Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

21 août 2019 3 21 /08 /août /2019 13:42


"Dark vador (à l'Amiral Piett) : Vos histoires d'astéroïdes ne m'intéressent pas, Amiral. Je veux ce vaisseau, pas des excuses !"

La presse on le sait est un des piliers de la démocratie (comme à su le démontrer "La Pravda" en Union Soviétique durant plusieurs décennies) .

Elle est là pour raconter le réel en rassemblant les faits. Cela permettra aux citoyens de se faire une idée de la situation , de se positionner, d'agir ou de voter selon les convictions qu'il se sera forgée . C'est dire l'importance d'avoir une bonne information au national comme au locale . Peut-être plus au locale parce que la biodiversité de l'info est rare et sa traçabilité complexe.

L'info locale à la saveur de lasagnes étiquetées au bœuf, mais parfumées au cheval!

Dans un édito récent le chef de la locale de l'Indep, le journal d'ici , Thierry Bouldoire, faisait la recension de l'offensive politique pour les municipales 2020 avant la fin de la trêve des confiseurs de l'été (consacrée à sa propre mise en scène dans des clubs de plage avec un verre de rosée piscine ou une piscine de rosée glaçonnée à la main, avec cette canicule on ne sait plus trop) .

"A Perpignan, la campagne électorale n’attend pas la rentrée. Aucune trêve estivale au menu. La preuve, début juillet, Les Républicains sondaient la ville.

Fin juillet, Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, venait soutenir Romain Grau, député et candidat LREM, après le saccage de sa permanence. Quasiment au même moment, une partie de la gauche avançait le nom de Jean-Bernard Mathon, militant du patrimoine, comme tête de liste. Au tour de Louis Aliot de s’afficher dans les rues de Perpignan."

Mais l'objectif de l'article est de tacler le candidat Louis Aliot ex FN, nouveau RN sans étiquette qui s'affiche depuis lundi en quatre par trois dans les rues de Perpignan!

"En grand, à l’image de son slogan retenu pour conquérir Perpignan.
Depuis lundi, le leader frontiste s’expose en 4x3 sur une vingtaine de murs. « Ce n’est pas encore le coup d’envoi de la campagne, plutôt une pré-campagne », fait croire celui qui n’affiche surtout pas son appartenance politique. Ni logo du Rassemblement national, ni revendication Bleu Marine, Louis Aliot, pourtant membre du bureau national du parti d’extrême droite, a choisi de ne rien revendiquer. Un pas de plus vers une campagne inspirée par celle de Robert Ménard, élu en 2014 à Béziers. Louis Aliot devrait inaugurer sa permanence en centre-ville courant septembre et dévoiler une partie de sa liste en décembre."

Un journaliste pilier de la démocratie se doit d'être un antifa!

Il faut toujours dénoncer la "bête immonde dont le ventre est encore fécond" lorsqu'on la voit , voir même lorsqu'on ne la distingue pas nettement dans la tempête de mousse parce que : "le plus beau coup du diable, c'est de faire croire qu'il n'existe pas" .

Et là, vous pouvez compter sur Thierry Bouldoire, ancien spécialiste du rugby pour avoir l’œil et le bon...

Certes aux vœux à la presse de Louis Aliot au restaurant "La passerelle" en janvier dernier, il était moins piquant!

En mangeant son poisson avec la discrétion d'un petit garçon timide, il posait ses questions avec plus de circonspections. Mais lorsqu'on a les personnes en face, on ne perçoit que leur humanité. Et puis, on mange vachement bien à "la passerelle".

Mais le poisson digéré, on reprend ses esprits, et on dit ce qu'on a à dire!

On est d'autant plus sévère, que ce que l'esprit d'escalier à remonter le ressort . Il est comme la mendiante de Strasbourg http://www.histoiredefrance-chansons.com/index.php?param1=MI0122.php : aux allemands je ne tends pas la main!

Et encore moins question de vendre du beurre à Louis Aliot!

On aimerait la même sévérité d'éditorialiste avec tous les élus!

Dénoncer, c'est bien . Mais pour une question d'équilibre et de neutralité, il faudrait dénoncer tous les pouvoirs d'où qu'ils proviennent . Comme le passage du maire Jean-Marc Pujol les républicains qui se dit à la fois "gilet jaune" et "Macro-compatible" avec "La France Audacieuse" . Où encore la "Fake news" de Romain Grau qui dénonce le saccage de sa permanence par des "gilets jaunes" alors que sur la vidéo on voit très bien , les 4 blackblocs qui s'extraient  de la manif pour casser...Sans parler du peu d'échos qu'il fait de la campagne permanente de Clotilde Ripoull...

Attendez-vous  à ce qu'à partir du deuxième tour des municipales, il défende la "république en marche" en danger!

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
15 août 2019 4 15 /08 /août /2019 15:53

"Que je voudrais bien tenir un de ces puissants de quatre jours, si légers sur le mal qu'ils ordonnent, quand une bonne disgrâce a cuvé son orgueil ! " Le mariage de Figaro Beaumarchais

Déjà durant le mouvement des gilets jaunes, il y eut quelques saccages de permanences d'élus LREM et début d'incendie (qui dans les médias avaient pris des allures d'incendie du Reichstag) . Mais depuis le vote du CETA accord de "libre échange" (nous prendrons le temps dans un autre article, le soin de soulever le fait paradoxal, qu'un accord reste libre lorsqu'il est contraint par toute une série d'articles et autres tribunaux d’arbitrages ...#oxymore) avec le Canada. Des gilets jaunes et autres paysans trahis (pléonasme) se sont mis à regimber et à s'attaquer symboliquement , mais de manière virile aux représentations de ceux qu'ils considèrent avoir détériorer leur mode de vie déjà pas florissant, par leurs votes .

Crier plus fort que la douleur: comme les footballeurs italiens !

https://www.sofoot.com/de-l-art-de-bien-simuler-163138.html

On en est à plus d'une vintaine de permanences saccagées ou devant lesquelles on a déposé du fumier ou dieu sait quoi de nauséabond. C'est le moment pour les députés en Marche de se poster en martyr de la république démocratique...Ils crient très fort, dénoncent la violence des autres : " "Ils venaient casser du député, donc casser la démocratie", affirmait Romain Grau. Et avec des airs d'enfants qui viennent de prendre une baffe , ils demandent pourquoi...Parce que comme pour l'enfant, les députés LREM n'ont franchi aucune limites qui justifie "la violence", voir la "haine" qui semble s’abattre sur eux .

"Maurice , tu dépasses les bornes des limites" https://www.youtube.com/watch?v=Vdc52q9uFeM

Il n'y a pas eu d'avant. Tout semble surgir dans le présent comme d'un vortex ou d'un monde parallèle qui n'a rien avoir avec eux. Eux, qui ont toujours la porte de leur permanence ouverte (lorsqu'il en reste encore une) pour être à l'écoute.

La vulgarité, c'est la manière dont se comportent les autres...

L'élu LREM a cette capacité en guise de réponse, de se rouler en boule et se mettre dans une posture de déni . La "violence" et la "haine" ne provient jamais d'eux, mais des autres. Ils sont dans un phénomène que l'on qualifie en psychologie de "projection".

"En psychologie et en psychanalyse, la projection correspond à l'opération mentale par laquelle une personne attribue à quelqu'un d'autre ses propres sentiments, dans le but de se sortir d'une situation émotionnelle vécue comme intolérable par elle: la personne n'a pas conscience d'appliquer ce mécanisme, justement car elle n'accepte pas les sentiments, ou sensations, qu'elle « projette » à l'extérieur, sur l'autre ou sur un objet. Il s'agit donc de mouvements pulsionnels intolérables, ou en tout cas, perçus comme tels".

 A partir de là aucune discussion n'est possible: et la résolution des problèmes avec!

De sorte que ces députés là soient comme le décrit le poète turque Nazim Hikmet :  "La plus étrange des créatures" 

https://schabrieres.wordpress.com/2012/01/14/nazim-hikmet-la-plus-etrange-des-creatures-dunyanin-en-tuhaf-mahluku-1947/

"Comme le scorpion, mon frère,
Tu es comme le scorpion
Dans une nuit d’épouvante.
Comme le moineau, mon frère,
Tu es comme le moineau,
Dans ses menues inquiétudes."

(...)

"Et s’il y a tant de misère sur terre
C’est grâce à toi, mon frère,
Si nous sommes affamés, épuisés,
Si nous sommes écorchés jusqu’au sang,
Pressés comme la grappe pour donner notre vin,
Irai-je jusqu’à dire que c’est de ta faute, non,
Mais tu y es pour beaucoup, mon frère."

Il ne reste donc,  pour ces députés, que de continuer de voter comme on leur demande et s'étonner de la "violence" et de la "haine" des autres :

jusqu'à ce que le gouvernement finisse par écraser ou étouffer totalement la contestation, ou bien que le lait déborde de la casserole et que ce gouvernement, comme la crème, soit à son tour renversé . Parce qu'à ce stade , il est peu probable que les urnes soient un buvard suffisant pour absorber la rancœur populaire...

Le Talion de fer et sa loi : œil pour LBD, dents pour mains arrachées...

 

Partager cet article

Repost0
11 août 2019 7 11 /08 /août /2019 14:22
 
 
"R.I.D.I.C.U.L.E
Encore une fois, les catalanistes à côté de la plaque...
En aucun cas, ça changera la situation de nos chômeurs, de la ruralité, de nos agriculteurs, et la situation économique de notre territoire...
Totalement déconnectés des préoccupations des citoyens de la Catalogne Nord.

#AgissonsPaysCatalan, le renouveau de la classe politique locale." déclare Joan Nou d'Agissons Pays Catalan , au moment où le  parti historique Unitat Catalana reparle d'un passeport catalan dans un article de bonne taille dans l'Indépendant. Déjà un indice, si l'indépendant ouvre largement ses colonnes , c'est que l'enjeu est dérisoire et ne portera aucunement à conséquences nulle part , ni au nord , ni au sud ! (J'invite d'ailleurs dans le même ordre d'idée, à FranceBleu Roupillon à monter un débat sur le thème)
 
 
"Proposons de l'impossible comme ça personne ne pourra nous reprocher de ne pas y arriver. C'est moins stressant et fatiguant que de se confronter à la réalité et d'essayer de la faire bouger" comme disait le penseur Joan Planes
 
 
 
 
Catalogne: Unitat Catalana, réinvente le fil à couper l'eau chaude en voulant un passeport catalan comme au Groland! par Nicolas Caudeville

Mais revenons au sujet :что такое паспорт?

 
"Passeport nom masculin Pièce certifiant l'identité et la nationalité, délivrée par une autorité administrative à un ressortissant pour lui permettre de se rendre à l'étranger."
 
Donc, on parle là d'un outil administratif délivré potentiellement par un état souverain qui donne reconnaissance de l'identité nationale du porteur et donne droit à circulation internationale.
 
La Catalogne n'étant pas un état souverain, même si la Généralitat s'amusait à en émettre un: il n'aurait qu'une valeur symbolique et n'aurait donc serait d'une totale innocuité!
 
 
 
 
Plus encore s'il s'agit de la proposition d'un parti Nord Catalan : alors l'insignifiance confine au dérisoire!
 
 
Mais le but du jeu, n'est pas ce qui est désigné . Le but est de se faire mousser assez pour obtenir de bonne place (voir éligibles) sur les listes à 6 mois des municipales .
 
 
 
 
Camarades représentants des minorités, il est encore temps de faire des propositions inutiles et chocs pour avoir votre place sur une liste municipale!
 
 
"Ha ça ira, ça ira les catalanistes à la mangeoire!" N'hésitez pas, donc, plus c'est con, plus c'est incongru plus ça marche et plus les médias locaux en parle...Cela peut permettre d'avoir son quart d'heure wharoolien et même de toucher des indemnités , ainsi qu'avoir une place de parking (et, c'est par rien, Brice Lafontaine en a toujours un souvenir ému...souvenir qu'il compte bien revivre : puisqu'il soutien Romain Grau ).
 
 
 
 
Il y a pourtant de vrais combats, plus que symbolique a engagé pour être utile au territoire catalan nord!
 
L'utilitarisme ne fait certes pas partie du corps de doctrine des catalanistes locaux (qui sont à ceux du sud , ce que le Champomy est au Champagne!) .
 
Utilitarisme :Idéologie politique, Description
 
L’utilitarisme est une doctrine en philosophie politique ou en éthique sociale qui prescrit d'agir de manière à maximiser le bien-être collectif, entendu comme la somme ou la moyenne de bien-être de l'ensemble des êtres sensibles et affectés.
Fondateur : Jeremy Bentham
"
 
 
 
 
 
Pourquoi ne pas défendre le "Roussillon Express" alias le train de fret Perpignan/ Rungis où il y a à la fois des enjeux d’environnement, d'économie et d'emplois?
 
 
 
Ou quitte à faire dans le symbolique, continuer à se battre pour que le nom de la région Occitanie , inclut le nom catalan .
 
 
 
 
Mais de ça , il n'est pas question, c'est compliqué.
 
En plus, il faut réfléchir et puis bosser. Se confronter aux adversaires . Bref, c'est pas demain que ça va se faire, vu que l'objectif c'est de dire aux gens d'ici: on est des gens bien à titre personnel , puisque on défend une juste cause. C'est un acte d'auto-promo à esthétique poétique...
 
 
 
 
Pourtant  Unitat Catalana n'a pas toujours fait dans la franche bouffonnerie!
 
 
Il fut un temps où ce parti comptait dans ses rangs des personnes d'importance intellectuelle comme Llrorenç Planes.https://ca.wikipedia.org/wiki/Lloren%C3%A7_Planes qui lui s'était fendu de 2 livres de réflexions perspectives et prospectives sur le territoire nord catalan: "Le petit livre de la Catalogne Nord Lluita per un "Rosselló" català" en 1974 et "Per comprendre Catalunya Nord. De la identitat desnaturalitzada a l'esperança de futur "(2012)
 
 
 
 
 
Parce que dans les partis politiques et catalanistes en particuliers, il n'y a plus que les miroirs qui réfléchissent .
 
Le manque de vergogne généré par les temps "post-modernes" implique que les partis politiques ne sont plus que des écuries pour faire élire  des édiles . Mais dans ces écuries, on a commencé par élever des chevaux: on a fini par élever des ânes. 
C'est par un glissement sémantique , que l'on est passé "d'écurie" à "incurie"
 
 
 
 
A quoi sert une politique si elle est désarmée?
 
 
"À quoi sert une chanson si elle est désarmée?"
Me disaient des Chiliens, bras ouverts, poings serrés
Comme une langue ancienne
Qu'on voudrait massacrer
Je veux être utile
À vivre et à rêver" 
 mettait dans la bouche de Julien Clerc, le plus célèbre parolier de la chanson française, le catalan Etienne Roda -Gil
 
Parce que même si selon Gainsbourg "la chanson est un art mineur" : "Les chansons ça aide à vivre, les vrais, il y a même des chansons qui aident à mourir..." comme disait Roda-Gil
 
Mais mourir pour des idées, il y a des risques à ne pas courir pour certains!https://www.youtube.com/watch?v=ql38v9AjjlM
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Partager cet article

Repost0
5 août 2019 1 05 /08 /août /2019 16:27

 

Comme la SNCF nous vantait son fret ferroviaire: "les fraises les plus rapide de France!" qui disait...C'est vrai que des fraises qui font du 140 km/h on avait jamais vu ça.

Mais ça c'était avant!

Mais en France, on a pas de pétrole, mais on a des technocrates! Depuis plus d'une décennie, la direction de la SNCF qui s'est rendue compte que ses filiales camions (comme Géodis) lui rapportaient plus que son fret ferroviaire a organisé sa déconstruction. Comme si un végan se rendait compte que ses boucheries lui rapportaient plus sa boutique de fruits et légumes. C'est ce qui arrive lorsque l'obsession des technocrates est fixée sur les bénéfices et pas sur le service public (ceci dit, c'est plus utile pour le pantouflage et le rétro-pantouflage...tous ceux qui en ont profité vous le diront!) :"Les technocrates, si on leur donnait le Sahara, dans cinq ans il faudrait qu'ils achètent du sable ailleurs." comme disait le regretté Coluche (Putain de Camion)

On est passé de 3 trains de fret 0 = 20 000 camions et 44 tonnes d'émission de CO2 par an!

Mais tout va bien. Les élus locaux sont bien tièdes dans la défense du train. Parce que plus de trains et remplacement par une solution de ferroutage qui viendrait de Barcelone ou de Valencia , c'est la disparition de la nécessité de l'éclatement des marchandises au marché St Charles à Perpignan. Et dans la foulée la disparition à court ou à moyens termes des emplois...

Ivan Duran  était en direct place Rigaud pour nous parler du train de fret à Perpignan Rungis. Il est cheminot, il s'occupe de la restauration des wagons frigorifique.Il nous raconte comment les autorités les baladent. En fait pour maintenir le train, il ne faudrait pas dans l'immédiat 20 000 d'euros, mais un peu plus de 500 000 euros. Et surtout que la direction de la SNCF n'incite pas les chargeurs à ne plus prendre le train...

 

Train de fret Perpignan / Rungis: The Avenger's planet end game? interview Yvan Duran par Nicolas Caudeville

Partager cet article

Repost0
3 août 2019 6 03 /08 /août /2019 13:26

On a enfin retrouvé le corps de "Steve" noyé dans la Loire. Le jour même le premier ministre , le ministre de l'intérieur silencieux à ses cotés faisait état du rapport de l'IGPN , alias la "police des polices" selon lequel , il n'y avait pas de lien entre l'action policière et mort de Steve Maia Caniço https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/disparition-de-steve-a-nantes/mort-de-steve-maia-canico-maia-canico-le-rapport-de-l-igpn-conteste_3563005.html .

Le soir du vendredi 2 août, à Perpignan, un peu plus de 200 personnes : gilets jaunes et autres personnes ont manifestés pour rendre hommage à Steve. Pendant la manifestation, le cortège passe devant la permanence de romain grau, et les gilets jaunes oublient l'hommage et sortent quelques mots spéciaux pour ces députés.

Voir aussi et en amont:

Partager cet article

Repost0
2 août 2019 5 02 /08 /août /2019 12:18

La pression médiatique s’accentue de jour en jour sur notre territoire. Partout la signalétique se multiplie et s’impose de plus fortement et « naturellement » aux regards. Les médias nationaux ne connaissent plus que l’Occitanie et nos sites emblématiques s’y trouvent domiciliés sans autre forme de procès : le Canigou ( allez donc écrire Canigó avec un clavier français !), Collioure avec son clocher,  Perpignan et son Castillet sont dorénavant des sites occitans. Le petit train jaune serpente dans les montagnes occitanes. Toutes les offres touristiques conduisent en Occitanie. Les pruneaux d’Agen sont dans la même enveloppe occitane que les anchois de Collioure. Les toponymes sont maltraités ; les cartes sont monocolores. Le Roussillon a disparu avec le Languedoc-Roussillon ; il n’est pas besoin d’un savoir sémiotique pour le constater.

 Quand disparaît de l’univers perceptif le signe qui représente, il n’y a plus dans les esprits la chose que le signe représentait.

Le processus d’effacement est continu, inexorable, cumulatif, insidieux, plus rapide qu’on ne pouvait l’anticiper. Bien entendu quelques médecines sont distribuées : des subventions par-ci, des beaux discours par-là, un Office en guise de perfusion pour la langue catalane … Ce dispositif est d’autant plus efficace qu’il n’y pas de vindicte particulière de la part du pouvoir régional à l’égard des catalans. Rien de comparable à l’offensive menée par Georges Frèche avec sa Septimanie et sa machine de guerre médiévale. Les communicants de la région n’ignorent sûrement pas le problème et ils l’ont pris probablement en considération au tout début. Mais quelle complication pour faire exister un territoire aussi minoritaire sans mobiliser des surcoûts hors de proportion et pénalisants vis-à-vis de la concurrence. Une logique d’oubli nécessaire s’est mise en place, indolore voire parfumée. Le problème catalan disparaît sous la houlette de la bienveillance régionale.

Quand on fait un bilan aussi désolant que celui qui précède, on arrive évidemment à la question classique : « Que faire ? »

Cette question toutes les organisations locales, politiques, associatives de tout type, et plus particulièrement celles qui se déclarent « catalanes » dans leur dénomination (et elles sont légion), les groupes informels qui réunissent pour certains des dizaines de milliers de membres sur les réseaux sociaux se la posent ou témoignent d’une certaine agitation. A cet égard le reportage de France Télévisions sur le petit train jaune a particulièrement frappé les esprits car il est apparu comme un point de non-retour en même temps qu’il soulignait une certaine impuissance. On ne peut rien faire contre un tel rouleau-compresseur … Après le méchant rouleau russe (militaire), voici le gentil rouleau occitan (médiatique) …

Pour l’heure, chaque catalan (au sens large d’appartenance à la communauté liée à ce territoire) conscient du problème de l’effacement de son identité profonde se demande ce qu’il pourrait faire au-delà de la protestation convenue. Et les catalans sont ainsi faits que la violence n’est pas dans leurs traditions. Ceux de Catalogne Sud ne cessent de l’illustrer et leur combat, bien que d’une toute autre dimension, est de même nature. Il est question de la survie d’un peuple, aussi vague que puissent en être ses limites actuelles. En ce sens chacun peut faire des propositions, mener des actions symboliques non-agressives, selon ses moyens, dans sa sphère d’influence. Et d’abord résister pour limiter la casse autant que faire se peut …

J’en viens à une proposition que je suis en mesure de faire « professionnellement » pourrais-je dire. Il s’agit d’engager la bataille des signes (pacifique, c’est une métaphore).

L’arme (sémiotique) de destruction massive, c’est le logo de la région, c’est lui que l’on voit partout parce qu’il figure dans les cahiers des charges de toutes ses actions sur tous les territoires. Il ne cesse de multiplier ses occurrences au fur et à mesure que s’ouvrent les chantiers, que se montent des bâtiments, que se célèbrent des évènements patronnés ou sponsorisés par la région, aussi faible que soit sa participation.

 Occitanie-Pays Catalan : la lutte des signes.par Robert Marty sémioticien

Une analyse (objective) rapide montre évidemment que ce logo tient compte de notre présence en occupant la moitié droite de la croix occitane. Cela témoigne d’une certaine bonne volonté. De plus nous pouvons nous reconnaître dans Pyrénées-Méditerranée et nous avons la chance d’avoir les mêmes couleurs que les occitans. Mais la portion est congrue et mal servie ! D’abord les quatre barres de notre senyera sont rouges sur fond jaune. L’identifier nécessite donc une interversion des couleurs dans chaque esprit. Mais ce n’est pas le plus grave. Car nos quatre barres sont indifférenciées, égales. Ici leurs longueurs diminuent jusqu’à se réduire à un point, signe évident d’un affaiblissement, d’un processus de réduction qui se trouve visuellement enregistré. De plus elles s’inscrivent en creux dans l’autre moitié (invisible) de la croix occitane et suggèrent sa présence à l’esprit comme si elle était complète. Pire (et probablement me reprochera-ton d’aller un peu trop loin) mais on peut voir dans cette demi-croix une bouche grande ouverte en train d’avaler une proie affaiblie. On est dans l’ordre de la fantasmagorie bien sûr mais notre cerveau reptilien peut voir des choses comme ça … la preuve …

Alors voici une riposte (sémiotique) radicale qui consiste à rétablir un territoire dans ses droits :

 pays catalan

 Occitanie-Pays Catalan : la lutte des signes.par Robert Marty sémioticien

Il m’a suffi de symétriser la portion qui nous était attribuée en recouvrant ce qui lui était opposé. Il fallait aussi faire une concession en conservant Pyrénées-Méditerranée, afin de suggérer son origine et par-là l’intention du concepteur : riposter en réaffirmant notre existence, simplement, pacifiquement.

Quiconque reconnaîtra la pertinence de mon propos et de la réalisation ci-dessus est autorisé à en faire l’usage qui lui semblera bon pour notre communauté de destins.

http://qualisignes.fr

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2019 3 31 /07 /juillet /2019 17:36

"Le ministre de l'Intérieur a fait escale à Perpignan ce mercredi 31 juillet où il s'est notamment rendu à la permanence du député LREM Romain Grau, candidat aux prochaines municipales à Perpignan. Christophe Castaner n'a pas hésité à parler d'"attentat". "

Oui, le ministre de l'intérieur a raison lorsqu'on met le feu a une chaise , après avoir détruit les vitres de la permanence du député LREM Romain Grau  , c'est comme si on ré-incendier le Reichstag, même si les incendies , on éclairait ces heures sombres. En même, une noyade dans la Loire, il n'y a pas de fumée (à part celle des gaz lacrymos...)

Et si ça peut détourner l'attention de l'affaire "Steve", c'est toujours bon à prendre , comme un bon bain de presse!

Mais lorsqu'on vient soutenir un camarade dans la pêne, on ne l'accable pas de déclarations exagérées qui feront passer les-dites, pour insignifiantes comme le disait  Talleyrand .

"Après ces scènes de violences, le ministre de l'Intérieur a affirmé, lors de son intervention à l'intérieur des locaux de la permanence située rue du Marché-de-Gros à Perpignan, apporter son "soutien à toutes les autres victimes d'attentats tels que celui qui a été commis samedi dernier. Et ce, quelle que soit leur couleur politique." Il s'est ainsi porté garant de leur "sécurité, protection et de la démocratie." "

Et voilà pourquoi, la conférence de presse sur la découverte du corps sans vie de Steve, a été assuré par le premier ministre : ça évite une communication aléatoire avec un "je ne sais quoi" de pataud et brutale (j'ai connu une polonaise qui en buvait au petit déjeuner) 

Le même boiteux qui rajoutait à la notion de soutien politique: "un gouvernement qu'on soutient , est un gouvernement qui tombe!"

La question dans ce cas est : de qui ce soutien présage-t-il la chute ? De celle du ministre ou de celle du député?

Le ministre Castaner aurait pu morigéner Romain Grau pour une absence de normes incendie dans un lieu recevant du public!

"Heureusement que j'étais dans ma permanence, l'incendie aurait pu se propager aux étages où vivent des gens" s'ouvrait il aux médias. Heureusement surtout que contrairement à lui, son voisin dispose d'un extincteur!

Moralité: la déférence entre "l'ancien" et le "nouveau monde", c'est la même chose, la pudeur en moins!

 

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2019 2 30 /07 /juillet /2019 23:00

"Samedi, la permanence de Romain Grau, a été prise pour cible par des Gilets jaunes. Ils ont cassé des vitres et ont tenté de mettre le feu au local alors que le député de la République en Marche était sur place."

Le député témoigne dans les médias de ce qu'il a vu depuis les WC où ils se serait enfermé qu'il aurait vu : des gilets jaunes!

Certains voit des nains partout, lui, ce sont des gilets jaunes!

https://www.youtube.com/watch?v=21oQ2WMYAvI

Hors sur toutes les photos et les vidéos, on verrait plutôt des blacks blocs . Mais comme dit le proverbe de LREM: "bat les gilets jaunes tous les matins, si tu ne sais pas pourquoi: eux, ils le savent!"

 

Partager cet article

Repost0
27 juillet 2019 6 27 /07 /juillet /2019 17:10

"Une benne de déchets a été déversée vendredi matin devant la permanence du député LREM Sébastien Cazenove à Thuir (Pyrénées-Orientales). Les Jeunes Agriculteurs lui reprochent d’avoir voté "pour" le Ceta. "

"300 "gilets jaunes" ont répondu à l'appel national de rassemblement à Perpignan. La permanence du député LREM Romain Grau a été vandalisée, alors qu'une vingtaine de black-blocs se seraient mêlés aux manifestants selon la police. Au moins trois personnes ont été blessées, et une personne interpellée"

Non ,ce n'est pas le début de "l'opération chaos", mais la conséquence du vote pour le CETA des députés des PO LREM Cazenove et Grau . Un vote qui aura des multiples conséquences . Mais ceux qui l'ont voté, ne pensaient pas, qu'elles pourraient être pour eux même ...

Et voilà que les caves se rebiffent !

Paysans et gilets jaunes se sont passés le mot . Et plutôt que de leur écrire, comme je le proposait dans un article précédent , ils ont eu quelques "débordements".

Les députés LREM n'avaient pas signé pour ça...

Le mandat de député pour eux c'était, "une invitation au voyage" baudelairienne :"

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l’humeur est vagabonde ;
C’est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu’ils viennent du bout du monde.
– Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D’hyacinthe et d’or ;
Le monde s’endort
Dans une chaude lumière."

Et voilà que cela commence à tourner façon "Une saison en enfer" , genre Rimbaud!

"Farce continuelle ! Mon innocence me ferait pleurer. La vie est la farce à mener par tous."

Ou plutôt, dans une version réactualisée par "Fight Club" : "Quand on commande des meubles, on se dit à soi-même: ça y est c'est le dernier canapé dont j'aurais besoin, quoi qu'il arrive d'autre par la suite, j'ai réglé le problème du canapé. J'avais tout, j'avais une chaîne hi-fi de très bonne qualité, une garde robe qui devenait très respectable." https://www.youtube.com/watch?v=GEiXTbzt9jE&t=474s

Ici en l’occurrence, on traite de "permanence". Permanence qui porte bien mal son nom, puisque en ce monde, rien n'est permanent! Pas même les coiffures...

Réflexion sur la violence!

"il ne faut pas examiner les effets de la violence en partant des résultats immédiats qu'elle peut produire, mais de ses conséquences lointaines. (...) Nous ne comparons pas deux méthodes de réformisme, mais nous voulons savoir ce qu'est la violence actuelle par rapport à la révolution sociale future".

disait George Sorel (qui vécut  à Perpignan à coté de l'église La Réal)

La violence engendre la violence. Et il n'y a pas de violence que physique, il y a entre autre, une violence sociale et économique (on parle pour les deux, de guerre) . Ainsi lorsqu'on vote des lois qui vont amener ces violences économiques, sociales et écologiques: il y a automatiquement un effet "d'action / réaction , le découvrir juste au moment où on le subit, c'est  à minima de la naïveté, à maxima du cynisme...

Augmenter la taille et la gabelle , et s’esbaudir que les gueux brandissent des fourches et des piques!

Le député Romain Grau a réagi ainsi:      "Ceci n’est pas ma France.
Ma permanence parlementaire a été saccagée ce matin par une centaine de personnes cagoulées dont certaines arboraient un gilet jaune. J’étais sur place et j’ai assisté à cette violence sans nom. Je tiens à remercier le courage et la solidarité de mes voisins qui m’ont fait parvenir un extincteur avant que les flammes ne se propagent dans l’immeuble mettant en danger tous les résidents. Je ne peux pas accepter cette violence à l’encontre de notre République et des valeurs qu’elle porte. En tant qu’élu de proximité, j’ai toujours été à l’écoute de tous et notamment des gilets jaunes que j’ai toujours accepté de recevoir. Ma permanence a toujours été ouverte à tous et à toutes les revendications. Ma détermination à travailler au service de mes concitoyens et ma volonté de rester à l’écoute de tous sont intactes."

Déjà camarade Romain, il  te faut bien comprendre que, tout "ci-devant député" que tu sois: c'est aussi ta France!

On ne choisi pas de manière individualiste un pays à la carte: on prend ce qu'il y a au menu. Et au menu en ce moment, en plat du jour , il y a mouvements sociaux. Et les trous normands du "grand débat" et  "européennes" n'annulerons pas la fin du menu!

Et puis le simulacre du "je suis à votre écoute" qui ressemble a s'y méprendre à "cause toujours" je ferai les votes que sollicite mon président avec un doigt sur une couture impeccable , n'imprime plus la conscience des ventres affamés!

Et comme l'écrivain François Bégodeau dans l'émission "C'est à vous !" en faisait la démonstration sur la cinquième chaîne, lorsqu'on l'interrogé sur la "violence des gilets jaunes", il répondait ceci: "La violence en politique, sa légitimité et sa justesse, s'évalue à sa cause. Si demain, des gens commettaient des violences contre le régime de Bachard el Assad . Et qu'il y avait comme ça des perturbations dans la rue, des gens qui casseraient des vitrines. Je suis sûr que tous ici, nous dirions: c'est normal, la cause est juste, Bachard el Assad est tellement un dictateur dégueulasse, que cette violence est légitime! Donc en faite, l'évaluation de la violence et de la pertinence de la violence en politique, doit être toujours articulée à la cause pour laquelle, on se met à perpétrer cette violence."

"Difficile de comparer la situation en France, à celle de Bachard el Assad en Syrie " reprend l'animatrice

François Bégodeau de continuer :"Ces gens là ne sont pas contre la violence des gilets jaunes, mais contre la déstabilisation sociale dont ils sont les dépositaires. (...) Si les gilets jaunes en viennent à faire cela, c'est qu'ils considèrent que les courroies habituelles d'expressions sont viciées. Et que par exemple, le jeu électoral est un jeu vicié, qui fait toujours gagner les mêmes. Qui a même été programmé pour faire gagner les mêmes!"

"C'est le pouvoir qui organise les élections"

"C'est pouvoir qui propose une offre. Il règle l’institution (...) Je crois qu'il n'y a pas de politique, quand les choses émanent du pouvoir.Ce n'est pas le pouvoir qui de la politique. Le pouvoir fait de la police, comme dirait Jacques Rancière: il est là pour se préserver. La politique, c'est quand des gens, s'invitent, font effraction dans un jeu institutionnel qui a été déterminé par le pouvoir. Donc, par exemple, quand ils font un mouvement comme celui des gilets jaunes, quand ils font un mouvement social, quand il se mettent en gréve. Quand, par exemple, ils décident d'occuper un terrain ou la normalité voulait que, on installe un aéroport, au mépris de la richesse des terres agricoles qu'y s'y trouvait (avec des zones humides tout à fait précieuses pour le vivant) : ils ont dit , "nous, on veut habiter là, on ne veut pas de cet aéroport!", "ça c'est de la politique!"

L'histoire et les vainqueurs de cette histoire, diront qui avait raison!

"Condamnez-moi, peu m'importe, l'histoire m'absoudra":  disait Fidel Castro. Mais comme il a gagné le pouvoir à Cuba (et pas par les urnes, ha la violence toujours la violence) , il a pu se donner raison par la suite...

 

Pyrénées-Orientales: pêches pourries ou vitres brisés et début d'incendie pour les permanences des députés LREM Cazenove et Grau (chaos, confusion,savon)! par Nicolas Caudeville

Partager cet article

Repost0
25 juillet 2019 4 25 /07 /juillet /2019 17:08

La démocratie, c'est le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple. Le fait d'élire des représentants, leur donne-t-il pour autant des mandats de dictature temporaire en les exemptant de responsabilités, jusqu'à la prochaine élection?

"Faire l'amour une fois tous les 5 ans, ce n'est pas une vie sexuelle. Voter une fois tous les 5 ans, ce n'est pas une vie démocratique"

Phrase inscrite sur un gilet jaune et rapporté par le député LFI François Ruffin, ce qui est valable pour le président de la république, est valable pour tout serviteur du peuple, si haut soient-ils placés. La démocratie, ce n'est pas qu'élire des représentants, c'est aussi participer à la "res publica" à tous moments, parce que chaque décision publique, impacte la vie privée. Il n'y a pas 2 vies. Ou alors, comme le pole géographique et le pole magnétique, qui lorsque les 2 finissent par s'éloigner par trop, finissent par être reparamétrés pour ne pas fausser les calculs... 

Aussi faut-il en permanence demander des comptes à nos élus! Sans quoi, ils prennent des décisions avec l'illusion qu'ils n'en sont pas comptables!

Il ne font pas tomber dans la situation de la phrase que l'on attribue à Étienne de la Boétie dans son "Discours de la servitude volontaire" : "Ils nous paraissent grands, parce que nous sommes à genoux!" https://fr.wikipedia.org/wiki/Discours_de_la_servitude_volontaire que tout citoyen se devrait de lire avant de se mêler de vie publique.

  Hugues Capet : "Adalbert, qui t'a fait comte ?"
    Adalbert de Périgord : "Hugues, qui t'a fait roi ?"

Tels sont les mots attribués à Adalbert de Périgord en réponse au roi Hugues Capet (938 - 996). A la fin juin ou début juillet 987, la proclamation à Noyon de Hugues Capet comme roi de France marque la fin de la dynastie carolingienne et les débuts de la dynastie capétienne. Ce qu'il faut comprendre, c'est que comme le disait Michel de Montaigne ( le pote de La Boétie) :" Si haut que l'on soit placé, on est jamais assis que sur son cul!" . Qui plus est en démocratie...

Pour pouvoir interroger ses élus, il faut pouvoir les suivre!

Au-delà de la presse classique, il y a sur internet des sites et autres banques de données qui donnent de nombreux éléments sur le sujet, comme le site de l'assemblée nationale http://www.assemblee-nationale.fr/  ou le sénat https://www.senat.fr/ .

Pour suivre l'activité au prés des députés, il existe un site.

NosDéputés.fr est "un site qui cherche à mettre en valeur l'activité parlementaire des députés de l'Assemblée nationale Française. En synthétisant les différentes activités législatives et de contrôle du gouvernement des élus de la nation, ce site essaie de donner aux citoyens de nouveaux outils pour comprendre et analyser le travail de leurs représentants.

 

Conçu comme une plateforme de médiation entre citoyens et députés, le site propose à chacun de participer et de s'exprimer sur les débats parlementaires. Au travers de leurs commentaires, les utilisateurs sont invités à créer le débat en partageant leur expertise lorsque cela leur semble utile. Peut-être pourront-ils ainsi nourrir le travail de leurs élus ?"

On peut par exemple savoir tout ce qu'à voté le député LREM Romain Grau et lui écrire, pour interagir avec lui!

Lui demander pourquoi il a voté pour CETA, pourquoi, sur le Glyphosate il a préféré s'abstenir . De même que pour tous les autres députés.

https://www.nosdeputes.fr/recherche/Romain+Grau

https://www.nosdeputes.fr/romain-grau

 Lui écrire :

http://romain.grau@assemblee-nationale.fr

 

Partager cet article

Repost0