervé Bizeul. Le Roussillon est à Moscou !! J’aime bien ce Monsieur Bizeul qui a eu le bon goût d’appeler un de ces vins la petite Sibérie. Tu le sais, petit Frantsouz, la Sibérie est une région qui est chère au cœur du tchékiste, qui le lui réchauffe même et qui a permis de rééduquer par un travail assidu tout un tas de raclures bourgeoises, de déviationnistes et de traîtres à la patrie. Monsieur Bizeul, continuez à faire du bon vin, qui tape, du vin d’hommes, de moujiki. Pour vos prochaines cuvées, quelques suggestions de noms, « Magadan, mon amour », « Moujik, le vin des hommes » ou « La potion Félix ». Tu le vois, Moscou bouge, tous les mois des dizaines de restaurants ouvrent/ferment. Aujourd’hui, la préoccupation des restaurateurs, avec la crise, est d’atteindre le juste prix. La plupart de leurs dépenses étant en dollars, ils se doivent de les répercuter de manière modérée sur l’addition, sinon, pas un pékin ne viendra. Dure équation en ces temps de crise en Moscovie, mais malgré ce climat, y a toujours un Russien pour se lancer et faire quelque chose de joli.

T’as vu comme Blondin t’a surpris en annonçant le retrait des vaillants Russiens de Syrie ou du moins la diminution du contingent, ce qui est un poil mystérieux et sera difficile à quantifier. Il est matois, ce Blondin, tout de même, c’est bien un fils de Félix. Faut dire que je crois que, comme le dit Blondin, les objectifs sont atteints, siège de Palmyre, reconquête du corridor Alep-Damas, de Palmyre et protection des bases de Tartous et Lattaquié, bref, la Syrie utile. Je me souviens, lorsque la Russie est intervenue, vous étiez nombreux à prédire l’enlisement façon Afghanistan, ben non, c’est plutôt toi, l’Occidental, qui n’a pas le cul tiré des ronces en Irak, en Afghanistan depuis 15 ans et aujourd’hui en Syrie. Tes experts n’ont plus qu’à retourner s’accouder au comptoir et commander un pastis ou une mauresque (diable, nous sommes en France tout de même). Tu vois, le Russien est élégant, il quitte la scène au bon moment, à charge pour Bachar de finir le boulot. Ce retrait, c’est à la fois une main tendue aux Occidentaux, qui déclineront car ils ne comprennent rien, et c’est une façon de tirer les poils de la moustache de Bachar. Blondin est très fort sur la Syrie, c’est lui qui donne le la. Bon, je ne te cacherais pas que nous y laissons quelques avions et quelques conseillers militaires et puis tu as vu, Blondin, qui a le sens de l’amitié, l’a dit, « nous pouvons revenir en quelques heures »…

Eh, Frantsouz, t’as vu cette info ? Quoi, tes médias libres ne t’en ont pas parlé ? Jette un œil là-dessus, c’est riche d’enseignement sur l’état de vos sociétés, « After Cologne, Germany 'Teaches' Refugees How to Have Sex », http://www.zanzu.de/en/what-sex, https://www.rt.com/news/335185-germany-migrants-sex-rape-website/. C’est une véritable pépite, moi, elle me fait mourir de rire. Ben ouais, le réfugié, le migrant, il débarque de sa cambrousse où durant sa folle jeunesse, il s’est fait la main sur des biquettes ou des ânes. Eh, c’est pas des menteries, c’est un ami turc dont le foyer familial se trouvait à Mardin, en Anatolie profonde, qui m’a un jour dit qu’il était content que ses parents en soient partis pour l’Europe parce qu’il aurait été obligé de faire comme tous les jeunes du village, se dépuceler avec une biquette. T’imagine, quand tu te maries pour de vrai, la nuit de noces, ce doit être quelque chose…, la mariée prise comme une biquette… Nous sommes dans de la haute culture, mazette ! Mais revenons à notre migrant, mal dégrossi, un gros rustre, un plouc tout frais débarqué en Gross Deutschland. Rrrah, ses sens sont affolés par les gueuses locales, même si elles sont écolos avec du poil sous les bras et le tablier de sapeur. Il n’en peut plus et il croit qu’elles sont un peu comme des biquettes et là, c’est fatal, ça ne peut que déraper… Merdre, comme dirait Ubu, le IIIème Reich fut oublieux et négligent, il aurait dû éditer pareil guide à destination de nos vaillants cosaques libérateurs… Ce qui est drôle, c’est que ce petit guide me fait penser à un ouvrage drolatique qui était sorti par chez toi dans les années 80, petit Frantsouz, et qui s’intitulait « Bienvenue à l’Armée rouge ». Et tu y avais des phrases en russes à dire à l’occupant et qui illustrait tout à fait la promptitude du Frantsouz à collaborer et à accueillir l’occupant. Une phrase m’avait marqué, c’était « Camarade, prenez ma fille ». Ben tu vois ce guide social-démocrate bien-pensant destiné à la gestion de la sexualité exubérante du migrant, m’y fait penser et c’est un peu comme si le migrant était une sorte de force d’occupation. Ma foi, c’est cohérent avec les plans des bandits en babouche, qui il y a deux ans, vous avaient menacé de vous submerger par des vagues, des tsunami migratoires. Ben ouais, les bandits en babouches connaissent bien les vulnérabilités de vos sociétés décadentes. Décidément, l’Allemagne n’est plus ce qu’elle était… Où es-tu Heinrich, toi qui jadis arpentait les plaines d’Ukraine, où es-tu Otto, toi qui a inlassablement et méthodiquement redesigné nos villes et villages, où es-tu Reinhard, toi qui pensais réduire le Russien en esclavage, où es-tu Friedrich, méticuleux tueur de la Shoah par balles avec tes amis lettons et ukrainiens… L’Allemagne, même illusoirement prospère, demeure un pays vaincu et le reste de l’Europe est à son image, et en tant que Félix, je sais de quoi je parle…

Et puis, par chez toi, tu as vu la dernière caricature de Plantu, que tout bobo adule, tu sais sur le fait que des marques de vêtements sortent des burqas et autres hidjabs, ben lui il parle de « fashion ceinture » d’explosifs. Si t’analyses bien le propos, il assimile les musulmans à des terroristes… Je crois que même la Blonde fille de son père, qui récite du Musset, https://www.youtube.com/watch?v=21Uo-1Vv0-4, n’aurait pas osé. Je crois que par chez toi, certains sont autorisés à dire ce genre de saloperies et ils sont souvent de gôôôôôôôôôôôch, t’as remarqué. La liberté d’expression est une vraie question par chez toi, petit Frantsouz, il me semble que même dans la Russie de Blondin, tu es plus libre, en tout, cas, tu n’es pas libre de dire des conneries comme ton Plantu ! Et c’est plus sain !

Allez, je te quitte en musique, https://www.youtube.com/watch?v=zIwtzNhCGJU.v

Les autres chroniques moscovites:

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans Chroniques Moscovites chroniques ARTICLES
commenter cet article
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 11:45
Chronique moscovite (épisode 29) : « Eh bien, capitaine, avez-vous bien dîné ? — Fort bien‏ par Félix Edmundovitch Dzerjinski

«En n'épargnant pas l'ennemi, nous sauverons la Russie.» (Ramzan Kadyrov)

« L’homme instrument est une sorte de zéro social dont le plus grand nombre possible ne composera jamais une somme s’il n’est précédé par quelques chiffres. » (Balzac, Traité de la vie élégante) Ah je recommande cet ouvrage, surtout à toi petit Frantsouz, qui te croit arrivé avec ton logis dont tu es propriétaire, ta voiture, tes vacances au Maroc ou en Thaïlande. Lis, enivre-toi de lecture au lieu de te vautrer dans la postmodernité et surtout, lis ce livre. En bon tchékiste, j’assume mon élitisme et mon côté aristocratique, après tout, ne suis-je pas un saigneur ?

Attention petit Frantsouz, l’humour belge déferle en Russie. Ben ouais, un opposant et ancien Premier ministre, Mikhaïl Kassianov s’est pris une tarte en pleine poire, façon attentat pâtissier, genre Noël Godin. Et voilà notre opposant de convoquer le FSB et le Ministère de l’Intérieur pour lui assurer une protection rapprochée. Tu te rends compte, une tarte dans la poire !! Quel couard ce mec, et il oublie les 200 Russiens qui ne demandaient rien à personne morts dans l’attentat qui a dégommé leur avion en Egypte en octobre 2015. Y a des mecs, ils n’ont plus aucune pudeur !!! Bon, faut admettre qu’il y a quelques semaines, le trublion tchétchène, Ramzan Kadyrov, l’avait représenté au milieu d’une cible sur son compte Instagram. Donc, le Kassianov pétoche à mort, il a peur de finir comme Nemtsov, tu te souviens, c’était il y a un an, le 27 février, sur le pont du Kremlin. Probablement une œuvre du trublion tchétchène qui a voulu montrer à Blondin qu’il était prêt à tout pour lui. Kassianov ? Aucun sens de l’humour !! Mais pourquoi une telle impunité pour notre barde du Caucase ?

Ben, faut dire que le bouillonnant Ramzan rend pas mal de services divers et (a)variés à Blondin, dont il se revendique être le fantassin, c’est dire sa volonté de servir (mazette, avec des gars de cette trempe, tu peux en faire des choses, tu pourrais soulever le Kazbek !). Notamment, sur Daech. Les combattants nord-caucasiens qui reviennent à la maison après avoir fait le coup de main avec les bandits en babouches sont interceptés par le trublion tchétchène et ses hommes, soumis à la question (pas le genre d’interview à la Marc-Olivier Fogiel, le divan en moins…) et ensuite retournés. Ce qui explique ensuite les vidéos de Daech lorsqu’ils exécutent des traîtres. Tu remarqueras que ces traitres sont originaires du Caucase-Nord. Bon, je dis pas qu’ils font ça pour le plaisir ces espions forcés mais je pense que le trublion tchétchène sait les convaincre en exerçant probablement quelque pression physique modérée sur le bonhomme, coupable déjà d’avoir rejoint Daech, ou sur sa famille, coupable de négligence dans l’éducation du bonhomme (attention, le bouillonnant Ramzan pourrait faire brûler leur maison s’il s’énerve). Bref, notre trublion national pour lequel j’ai beaucoup d’affection, faut juste pas l’énerver, a monté un service de renseignements parallèle sur les bandits en babouches. Quant à Kassianov, c’est de la mousse sur laquelle les chancelleries occidentales s’excitent, tes diplomates doivent avoir le pissou qui gonfle quand il rencontre ce has-been de Kassainov, le méga frisson de l’interdit comme lorsqu’ils avaient 14 ans et regardait M6, le dimanche tard... Kassianov a un petit surnom, tant il est petitement corrompu, c’est Monsieur 2%. Ancien ministre des Finances de l’Outre alcoolisée et ancien Premier ministre de Blondin de 2000 à 2004, ben ouais Blondin venait juste d’arriver aux manettes, il ne pouvait pas virer tout le monde aussi vite, il est devenu un opposant mais ne représente que lui-même, triste clown.

23 février, jour férié pour les Russiens, nous fêtons le jour des défenseurs de la patrie, qui remplace la fête de l’Armée rouge. En voilà une belle fête que t’as pas et que tu n’auras jamais parce que tu as oublié que tu avais une patrie et que tu avais à la défendre. Cette fête est l’occasion pour les Russiens de se remémorer les divers conflits passés et présent et surtout cette fête souligne la nécessité d’avoir une armée forte, capable de réagir en cas d’agression et d’assurer la paix. Après, sur le calendrier, tu as tout un tas de fêtes qui tombent un dimanche dédiés aux différentes forces : fêtes des forces aériennes, de la marine, des tankistes, des paras… Par chez toi, je crois qu’il n’y a rien alors que tes pioupious, ils méritent, c’est pas de leur fautes s’il y a des incapables aux manettes, incapables pour lesquels tu as voté, parce que t’es un bon mouton.

Et maintenant laisse-moi te parler de la Russie, le pays du capitalisme réel, jadis la patrie du socialisme réel. Je crois que d’un point vue économique, tu n’as pas plus libéral que la Russie. Tu es étonné petit Frantsouz. Je te conseille de profiter encore de ta protection sociale tant qu’elle est là, parce que le capitalisme réel, c’est un poil plus viril, ça défrise. Prenons au hasard les restaurants. T’aime bien les restaurants, petit Frantsouz. Chez toi, un serveur a un salaire minimum. Chez le Russien, il est payé 250 dollars, le reste de son salaire étant constitué des pourboires. C’est pour ça que dans les restaurants, tu as des myriades de serveurs, la main d’œuvre n’est pas chère en Russie, comme dans d’autres pays où tu vas ou allais en vacances (Maroc, Tunisie, Turquie, Thaïlande, Viêt-Nam…, ben ouais, avec le capitalisme réel, tu comprends mieux la maxime, « le malheur des uns fait le bonheur des autres » ou Montesquieu qui disait « Le sucre serait trop cher, si l'on ne faisait travailler la plante qui le produit par des esclaves. ». T’y pense à ça, quand tu voyages durable (de lapin). Gaffe, à mon avis, cela pourrait inspirer ton Cro-Macron, qui aimerait tant libérer les énergies prise dans le carcan de la réglementation… Tu vivrais ce que vivent ou ont vécu mes compatriotes, petit Frantsouz, tu serais déjà à genoux en train de pleurer et de vendre ta sœur ou ta fille. Je vais te le dire franchement, tu n’en as pas conscience mais tu vis dans le confort et le monde d’aujourd’hui est de plus en plus inconfortable, violent, chaotique. Faudra t’y mettre si tu ne veux pas mourir, il faudra t’adapter comme dirait Cro-Macron, il te faudra mourir un peu, tu vas couiner mais les socialistes pour lesquels tu as voté (la gôôôôôôôcheu) te détricotent ton code du travail, clair, le changement, c’est maintenant et tu vas le sentir, et la poignée de graviers avec. Mais attention, un changement conforme à la marche du monde, tu vas t’appauvrir. Ton futur petit Frantsouz, c'est travailler toujours beaucoup plus pour gagner toujours beaucoup moins ! C’est la mort de la classe moyenne née en 1945 par chez vous, mais personne ne le lui a dit… Je te ressers un peu de merdre ?

Et puis parlons un peu des sanctions et de leurs conséquences. Certes, l’économie boit le bouillon et les pires prévisionnistes prévoient 15 années de stagnation… Bon, je pense que si tu es un eu lucide, tu sais quoi penser de ce genre d’experts. Moi, je te les enverrai à Magadan poser des rails par – 40°, histoire de leur remettre les idées au clair. Non, ce qui se passe avec les sanctions, c’est que le Russien se retroussent les manches et là, fais gaffe. Ben ouais, il est conscient que pendant 20 ans et en plus sur la dernière décennie avec les prix élevés du pétrole, ben il pouvait se fournir auprès de l’extérieur que ce soit en biens, en denrées ou en technologies. Mais les sanctions ont été comme un électrochoc pour le Russien qui s’est rendu compte qu’il dépendait de l’extérieur. Et ça, il aime pas trop, ça l’angoisse, surtout dépendre de gens pas fiables comme les Européens… Alors, il en met un coup. Exemple, tes sacrosaints fromages. Ben ouais, t’as une ferme, dans la région de Saint Pétersbourg où ils te font des fromages de chèvres (Valençay, Sainte Maure de Touraine), une sorte de reblochon (qui n’en a pas la forme mais qui en a le goût), qui sont à tomber. Il y a même à Moscou des enfants de Frantsouz qui vont jusqu’à dire que leur Valençay (Talleyrand in memoriam) est meilleur que celui qu’il mangeait en France. Tu vois, quand les sanctions seront levées, ben la place aura été prise soit par des producteurs locaux, soit par Tchang… Pas de doutes, tes politiques sont des visionnaires ! Un peu comme Polyphème après le passage du malicieux Ulysse… Et puis quand tes gouvernants, tes bergers en sont à créer un ministère de l’égalité réelle et un ministère des victimes, choisis ton camp, camarade !! Si t’avais un peu de coucouilles, petit Frantsouz, tu demanderais que te sois immédiatement appliqué la déchéance de nationalité !! Réveille le Russien qui est en toi !!!!

Tu te souviens, je t’avais dit que je partais en mission à Londres, ben j’en suis revenu. Quelle ville fabuleuse, c’est beau le libéralisme économique tout de même surtout quand tu es du bon côté. J’ai arpenté Jermyn Street et Savile Row, la rue des tailleurs, c’est propre, c’est au poil, ah, le charme discret de la bourgeoisie… J’en ai surtout profité pour me gaver de Renaissance italienne à la National Gallery (Piero della Francesca, Uccello, Crivelli, Bronzino, Titien, Tintoret, Veronese, Mantegna…) et admirer la Wallace Collection. Que du Beau !! Après, j’ai aussi vu du Laid, sur Regent Street. Par curiosité, je suis rentré dans l’AppStore, votre nouvelle Eglise. Et quelle ne fut pas ma surprise de voir des centaines et des centaines de personnes, il y avait foule. Y avait moins de gens à la Wallace Collection… Pas de doutes, choisis ton camp, camarade !!

Les autres chroniques moscovites:

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans chroniques Chroniques Moscovites ARTICLES
commenter cet article
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 10:12
  Chronique moscovite (épisode 28) : Le plaisir aristocratique de déplaire (Baudelaire)‏ par Félix Edmundovitch Dzerjinski

« Dans cette bataille qui s’engage, je vais vous dire qui est mon adversaire, mon véritable adversaire. Il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu, et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance. Sous nos yeux, en vingt ans, la finance a pris le contrôle de l’économie, de la société et même de nos vies. » (Qui a dit ça, chien de Pavlov, qui ? Le Chauve ? Faux, c’est ton Mhollande en 2012 !! Ben depuis, la finance se porte bien, merci pour elle).

« En attendant l'avènement de la phase "supérieure" du communisme, les socialistes réclament de la société et de l'État qu'ils exercent le contrôle le plus rigoureux sur la mesure de travail et la mesure de consommation ; mais ce contrôle doit commencer par l'expropriation des capitalistes, par le contrôle des ouvriers sur les capitalistes, et il doit être exercé non par l'État des fonctionnaires, mais par l'État des ouvriers armés. » (le Chauve, bon, tu vois la différence ? Faut toujours revenir aux bases).

Nous y voilà, c’est la crise chez les Russiens, la grosse, tout le monde boit le bouillon, sauf ceux qui sont au-dessus de la marmite. Normal, c’est le capitalisme… Pour le Russien, ce n’est qu’un cycle car depuis l’effondrement de la mère-patrie du socialisme au visage radieux et réel, le Russien a connu la crise en 1991-1993, puis en 1998, puis en 2008-2009 et aujourd’hui depuis 2014. Les gens commencent à être mécontent de Blondin, qui n’en a cure, l’économie, c’est pas son fort à Blondin. Blondin, c’est pas un gestionnaire, il préfère la géographie et le sport (de combat). Mais quand même, ça grogne. En témoigne une conversation que j’ai eue à la bania avec Igor et Denis, deux russo-biélorusses. Denis dit ne pas aimer Blondin. Il a 40 ans et a eu 20 ans durant les années de chaos eltsiniennes et se souvient de ses 20 ans avec nostalgie. Il trouve que désormais, l’ennui a gagné le pays, c’était plus fun aux temps de l’outre alcoolisée. Bon, comme il est Russien, je te rassure, il conserve les fondamentaux du pays parce que je te voyais, te délectant d’un opposant à Blondin, ben il hait les Noirs, les Arabes et les homosexuels, c’est son tiercé, qu’il peut pousser jusqu’au quinté +, mais bon... A ce propos, il raconte comment il s’est égarée à Paris dans le quartier du Marais, il dit avoir craint pour son intégrité anale alors qu’il est bâti comme un Russien. Ah et aussi, il aime bien les Etats-Unis quand il y est pour voir son copinou Igor, qui a la green card. Mais quand il revient au pays des Russiens, il trouve que les Etats-Unis c’est la самая дебилная нация в мире (la nation la plus débile au monde). Et que je t’assaisonne la conversation de блин, блядь (putain) et de хуй (bites). La vraie langue de Pouchkine telle que parlée par le Russien. Mais surtout, ce que te dit Denis, c’est qu’il boit le bouillon, forcément, il importe des fleurs (et oui, le Russien est romantique) et des arbres (et oui, le Russien est écolo mais ne mange pas de quinoa) et il doit tout payer en dollars ou en euros et avec un rouble qui a perdu 40% de sa valeur en un an… Bon, moi je suis tchékiste et bolchévique, donc je ne pleure pas sur un entrepreneur/exploiteur. Et surtout, je me dis que le Russien, il en a vu d’autres dans son histoire. Il sait qu’il faut faire le gros dos, sortir les sacs de sables et le casque lourd et attendre des jours meilleurs. Pour résumer, le Russien est lucide sur la situation actuelle et il n’est pas très diversité ou multicu…

Drôle, sitôt ton chantre du libéralisme le plus échevelé, façon BHL, reparti vers Paris et ses mystères, j’ai nommé le ci-devant Macron, le ministre russien des Affaires étrangères, lors de sa conférence annuelle a déclaré : «Наши западные коллеги иногда говорят, что с Россией больше “бизнеса как обычно” не будет, и я убежден, что это именно так. В этом мы сходимся с ними. Больше не будет “бизнеса как обычно”, когда нам пытались навязывать договоренности, которые учитывают прежде всего интересы либо Евросоюза, либо США, и убеждали, что это не нанесет ущерба нашим интересам. Эта история закончена». Ce qui veut dire à peu près que certains de nos collègues occidentaux disent que le businessavec la Russie ne sera plus comme avant et il leur donne raison, il leur dit c’est fini comme Capri (Hervé Villard, reviens !). Et dire que ton homme de Cro-Macron (découvert près de Tautavel avec un Iphone fossilisé et quelques graines de quinoa) a cru qu’il préparait le jour d’après… En fait, les Européens et vous les Frantsouzy, vous pensez préparer le jour d’après, qui selon vous, sera comme le jour d’avant… Je pense que vous devez être ou schizophrènes ou sourds ou analphabètes. A mon avis, les trois à la fois ! Et puis, ton Cro-Macron, dans une interview, qui dit « J’ai la vision d’un Etat stratège ». Je rêve les yeux éveillés, mais quelle substance ai-je donc fumé ? Moi, je m’attendais à ce qu’il dise « J’ai la vision d’un Etat baltringue ». Mais un Etat, c’est forcément stratège comme te le rappelle la Russie d’aujourd’hui. Bon, ce petit gars, c’est de la mousse, je lui donne pas 6 mois parce que les résultats, y en a pas.

Et puis surtout, j’espère qu’il ne t’aura pas échappé que le Commandement des forces des États-Unis en Europe (EUCOM) a publié mercredi 27 janvier sa nouvelle stratégie militaire. Parmi les six missions énumérées, la première, the top priority, est l’« endiguement de l’agression russe » : « Le fait que la Russie participe à la lutte contre le terrorisme et le trafic de stupéfiants ne peut occulter le mépris dont elle fait preuve pour la souveraineté de ses voisins européens et les normes internationales, qu’elle continue de transgresser », est-il écrit dans le document. Les États-Unis désignent le Russien comme étant la principale menace pesant sur l’Europe et se positionnent comme son protecteur naturel ou plutôt comme son mac ! Rien que ça !!! Clair, les bandits en babouches, ce n’est pas une menace en Europe, tu en sais quelque chose petit Frantsouz. T’entends ? Non, t’entends pas le bruit des T-34, que dis-je des Armata, qui s’apprêtent à déferler ? Ecoute ça en attendant la prochaine invasion/libération, https://www.youtube.com/watch?v=T7bgEO__Grget ça https://www.youtube.com/watch?v=hmx7b9bXMPY, ça dit joue pas au con l’Amérique, qu’est-ce que la Sibérie, qu’est-ce que l’Alaska, justes deux rives, faciles à franchir… Ah, tiens, si tu t’intéresses à ce qui se passe en Syrie parce que c’est là que tout se passe avec tes amis bandits en babouches, amis de tes amis américains, regarde ces quelques cartes postales russes, http://russiaworks.ru/dopolnitelno/novosti/

Bon, petit Frantsouz, faut que je te laisse, je pars en mission à Londres. A moi la National Gallery et ses Bronzino, Holbein, Piero Delle Francesca, à moi la Wallace Colleciton avec son Persée et Andromède de Titien, ses Boucher, à moi la bière, et je n’oublierai pas d’aller me recueillir à Soho pour verser une larme dans l’appartement du grand Karl !!

Les autres chroniques moscovites:

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES chroniques Chroniques Moscovites
commenter cet article
2 février 2016 2 02 /02 /février /2016 21:35
TVA CHARNELLE par l'écrivain Henri Lhéritier

Il s’appelait Charles, elle s’appelait Lucie, c’était un bon couple. Rêveurs et désargentés, ils se trouvaient assez déplacés dans le monde où ils vivaient. Leurs voisins de palier les regardaient de haut. À Pôle Emploi, on ne cessait de les houspiller parce que ils n’avaient pas fait ceci ou cela, il leur manquait toujours un papier, cela les perturbait, mais leur amour ne faiblissait pas.
Nous n’avons pas de valeur marchande, se dirent-ils, un jour, en regardant une émission sur les huiles d’olive. Ne se sentaient-ils pas mal à l’aise dans la société pour cette raison ? Nous devrions nous monnayer, pensèrent-ils. Peut-être pas nous vendre mais nous louer.
On leur avait dit qu’ils n’avaient aucune compétence. Ils décidèrent que leur compétence était leur corps, c’est ce que je pense aussi. Est-ce qu’on me demande quelque chose ? Elle était fraîche et fleurie comme une villa du midi sur sa corniche et lui était un canon de char T 34 ayant une cadence de tir d’orgue de Staline. Ils étaient prêts.
Ils commencèrent par leurs voisins. À l’aide de l’ordinateur, ils avaient conçu un dépliant où ils détaillaient leurs appas, entre autres une quéquette dressée sur deux dames-jeannes pour lui et une chatte légèrement sculptée pour elle. Là où ils montraient autre chose que leur cul, on voyait des plages, des palmiers, des piscines, des cocktails et des bateaux. Dessous, on pouvait lire le prix des prestations, et des propositions de remises pour groupes.
Ma foi, pourquoi pas, dirent les voisins qui ne les aimaient pas. Essayons !
Ils furent satisfaits et en parlèrent à leurs amis. Le Bon coin fit le reste. En amour, Charles et Lucie étaient dans le genre bac + 8, ils pouvaient agir en couple ou séparément, selon le rite orthodoxe ou hérétique et même schismatique. Ils n’avaient plus besoin d’aller à Pôle Emploi, ou alors comme conseillers, leur affaire tournait et ils s’aimaient toujours autant.
Tard, le soir, ils faisaient les comptes et se distribuaient le travail du lendemain, je t’ai louée cinq minutes au boulanger, celui à moustache ! Ah, oui, très bien ! Toi, tu as rendez-vous avec la coiffeuse à 10 h 00 et la banquière à 10 h 15 (ils avaient des horaires serrés) et, si tu veux, tu peux toujours finir l’esthéticienne et le livreur de pizzas. Il firent des émules.
Cette activité d’auto-entrepreneur créait de l’emploi.
Tant et si bien qu’il fallut la placer sous le régime de la TVA, cela obligea à des factures détaillées, certains clients préférèrent des forfaits tout compris.
L’Etat est un proxénète, hurla l’opposition.
On le savait déjà.

Le meilleur d'Henri Lhéritier :

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/henri%20lheritier/

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans Henri Lhéritier chroniques ARTICLES
commenter cet article
26 janvier 2016 2 26 /01 /janvier /2016 17:42
ÉCRIRE UN  « THRILLER » par l'écrivain Henri Lhéritier

Depuis des années, ils ne cessaient de l’attendre.
Ils avaient accepté l’idée qu’il ne reviendrait pas en plein jour, mais au cours d’une nuit sans lune ni étoiles, aussi dans cette maison au bord de la falaise, par mauvais temps, lorsque que le vent fripant la lande faisait siffler les portes et les fenêtres, attentifs à tous les bruits du dehors, ils s’installaient le soir autour de la cheminée et ils veillaient. Irénée, le grand-père, ressassait cette idée que les marins disparus en mer ne meurent jamais, leurs proches les croient toujours vivants. En revanche, sans avoir jamais perdu l’espoir de les revoir, puisque le béret, les objets familiers et les photos des disparus se trouvent toujours sur le buffet, fatigué de les attendre, leur famille finit par mourir. Alors plus personne ne pense à eux, et c’est comme s’ils n’étaient jamais morts. Pour Irénée, l’immortalité s’éloignait de lui, ne naviguant plus il n’avait plus aucune chance de disparaître en mer ou alors il faudrait qu’une vague vienne l’enlever de son fauteuil au bord de l’âtre et l’emporte dans les noirceurs de l’horizon, zébrées d’éclairs, où le ciel et l’eau se confondent.
Ce soir-là, trouant le vent, ils entendirent au loin une mélopée que les bourrasques rapprochaient d’eux ou bien atténuaient par moments jusqu’à en faire un murmure à peine chanté.
On gratta à la porte. Un frisson les parcourut, ils s’agrippèrent à leur fauteuil :
Enfin lui ! s’écria Irénée.
Une voix éraillée et hésitante pénétra dans la pièce en même temps qu’un individu titubant qui chantait :
« Dans le lit de la marquise, nous étions quatre vingt chasseurs ».
Et lui, fermant son ordinateur portable, dit, rageur :
J’en ai une indigestion de tenter d’écrire des « thrillers », je fais une première phrase convenable, alors tout ragaillardi, j’en profite pour me servir du sancerre dans le grand verre à pied que j’utilise lorsque je suis content de moi, c’est à dire tout le temps et aussitôt ce verre avalé, mon truc devient n’importe quoi, j’en oublie les mobiles, m’embrouille les pinceaux dans les alibis, je finis par perdre l’assassin et, au bout du compte, je n’ai même plus de cadavre.
Bon Dieu ! Que viennent faire ici cet ivrogne et cette marquise nymphomane ?
Il leva les yeux au ciel.
Désormais, il se consacrerait aux vies de saints.
Et pourquoi pas, lui dis-je, aux marquises nymphomanes ?

Le tout meilleur d'Henri Lhéritier:

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/henri%20lheritier/

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans Henri Lhéritier chroniques
commenter cet article
26 janvier 2016 2 26 /01 /janvier /2016 09:39
Chronique moscovite (épisode 27) : За тебя Родина Мать!‏ par Félix Edmundovitch Dzerjinski

« Les capitalistes nous vendront la corde avec laquelle nous les pendrons. » (Le Chauve-fondateur)

L'argent est la patrie de l'industriel. » (Marx)

Pour commencer, une chanson du groupe préféré de Blondin, Lioube, qui s’intitule « За тебя Родина Мать! » (Pour toi, mère-patrie),https://www.youtube.com/watch?v=FpCQYn7hfoc, les images viennent entre autres de Crimée en 2014, un sacré bon coup de Blondin, ça. Toi, t’en as pas des comme ça des chansons, chez toi ça ne se fait pas de chanter sa patrie, au mieux c’est ringard, au pire c’est facho… Tu devrais réécouter Ferrat, « Ma France ». C’est drôle que vous soyez ainsi dans le dénigrement ou dans l’effacement/accouplement au profit d’une entité blobesque comme l’UE, votre Moloch. C’est ce qui te rend faible…

Mon petit Frantsouz, toi qui te complais dans ton statut de victime ou de gibier pour bandits en babouches qui se sont invités à ta table sans trop te demander la permission, je voulais te parler des 12 Héros de Russie. Blondin, au cours de sa carrière, a décerné 12 médailles de Héros de la Russie. Son pote, Ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, qui fut à l’origine du parti de Blondin Russie Unie au début des années 2 000 en est un des récipiendaires. Cela te donne une idée de ce petit cercle très fermé et de la gratitude de Blondin. Une fois par an, Blondin les reçoit pour un dîner en grande pompe au Kremlin. Mais qui sont, hormis Sergueï Choïgou, ces mystérieux héros. Eh bien, je vais te le confesser, cela me fait vraiment plaisir car ils appartiennent tous aux forces spéciales, FSB, SVR, GRU, spetsnaz, groupe Alfa. Que des bons, la crème de la crème. Et pourquoi ont-ils la médaille et ben parce qu’ils ont défendu leur patrie au péril de leur vie. Pas mal d’entre eux ont fait les campagnes de Tchétchénie et m’est d’avis que leurs ceintures sont ornées de pas mal de scalps de ces bandits. Les 12 héros de Russie, c’est pas tout à fait votre Légion d’honneur… Hommage à ces 12, salopards ou apôtres, en chanson,https://www.youtube.com/watch?v=zAxK9oUoDLk, une chanson dont le titre est « Je lève mon drapeau » et qui te dit entre autre, je crois en notre vérité, notre drapeau est notre phare, elle commence par mon pays, mon destin, mon rêve, ma guerre, mon amour, mon printemps, c’est beau, j’en ai les larmes aux yeux, ben oui le tchékiste est un sensible… Contrairement au Frantsouz ou à l’Occidental moyen, gavé de sous culture postmoderne, le Russien est un patriote qui aime son drapeau, désolé ! J’espère que ce clip a été montré au sémillant Macron(biotique) avant sa venue en Moscovie, histoire qu’il hume l’air du pays… Ah, j’oubliais, l’Anglois en son temps a également chanté l’amour de son pays, https://www.youtube.com/watch?v=8DrkHBRSAp4

Et tiens, écoute ça, https://www.youtube.com/watch?v=6PDDX6ePQaE. C’est une chanson hommage au travail des hommes du MVD (ministère de l’Intérieur), la police quoi, mais pas que, tu as des bataillons spéciaux, qui ont notamment été engagés en Tchétchénie. Alors, tu vas rire, tu vas trouver la musique ringarde, la mise en scène avec les images en toile de fond un brin larmoyante, mais c’est instructif parce cela a tiré quelques larmes à Blondin… Et oui, il compatit à la douleur des structures de force, Blondin. Car la chanson qui s’intitule « Je veux vivre ainsi », rend hommage à ces hommes qui protègent le pays et qui aimeraient avoir une vie normale mais qui passe leur temps à la risquer… T’imagine s’il y avait une chanson hommage aux homme du RAIID ou de la BRI par chez toi, ça gueulerait au fascisme, déjà qu’avec votre débat sur la déchéance de nationalité, vous faites marrer le Russie, qui là ne vous comprend objectivement pas. Ben ouais, ces bandits en babouche qui ont ta nationalité, en devenant bandit en babouche, ils s’excluent eux-mêmes de la communauté nationale… Logique, non ? Et celle-là, sur nos paras, comme ça tu pourras définitivement croire que le Russien est une raclure fascistoïde, https://www.youtube.com/watch?v=AT9CNOOImM0, alors qu’en fait c’est juste un problème de valeurs et tu n’es pas trop tolérant pour la différence, enfin, tu es plus tolérant avec certains… et d’ailleurs, cela t’a joué un tour…

Comme j’ai de l’entregent en bon tchékiste, j’ai reçu une invitation pour un cocktail avec le barde du libéralisme postmoderne triomphant, le ci-devant Macron. Je devais en même temps, en compagnie de bons amis, aller voir « Eugène Onéguine » de Tchaïkovski, d’après Pouchkine. Tu te doutes, sans t’offenser, que je n’ai pas hésité longtemps. Je suis allé voir « Eugène Onéguine ». Ben ouais, je suis un homme de culture, moi et puis qui se souviendra dans 150 ans de Macron et de ses bus ? Alors que Tchaïkovski ou Pouchkine, toute personne un peu cultivé s’en souviens ne serait-ce que pour « Le lac des cygnes », le « Casse-noisette », pour sa symphonie n°6 « Pathétique » et Pouchkine pour sa « Dame de piques », la « Fille du capitaine », le « Convive de Pierre », « Boris Godounov », bref, c’est inépuisable… Alors que ce freluquet de Macron, qu’est-ce ? Juste de la mousse, l’écume d’une vague poussive d’une sociale-démocratie en pleine putréfaction qui ne défend que les possédants en faisant le lit du fascisme. Il passera, ton Macron (je te rappelle que c’est un socialiste au passage) mais Tchaïkovski, Pouchkine, Lermontov et consorts demeureront. Ils demeureront tant qu’il y aura des hommes épris de culture, d’une culture exigeante (pas Jeff Koons ou le plug anal de pal place Vendôme)ce qui par les temps qui courent se fait de plus en plus rare… Bon, s’il me fallait faire un bilan de ce déplacement, je dirai qu’il avoisine le zéro absolu, le double zéro, sauf que celui-là, tu le fumes même pas et tout ça avec tes impôts, du moins pour ceux qui en paient. Ben c’est normal, au départ, il avait pas vraiment d’objectifs si ce n’est sa communication, le faire-savoir imposture. Le Russien, ça le fait bien marrer et c’est comme ça que vous croyez préparer le jour d’après les sanctions… Faudrait d’abord les lever et le Russien, son problème c’est qu’il a de la mémoire. Alors ce n’est pas en nous envoyant des ministres obsédés par leur communication que tu en seras au jour d’après, c’est lorsque tu auras signé un vrai contrat à quelques centaines de millions d’euros. Donc, au jour d’aujourd’hui, pour toi, c’est pignole, tu te la mets derrière l’oreille ! C’est bizarre, tu n’attends rien de ceux qui te gouvernent et tu es quand même déçu.

Les autres chroniques moscovites ici:

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans chroniques Chroniques Moscovites ARTICLES
commenter cet article

Articles Récents