Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  •  L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 12:42
 "il voulut être César, il ne fut que Pompé". Clémenceau
"il voulut être César, il ne fut que Pompé". Clémenceau

Elle vient tous les mercredis, aujourd’hui elle est un peu en retard. Cela l’agace, car elle est ponctuelle et son travail exige une minutie dont tout le monde ne peut faire montre. Beaucoup s’y essaient mais avec des résultats aléatoires. Elle seule possède cette réputation, à laquelle elle tient, d’un savoir faire et d’une exigence de travail bien léché. Il faut qu’elle se hâte.
Pressant le pas, elle passe devant un type, le même qui se tient toujours là, qui, à chaque fois, très poli, la salue.
Elle connaît bien les lieux, la maison est vaste, pleine de coins et de recoins, avec des escaliers, des couloirs, des tapis anciens, des meubles d’époque, des tableaux d’histoire, c’est plutôt une belle demeure.
Cette après-midi elle n’a pas le temps de s’attarder sur l’architecture ou le décor, le temps presse, elle est en retard, elle n’aurait peut-être pas dû s’habiller de cette façon, son tailleur est trop tendu, il l’empêche d’accélérer le pas, et elle se demande s’il ne marque pas trop ses formes, il lui semble que tout à l’heure le type, en la saluant, s’est permis un sourire complice à la limite du coquin. Elle ne peut tout de même pas venir ici, un balai à la main, en blouse de technicienne de surface, son art exige un minimum de tenue.
Elle arrive enfin, un petit escalier dérobé, un virage, une porte dissimulée sous un rideau de velours rouge, elle y est.
Elle ne tape même pas, il a dû reconnaître le bruit de ses talons.
On l’attend avec, sous la moustache, un petit air de reproche, l’impatience, c’est normal, puis aussitôt après cette phrase rassurante, à la bouche : « Ce n’est pas bien grave, allez, allez ».
On se déboutonne. Elle se met aussitôt au travail.
Lui, assis à son bureau, contemple Lazare Carnot et Mac-Mahon, encadrant un buste de Marianne au regard énergique, offrant sa poitrine à la France.
Elle essaie de rattraper le retard, le fauteuil, pourtant massif, tremble. Qu’est-ce qu’elle a aujourd’hui, se dit-il. Quelle énergie ! Trop vite même ! Soudain le moment vient si délicieux où il va se libérer, où il pourra se remettre ensuite au travail, le corps en paix. Son œil en tournoie de plaisir.
Il tournoie et paf ! il se révulse, ne fixant plus rien, même pas la France.
Félix lui a pété dans les bras.
Elle n’est ni infirmière, ni médecin, ni croque-mort, elle fonce dans le couloir : Gardien, gardien, il s’est passé quelque chose !
La République venait de rester sur le carreau.

Le tout meilleur d'Henri Lhéritier:

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/henri%20lheritier/

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans Henri Lhéritier ARTICLES chroniques
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 09:43
Chronique moscovite (épisode 17) : Faim de loup‏ par Félix Edmundovitch Dzerjinski

« Les Russes… ne pourront se maintenir parmi ce sabbat infernal….parce que la social-démocratie de cet Occident supérieurement développé est composée de poltrons abjects qui, en spectateurs paisibles, laisseront les Russes perdre tout leur sang. » (Rosa Luxembourg, une grande dame, en 1917).

« Nous n’avons pas besoin d’être éperonnés ou stimulés. La Russie a une histoire millénaire, et pratiquement elle a toujours eu le privilège de pratiquer une politique extérieure indépendante. » (Blondin himself et en 2007. Tu vois, 7 ans avant la Crimée et l’Ukraine et tu n’écoutes pas ce que le Russien te dit alors ne sois pas étonné…).,

« Nous avons tous célébré, cette année, le 200e anniversaire de la naissance de Mikhaïl Lermontov, poète russe de génie. Nous nous rappelons les vers qu’il a écrits sur la bataille de Borodino : Mourons près de Moscou, comme nos frères y sont morts ! Mais il en a écrit d’autres : Adieu, Russie crasseuse, pays d’esclaves et de maîtres ; Adieu, uniformes bleus et peuple traître. Était-il un opposant ? Bien sûr qu’il l’était… C’était évidemment un opposant au pouvoir mais je pense que c’était aussi un patriote. Entre les deux, la frontière est ténue. » (Blondin, l’année dernière, et en plus, il a des lettres et c’est pas du Guillaume Musso. Et avec cette citation, je t’aide à comprendre le pays).

« Si pour certains pays européens la fierté nationale est une notion oubliée depuis longtemps et la souveraineté un luxe trop grand, pour la Russie, sa réelle souveraineté nationale, c’est une condition indispensable de son existence. » (toujours Blondin, pas étonnant qu’Européens, qui ont tous abdiqué leur souveraineté devant le Moloch de Bruxelles, et Russiens ne se comprennent pas).

Ouah, trop drôle, Blondin et ses séides ont inscrit trois Frantsouzy sur la liste noire. Cela signifie que le trio infernal ne pourra pas goûter aux nombreux charmes, cachés, de notre Russie. C’est également une réplique, ou plutôt une parodie, des sanctions personnelles que vous nous avez imposé suite au juste retour de la Crimée vers la Russe, même Giscard qui était à Moscou a admis que la Crimée n’avait jamais été ukrainienne (bon, ottomane, à la limite…). Et le plus drôle, c’est qu’ils se disent fiers… Alors, qui est ce trio. Ben, tu trouves Bruno Le Roux, le chef des socialistes au sein de votre Assemblée nationale. Alors là, le Kremlin montre tout son humour et toute sa drôlerie, à mon avis ils ont hésité entre Le Roux et une endive mais comme les endives sont déjà soumises à embargo depuis août, ils ont pris Le Roux, un bon apparatchik, bien transparent, un bon copain de Grollande. Alors, tu as Cohn-Bendit, un écolo et le mec qui avait foutu le bordel chez vous en 1968, d’ailleurs, tu ne le sais pas, petit Frantsouz, le bordel continue chez toi, c’est permanent. Bon, lui comment te dire… Ben, tu vois le Russien, il n’aime pas trop les drogués et les gens qui aiment un peu trop les enfants, tu sais, ces adeptes de la pédagogie alternative où tu te mets tout nu et tu cours dans les champs main dans la main… Et je finis par le plus fameux, ou plutôt fumeux, votre BHL national. Alors là, les Russiens ils se sont dit, ce mec a foutu un tel boxon en Libye qu’il faudrait que nous nous évitions une telle plaie.

Petite information économique du 1er juin 2015, histoire que tu comprennes qui tu as face à toi : le salaire minimum, je crois que c’est votre SMIC, pourrait atteindre 7189 roubles, soit 120 euros, soit une augmentation de 20 %. Le salaire médian est de 21 000 roubles (360 euros). Donc là, tu retiens trois choses, la première est qu’en situation de crise, le gouvernement prend soin des plus pauvres, deux, quand par chez toi j’en entends qui se plaignent, ben faut qu’ils viennent chez nous, et surtout trois, notre peuple est patient et dur à la tâche. Sûr, cela est bien loin des rêves que le Chauve et moi nous portions, mais quand même, quel peuple !! Tu as une partie de ce peuple, les plus privilégiés (ils me rappellent ceux à qui nous avions bottés le cul), qui dépensent sans compter, sans épargner et s’épargner, qui voyagent, qui sont globalisés, qui parlent des langues étrangères et tu en as une autre qui trime, qui ne parle aucune langue et qui n’a pas besoin des étrangers. Et tout cela mène une vie parallèle sans se rencontrer. Et c’est cette majorité qui soutient Blondin et qui répondra présent, comme ses aïeux avaient répondu présent en 1941 ! Ils habitent la banlieue de Moscou, la glubinka (la province) et c’est eux le principal soutien de Blondin, qui lors d’un de ses marathons télévisés leur a rendu hommage en disant qu’ils étaient le peuple russe, le vrai peuple. Et tu veux que je te dise la différence entre les Frantsouzy, les Européens en général et les Russiens, et bien c’est que les Russiens, ils ont faim, ils ont encore l’envie, alors que vous, vous êtes gavés. Gaffe, nous sommes là !! Gaffe à ton confort bourgeois…

Eh, t’as vu, les Ukrainiens recyclent Saakashvili. Tu te souviens de lui, de 2008, l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud. A mon, avis, cela ne va pas porter chance aux Ukrainiens . Je crois que l’Ukraine devient un peu une sorte de guest house pour loosers… Tu vois, petit Frantsouz, en bon marxiste, je pense qu’il est possible d’échapper à son déterminisme social, à condition d’appartenir à l’avant-garde éclairée du prolétariat, mais à mon avis, pas possible pour un pays d’échapper à son déterminisme géographique, surtout avec des voisins comme les Russiens, des coriaces ceux-là, pas des mollassons comme tous ces Européens, qui ressemblent au tableau de Thomas Couture, « les Romains de la décadence ».

Tu as vu, ça frémit à nouveau dans le Donbass. Evidemment, les deux parties s’accusent mutuellement, dur de dire où est la vérité mais la couverture des événements est édifiante « Selon Kiev,… », « Kiev a annoncé… ». Marrant tout de même que cela se passe à l’approche d’un conseil européen… Il faut toujours chercher à qui profite le crime et là, je peux te dire, pas aux Russiens. Plutôt à Petro(lette), qui est un président fragile et qui a tout intérêt à montrer à son bon peuple, qui va endurer les thérapies du FMI, la « ligne bleue » du Donbass. Enfin, les Russiens ont l’habitude et puis faudrait faire attention avec les sanctions parce que les Russiens pourraient prendre l’habitude de se passer des Européens, voire les oublier pour quelques temps…

Tiens, avant de te quitter, prends donc des nouvelles de tes nouveaux amis ukrainiens…http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/187565#.VXgSgJscS70 Je ne sais pas comment tu prendrais la chose chez toi, petit Frantsouz, mais peindre des croix gammées sur le monument de Babi-Yar où ont été massacrés plus de 30 000 Juifs, moi, si je tenais les coupables, ce serait mon Nagant qui parlerait. Mais, bon, c’est tes amis… Ah, j’oubliais, les auteurs de ce sinistre massacre, mais il y en a eu tant à l’Est, c’est le 201e bataillon Schutzmannschaft, un bataillon de milice ukrainien, sous la supervision des SS.

Je te laisse, je me prends quelques vacances et puis j’ai quelques missions, au service de la cause, au service de la révolution permanente… Je t’offre une petite chanson de Sektor Gaza, je te conseille d’écouter ça, https://www.youtube.com/watch?v=cVz21Xcbbws Je suis sûr que cela va te faire guincher tout l’été par chez toi ! A la revoyure.

Пока!

Voir aussi les autres chroniques moscovites

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans Chroniques Moscovites chroniques ARTICLES
commenter cet article
28 mai 2015 4 28 /05 /mai /2015 12:22
 SILENCE par l'écrivain Henri Lhéritier

Depuis que j’écris, je me heurte à cette difficulté qui n’est pas tant l’art de trouver le mot adéquat, celui qui coule de source, n’a nul besoin d’adjectif et qu’aucun autre mot ne peut remplacer, j’y réussis parfois, ce n’est pas non plus l’emploi d’un verbe dont la précision rend l’adverbe inutile, pas plus que l’invention d’un rythme ou d’une couleur, mélancolie ou allégresse, qui sont le plus souvent du domaine du fortuit, non, ma grande interrogation est : comment dire le silence dans le champ de la littérature ?
Il existe la virgule, elle marque une pause, le point virgule qui force la durée de cette pause, le point, silence temporaire plus impérieux ou encore les points de suspension, hésitation ou doute. Ces symboles, les uns comme les autres, ne qualifient pas le silence et ne précisent en rien sa durée, ils sont seulement des arrêts, extérieurs à la littérature, ils n’ont pas plus de sens qu’une consonne isolée au milieu d’une page. Quelle est la force d’invention d’un point ou d’une virgule, vers quel imaginaire envoient-ils ?
Cesser d’écrire serait une solution. Surtout pour un type comme toi, ricane un ami, lorsque j’évoque ce problème. Je sais ce qu’est le silence, j’exerce régulièrement cette non activité, lui réponds-je, et si les moments de vide me sont difficiles à supporter, ma vie est plus souvent silence que mots, mais ce que je veux trouver, à l’intérieur même de la littérature, c’est justement un moyen d’exprimer ce silence auquel les musiciens savent donner une durée, les sculpteurs une forme, les peintres des couleurs, alors qu’aucun écrivain, à ma connaissance, n’a été capable lui inventer une existence littéraire.
C’est une tâche bien vaniteuse de m’en préoccuper. Qui suis-je pour imaginer que je pourrais un jour trouver une réponse à cette question ?
Un matin, cependant… Un artiste n’est rien s’il ne rencontre pas un consommateur de son art qui réinvente sa création.
C’est plus sensible encore dans la littérature qui n’est ni images, ni sons, et qui laisse au lecteur la liberté de les produire, celui-ci devient co-auteur. Si les mots ne sont pas de lui, la représentation sonore et imagée qui se forme dans son esprit est sa propre création, et le silence aussi lui appartient.
Au fond le silence, en littérature, n’est pas l’affaire de l’auteur, c’est celle du lecteur.
C’est une idée qu’il me faut creuser, ou alors me taire à jamais.

Le tout meilleur d'Henri Lhéritier ici:

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/henri%20lheritier/

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans Henri Lhéritier chroniques ARTICLES
commenter cet article
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 11:23
: Chronique moscovite (épisode 16) : Всегда готов! (Toujours prêts, devise des pionniers soviétiques)par Félix Edmundovitch Dzerjinski

« Mieux vaut moins, mais mieux ». (Lénine, mon pote, le Chauve)

« Les puissances capitalistes de l'Europe occidentale, en partie sciemment, en partie spontanément, ont fait tout leur possible pour nous rejeter en arrière, pour profiter de la guerre civile en Russie en vue de ruiner au maximum notre pays ». (et encore le Chauve, quel visionnaire, tu ne trouves pas que cette phrase trouve un écho tout particulier aujourd’hui ?)

Mais je ne suis pas avare en citations, je suis en verve ces temps-ci.

« Un peuple qui n’enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité » (François Mitterrand, un socialiste, à ce qui paraît…)

« L’ignorance du passé ne se borne pas à nuire à la connaissance du présent : elle compromet, dans le présent, l’action même ». (Marc Bloch) Tes politiques, je ne te parle même pas de tes scribouillards de journalistes vendus, petit Frantsouz, devrait méditer sur cette citation du grand Bloch. Vois leur attitude à l’égard de la Russie aujourd’hui, ils passent à côté et c’est normal car vous avez perdu la culture historique, toi, tes politiques, tes journalistes…

Les cérémonies du 9 mai sont passées, et ce fut un bien bel événement. Les chiens d’Occidentaux n’ont pas été à la hauteur de l’événement mais nous, Russiens, avons l’habitude d’être déçus par ces gens. Me ne frego comme disait l’autre italien bien habillé, parce qu’en fait, ce n’est pas le Russien qui est offensé, c’est l’Histoire, vous êtes petits, vous les Occidentaux et oublieux de l’Histoire, bande d’ingrats et nous, nous sommes fiers de notre pays… En tout cas, je pense que le message de Blondin est clair et les Occidentaux ont pu, à l’occasion de la parade évaluer nos capacités de frappe et de riposte et surtout notre capacité à défendre les frontières de la Russie et du peuple russe où qu’il se trouve, en Ukraine, à Chypre, à Nice, à Courchevel... Tu te rends compte, si les Ricains n’avaient pas débarqué le 6 juin 1944, à l’heure qu’il est tu parlerais russe…

Il fait beau à Moscou en ce moment, je me sens tout guilleret, primesautier même, ces cérémonies du 9 mai m’ont redonné la pêche. Pas de doutes, le soleil se lève à l’est ! Il fait chaud à Moscou en ce moment. Nos femmes vont endurer pendant trois mois, ce qu’il est convenu d’appeler la crise du tissu, de quoi faire tourner les têtes des mâles occidentaux, qui n’attendent qu’une seule chose, c’est que femme et progéniture regagnent la Mère-Patrie cet été pour être tout seul à écumer la ville, les yeux exorbités, tant le tissu manque, la langue pendante. Non seulement vous êtes petits, mais vous n’êtes pas très beaux à voir, surtout dans cet état, vous ne savez même pas vous contrôler. Et nous savons en profiter, n’oublie pas… Les plus argentés de tes compatriotes vont au KM 19 de Jean-Michel et le tout-venant se rabat sur le Crazy Daisy et autres bars dont la ville regorge (http://www.daisybar.ru/main.php). L’homme russe, il est volage, il est nomade et tout est assumé. C’est courant chez nous que la bania, tu sais le sauna dont je t’ai parlé, soit « garni »… Avec la chaleur vient la saison des glaces. Les meilleures, celle faites à l’ancienne, c’est-à-dire version soviétique, tu les trouveras au GOUM, prends celle à la vanille. Dès qu’elle fond dans ta bouche, tu es transporté en URSS et j’aime ça. Toujours bon d’avoir des repères comme cela, y compris pour la jeune génération qui n’a pas connu l’époque de la grande épopée.

Tu le sais, nous, ce n’est pas la patrie de Mickey ou de Casimir (prince polonais !). Récemment, à l’initiative du Ministère de la Défense, un parc d’attraction patriotique va ouvrir en marge d’un salon de l’armement (http://www.bfmtv.com/international/russie-un-parc-d-attractions-patriotique-ouvre-en-juin-a-moscou-886551.html). Je retiens tout particulièrement le test des capacités d'un lance-roquettes portable dernière génération et que des stands sont prévus avec un large choix d'armes de poing et de fusils, de la Kalachnikov au fusil de sniper. Ben ouais, les minots, ça se forme tôt. Tu vois, avec les célébrations du 9 mai, dans les detsky sad, tu pouvais admirer des dessins et des peintures d’enfants, filles et garçons, car chez les Russiens, y a pas de discrimination, de tanks dans la taïga, dans les montagnes, fusco dans le désert.... Très beau tout ça ! Si tu le veux, tes enfants peuvent même s’entraîner en mode spetsnaz (http://art-durov.ru/photogall_child/43.html). Et puis si tu veux organiser une chouette fête d’anniversaire, tu peux faire ça au bunker 42, un des anciens bunker de Staline. Pas de doutes, le Russien, il sait vivre. Elle est pas belle la vie en Russie ? C’est pas la liberté, ça ? Quand je pense aux petits Frantsouzy, sont pas vraiment préparés au monde qui vient… Je te l’ai dit dans ma dernière chronique, les Russiens, c’est un peuple de guerriers, qui n’a pas peur des dégâts humains et matériels, qui n’a pas peur des privations. Le Russien, il se prépare jute pour la prochaine et crois-moi, il est prêt. Tu vois, je te le disais, entre l’Occident et la Russie, c’est juste un problème de valeurs et probablement aussi n’avons-nous pas eu la même histoire. Le problème par chez toi, petit Frantsouz, c’est qu’avec les enseignants idéologisés et médiocres que tu as et en plus la réforme du collège, ben pour connaître l’Histoire, tu repasseras… Peut-être que les malenkie Frantsouzy connaîtront l’histoire du rap, du football, parce que l’école par chez toi, elle ressemble plus à une MJC… Ouais, je sais, je suis réac et alors. Moi au moins, je connais l’Histoire et puis être réac n’a jamais été contraire à mon métier, tchékiste, c’est même une qualité. Placer son pays et ses intérêts au-dessus de tout, c’est normal ! Connaître l’Histoire de son pays, c’est donc important pour se structurer et comprendre les problématiques que ton pays affronte aujourd’hui, souvent le résultat du passé, après, à toi de choisir le narratif. Nous, par exemple, les Russiens, avec tous les envahisseurs que nous avons va passer sur notre terre riche et hostile à la fois, eh ben tu vois, nous sommes prêts, au cas où…

Bon, je vais arrêter avec tout ce kaki, toute cette verdure, t’es pas bien habitué, tu frises l’indigestion, tu te dis « ce Félix, quel facho », la verdure, tu préfères l’avoir dans l’assiette, tes 5 fruits et légumes par jour. Fais gaffe quand même, conseil d’ami ! La pliue et le froid sont de retour, eh oui, chez les Russiens, rien n’est jamais acquis à l’homme comme le chantait le poète. Mais ni la pluie, ni le vent ne m’empêcheront de m’enivrer de la reine des villes, mon Moscou. Je finis par une chanson, hommage à la ville par le groupe préféré de Blondin, Liube : https://www.youtube.com/watch?v=JsEnxEbxv-Y Bon, sûr en voyant cela et en te disant que c’est du rock, cela doit te faire rire, mais quand tu parles Russie, faut relativiser… Il fait ça aussi,https://www.youtube.com/watch?v=b35t2DJuJPs, Родина-Мать Мы вместе! (Mère-Patrie, nous sommes ensemble). Sûr, c’est pas les Stones, Iggy Pop ou les Clash… Sinon, si tu aimes le ska, tu as ça, ça s’appelle Leningrad, https://www.youtube.com/watch?v=1x98GpZc0S4,https://www.youtube.com/watch?v=k48KNAzuI1Q. Je vais t’étonner, je les aime bien ces petits, ils sont très Russiens, dans le fond !

Voir aussi, les autres chroniques moscovites!

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/

: Chronique moscovite (épisode 16) : Всегда готов! (Toujours prêts, devise des pionniers soviétiques)par Félix Edmundovitch Dzerjinski
: Chronique moscovite (épisode 16) : Всегда готов! (Toujours prêts, devise des pionniers soviétiques)par Félix Edmundovitch Dzerjinski
: Chronique moscovite (épisode 16) : Всегда готов! (Toujours prêts, devise des pionniers soviétiques)par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans Chroniques Moscovites chroniques ARTICLES
commenter cet article
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 08:47
 Chronique moscovite (épisode 15) : En rangs serrés l’ennemi nous attaque, autour de notre drapeau groupons-nous.‏par Félix Edmundovitch Dzerjinski

Je ne te ferai pas l’affront en te disant d’où vient le titre de cette chronique, chien de Pavlov.

« La mort n'éblouit pas les yeux des partisans ». (Louis Aragon)

« La guerre nous ayant été imposée, notre pays est entré dans un combat à mort avec son pire et perfide ennemi, le fascisme allemand. Nos troupes se battent héroïquement contre un ennemi abondamment pourvu de chars et d’aviation. » (Joseph Staline)

« La guerre est antérieure au commerce; car la guerre et le commerce ne sont que deux moyens différents d'atteindre le même but, celui de posséder ce que l'on désire. » (Benjamin Constant)

Tac tac badaboum, me revoilà, frais et dispo, la truffe fraîche et le poil brillant ! Je me suis régalé chez les Turcomans. Mais mon plaisir a failli être gâché dès l’avion par ma voisine, une de ces Russiennes « modernes » ou plutôt postmoderne. Nous engageons la conversation, tu me connais, petit Frantsouz, de par mon métier, je suis plutôt liant, c’est la base. Et la voilà qu’elle dégoise sur Blondin, sur son pays qui n’est pas une véritable démocratie et voilà qu’elle me fait l’apologie de l’anarchie, mais attention m’assure-t-elle, il faut être intelligent pour l’anarchie. Et elle m’explique qu’elle est végétarienne et tout le bataclan… Je peux te dire, petit Frantsouz, qu’en l’écoutant, je caressais la crosse de mon Nagant, mais bon, j’étais en vacances et donc plutôt enclin à la clémence. Chez les Turcomans, je te conseille la destination en cette période, j’ai vu des vieilles pierres, Ephèse, Didyme (temple d’Apollon), et j’ai laissé le soleil caressé mon cuir. Et me voici de retour enfin auprès de la Mère-Patrie !

Tiens, j’en vois par chez toi, petit Frantsouz, qu’il y en a chez toi qui s’émeuvent à propos d’un projet de loi Renseignement qui autorise des trucs très banals chez nous, notamment des écoutes et pleins de trucs en rapports avec les nouvelles technologies. Ben faut savoir ce que vous voulez, la sécurité ou le chaos ? Tu choisis. Ce qui est drôle petit Frantsouz, c’est que c’est toujours les mêmes brebis qui bêlent par chez toi. Tu n’es pas lassé de les entendre ? Elles ne comprennent rien et te donnent des leçons sur tout. Elles n’ont pas encore compris que pour qu’il y ait liberté, il faut de la sécurité, c’est pas moi qui le dit, c’est pas Hobbes non plus, c’est Benjamin Constant, un des philosophes de votre cher (car il coûte cher aux peuples) libéralisme. Voilà ce qu’il disait exactement : « Le but des modernes est la sécurité dans les jouissances privées ; et ils nomment liberté les garanties accordées par les institutions à ces jouissances. » En fait, je dois être libéral au sens philosophique du terme sans le savoir et Blondin et le FSB itou, vu les garanties qu’ils accordent… ou pas.

Mais bon, laisson tomber ton petit pays mesquin et laisse-moi de te parler de l’événement de ce mois de mai pour Blondin et les Russiens, qui en ce moment, ne font qu’un !! Les préparatifs vont bon train pour la parade du 9 mai, le pays ne semble plus vivre que pour cela, que pour célébrer notre exploit, à nous peuple soviétique. Je tiens au « soviétique » car cette victoire n’est pas le seul fait des Russes ethniques, si chers à Blondin, mais de l’ensemble des peuples de l’URSS, que le Chauve et moi avant contribué à bâtir. Ce sont nos héritiers, ceux d’Octobre 1917, qui ont remporté la victoire, qu’ils soient Russes, Ukrainiens, Géorgiens, Ouzbeks ou Tadjiks importe peu, c’est la victoire d’un collectif, mobilisé par Jo le Moustachu ! Faudrait pas oublier l’état du pays lorsque les Nazis et leur armée moderne nous ont attaqué et ensuite le sursaut qui s’en est suivi. Jo le Moustachu a fait feu de tout bois pour obtenir le meilleur de son peuple : propagande (souviens-toi d’Alexandre Nevski d’Eisenstein), punitions… Et dire que la plupart des dirigeants occidentaux vont bouder la parade parce que Blondin, il est méchant, il a fait mal à l’Ukraine, il lui a pris la Crimée… Ben non, il est pas méchant, il a juste fait valoir les intérêts de son pays et comme je te l’ai dit, nous le payons au prix fort (chute du rouble, chute des prix du pétroles, sanctions, mise au ban des nations et dire que certains disent que le pays se ferme mais c’est vous qui vous fermez…) mais nous resterons les Russiens !! Et tous ces Européens de dire, « pas question que je sois présent dans un pays qui est l’agresseur d’un autre »… Les mecs n’ont rien compris même si je ne te cache pas que Blondin compte faire de l’événement une démonstration de force avec le tout dernier char de notre vaillante armée… Après, je t’avoue qu’il y a un truc qui me chiffonne, tu sais j’aime mon pays mais je suis bolchevik avant tout : c’est le sort des vétérans. La plupart de ces héros, d’âge canonique aujourd’hui, vivent tout de même dans la misère et ce serait bien que Blondin fasse un geste, hormis prendre le thé avec eux. Y qu’à rançonner un oligarque, eux, ils peuvent et même moralement, ils doivent mettre au pot !!

Mais revenons sur l’événement. Vois l’hypocrisie, l’Angela ne sera pas là le 9 mai mais vient le 10 mai et vous, les Frantsouzy, qui n’avez pas oublié d’être bêtes, vous nous envoyez votre Ministre des Affaires étrangères. C’est drôle, protocole oblige, il passera après les Chefs d’Etat, qui eux, sont venus, y compris après les Présidents de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud, un peu l’équivalent de présidents de conseils départementaux, si tu vois ce que je veux dire. Bonjour l’humiliation. Le Russien, il est comme ça, il compte sur ses véritables amis. Et puis, ton Ministre, petit Frantsouz, faut que tu saches qu’il s’est dispensé de parade, alors… Doit préférer l’art contemporain, tu sais ces gens qui font caca sur leurs toiles et te les vendent très chers. Au fait, gare à la Tata Teutonne, c’est une rusée puisqu’elle envoie pour la parade du 9 mai le président-potiche de l’Allemagne, fine mouche l’Angela !!

Laissons tomber la politique et vois sur ces quelques clichés comment les Russiens célèbrent l’événement. Ben ouais, avec le Noël orthodoxe, c’est la principale fête du pays, mais c’est une fête avec « les larmes aux yeux » comme le dit la chanson. Saches petit Frantsouz que chaque famille a contribué à l’exploit, qu’il y ait eu des morts au combats ou durant des bombardement ou qu’il y ait eu des vétérans. Regarde ces foules en calot ou arborant le ruban ce Saint Georges, tout le monde communie, jeunes, vieux, familles, célibataires, riches ou pauvres. Vois ce défilé du régiment immortel, avec Blondin et des descendants de vétérans ou de soldats morts, qui défilent avec le portraits de leurs aïeux.

J’en entends de par chez toi qui disent que c’est une manipulation de Blondin. Ils n’ont rien compris. Le Russien, dès sa plus tendre enfance, a l’exploit de la victoire chevillé au corps, il est éduqué comme cela et pour aimer sa patrie. Tu vois sur ces photos cette foule pacifique et bon enfant et bien laisse-moi te dire que si jamais le pays était agressé, elle se lèverait pour le défendre. Ben ouais, le Russien, il est prêt pour la prochaine !! Faut comprendre entre vous et nous, c’est juste un problème de valeurs, nous ne pouvons pas assimiler les vôtres et à la différence des Occidentaux, nous ne vous avons jamais demandé ou obligé à assimiler les nôtres. Bon à une exception près, quand le Chauve et moi tenions le gouvernail de la patrie des prolétaires, là c’est vrai, nous voulions le grand chambardement mondial, mais c’est la seule fois. Après, nous, tu peux nous laisser tranquilles dans notre coin et tout se passera bien, faut juste pas venir nous chercher ou réveiller l’ours dans la taïga !

Et au fait, pour toi, c’est quoi le 8 mai ? Je crois savoir, c’est un jour férié pour salariés fatigués… Faut dire que la guerre, toi petit Frantsouz, tu l’as perdue…

Voir aussi les autres chroniques moscovites:

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/

 Chronique moscovite (épisode 15) : En rangs serrés l’ennemi nous attaque, autour de notre drapeau groupons-nous.‏par Félix Edmundovitch Dzerjinski
 Chronique moscovite (épisode 15) : En rangs serrés l’ennemi nous attaque, autour de notre drapeau groupons-nous.‏par Félix Edmundovitch Dzerjinski
 Chronique moscovite (épisode 15) : En rangs serrés l’ennemi nous attaque, autour de notre drapeau groupons-nous.‏par Félix Edmundovitch Dzerjinski
 Chronique moscovite (épisode 15) : En rangs serrés l’ennemi nous attaque, autour de notre drapeau groupons-nous.‏par Félix Edmundovitch Dzerjinski
 Chronique moscovite (épisode 15) : En rangs serrés l’ennemi nous attaque, autour de notre drapeau groupons-nous.‏par Félix Edmundovitch Dzerjinski
 Chronique moscovite (épisode 15) : En rangs serrés l’ennemi nous attaque, autour de notre drapeau groupons-nous.‏par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans Chroniques Moscovites chroniques ARTICLES
commenter cet article
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 17:24
France tu m'as eu!
France tu m'as eu!

Dans cet hôtel du Havre où je regarde passer les heures, le néon de l’enseigne, dont la lumière clignote à travers les persiennes, m’a tenu éveillé dans le souvenir continu de mon ancienne épouse que je suis venu accueillir. Je dis ancienne, mais elle est encore ma femme et je vais la retrouver cet après-midi, de retour des USA, après une séparation et une longue absence, car nous avons échangé à nouveau les serments les plus éternels.
Modern-Hôtel, dit l’enseigne qui indique un nombre assez médiocre d’étoiles, ce que confirme le bidet de la chambre voisine qui n’a pas cessé sa plainte hygiénico-génitale tout au long de la nuit.
Le papier peint est hideux, pourquoi les papiers peints des hôtels sont si laids ? Sans doute ne veulent-ils pas que leurs clients s’installent ou bien chassent-ils les cafards de cette manière ? Qu’importe ! Je ne suis pas riche, mais je serai ce soir l’homme le plus fortuné du monde.
Je me lève, fais attention en descendant l’escalier car le tapis des marches rebique, je ne voudrais pas me casser une jambe, un jour comme aujourd’hui.
Je descends le cours de la République, j’emprunte le quai Colbert, cette ville me fascine, elle n’a pas eu peur du béton, martyrisée mais fière, elle s’est lancée, après la guerre, dans une reconstruction moderne, délaissant les restaurations à l’identique, factices et théâtrales.
Dans ce béton magnifié, on se sent un homme du XXVè siècle.
Le bateau n’est pas là ! Le France qui ramène mon épouse n’est pas à quai. Ah, ça y est, je l’aperçois au large, imposant et fumant, costume noir, chemise blanche, cravate rouge, dans l’arrogante majesté d’un orque de jeux aquatiques. Il me semble qu’il n’arrivera jamais tant il marche au pas d’un sénateur romain, pourtant il grossit sans cesse. Soudain le voilà ! Je trépigne. Mon cœur bat.
Je ne vois pas Monique dans la foule qui débarque, je remonte la cohue des quais, retourne les femmes, bouscule les valises et les enfants, secoue les bagagistes, évite les mouchoirs, soulève les voilettes, elle n’est pas là !
Désespéré, les épaules basses, à nouveau quitté, je regagne mon hôtel.
Monsieur, monsieur !
On me tend un papier : « Je suis désolé, Norbert » (elle s’appelle Monique et je suis Norbert), il y a eu un changement. » J’ai compris, je n’ai pas besoin de continuer ma lecture.
France, tu m’a eu !

Voir aussi:

Le tout meilleur d'Henri Lhéritier ici

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/henri%20lheritier/

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans Henri Lhéritier ARTICLES chroniques
commenter cet article
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 09:38
 Chronique moscovite (épisode 14) : En rangs serrés, l'ennemi nous attaque...‏ par Félix Edmundovitch Dzerjinski

« Un spectre hante l'Europe — le spectre du communisme ». (Marx et Engels) Une bien belle citation. Au fait, petit Frantsouz, peux-tu me dire aujourd’hui quel est le spectre qui hante l’Europe, à moins que ce ne soit l’Europe elle-même…

« Que les classes dominantes tremblent devant une révolution communiste. Les prolétaires n'ont rien à y perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! ». (Marx et Engels) J’aime assez, cela me rappelle ma jeunesse et je m’interroge en regardant le monde d’aujourd’hui, à croire que vous éprouvez un certain confort à porter vos chaînes… En tout cas, je vois peu de types de ma trempe pour vous aider à vous les ôter (Nicolas Garcia ? Jean Vila ? peut-être…).

Pour commencer, je vais me mettre les lecteurs de l’Archipel à dos, mais j’ai l’habitude, je suis tout de même tchékiste, donc je ne suis pas là pour être populaire ou pour faire joli. C’est pas ma finalité première. Camarades lecteurs, à la lecture de l’Archipel, je te trouve un peu étroit d’esprit. Tes centres d’intérêt se limitent à la vie politique locale (il y a mieux tout de même), à la gastronomie/art de vivre (pourquoi pas, mais c’est un peu limité) et à ta catalanité perdue (depuis 1659, t’as pas fini de la pleurer). Alors que ce brave Nicolas cherche à t’élever, t’offre des textes du Sieur Lhéritier joliment troussés comme une gueuse, t’informe sur le cinéma et la littérature, mais cela a l’air de ne pas trop t’intéresser. Tu sais, camarade, la culture, c’est important, c’est ce qui distingue. Nous autres, Bolcheviks, nous l’avions bien compris car sitôt arrivés au pouvoir nous avons entrepris de sortir le peuple russe, un peuple paysan, de l’ornière de l’analphabétisme et lui avons rendu la culture accessible. Et d’ailleurs, hormis les trucs qui font de la mousse, la culture, elle est toujours accessible dans mon pays. Les gens sont des passionnés. Prenons un ménage modeste, middle-class, et bien chaque mois, il va au théâtre ou à l’opéra et pour l’occasion, il se sape. Chez vous, ils vont au supermarché ou ils mangent du pop-corn en regardant une débilité américaine… En plus, camarade lecteur, je suis convaincu que tu te penses rebelles ou un truc dans le genre, mais quand l’heure de la révolution aura sonné, je ne pense pas voir beaucoup de Félix ou d’apprentis-tchékiste dans tes rangs. Plutôt des gens qui ont quelque chose à perdre et ça, ça fait pas des bons révolutionnaires.

Tiens, pour la fine bouche que tu es, petit Frantsouz et parce que je suis en forme, je voudrais commencer par évoquer avec toi le défilé d’anciens SS lettons (http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/03/16/97001-20140316FILWWW00118-d-anciens-waffen-ss-lettons-defilent-a-riga.php), le 16 mars. Ben ouais, c’est le printemps… Mais je ne suis pas mesquin et je ne suis pas prof d’Histoire, quoi que…, je suis plutôt grand seigneur et je vais juste te laisser te faire une opinion tout seul, comme un grand, si tu en es capable. En tout cas, elle est bien belle votre démocratie, ça, y a pas à dire et à redire, elle est exemplaire. Faut quand même se rappeler que pas mal de ces grands-pères ont contribué à l’extermination des juifs de leur pays et de leur région. Ils ont été tellement appliqués, que les pays baltes ont été déclarés judenfrei par les Einzatsgruppen. En tout cas, elle fait envie votre Union européenne, un espace de liberté… Et quand je songe à tout ce que vous dites et écrivez sur Blondin.

Et puis un petit coup de gueule pour Nicolas. Qu'est-ce que c'est que ces interviews d'un certain Nicolas Garcia, communiste autoproclamé... En plus à la terrasse du Républic café, haut lieu de la bourgeoisie locale, faut faire ça à la stalovaya. Mais camarade sergent Garcia, tu as oublié qu'un communiste et ben ça me ressemble, ça doit faire peur au richard et toi, tu fais pas peur, tu fais rire, tu fais peu. A mon avis, comme tes potes, tu as troqué la lutte des classes pour la lutte des places... Tu dois effrayer le bourgeois, il te faut le couteau entre les dents, être mal rasé, tout ébouriffé, sinon en tant que communiste, t'es pas crédible. Et c'est normal pour le bourgeois d'avoir peur, sans ça, à quoi ça sert d'être riche? Sergent Garcia, je vais te le dire amicalement, je pense que je t'aurais collé au mur toi et tes complices, et je ne parle pas de la volaille socialiste qu'un certain Thorez voulait plumer, mais ordre de Moscou oblige, il a viré sa cuti... J'imagine, camarade sergent Garcia, t'aurais croisé Jo le moustachu, t'aurais pas fait long feu ou peut-être que oui, qui sait, tu as peut-être le sens de l'adaptation si tu es reptilien. Faut toujours être plein d'espoir dans le genre humain. Bon, en tout cas, pour le côté avant-garde éclairée du prolétariat, tu repasseras!!

Pour ce gourmet de Nicolas, un restaurant où j’aime à aller déjeuner. Je crois que je vais finir par apprécier le capitalisme, faut que je me reprenne, faut pas mollir sur l’ouvrage mais ce restaurant se trouve à un jet de pierre de notre MID (Ministère des Affaires étrangère), un de ces bâtiments que Staline a fait édifier, une des 7 sœurs. Ce restaurant, le White Rabbit, est un des plus réputés de la capitale du capitalisme, ben ouais y plus que les Frantsouz qui vivent dans le pays du socialisme réel…, et je peux te dire que l’assiette est à la hauteur. J’y ai mangé un risotto au canard, divin, suivi, comme je suis un gourmand d’une cassata glacée qui te permet de côtoyer le paradis. En plus, ce jour-là, le restaurant était baigné par le soleil et tu as une vue sur la reine des villes à 360° si tu en fais le tour. Le soir, le lieu est plus animé que le midi et tu peux y déguster des cocktails et regarder la faune, c’est ça qui me plaît dans le métier. Bon, évidemment, l’endroit sent le fric mais quand même, y a du goût, faut l’admettre. J’ai pas mal roulé ma bosse en Europe et j’ai rarement vu de tels lieux, avec autant de bon goût dans la décoration. C’est très travaillé. Mais bon, petit Frantsouz, je pense que la façon dont oncle Félix se nourrit t’importe peu. Tu veux de nouvelles du pays, c’est ça qui t’intéresse même si tu as déjà ton opinion, forgée par des médias que tu crois libres, les tiens, qui souvent passent à côté des vrais enjeux et juge le politique à l’aune de critères moraux. Mais bordel, tu comprends que le politique, ben c’est différent d’une ONG, non ?

Bon, je choisis de passer sous silence les rumeurs sur la santé de Blondin, pure propagande américaine, à l’ancienne comme aux temps de l’URSS. Bientôt, ils enverront des Navy Seal pour récupérer du caca de Blondin pour l’analyser… Vraiment, ces Américains sont des dingos dangereux et vous n’en avez même pas conscience. En ce moment, Blondin prépare le 70ème anniversaire de la victoire sur l’Allemagne nazie. Il a fort à faire. Pas mal d’Européens vont bouder l’évènement, alors que lui, il était en Normandie en 2014. Bon, objectivement, nous pouvons nous passer des Baltes et des Ukrainiens vu leur contribution au génocide des Juifs. Blondin te prépare un truc à sa façon, pour marquer les esprits et la fierté nationale, comme le JO de Sotchi. Et Blondin, ça y sait y faire, pas à dire, il a été à bonne école, la mienne et celle de mes nombreux héritiers. Ben ouais, les organes sont là pour donner de la substance, de la saveur. En tout cas, nos nouveaux « amis » chinois seront de la fête. Pas comme le Britannique, ce suppôt du capitalisme et de l’impérialisme, qui fait sa chochotte à cause de l’Ukraine et du juste retour de la Crimée dans le giron de la mère-patrie, justement fêté par un Blondin qui a la patate et qui a même poussé la chansonnette, l’hymne, le 18 mars (regarde à partir de la 53ème minute, jusqu’à la 60ème : https://www.youtube.com/watch?v=sEKGuzwfQcI, pour ton information, la petite fête a débordé sur le pont où le ténébreux Boris fut abattu). Quel crooner, ce Blondin ! En tout cas, ce coup-là, personnellement supervisé par Blondin a été un coup de maître. Et maintenant, tous ces chiens d’Occidentaux travaillent sur le concept de guerre hybride… Amusant, non. Bon et pour l’Ukraine, vous travaillerez sur le concept de paix hybride. Et dire que ce maudit Obama vantait la capacité de son pays à innover. Il n’a pas compris que Blondin était un manipulateur de symboles et de concepts, et surtout un joueur d’échecs. Faut tout de même admettre que la population de mon bien-aimé pays paye le retour de Crimée et la guerre en Ukraine (ça, c’est pas nous) au prix fort : sanctions, inflation, gel des salaires et des retraites, chute du rouble, chômage…). Mais le pays en a vu d’autres, n’oubliez pas… Un récent sondage affirme que 83% des Russiens se disent fiers du retour de la Crimée dans le giron russe et surtout, ils trouvent cela juste ! Pas de doutes, Blondin joue sa réélection à la tête du pays en 2018 sur du velours et à mon avis, il a d’autres atouts en préparation. Surprises…

Enfin, ça y est, le Diestkiï Mir a rouvert après 10 années de travaux. Paraît que tu y as la plus grande horloge au monde. C’est tout nous les Russiens, ça, toujours à vouloir battre des records et pour quoi in fine… Inutile de te dire que tu es très loin du magasin pour enfants de la vaillante époque soviétique… D’ailleurs, c’est un truc britannique qui a pris le relais, Hamleys, je crois… Un truc bien standardisé pour les mioches… Consommateurs de tous les pays, unissez-vous !! Ce qui est frappant, c’est que le bâtiment, qui est sur la Loubianka, fait 4 étages et que pas mal de magasins n’ont pas encore ouvert, pas mal d’espace vide, cela fait un peu drôle, cela ressemble presque aux artères commerçantes de Perpignan. C’est juste un effet de la crise. Tu as vu , le Comité d’enquête est intervenu à l’encontre d’un magasin qui vendait des statues en plâtres de soldats nazis. Erreur majeure à un mois du 70èmeanniversaire de la victoire contre l’hydre nazie, notre Grande guerre patriotique !! Il est comme ça Blondin, ça le rend susceptible, lui qui se prépare à boire une tasse de thé avec l’ensemble des vétérans le 9 mai. Bon par contre, y fait pas grand’chose contre les bandes de néo-nazis qui pullulent dans le pays, faut croire que ces braves gens peuvent lui servir un de ces jours mais tout de même… Il s’offusque juste pour des statuettes en plâtre, un diorama… SI tu as le temps, regarde-toi Rossyia 88 : https://www.youtube.com/watch?v=ngS7Nit-jMA.

Pour conclure cette chronique et parce que je m’intéresse à l’humain, je voudrais te parler d’une délégation de tes chers parlementaires qui est passé à Moscou courant avril. Ah, les parlementaires, c’est l’expression de la démocratie et la démocratie, c’est bien et c’est joli. Et bien tes chers parlementaires, un peu les idiots utiles de Blondin, outre le fait qu’ils contredisent ton cher Groland sur la Crimée et l’Ukraine (mais ça, c’est vos affaires à vous), s’en sont payés une tranche. Certains d’entre eux sont allés gigoter au KM.19, tu sais la boîte porno-chic à putes ouverte par un Frantsouz un certain Jean-Michel, un véritable entrepreneur. Bon, ben lui, je te le dis tout de go, il est protégé par ma maison. Ben ouais, il nous alimente en petits films, photos, tu sais les kompromats. Tu vois, petit Frantsouz, tes parlementaires sont venus contribuer au redressement du PIB de la Sainte Russie. Ce sont de sacrés gigoteurs !! J’aime regarder l’homme tomber, j’aime voir ses faiblesse, c’est mon miel, que-dis-je mon caviar beluga…

Je suis allé au Centre du Judaïsme et de la Tolérance, inauguré par Blondin himself en 2012. C’est là qu’il a commémoré la libération d’Auschwitz, puisque les grands de ce monde, y compris certains dont les pays avaient collaboré avec les Nazis, ne voulaient pas de lui. C’est un musée d’excellente facture. Tu as tout sur le judaïsme en Russie, sa naissance, sa localisation avec le passage de la campagne (les shtetl) à la ville où éclosent les élites, son histoire. Cette partie est franchement intéressante, tu as les persécutions du régime tsariste avec les pogroms, la naissance d’une élite intellectuelle et politique (Bund, sionisme…à, la révolution d’Octobre, la guerre, le complot des blouses blanches, la dissidence… Ce musée, tu l’auras compris, c’est une autre façon d’appréhender l’histoire de mon grand pays. En plus tu y as des expos, et là, il y en avait deux, l’une sur le photographe Alfred Eisenstaedt et l’autre sur les avant-gardes russes (Chagall, Falk, Boulatov…). Un endroit passionnant, situé dans un ancien garage de bus, conçu par le célèbre architecte Melnikov. Franchement, si tu passes me voir, je te conseille ce musée et puis tu vois, nous allons à la rencontre d’une histoire d’une manière un peu plus franche que les Baltes dont je te parlais plus haut…

Bon, faut que je te laisse, je dois partir en mission chez les Turkomans ! Pense à moi le 9 mai, Blondin nous prépare un de ces trucs pour le 70èmeanniversaire de la victoire !!!

Voir aussi, les autres chroniques moscovites ici!

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/

Concert en l'honneur de l'anniversaire de la réunification de la Crimée avec la Russie

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/
http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/
http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/
http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/
http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/

 Chronique moscovite (épisode 14) : En rangs serrés, l'ennemi nous attaque...‏ par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES Chroniques Moscovites chroniques
commenter cet article
14 avril 2015 2 14 /04 /avril /2015 11:39
LE PENSEUR DES POMPES FUNÈBRES par l'écrivain Henri Lhéritier

Quelle ne fut pas ma surprise en m’asseyant dans ce train de me trouver à côté de ce soi-disant penseur, philosophe du déclin, qui pérore partout qu’on est foutu, que l’on va dans le mur. Il avait installé, autour de lui, des Figaros et autres journaux aussi insipides, que je lui tendis, du bout de mes doigts pincés, comme du linge sale, afin de récupérer ma place.

Ce type, agité de tics, affiche sur tous les écrans où il passe l’air désespéré d’un entrepreneur des pompes funèbres en train de déposer son bilan, bavant sur notre époque, exprimant en substance l’idée que pour revivre une époque dorée, il suffirait de se débarrasser des enseignants, des jeunes, des immigrés et d’une manière générale de tous les humanistes. Mais à quoi servirait donc une résurgence de la nation, telle qu’on la considérait avant, sinon à indisposer nos voisins ? Serait-on enchanté d’entendre les Allemands retrouver leur vieux fond gothique, ou les Anglo-saxons leur roi Arthur et leur table ronde, chacun plaidant pour dire ce que le monde leur doit, ce qui fait qu’ils sont meilleurs que nous, et en tout cas que nous ne les valons pas ?
Alors que défilaient devant nous d’admirables paysages français qui curieusement ne m’envahissaient pas de la nostalgie d’un passé révolu mais au contraire d’un futur à édifier, je lui fis part, même s’il ne me demandait rien, de mon refus absolu d’une identité créée par lui de toutes pièces et dont le tri tout personnel exclue le siècle des Lumières, la Révolution, la Commune, c’est à dire toutes les idées émancipatrices au profit des pires pulsions sectaires et claniques de toutes les restaurations.
J’ajoutai, ses tics commençaient à s’accentuer, qu’en dehors des faits divers, je ne voyais nulle part, ce qu’il croyait voir, cette dégradation d’une culture et d’une société, dont il nous rebat les oreilles, mais les faits divers ne sont qu’une aubaine pour les télévisions et les philosophes en mal d’imprécations.
Tout tremblant, il me regarda avec rage, comme si je le suspectais de ne pas quitter sa télé et son canapé (à la vérité c’est ce que je crois fermement), sur lequel, s’excitant tout seul il établissait ses funestes théories de Cassandre illuminé, prédisant le déclin et même la fin de la société française.
Par rapport à ce que la jeunesse d’aujourd’hui sait et fait, enfonçai-je le clou, nous sommes mal placés et trop ignorants, pour des leçons de morale.
Il se leva, furieux, ramassa ses Figaros et ses sous-produits de presse et s’installa au fond du wagon (incroyable journée de malchance pour lui !) au milieu de jeunes Français, de toutes origines, et de toutes conditions, rejoignant une Ong humanitaire en Afrique.

Le tout meilleur d'Henri Lhéritier ici

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/henri%20lheritier/

Repost 0
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 12:12
 LES VÊPRES À LA VIERGE par l'écrivain Henri Lhéritier

Mon téléphone fixe était infesté de sollicitations diverses qui devenaient insupportables : isolation, électricité, chauffage au bois ou à la bouse séchée de bétail tibétain, vacances près de l’eau, et même sous l’eau, assurances gratuites.
Lorsqu’un jour, on proposa à mon épouse un homme à marier, je vis rouge, car elle en avait déjà un, en l’occurrence c’était moi, à moins que tellement rêveur je me sois mis à vivre avec la femme d’un autre, ce qui était aussi une possibilité.
Je résolus de m’en débarrasser, pas de mon épouse, du téléphone.
Dès lors ce fut un enfer, je compris que les appels téléphoniques n’étaient pas du marketing, on ne voulait pas nous vendre quelque chose, on avait avant tout la volonté de nous nuire, nous étions victimes d’un complot. Ne pouvant plus nous joindre au bout du fil, nos persécuteurs décidèrent de venir à notre rencontre. Naïfs, nous en laissâmes entrer quelques-uns, puis nous nous barricadâmes, une infernale bacchanale se tint alors sous nos fenêtres, on nous présenta de tout, des automobiles, de la lingerie, des sex toys, bientôt des types à poil et en érection vinrent se proposer pour se marier avec mon épouse ou avec moi, je ne sais plus, des femmes splendides également, au bout du compte, tous acceptaient de ne pas se marier, et se contenteraient, disaient-ils, de coucher avec nous, on ne savait plus ou donner de la tête, nous n’étions pas intéressés, nous résistions mais c’était tentant, hein ! mettez-vous à notre place.
Un matin, ce fut le bouquet, une dame qui ressemblait à Sharon Stone, en mieux, qui avait dû s’introduire chez nous par le garage ou le jardin, s’était mise à danser en se dépouillant de ses vêtements, devant nous qui nous trouvions au lit et avions remonté notre couverture jusqu’au menton. Une musique admirable tombée du ciel accompagnait chacun de ses mouvements, les "Vèpres à la vierge" de Monteverdi. Sur le" Lauda Jérusalem", elle était en train de faire glisser sa culotte, je n’en peux plus, dis-je à M., trop de désir. Me levant, un drap sur ma nudité, un sourire de carnassier sur ma bouche, je me mis à avancer.
Le téléphone sonna soudain, je m’ébrouai, zut ! ne l’avais-je pas coupé celui-là, serais-je donc dans un rêve ?
Une musique s’échappa de l’écouteur, puis des paroles, elles faisaient :
"Ha ! Qu'est-ce qu'on est serré, au fond de cette boite,
Chantent les sardines, chantent les sardines,"

Je suis M., mon mari est tombé, mort, le téléphone à la main, il avait déjà le drap mortuaire sur lui, je viens de reconstituer sa fin devant vous, depuis quelques jours, il paraissait dérangé.

Le tout meilleur d'Henri Lhéritier, c'est ici!

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/henri%20lheritier/

Repost 0
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 10:44
Chronique moscovite (épisode 13): des hauts et des bas...‏  par Félix Edmundovitch Dzerjinski

« Celui qui ne regrette pas l'URSS n'a pas de cœur ; celui qui souhaite sa restauration n'a pas de tête ». (Blondin). Si tu te souviens de cette citation de Blondin, je t’assure petit Frantsouz, tu auras fait de grands progrès dans ta compréhension du pays, et franchement, si tu veux mon avis, tu as une sacrée marge de progression…

« Bien sûr, je suis un pur et absolu démocrate. (...) Depuis la mort du mahatma Gandhi, je n'ai plus personne à qui parler ». (encore Blondin). Tu vois, petit Frantsouz, Blondin c’est un humaniste, seul et incompris, mais qui conserve son légendaire sens de l’humour. Cela devrait te rassurer sur le pays… Quel blagueur quand même ce Blondin…

Allez, je vais te distraire, je vais te faire sourire ou même rire, après tes élections-piège à cons et toute cette médiocrité dans laquelle tu t’agites ! Tu es bien loin de ta grandeur passée, car un jour, vous les Frantsouzy, vous avez été grands…

Pour commencer, car je sais que Nicolas en gentleman fin de siècle en est friand, un petit détour par l’assiette, avant de rentrer dans le dur… Je suis allé un de ces week-ends dans un restaurant, le Docteur Jivago, dans l’hôtel National, face au Kremlin. De mon temps, il y avait quelques restaurants, pour les privilégiés, moi, en homme intègre et en ascète, je ne fréquentais que les stolovaya (cantines ouvrières) car j’étais et je demeure fondamentalement proche du peuple et du prolétariat même si l’art du tchékiste est de se fondre dans n’importe quel milieu… Les stolovaya, avec le capitalisme, à partir de 1991, ont toutes quasiment disparu. Aujourd’hui, les restaurants ont proliféré et quand un concept a marché, il est décliné en réseau des restaurants. Aujourd’hui, la scène gastronomique moscovite est dominée par deux groupes qui possèdent de nombreux restaurants, Novikov et Ginza. Mais la crèche où je te mène est un poil différente. Elle appartient à Alexandre Rappoport, déjà propriétaire de Kitaïskaya Gramota, où les serveuses sont habillées en garde rouge maoïstes et où j’aime à aller boire un cocktail, nuitamment, après un détour par la bania, ça me régénère. Cocktails de bonne facture comme le Moscow Mull, vodka au citron, bière au gingembre, sirop de gingembre, ça te réveille un mort. Mais retour sur le Docteur Jivago. La décoration y est irréprochable et me rappelle le bon vieux temps (mosaïques, lustres…) . Ah, cette étoile rouge, elle fut mon berger. Ces hommes à cheval, qui rappellent la cavalerie rouge et ses personnages qui rappellent les Malevitch, Petrov-Vodkine et Deneyka… Et tu n’y as que de la gastronomie russe, des bons produits et élégamment présentés. Une farandole de pelmeni (ravioli sibérien, au bœuf, au porcs au canard, au rêne), de pirojki (petit pains fourrés salés) et de kotlety (boulettes de viande). Ici, chez nous, pas de 5 fruits/5 légumes par jour, tu comprends, faut passer l’hiver. De la bonne cuisine russe contemporaine, légèrement revisitée… Une belle adresse, même si ce lieu appartient à un capitaliste, qui a su émouvoir mon cœur endurci de tchékiste. Une adresse qui sonne comme un rappel de l’Histoire et d’une histoire, la nôtre, à laquelle nous sommes irrémédiablement attachés, celle de la défunte URSS, mais si vivace dans mon cœur.

Tu as vu, petit Frantsouz comme les organes de sécurité sont forts par chez nous!! Tu as vu ça, dis? Les assassins de Boris Nemtsov ont été arrêtés et ils sont tous tchétchènes... C’est Ramzan, qui est bien triste… Ben en fait, les gars en question, dont un appartenait aux forces spéciales tchétchènes (bataillon Sever) auraient déclaré que le brun ténébreux Boris (un séducteur si tu as vu les photos de la donzelle qui était avec lui sur le pont) avait heurté leur sentiment religieux en prenant la défense de la liberté de la presse, suite aux attentats contre Charlie Hebdo. Souviens-toi, une manifestation, organisée par Ramzan à Grozny, contre les caricatures de Mahomet avait rassemblé 800 000 personnes…

Le fait que ce soit des Tchétchènes me fait sourire. Un sourire ironique. Tu te souviens de ce peuple délicat pour lequel ta presse et tes élites autoproclamées prenaient fait et cause. Et puis tu te souviendras probablement que le joli Boris était membre du gouvernement de l'Outre alcoolique qui déclencha, après moultes libations forcément alcoolisées, la première guerre de Tchétchénie en janvier 1994. J’ai encore dans la tête le cri du conscrit russe appelant sa matushka à l’aide au moment où le couteau se posait sur sa gorge juvénile... Sale guerre, comme toute guerre qui se respecte. Tu te souviens de l'Outre alcoolique, vous l'aimiez bien, vous disiez que le pays était sympa à l’époque, vous pouviez vous essuyer dessus comme sur un paillasson, souviens-toi du Kosovo, mais en fait, le pays était complètement imprévisible et même dangereux, ben ouais, ça flinguait ou rackettait dans tous les coins mais tu as oublié, tu as la mémoire gommeuse. Mieux vaut Blondin. Il dit ce qu'il va faire et fait ce qu'il a dit, il est très prévisible comme garçon et mieux vaut l'écouter.

Je vais t'expliquer comment cela s'est passé techniquement, cet assassinat. Avant, à l’époque soviétique et au mitan des années 1990, les Tchétchènes étaient utilisés pour les basses œuvres. Le commanditaire s'adressait à un gang et hop, le job était fait avec plus ou moins d’art. Aujourd'hui, tout a changé, tout s'est policé puisque le commanditaire passe désormais un tender (appel d'offres), ce qui suppose un cahier des charges, et c'est le groupe le mieux ou le moins-disant, le plus conforme au cahier des chares, qui l'emporte. Le commanditaire fait ensuite une avance pour régler quelques frais: armes, moyens de communication, moyens d'interception, de brouillage, voitures... Une fois la commande honorée, le groupe perçoit sa rétribution au prix fixé dans l'appel d'offres. Je suis sûr que si cela se passait comme ça en Europe, il y en aurait pour exiger des quotas de femmes, voir si tout se fait conformément au développement durable et au changement climatique, ben ouais, l’empreinte carbone c’est vachement important, le contactant serait un contractant de proximité, une sorte de slow food de l’assassinat... Enfin, ce changement te dit bien que le Russien sait adopter le mode capitaliste car l'appel d'offres suppose une mise en concurrence entre gangs... C'est beau le progrès. De mon temps, un mur suffisait.

Enfin, ce n'est pas la mort du beau ténébreux Boris, ni les sanctions d'ailleurs, qui ont empêché British Petroleum (BP) de signer un accord de 12 Mds de dollars avec le grassouillet oligarque Fridman pour un projet gazier en Egypte... Tu le sais, tu auras beau faire le singe idéaliste, t’agiter, l'argent n'a pas d'odeurs...

Tiens, cela me fait souvenir que le 12 mars 1947 le Président américain Truman définissait sa doctrine contre l’URSS, le containment. Je ne suis pas vraiment convaincu que la patrie du capitalisme ait véritablement changé de doctrine, y compris vis-à-vis d’une Russie hyper-capitaliste. Faut se faire une raison, nous Russiens, nous faisons peur ! Tiens, à propos d’avoir peur, les agités du Donbass, du moins les femmes faisant partie de bataillons, ont organisé un concours de beauté à l’occasion du 8 mars, fête des femmes. Je crois que c’est Svetlana Alexievitch qui a écrit « La guerre n’a pas un visage de femme »… Du même auteur, lis « La fin de l’homme rouge ». C’est irrémédiablement triste.

Laissons de côté ce qui n’est qu’écume sur la vague, la politique comme elle va, et cessons de parler de ce qui (te) fâche et évoquant la belle parmi les belles, Moscou ! Je me suis rendu récemment au pied du monument des conquérants de l’espace, sous lequel se trouve notre musée du Cosmos. Quel monument, quel gigantisme et quelle modernité. Et cela m’a fait plaisir, oui extrêmement plaisir, de retrouver la grandeur de notre beau et vaillant pays, l’URSS !! Ce musée te révèle le paradoxe de notre pays, y compris aujourd’hui, celui d’une puissance « pauvre ». Et puis surtout, nous sommes de sacrés bricoleurs, nous qui avons envoyé le premier homme dans l’espace. Pas comme les Américains, qui doivent tout à Werner Von Braun, ingénieur nazi, père des fusées V1 et V2. Sont pas rancuniers les Anglais avec leurs potes américains… Nous, nous avons fait tout, tout seuls, sur le coin de l’établi, dans un garage. Ce qui est pas mal, c’est que le musée conclue sur la coopération internationale, avec l’ISS, ça c’est quand même gentil de notre part de faire profiter tout le monde de nos savoir-faire. Faudrait pas l’oublier.

Après ce musée, je suis allé faire un tour au VDNKh. Jadis, c’était le centre des expositions où le peuple pouvait constater de visu les réalisations de la vaillante Union Soviétique, notamment dans le domaine agricole. L'entrée principale du parc est un arc de triomphe surmonté des figures d'un conducteur de tracteur et d'une kolkhozienne. C’est Jo le moustachu qui a eu l’idée de la chose histoire de se faire plaisir, un peu d’autosatisfaction ne nuit pas, et de faire plaisir au peuple, histoire qu’il voit le résultat de son travail. Tu as plusieurs pavillons dédiés à chacune des 15 Républiques Soviétiques et une fontaine avec 15 statures représentant les dites Républiques. Aujourd’hui, c’est devenu une foire à tout. Tu rentres dans un pavillon et tu trouves des restaurants, des magasins d’électronique, bref, de quoi satisfaire la fringale consumériste du populo. Mais il me revient que le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, un bon pote de Blondin, puisqu’il a été son chef de cabinet, donc un homme de confiance, aimerait que tout redevienne comme avant. Ben ouais, le Russien est un nostalgique, relis Oblomov ! Alors, il fait à la russe, un mélange d’autorité et de sensibilité. Il fait fermer les pavillons, les rénove, bref, il chasse les marchands du temple. Une perestroïka à rebours… Ou plutôt un savant mélange, un syncrétisme.

Et puis après, j’ai vu une belle exposition consacrée à Rodtchenko et sa compagne Stepanova. Tu avais tout, le Rodtchenko photographe, peintre, affichiste et designer. Là également, une bonne bouffée salutaire de sacrément bons souvenirs. Tu vois, petit Frantsouz, après ce restaurant, ce musée et cette exposition, je suis convaincu que mon pays ne peut pas mourir. Il est traversé par un flux vital, qui résonne jusque dans les bania, au moment où le bantchik force sur la vapeur, tu entends des cris de bêtes libérateurs, ce sont les cris d’ours (si cher à Blondin), des conquérant de l’Est qui bientôt, qui sait, déferleront sur l’Ouest, pour son salut bien évidemment, tu as appris à nous connaître… Vous ne vous débarrasserez pas de nous, vous nous avez sur le dos pour de longues années !

Avant de te quitter, je voulais te dire que j’avais lu « Soumission » de Houllebecq pendant mes vacances polonaises. J’ai trouvé ça un peu long ce qui est compensé par l’humour féroce de l’auteur, un facétieux. Je ne comprends pas la polémique en France, ce livre est juste une pochade, une déconnade. Bon, certes, comme le disait Blondin il y a déjà quelques années, « la France deviendra dans moins de 20 ans la colonie de ses anciennes colonies », c’est un fait, mais le roman de Houellebecq joue de vos peurs et le bestiau, ça le fait poiler et je le comprends. Pour revenir à la citation de Blondin, c’est du typiquement Russien. Vois-tu, petit Frantsouz connecté et globalisé, les Russiens ont trois obsessions assez éloignées des tiennes, mais tu ferais bien de prendre des cours de rattrapage : l’Histoire, la géographie déclinée en géopolitique, et la démographie (le nombre). Donc ne te vexe pas ou n’accable pas Blondin d’anathèmes, il est juste inquiet pour vous, pour ce pays qu’il adore et dont il apprécie particulièrement le Chassagne-Montrachet, à défaut d’avoir goûté les vins du Roussillon.

Si la situation en Ukraine te préoccupe, lis ça, cela te rassurera, hin, hin, hin :https://www.bellingcat.com/news/uk-and-europe/2015/03/11/vreditel-sobaka/ Tu comprendras que comme nous sommes un vaste empire, nous n’avons pas de problèmes de ressources humaines et nous envoyons nos Bouriates se battre en Ukraine contre l’OTAN, contre l’impérialisme. Le petit gars qui témoigne et qui a été blessé ne regrette rien. Amusant de voir les gens les bénir, eux, des Bouriates, des bouddhistes. Amusant de voir que pour nous autres Russiens, la guerre est un fête car partout d’où partent nos vaillants petits gars, tu as des fêtes. Au fait, j’espère que tu es bien conscient, petit Frantsouz, que les Etats-Unis envoient des militaires, en nombre, pour former les Ukrainiens. Dur tout de même de se faire une opinion, hein ?

Je suis retourné au bania, tu sais les bains russes. J’ai un bon rythme, une fois tous les 15 jours. A chaque fois que j’y suis, je me pose des questions sur mon peuple. Comment des gens, des adultes, peuvent-ils supporter une telle chaleur, suivi d’un bain dans une eau à 3°, et se faire fouetter par leur alter égo à l’aide de branches de bouleau, de chêne… Un drôle de peuple, non ? Et c’est une tradition ancestrale. Rien à voir avec ces tafioles turcomanes où tu te badigeonnes d’huiles essentielles. Je crois que mon peuple est un peuple basique, aux plaisirs simples et c’est un peu ple de guerriers. Gaffe à vos miches ! Mais attention, pas des barbares, j’ai tout de même vu une exposition Doisneau, Nadar et de photos soviétiques 1946-1964. Donc y en a dans le ciboulot, donc re-gaffe à tes miches ! Bon, j’arrête avec notre éternel complexe d’infériorité/supériorité (les deux en simultané et vice-versa).

Au fait, petit Frantsouz, tu connais Philippe Muray? Oui, non? Pas grave, pourtant c’est un des tiens, je te dédie ce poème de lui (http://www.youtube.com/watch?v=2lEupp9jzGs). Pas mal de lecteurs de l'Archipel devrait se reconnaître, qu’ils n’en soient nullement offensés...

Terminons sur un sujet qui fâche… Je t’ai pas beaucoup entendu lorsque l’Arabie Saoudite, alliance objective entre la famille régnante, les Saoud, et la prédication wahhabite, est intervenue au Yémen contre les chiites houthistes. Tu as fait plus de tintamarre lorsque Blondin a récupéré la Crimée, tu nous a même sanctionné et tu nous as remis un petit coup de sanctions en raison des agités du Donbass (qui de notre point de vue Russien fait partie de l’Ukraine, c’est un conflit ukraino-ukrainien, attention, c’est pas nous !). Faiut être cohérent, petit Frantsuz, sinon, t’es plus crédible, c’est pas bon l’indignation sélective. Blondin, il est méchant, le roi d’Arabie, il est gentil (pense au blogueur, au fait). Remarque, tu me diras, toutes ces histoires, au Yémen, c’est loin, et puis c’est des Arabes…

Et puis je t’offre une chanson, histoire de te rappeler qui nous sommes ! https://www.youtube.com/watch?v=U_VO6SJiny8 C’est une chanson de la guerre civile qui dit que l’Armée rouge est la plus forte, une chanson qui te pose le décor parce qu’à l’époque, nous avions les Blancs sur le paletot, ça va encore, ça reste les nôtres, mais en plus les alliés, quelques français, des américains (décidément, nous sommes une obsession pour eux), des anglais, des japonais qui soutenaient les Blancs. La chanson est interprétée par les gars de Liube, le groupe préféré de Blondin. Mais toi, tu préfères Emeute dans ta chatte(Pussy Riot).

Voir aussi:

Les précédentes chroniques moscovites

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/

Chronique moscovite (épisode 13): des hauts et des bas...‏  par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 13): des hauts et des bas...‏  par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 13): des hauts et des bas...‏  par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 13): des hauts et des bas...‏  par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 13): des hauts et des bas...‏  par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 13): des hauts et des bas...‏  par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 13): des hauts et des bas...‏  par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 13): des hauts et des bas...‏  par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 13): des hauts et des bas...‏  par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 13): des hauts et des bas...‏  par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans Chroniques Moscovites chroniques ARTICLES Gastronomie
commenter cet article