Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  •  L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 15:52

Photo1960.jpgLe docteur Ortiz

Suite à notre article,"Les Pyrénées-Orientales département pilote: Loi sécurité sociale du transport collectif des malades gelées par le gouvernement!"link  le docteur Ortiz nous a contacté pour rectifier certaines inéxactitudes contenues dans l'article et donner certaines précisions.

Néphrologue libéral exerçant à la polyclinique St Roch à Cabestany (Pyrénées Orientales).Il est président du Syndicat des Néphrologues Libéraux depuis 1997. Il est également président de l’URPS (Union Régionale des Professionnels de Santé – Médecins Libéraux) en Languedoc-Roussillon. Il a aussi été membre de la commission de certification des établissements de soins de la Haute Autorité de Santé pendant de nombreuses années et s’occupe dorénavant de l’accréditation des établissements à l’échelon international.Et Vice-président du Conseil National de Néphrologie, le Dr Ortiz s’intéresse particulièrement à la valorisation de la performance, dans le cadre de la pratique professionnelle des néphrologues. L'occasion de parler du financement de la sécurité sociale et son avenir. De parler de l'état sanitaire de la Catalogne Sud et l'Espagne en crise. Entretien

Voir aussi:

Les Pyrénées-Orientales département pilote: Loi sécurité sociale du transport collectif des malades gelées par le gouvernement! 

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-les-pyrenees-orientales-departement-pilote-loi-securite-sociale-du-transport-collectif-des-malades-115794365.html

 

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans INTERVIEWS
commenter cet article
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 11:40

henri-lheritier.jpg734580_10200326219212028_1611897456_n.jpgL'écrivain Henri Lhéritier avec le théoricien Jordi VidalDiderot et moi-copie-1

L'écrivain Henri Lhéritier sorts un nouveau roman aux éditions du Trabucaires: "Moi, Diderot et Sophie" . Il a décidé de rallumer les lumières et son siècle. Il reprend la correspondance de l'encyclopédiste avec sa maîtresse (l'une d'elle) Sophie Vollant.Là, il se divertit à faire ses commentaires et être entre les deux Denis et Sophie (Jules et Jim) La préface est offerte par son ami le philosophe Michel Onfray. Un livre passionnant et truculant qui dépasse de loin le local, qui mériterait le triomphe à la capitale (ce n'est pas moi qui le dit, c'est Michel Onfray) . Henri Lhéritier nous a accordé un entretien dans un bar place Cassanyes.

Voir aussi:

Rivesaltes : le bonheur au fil de l'Agly 

http://loeildupharynx.over-blog.com/article-rivesaltes-le-bonheur-au-fil-de-l-agly-par-nicolas-caudeville-98323658.html

Interview de Henri Lhéritier 

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-interview-de-henri-lheritier-par-nicolas-caudeville-48986470.html

le dernier roman d'Henri Lhéritier:"Réquiém pour mignon" aux éditions "Trabucaire", la lecture!

http://loeildupharynx.over-blog.com/article-le-dernier-roman-d-henri-lheritier-requiem-pour-mignon-aux-editions-trabucaire-la-lecture-83706490.html

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans INTERVIEWS
commenter cet article
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 09:39

retrospective-pierre-parce.png

 Rétrospective du photographe Pierre Parcé ,du 8 mars au 28 avril couvent des minimes à Perpignan

Photo1939.jpgPhoto1940.jpgPhoto1941.jpgPhoto1942.jpgPierre Parcé à Gauche et Jean Casagran à droite

"Une centaine de clichés en noir & blanc nous familiarisent avec l’univers  de Pierre Parcé qui s’inspire principalement de la nature et de la figure humaine… l’homme dans la nature, la nature modelée par l’homme ou est-ce le contraire, la nature de l’homme dont l’œil du photographe nous dévoile la part la plus belle. Un regard porté sur des êtres qui apparaissent toujours intimement liés aux éléments et ne forment qu’un tout presque mystique avec ce qui les entourent. Cette rétrospective Pierre Parcé met l’accent sur ce qui est essentiel,la famille et les amis, les sentiments, le travail physique de la terre ou de la création, la contemplation, la poésie qui réside en toute chose et qui se montre pour peu que l’on sache regarder. Si bien que les photographies de Pierre Parcé sont intemporelles, les portraits, les paysages ou les scènes de vie semblent sans âge dans un monde immuable où le renouveau se définit aussi dans une continuité. Dans la forme, le travail de Pierre Parcé est empreint d’un classicisme contemporain qui rappelle un Robert Doisneau ou un Francesc Catala-Roca, avec une ruralité plus concrète qui touche au mystique par l’utilisation du noir & blanc à la manière du cinéma russe d’un Andrei Tarkovski." L'archipel contre attaque a rencontré Pierre Parcé et Jean Casagran l'instigateur des "rétrospectives"

Voir aussi:

Documentaire sur le sculpteur José Bonhomme

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-documentaire-sur-le-sculpteur-jose-bonhomme-50664067.html

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans INTERVIEWS
commenter cet article
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 17:05

420219_10200309495073935_463142064_n.jpg429604_10200309493593898_1142167082_n.jpg555461_10200309494473920_1604483666_n.jpg482592_10200309495233939_499085213_n.jpg

On nous cache tout, on nous dit rien! Bientôt, le seul endroit où l'on ne trouvera pas de cheval link, ce sera les champs de courses...Un scandale de plus et puis après (comme dans la chanson de Léo Ferré: "ils ont voté et puis après!") L'argent, l'argent: celui qu'ils gagnent, celui que nous donnons. Pour l'agro-alimentaire, un autre cheval de bataille du capitalisme et aussi son cheval de Troie (la lasagne), le "discours de la servitude volontaire" link de la Boétie:« Soyez résolus de ne servir plus, et vous serez libres.  » Donc, soyez des "consom'acteurs"! C'est la philosophie l'association "Slow Food"link . Jean Lhéritier, qui en fut le président durant 12 ans, monte sur ses grands chevaux pour défendre le bon mangé! 

voir aussi:

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-les-enjeux-du-bien-manger-interview-de-jean-lheritier-president-de-slow-food-france-par-caroline-a-74461854.html

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans INTERVIEWS
commenter cet article
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 15:27

conjec.jpg

En juillet 2012, l'agitateur Nicolas Caudeville m'offrait son micro alors que "Les Tribulations de Stephy J" étaient encore un blog : ( link ) Quelques semaines plus tard, je décidais de créer ma société d'éditions www.editions-ltsj.com et je publiais "Les Tribulations de Stephy J." avec le succès qu'on lui connaît.

gurb.jpg

Seulement 6 mois plus tard, je lance "Les Conjectures improbables & hypothèses flottantes", un livre très personnel, illustré par Nelly Gurb. Aussi, il me semblait plus juste de réserver la primeure à cet empêcheur de tourner en rond de Nicolas Caudeville en guise de clin d'oeil amical.

Découvrez dans cette interview indubitablement pas conforme, la génèse, les secrets de fabrication et quelques extraits du livre qui vous sera présenté le 8 mars au Petra's Café , le tout en version Stéphanie Jaeger forcément improbable.

 

Voir aussi:

"Les tribulations de Stéphy J" , du blog au livre! interview Stéphanie Jaeger

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-les-tribulations-de-stephy-j-du-blog-au-livre-interview-stephanie-jaeger-par-nicolas-caudeville-110084725.html

Perpignan:les tribulations de Stéphy J! interview de Stéphanie Jaeger 

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-perpignan-les-tribulations-de-stephy-j-interview-de-stephanie-jaeger-par-nicolas-caudeville-107683898.html

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans INTERVIEWS
commenter cet article
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 10:31

foto4-0432.jpgfoto4-0433.jpgalfons.jpgl'écrivain valencien Alfons Cervéra à gauche, le journaliste Nicolas Caudeville au centre et l'écrivain Catalan Gildas Girodeau

 samedi 16 février à  Librairie Torcatis, 10 rue Mailly à Perpignan,deux auteurs catalans vivant de part et d'autre de la frontière Franco-Espagnole, Alfons Cervera et Gildas Girodeau, nous font partager leur vision sur la mémoire du franquisme. Le débat animé par Nicolas Caudeville, fut fourni avec outre les interventions des auteurs, celle du politologue Dominique Sistach, du Journaliste et écrivain Aleix Renyé et de Victor Simal de la Semaine du Roussillon, débat aussi bilingue en français et catalan. Aprés la présentation des auteurs, la question fut posée à Alfons Cervera: quelle est votre mémoire du franquisme? Ce à quoi, il répondit:" Il n'y a pas de mémoire du franquisme parce que le franquisme est toujours d'actualité en Espagne!" De là, il a été parlé de la loi de 2007 sur la mémoire historique link en Espagne, et le cas particulier du juge Baltasar Garzon link qui voulait rouvrir les fosses communes de républicains espagnoles a été attaqué par le syndicat Manos Limpias link et la Phallange, il finira par ne plus pour pouvoir être juge en Espagne link. Gildas Girodeau a abordé quant à lui, les dernières déclarations du secrétaire général du parti socialiste français sur l'acceuil des républicains espagnols par la France en 1939 link , se demandant si celui-ci jouait plus dans la catégorie des ignorants ou du révisionisme historique...

Pour écouter la conférence link

Voir ausi:

Perpignan:Regards croisés sur la mémoire du franquisme.

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-perpignan-regards-croises-sur-la-memoire-du-franquisme-115372310.html

L'écrivain mexicano-catalan Jordi Soler fait sa fête à l'ours interview 

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-l-ecrivain-mexicano-catalan-jordi-soler-70547950.html

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans INTERVIEWS
commenter cet article
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 09:52

elise.jpg

La libraire Elise Paquin,  présente chaque mois ses coups de coeur en littérature fantastique, héroïque fantaisie, science-fiction, BD, Manga.un détail cependant , avant, c'était sur http://loeildupharynx.over-blog.com/.Mais ça, c'était avant . Passez de l'autre coté du miroir avec Elise au pays des merveilles en guise de lapin blanc.

Librairie: la  rubrique Fantastique, Héroïque Fantaisie, BD, Manga la rubrique d'Elise Paquin 4

http://loeildupharynx.over-blog.com/article-librairie-la-deuxieme-rubrique-fantastique-heroique-fantaisie-bd-manga-la-rubrique-d-elise-paqui-109881902.html

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans INTERVIEWS
commenter cet article
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 21:56

charles-trenet52.jpg9782021009835_1_75.jpg

Dans sa chronique de "la semaine du roussillon", le journaliste Bernard Revel dénonçait que pour le 100ième anniversaire de la naissance du chanteur Charles trénet et le prix nobel de littérature Claude Simon, le département et la mairie de Perpignan, ne se remuait pas trop pour leur rendre hommage!

 

"Bon, d’accord, j’exagère. Comment peut-on dire qu’on hait une ville en bloc, comme ça ? Ça n’a pas de sens. D’ailleurs, j’aime Perpignan. Mais je n’aime pas tout. Aimer une ville, ça ne veut rien dire non plus. Une ville, c’est une bouteille vide. Aime-t-on une bouteille vide ? Je veux dire, c’est un contenant. Mais ce qui compte, c’est le contenu. Dans Perpignan, il y a des choses que j’aime. Des gens, d’abord. Des lieux aussi. La Promenade des platanes avec ses Maillol, la terrasse du Grand café de la poste, le cinéma Castillet, la librairie Torcatis, la place de la Loge, quelques coins au bord de la Basse, quelques vieilles rues et puis c’est tout ou presque. Le Perpignan que j’aime est tout petit. J’en fais vite le tour. Je m’efforce d’éviter le reste, tout ce qui pourrait vite gâcher, pour peu que ma disposition d’esprit s’y prête, ma promenade.Mais on ne peut pas toujours fermer les yeux. On ne peut s’empêcher de voir et de sentir la saleté dès qu’on s’éloigne du centre, de pester contre toutes ces rues hostiles aux piétons et aux cyclistes, inaccessibles aux handicapés, de fuir telle place écrasée de soleil où montent la garde de longs pinceaux pelés autour de bancs où personne ne s’assoit, d’être agressé par des panneaux de « communication » politique qui, pour reprendre l’ancien slogan de Charlie Hebdo, « nous prennent pour des cons ». Alors, parfois, ça sort comme un cri : « Je hais Perpignan ! » Même si, au fond, je pourrais dire la même chose de beaucoup d’autres villes. Elles finissent par se ressembler toutes dans leurs alignements géométriques, avec leurs immeubles de verre et d’acier sans grâce, leurs mêmes vitrines répétées à l’infini, et, tout autour, dans l’archipel des ronds-points, leurs mêmes horribles zones commerciales. A croire qu’un seul architecte a conçu tout cela.

Mais bon, j’aurais bien aimé que Perpignan sorte du lot, invente, imagine, étonne. Hélas, si la ville se distingue c’est pour me donner d’autres raisons de la détester. Je ne l’aime pas quand, grenouille voulant être aussi grosse qu’un bœuf, elle se dote d’un « Centre del Mon » qui crève à force d’être trop enflé. Je ne l’aime pas quand elle détourne la pensée d’Albert Camus et tolère dans un espace public un monument à la gloire de l’OAS. Mais surtout, je ne l’aime pas quand elle n’est même pas capable de rendre un juste hommage à ses propres enfants. Dans Catalan, il y a talents, paraît-il. Encore un slogan creux dont se parent des élus toujours prompts, qu’ils aient la raie à droite ou à gauche, à se caresser eux-mêmes dans le sens du poil. Mais le vrai talent, s’en soucient-ils ? Quand on voit comment ils ignorent les plus beaux fleurons perpignanais du siècle passé, on peut se poser la question.

Il se trouve que 2013 est l’année du Centenaire de Charles Trenet et de Claude Simon. Charles Trenet est né à Narbonne le 18 mai 1913. Il a vécu à Perpignan de 1922 à 1930. Son talent a véritablement éclos dans cette ville sous l’influence du poète Albert Bausil et de sa bande. Nombre de ses chansons évoquent la cité catalane, ses filles, ses personnages, ses rues, ses monuments, sa gare. « Fidèle, je suis resté fidèle », dit un de ses plus beaux refrains. Et son répertoire le prouve. Claude Simon est né le 10 octobre 1913 à Tananarive. A la mort de son père, militaire tué au front en 1914, il vient vivre à Perpignan avec sa mère, d’origine catalane. Il y restera jusqu’à la mort de cette dernière en 1924. Dans nombre de ses livres, Claude Simon décrit le Perpignan qu’il a connu (« Le Tramway », « L’Acacia », « Le Vent »). Il obtient en 1985 le Prix Nobel de littérature. Charles Trenet et Claude Simon ont fréquenté la même classe de cinquième du collège François Arago lors de l’année scolaire 1924-1925, ainsi qu’en atteste une photographie où ils sont assis chacun à une extrémité du premier rang, Claude à gauche, Charles à droite. Ils ont 11 ans. Ils se sont à peine connus. Suite au décès de sa mère, Claude Simon part en cours d’année pour Paris.

N’y avait-il pas, en 2013, une occasion unique de les réunir dans un même hommage ? La ville y a-t-elle pensé ? Il semblerait que non. Narbonne célèbrera le Centenaire de Trenet. Paris aussi. Perpignan ? Trenet, connaît pas, même si une salle porte son nom au palais des Congrès. Claude Simon sera mieux loti puisque l’Université de Perpignan qui n’a jamais cessé de l’étudier lui consacrera un colloque en octobre en association avec la librairie Torcatis qui, par ailleurs, présentera en mai le tome II de ses œuvres dans la Pléiade.

Mais ne pensez-vous pas que le double événement méritait une toute autre ampleur ? Le « talent » de ces deux Catalans n’est-il pas, aux yeux de nos élus, suffisant pour qu’ils consentent à donner leur nom à des lieux emblématiques de la ville ? Perpignan se déshonorerait-elle, par exemple, en baptisant Charles Trenet la promenade des Platanes ou en donnant à sa Médiathèque le nom de Claude Simon ? Il n’est jamais trop tard pour bien faire, bien sûr. Les « décideurs » vont peut-être se réveiller, retrouver la mémoire et réaliser enfin que longtemps longtemps après qu’ils auront disparu, ce ne sont pas leurs noms qui courront dans les rues. Mais je me berce d’illusions. Je vais encore tomber de haut. Oui, vraiment, parfois, quand j’y pense, c’est plus fort que moi : je hais ce Perpignan-là !"

Voir aussi:

Célébrer le centenaire de la naissance de Claude Simon

http://lecercle.lesechos.fr/cercle/livres/critiques/221166478/celebrer-centenaire-naissance-claude-simon

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans INTERVIEWS
commenter cet article
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 10:39

_MG_6690.JPG

Lorsqu'on a su à l'archipel contre attaque que Marion Maréchal-Lepen venait pour la galette des rois du FN, on s'est dit que cela ferait une bonne interview. On a demandé à l'historien de l’extrême droite Nicolas Lebourg, s'il était intéressé de faire une interview vidéo en double avec nous, il a tout de suite accepté. On a préparé des questions. Mais le réel ne s'adapte pas nécessairement à notre volonté. Si nous avions l'accord de principe pour l'interview, il avait fallu attendre les discours, les photos (tous le monde voulait sa photo avec Marion) . "Oui, pas problème! 5minutes" On a réussi à s'isoler un peu pour enregistrer au  calme (la musique d'ambiance avait quelque-chose d'étrange: "je suis né dans une caravane" du chanteur Raphaël, "Casser la voix" de Patrick Bruël, et Marion Maréchal-Lepen a fait son entrée sur le chanteur Coréen, Psy "Gangnam style") . L'archipel contre attaque vous passe son meeting (récit de ses tribulations à l'assemblée nationale et prises de positions politiques (elle dit préférer Poutine à Angéla Merkel!) et l'interview de 20 minutes que nous avons faites avec Nicolas Lebourg (bientôt en ligne, la vidéo d'Antoine Faure) 

Voir aussi 

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-fn-marion-marechal-lepen-nous-avons-gagne-la-bataille-des-idee-interview-par-nicolas-caudeville-115042522.html

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans INTERVIEWS
commenter cet article
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 15:47

affiche-Le-Grand-retournement-2012-1

Hier le réalisateur et écrivain Gérard Mordillat link est venu présenter à Perpignan son dernier film "Le Grand retournement" adapté de la pièce de théâtre en Alexandrins de Frédéric Lordon (économiste,chroniqueur sur le blog de Paul Jorion link)  " D'un retournement à l'autre":"Film de 1h17mn‎‎ - Tous publics‎‎ - Comédie dramatique‎- Distribution: Jacques Weber, François Morel, Édouard Baer, Franck de La Personne, Jacques Pater, Elie Triffault, Patrick Mille, Thibault de Montalembert - : 

C’est la crise, la bourse dégringole, les banques sont au bord de la faillite, le crédit est mort, l’économie se meurt… Pour sauver leurs mises les banquiers font appel à l’État. L’État haï est soudain le sauveur ! Les citoyens paieront pour que le système perdure, que les riches restent riches, les pauvres pauvres. Adapté de la pièce de Frédéric Lordon cette histoire d’aujourd’hui se raconte en alexandrins classiques. C’est tragique comme du Racine, comique comme du Molière…".

Ente la librairie Torcatis et le cinéma le Castillet, il nous a accordé une interview.

Voir aussi:

Paul Jorion, Misère de la pensée économique : conférence

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-paul-jorion-misere-de-la-pensee-economique-111222171.html

Michel Onfray à Rivesaltes: "Je n'ai pas voté pour Hollande, justement parce que je suis un homme de gauche!" interview 

http://www.larchipelcontreattaque.eu/article-michel-onfray-a-rivesaltes-je-n-ai-pas-vote-pour-hollande-justement-parce-que-je-suis-un-homme-de-110782443.html

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans INTERVIEWS
commenter cet article