Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  •  L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 18:06
Perpignan/conférence:"Pourquoi un magazine artistique centré sur les artistes de la région ?" L'art dans l'air par Anne Devailly,animé par Nicolas Caudeville
Perpignan/conférence:"Pourquoi un magazine artistique centré sur les artistes de la région ?" L'art dans l'air par Anne Devailly,animé par Nicolas Caudeville

Jeudi, au centre d’art À cent mètres du centre du monde 3 avenue de Grande Bretagne , le 20 novembre à 19 heure, soirée-débat autour du magazine Art dans L’aiR http://www.artdanslair.fr/ !
En association avec le centre d'art, Art dans l’aiR vous propose de revenir sur ses deux premières années d’existence : pourquoi un magazine artistique centré sur les artistes de la région ? Autour des artistes, sa rédactrice en chef Anne Devailly, le
débat sera animé par Nicolas Caudeville, journaliste-bloggueur (L’Archipel contre-attaque)
Le magazine est en vente à la librairie torcatis à Perpignan.C'est prêt de 70 personnes qui ont assisté à la conférence: artistes,galeristes,profs des beaux arts, étudiants de l'école menacée de Perpignan (Le problème a d'ailleurs était exposé longuement dans les questions), ainsi que l'adjoint à la culture de la ville de Perpignan, Michel Pinell.

Un peu plus de 70 ont assisté à la conférence
Un peu plus de 70 ont assisté à la conférence
Un peu plus de 70 ont assisté à la conférence
Un peu plus de 70 ont assisté à la conférence
Un peu plus de 70 ont assisté à la conférence
Un peu plus de 70 ont assisté à la conférence

Un peu plus de 70 ont assisté à la conférence

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans VIDEOS conférence
commenter cet article
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 20:41
 DIX PETITS CONTES:N°V - SCIENCE AFFLICTION! par l'écrivain Jean Lhéritier
Ils déplièrent une échelle métallique.
Hop ! ils sautèrent de la dernière marche, ce ne fut pas un grand pas 
pour eux, ils sentirent un sol gelé sous les pieds, et un vent, venu 
d’on ne sait où, qui avait dû passer à l’intérieur d’un congélateur, 
leur brûla le visage.
Pas très hospitalier ce lieu ! fit l’un.
Je n’y passerai pas mes vacances, fit l’autre, on ne voit pas le soleil.
Ils regardèrent vers l’horizon, il n’y avait pas d’horizon non plus, ou 
plutôt l’horizon était à leurs pieds, comme un qui est au fond de son 
garage et dont la porte serait l’horizon…, vous suivez, fit mon 
interlocuteur.
Je ne comprends rien à vos histoires, mais continuez, continuez.
En se retournant, ils aperçurent deux types qui ouvrant la bouche, leur 
dirent : « Que venez-vous faire ici ?». Mais ceci ils ne l’entendirent 
qu’au bout d’un temps qui leur parut immensément long, ils répondirent 
et cela arriva aux oreilles des autres avant la nuit, bien qu’il 
n’existât pas de nuit sur ce sol, ni de jour, mais une sorte de clarté 
telle qu’on la trouve dans une penderie lorsque surpris, on se cache 
d’un mari jaloux, vous suivez toujours, j’avoue que non, mais ce n’est 
pas grave, continuez…, ils répondirent donc, « On vient vous rendre 
visite », le son circulait avec une lenteur inouïe, car il n’y avait pas 
d’air pour véhiculer les particules sonores, c’est bien simple, il n’y 
avait rien.
Le lendemain ou deux jours après, on ne distinguait pas le jour de la 
nuit, ni le lendemain de la veille ou vice-versa, ils entendirent : « 
Nous sommes seuls ici, tous les deux et nous tenons à le rester, 
barrez-vous, on ne veut pas vous voir ».
Les deux cosmonautes, remontèrent dans leur capsule et ne revinrent jamais.
C’est fin, dit mon interlocuteur, ces deux individus craignaient pour 
leur identité, ils ne voulaient pas accueillir le moindre étranger, et 
pour leur faire comprendre qu’ils auraient tout à y gagner, à la vitesse 
où le son se propage sur cette satanée planète, il aurait fallu aux 
astronautes au moins un siècle terrestre.
On ne donna même pas de nom à cette planète, on laissa les deux 
extra-terrestres se geler les testicules sur leur glaçon et rester 
identiques à eux-mêmes.

Voir aussi:

DIX PETITS CONTES N°IV - ILLUSIONS A PERDRE Je deviens fou! par l'écrivain Henri Lhéritier

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/dix-petits-contes-n-iv-illusions-a-perdre-je-deviens-fou-par-l-ecrivain-henri-lheritier.html

DIX PETITS CONTES N°III – SYMPHONIE INACHEVÉE par l'écrivain Henri Lhéritier

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/dix-petits-contes-n-iii-symphonie-inachevee-par-l-ecrivain-henri-lheritier.html

DIX PETITS CONTES N°II – VENDEUR DE CAUCHEMARS par l'écrivain Henri Lhéritier

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/dix-petits-contes-n-ii-vendeur-de-cauchemars-par-l-ecrivain-henri-lheritier.html

DIX PETITS CONTES N°I - AMOUR PATRIOTE par l'écrivain Henri Lhéritier

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/10/dix-petits-contes-n-i-amour-patriote-par-l-ecrivain-henri-lheritier.html

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans nouvelle Henri Lhéritier ARTICLES
commenter cet article
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 15:50
Nabilla Prison Boobs : le jeu vidéo 8-bit qui parodie l'affaire Nabilla Benattia / Thomas Vergara

A l'archipel contre attaque, on s'est dit qu'il n'y avait pas de raison qu'on ne profite pas du Buzz de l'affaire Nabilla, mais à notre manière. On a trouvé sur Dailymotion, une vidéo qui résume l'histoire (avec une grosse t'H) façon console Séga années 90. Découvrez la vérité sur l'affaire Nabilla avec la version Street of rage du fait divers le plus pathétique de l'année.

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans VIDEOS
commenter cet article
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 10:45
Chronique moscovite (épisode 3) A la recherche de mon pote le Chauve‏! par Félix Edmundovitch Dzerjinski

« J'appliquerai le principe du plan d'une main de fer. Quelques-uns savent très bien que j'ai la main lourde et qu'elle peut frapper fort. Je ne permettrai pas que le travail soit fait comme il l'a été jusqu'à présent, c'est-à-dire dans l'anarchie. » (Félix E. Dzerjinski)

C’est tout moi ça mais avec ce que je vois à présent dans ma bonne ville, faut croire que je n’ai pas eu la main assez lourde et je n’ai pas frappé assez fort avec le recul…, heureusement, après moi, y a eu Jo le moustachu. Et puis après, tout est parti en quenouille, le pays a cessé de faire peur…

Novembre est presque achevé et je me devais, camarade, de te parler de mon pote le Chauve, le fondateur, parce que novembre, c’est notre mois à nous, les révolutionnaires internationalistes (si, si, ces mots ont encore du sens, plus que tu ne le penses…). Mon pote le Chauve, pas celui qui a bradé l’empire avec sa tache de vin, je parle du vrai, de l’authentique, de celui qui a ébranlé le monde, qui a fait peur aux bourgeois avec son escouade de couillus dont j’étais un des membres les plus affutés et le splus actifs, habite encore la ville. Il la hante. Le soir venu, son âme, accompagnée de la mienne, chemine de par la ville. Et nous regardons, hagards et étonnés par tant de vanités et de richesses, le spectacle étourdissant de cette ville, de notre Moscou, jadis révolutionnaire, rouge sang, aujourd’hui devenue la proie de l’argent-roi.

Quelques plaques apposées sur les façades de certains immeubles font remarquer qu’il était là, qu’il s’est adressé aux prolétaires (tiens, voilà un mot qui a disparu des éléments de langage de la plupart des partis de gôôôche, pourtant, petit Frantsouz, on est toujours le prolétaire de quelqu’un et le capitalisme a cela de fantastique c’est qu’il te fait croire, en t’affublant du nom de classe moyenne, que tu es un requin des temps moderne, mais non, tu es un esclave), y compris aux vaillants travailleurs de choc et prolétaires de ma très chère TchéKa. Vois l’hôtel Metropol (par ailleurs magnifique édifice art-nouveau avec des céramiques et des majoliques de Vroubel), l’hôtel Budapest, quelques immeubles sur Bolchaya Loubianka, Tverskaya, Okhotny Riad. Il a encore une bibliothèque à son nom et sa statue de trôner fièrement place Oktyabrskaya. Regarde la photo, c’est le Chauve et moi. Et puis y a Jo le Moustachu. Déjà, le petit coquin géorgien pointait le bout de son groin…

Mais pas moyen de lui rendre une visite sur la Place rouge. Fermé, le mausolée. Moi qui voulais lui claquer une bise prolétarienne, c’est raté. C’est sûrement Blondin qui a les clés et il doit ouvrir quand ça le gratte. Dire qu’avant, tu avais de longues files jusqu’à la flamme du soldat inconnu pour lui rendre hommage. Ils venaient de toute l’URSS, en pèlerinage. Le mausolée, c’est un peu notre Kaaba, notre Vierge de Lourdes ou de Fatima ou que sais-je comme bondieuserie. Et après, tu défilais devant les gloires de notre régime, Jo le Moustachu, Gagarine, Joukov… ça avait de la gueule. Par contre l’église de Basile le Bienheureux, celle-là elle est toujours ouverte. Bon, faut dire qu’elle a été édifiée parce que nous avions bouté le Mongol, mais quand même bonjour l'opium du peuple, comme dirait le Barbu des origines, et du touriste… Et puis en face, le GOUM avec ses magasins occidentaux capitalistes, les mêmes qu’à Londres, Paris ou Milan. La même came, les mêmes foules ou de richards ou de pauvres qui viennent admirer les richards… Y a rie de pire que le pauvra qui admire le richard et qui croit qu'un jour il en sera... Par les saintes moustaches de Jo, le pays est devenu maboul !! Je ne le comprends plus. D’un côté, ils veulent être tout pareil qu’à l’Ouest et de l’autre, ils vous montrent leurs muscles et ils vous disent qu’il peuvent bien se passer de l’Ouest, même pas mal les sanctions et attention en deux semaines, je peux être à Kiev, en trois semaines à Varsovie et en quatre à Berlin ! De toutes façons, je crois que dans notre histoire, on a eu à faire à des plus mastards que tous ces Américains et ces Européens bien-pensant et mal-agissant réunis. Donc relax ! Et puis la guerre, ça nous connaît, c’est comme le froid, ça ne nous fait pas peur.

Là, c’est moi, je porte son cercueil en 1924. J’ai pas l’air, je serre les dents mais j’étais triste ce jour-là, je sentais que le souffle de l’histoire s’était arrêté et que Jo le moustachu allait écrire de nouvelles pages de notre histoire…

Mais merdre !, comme dirait Ubu, tout de même, le Chauve ou du moins son fantôme est là pour rappeler à tous ces richards, ces pourceaux qui se goinfrent sur le dos de mon peuple devenu une endive amorphe, des moutons tout juste bons à finir en chachkiks, que le bonheur est fugace et que rien n’est jamais acquis à l’homme comme dirait le poète (allez, dis lequel, chien de Pavlov). Le Chauve a mis un tel bordel que certains ont tout perdu. Il n’avait plus, pour les plus chanceux, à savoir ceux qui avaient pu fuir par Batoumi et Istanbul vers l’Europe (au passage, camarade, tu me reliras « Les gens d’en face » de Simenon), qu’à devenir taxi, danseuses, femmes de ménages dans les palaces, putes… Et puis relis Kessel, « La steppe rouge », « Les temps sauvages », « La nuit sibérienne », de quoi te donner le grand frisson et surtout, Alexeï Tolstoï, « Ibycus ». J’aime bien la scène ou nos rebuts de la société, les pourceaux de jadis, qui ont toujours su s’adapter aux circonstances, organisent des courses de cafards.. Ah le cafard, avec la punaise, c’est un peu l’insecte totémique de la Russie.

C’est que nos richards d’aujourd’hui, le Chauve leur a collé cette frousse, la frousse authentique. Tout perdre, du jour au lendemain, en slip dans les rues de Paris ou d’Istanbul, passer de prince à laquais. Le richard d’aujourd’hui, il sait qu’il peut tout perdre comme ça, pfuuit ! Et alors vas-y que j’investisse dans la pierre comme un Frantsouz, à Nice, Paris, Londres, Chypre… Ils ont la frousse durable, ce qui fait qu’en 20 ans, ce sont 800 Mds de dollars qui sont partis à l’étranger, chez toi petit Frantsouz (ne le prends pas mal si je t’affuble de ce qualificatif de petit mais ton pays est tout petit, comparé au mien, et ne pèse plus grand-chose dans le monde d’aujourd’hui). Blondin joue de cette frousse, il est à la fois good/bad cop pour parler le Obama correct. Lui, il a tout mis à l’abri, mais les autres. Il est bon de leur rappeler la précarité du monde, y a pas de positions acquises qui tiennent de nos jours. Il est fort Blondin. Son dernier coup en date, un certain Evtouchenkov, qui était maqué avec ce maquereau d’ancien maire de Moscou, Loujkov, le bâtisseur. Ce salaud te rasait un quartier entier pout y édifier un centre commercial. Maintenant, le petit père Evtouchenkov il est en résidence surveillée depuis septembre jusqu'en mars 2015, ce qui est gentil chez nous, parce qu’il peut y avoir pire, et tous les biens qu’il a (mal) acquis il y a 9 ans devraient revenir dans le giron de l’Etat. Eh camarade Macron, c’est ça l’Etat stratège !!! T’as vu ça, le p’tit Evtouchenkov y se croyait arrivé, serein et pfuuuit, 9 ans après, Blondin lui reprend tout… De quoi forcer à la méditation. T’imagine ça chez toi, petit Frantsouz ?

Et puis regarde, le Chauve fait encore peur. Ces paysans ukrainiens à moitié analphabètes et abrutis de propagande américaine et à moitié paresseux abattent encore ses statues comme à Kharkov. Chapeau le chauve, surtout que ces crétins, s’ils connaissaient leur histoire, ils sauraient qu’ils te doivent l’existence de leur province, aujourd’hui par accident de l’histoire et déconnade du chauve à la tache de vin devenu pays, à toi, le Chauve, le vrai, l’authentique. Et un peu aux allemands en 1918. Bon, je vais pas être mesquin, je suis un seigneur, moi, mais les Ukrainiens, ils ont toujours bien aimé l’Allemand et ils l’ont prouvé dès 1941 et il me semble qu’aujourd’hui encore dans le bordel ambiant, nos Allemands n’ont pas encore tout à fait renoncé à leurs buts de guerre…

Allez, je quitte cette Place rouge qui jadis fut noire des foules prolétaires rouges qui ont ébranlé le monde et qui me déprime, pour me balader dans ma ville. Cette Place rouge, même si elle est assurément belle, me donne envie de vomir. Je vais me balader du côté du Romanov pereulok, pas loin de la bibliothèque qui porte le nom du Chauve, histoire de raviver quelques souvenirs… C’est là, regarde ce bâtiment… Belle architecture, du solide, du russe, construit pour durer, comme nous !

L’élite, les plus grands ont habité là, à commencer par le pote de Jo le moustachu, Kliment Vorochilov. Bon, il était pas très capable le Kliment, à se demander si y avait la lumière au fond du couloir…, mais il était pote de bouteille avec le Jo et cela a pu l’aider à survire aux inextinguibles colères de l’affreux Jojo. Je dis affreux comme ça parce que vous pensez comme ça, non ? T’avais Boudionny, un peu du même tonneau que Kliment, niveau comprenette… Face aux chars nazis, en 1941, il faisait charger sabre au clair comme durant la guerre civile. Quel crétin ! Jo le moustachu a vite fait de te le mettre à la réserve, heureusement, ce con avait déjà perdu plus d’un million d’hommes et l’Ukraine. Un détail… T’avais Mikhaïl Frounze. Alors lui, il était pas comme Kliment, il avait toute sa tête. Un vrai révolutionnaire, un tacticien, Ministre de la Défense qu’il a été, il a remplacé Trotski. Et puis un jour, Jo le moustachu lui dit « T’as l’air malade, t’es tout pâle, tu devrais te faire opérer ». Jo, il était un peu médecin, peut-être un peu guérisseur ou chamane, allez savoir avec ces Caucasiens.., il était un peu tout à la fois. L’autre, qui voit venir le Géorgien matois, y fait de la résistance et finit par céder. Ben, logique, il meurt sur le billard… Fortiche le Jo mais comme médecin, je recommande pas. Si cette anecdote t’intéresse et que tu as du temps à gagner car en lisant on en perd jamais, lis « Contes de la lune éteinte » de Boris Pilniak. T’avais que du militaire dans cet immeuble, t’avais le père Tchuikov. Tu connais ? Bah non, ils t’ont bourré le mou avec le débarquement en Normandie, gna gna gna, mais personne t’a raconté Stalingrad… C’était lui le défenseur de Stalingrad et après vrouuuum, il est arrivé à Berlin. Bon, je veux bien qu’en tant que petit Frantsouz vous ayez une gratitude éternelle pour les petits cain-cains qui sont venus mourir sur vos plages, mais faut pas nous oublier ! Mais putain, j’y crois pas, nos pourceaux capitalistes made in Russia sont tellement avides de fric qu’ils vendent un appartement dans cet immeuble à 7 millions de dollars !!! Mais réveille-toi Blondin, nationalise cet immeuble, patrimoine national !Tiens, y a Blondin qui te souhaite un joyeux anniversaire : http://www.youtube.com/watch?v=0xrZHX_0xXI

Bon maintenant, où je vais ? Allez, direction la Place Rouge même si je dégoise dessus… Après tout, nous avons tous nos contradictions, heureusement, y a la dialectique… Tu verras, petit Frantsouz, si un jour tu viens me voir à Moscou, cette place t’attirera comme un aimant, rien ne lui ressemble. Même si elle est envahie de baraques capitalistes, je l’ai dans la peau, cette place ! Tiens, j’entends un peu d’agitation. Bon sang, les bons mecs, ils préparent la commémoration du 7 novembre 1941. Bon, petit Frantsouz, tu peux pas savoir ce que représente cette date. Commençons par le début : le 7 novembre, ça te dit quelque chose, mais si, je te l’ai expliqué. Bon eh bien le 7 novembre 1941 tu as eu sur la Place rouge une parade de soldats, juste avant de monter directement sur le front pour bouter l’oncle Adolf et ses Teutoniques hors de Russie. C’est drôle, les Teutoniques y se croyaient arrivés, ils étaient aux portes de Moscou… Et blam, une claque, eux qui croyaient nous réduire en esclavage en pillant nos ressources naturelles. Tu vois les photos, et bien tu dois ta liberté aussi à ces mecs et pas uniquement aux braves cain-cains, ne l’oublie pas ! Ça te la coupe, hein, pas de chances de voir ça un 14 juillet, vous êtes du genre planqués aujourd’hui, vous avez plus le feu sacré. En même temps, pour quoi, pour qui veux-tu avoir le feu sacré aujourd’hui dans ton petit pays, petit Frantsouz… Eh oui, nous les Russes, je crois que nous aimons bien la guerre… Faut qu’elle fasse gaffe l’Angela parce que Blondin, à force de nous l’énerver, il pourrait regarder au-delà de Kiev ! Tiens, c’est drôle, le 5 novembre, y a un de tes journaux, « Libération », qui croit faire sensation, probablement parmi vos intellectuels décadents bon teint, qui lâche un article sur Blondin qui a rendu hommage à Jo le moustachu pour son action durant la grande guerre patriotique. Faut dire que Blondin a dit : « Il est difficile de dire si nous aurions pu gagner la guerre si le pouvoir n'avait pas été aussi implacable ». Bon, il dit aussi : « si nous avions perdu, quelles auraient été les conséquences ? » C’est sûr, cela fait réfléchir, allez, réfléchis un peu aux conséquences, il paraît que tu en as perdu l’habitude, petit Frantsouz, allez comme dirait Sade, « Français, encore un effort »…

Voir aussi:

Chronique moscovite‏(épisode 1) par Félix Edmundovitch Dzerjinski.

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/10/chronique-moscovite-episode-1-par-felix-edmundovitch-dzerjinski.html

Chronique moscovite (épisode 2) par Felix Edmundodvitch Dzerjinski. Gare au retour de l'antique!‏

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/10/chronique-moscovite-episode-2-par-felix-edmundodvitch-dzerjinski-gare-au-retour-de-l-antique.html

Chronique moscovite (épisode 3) A la recherche de mon pote le Chauve‏! par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 3) A la recherche de mon pote le Chauve‏! par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 3) A la recherche de mon pote le Chauve‏! par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 3) A la recherche de mon pote le Chauve‏! par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 3) A la recherche de mon pote le Chauve‏! par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 3) A la recherche de mon pote le Chauve‏! par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES Mondeparallèle
commenter cet article
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 15:21
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans VIDEOS INTERVIEWS catalans
commenter cet article
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 16:33
Jean-Marc Pujol plonge sa pensée par de là le bien et le mal!
Jean-Marc Pujol plonge sa pensée par de là le bien et le mal!

http://www.jeanmarcpujol.fr/2014/11/il-faut-livrer-les-navires-mistral-a-la-russie.html

C'est la poule qui philosophe d'habitude, mais cela semble être une malédiction qu'à la réélection un maire de Perpignan qui devient simultanément président d'agglo, s’intéresse à tout sauf à sa ville. Jean-Marc Pujol lui se prend pour Marc Auréle, l'empereur philosophe (sauf que son mentor n'est pas Épictète, mais Michel Sitja!): confère son blog. Il donne sa position sur ce que doit faire la France pour la ventes des navires mistral à la Russie, les rapports israëlo-palestiniens...L'herbe d'un autre pré est toujours plus tendre. Il faut regarder le blog du maire de Marrakech, peut être a-t-il des idées pour Perpignan et son agglo!

Voir aussi:

Jean-Marc Pujol, le peace-maker! par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/07/jean-marc-pujol-le-peace-maker-par-nicolas-caudeville.html

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES Mondeparallèle PARODIES
commenter cet article
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 14:29
Perpignan/Politique: Clotilde Ripoull le retour! interview par Nicolas Caudeville

Clotilde Ripoull, la tête de liste de "Perpignan équilibre" semblait avoir disparue. Absente sur la séquence du carré d'or et des commerçants du centre ville, sur la suppression de l'école des beaux arts, de la disparition de la maison de l'emploi (Et de la mise ua chômage de sa directrice, Laurence Borreill Alduyhttp://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/article-laurence-borreil-alduy-femme-de-jean-paul-lui-meme-senateur-et-president-de-l-agglomeration-de-perpignan-voulait-creuser-le-trou-de) , elle revient avec l'organisation de conférences débats, (comme aujourd'hui à 18h à la librairie Torcatis avec l'économiste libérale, Rivaton) et toujours son association des élus d'opposition, dont elle vient de sortir un guide! Entretien

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans VIDEOS INTERVIEWS
commenter cet article
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 15:00
Perpignan/jeudi/conférence:"Pourquoi un magazine artistique centré sur les artistes de la région ?" L'art dans l'air

Jeudi prochain, au centre d’art À cent mètres du centre du monde 3 avenue de Grande Bretagne , le 20 novembre à 19 heure, soirée-débat autour du magazine Art dans L’aiR http://www.artdanslair.fr/ !
En association avec le centre d'art, Art dans l’aiR vous propose de revenir sur ses deux premières années d’existence : pourquoi un magazine artistique centré sur les artistes de la région ? Autour des artistes, sa rédactrice en chef Anne Devailly, le
débat sera animé par Nicolas Caudeville, journaliste-bloggueur (L’Archipel contre-attaque)

Le magazine est en vente à la librairie torcatis à Perpignan

Retrouvez le magazine à la librairie Torcatis à Perpignan

Retrouvez le magazine à la librairie Torcatis à Perpignan

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES conférence
commenter cet article
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 14:23
DIX PETITS CONTES N°IV - ILLUSIONS A PERDRE   Je deviens fou! par l'écrivain Henri Lhéritier
Parfois, canne et haut de forme en main, en compagnie de Lucien de 
Rubempré, je salue des comtesses au foyer de l’Opéra.
Ou bien, dans un train pour Saint-Pétersbourg, langoureusement assis 
auprès d’Anna Karénine, je regarde défiler derrière la vitre les 
immensités glacées de la plaine russe, les moujiks ivres, les popes 
crasseux, les troïkas à patins et les mammouths congelés.
Je fréquente des salons où je croise sans cesse Swann et la duchesse de 
Guermantes.
Je vide le garde-manger de Scrooge.
Je relâche dans tous les ports du monde avec lord Jim.
Je défriche une île déserte aux côtés de Robinson Crusoé et je finis par 
bouffer Vendredi.
Pour une bouchée de pain, avec Tchitchikov, j’achète des âmes mortes.
Je caresse Dulcinée sous les yeux de Don Quichotte.
Je pousse Raskolnikov à assassiner une vieille usurière.
Je me tape la princesse de Clèves, dans le salon bleu ou vert, je ne me 
souviens plus, sur une bergère en tout cas, devant un Nemours interloqué.
Je vomis tous les soirs dans les poubelles de San Pedro en Californie, 
en compagnie de Bukowski.
Je me fais tripoter par André Gide.
Avec des chandeliers d’argent, je casse la tête de l’évêque de Digne.
Je déshabille Emma Bovary et l’enfile contre une porte de garage, tandis 
que Charles son mari, m’encourage, vas-y, vas-y, plus fort, bourre-la 
cette salope.
Et le pire, c’est encore lorsque je m’imagine que je bois tout seul un 
Château d’Yquem 1989.

Je te dis que je deviens fou, me répéta-t-il.
Voir aussi:

DIX PETITS CONTES N°III – SYMPHONIE INACHEVÉE par l'écrivain Henri Lhéritier

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/dix-petits-contes-n-iii-symphonie-inachevee-par-l-ecrivain-henri-lheritier.html

DIX PETITS CONTES N°II – VENDEUR DE CAUCHEMARS par l'écrivain Henri Lhéritier http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/11/dix-petits-contes-n-ii-vendeur-de-cauchemars-par-l-ecrivain-henri-lheritier.html

DIX PETITS CONTES N°I - AMOUR PATRIOTE par l'écrivain Henri Lhéritier http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/10/dix-petits-contes-n-i-amour-patriote-par-l-ecrivain-henri-lheritier.html
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES Henri Lhéritier
commenter cet article
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 18:30
PLUS BEAU LE TAROT DE MARSEILLE : Episode 4 - Arcane VIII • LA•JUSTICE (ou La Justesse) par Ben Gross

VIII • LA JUSTICE

encre de chine, sepia, gouache, résine doré sur papier aquarelle Arches 360gsm

15 x 30 cm

18 juillet 2014

Prince Tranquillio (oui, je lui ai donné un nom) avance sur son chemin, les chevaux qui tirent son Chariot se sont réconciliés lors de leur passage chez L'Amoureux, l'indécision du Prince désormais résolue. La voie est dégagée et droite - et soudain - Tranquillio se trouve face à La Justice, l'Arcane VIII (et le 4e dans l'ordre de mon tirage narratif). Qu'est-ce qu'il a commis comme effraction ? Excès de vitesse dû à son impatience d'arriver à destination? Contravention de stationnement? Défaut de permis ou d'assurance?

Non, je ne pense pas que ce soit le cas; je propose une autre lecture de cette lame. Parmi les 22 arcanes majeurs se trouve aussi le XX•LE JUGEMENT, représentant l'exécution de la justice divine. Serait-il trop simpliste de lire VIII•LA JUSTICE en tant que justice humaine? Dans d'autres jeux plus fantaisiste, la personnification de Justice est aveugle, alimentant un beau cliché ... Mais non, ici, La Justice nous regarde droit dans les yeux, c'est une carte miroir, nous invitant à trancher dans nos idées et à évaluer le poids de nos vérités et contre-vérités. Comme les lames XIIII•LA TEMPERANCE et XI•LA FORCE, je vois cette lame comme une vertue abstraite incarnée : "La Justesse".

Ici, l'épée n'est pas l'instrument de punition de la loi, mais symbole de l'intellect qui tranche la différence entre ce qui est juste ou non. Le Chariot doit garder le chemin du milieu, du juste milieu. Il s'agit d'un bon réglage de direction pour le véhicule. La balance, quand on l'observe bien, n'est pas en équilibre (tout comme aucune lame n'est symétrique) - il semble même que la main de La Justice manipule la balance avec un jeu de doigts, peut-être pour compenser une in-justesse. C'est la balance qui mesure et régule le flux entre les vases de Temperance. Dans le contexte du Chariot comme véhicule, la balance est l'amortisseur qui s'adapte aux bosses et aux trous du chemin, l'ajustement qui rends plus sûr et comfortable le trajet. Mais attention, La Justice est bien voyante, le regard fixe et éveillé - Prince Tranquillio n'a pas droit de somnoler au volant ...

Voir aussi:

Le tarot de Marseille revisité/épisode 3 : L'heureuse lame de L'Amoureux.‏ par Benjamin Gross

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/09/le-tarot-de-marseille-revisite-episode-3-l-heureuse-lame-de-l-amoureux-par-benjamin-gross.html

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/08/le-tarot-de-marseille-revisite-la-temperance-en-moderation-par-l-artiste-ben-gross.html

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/08/plus-beau-le-tarot-de-marseille-interview-de-ban-gross-par-nicolas-caudeville.html

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/05/les-22-arcanes-majeurs-du-tarot-en-tableau-interview-du-peintre-ben-j-gross-son-mecene-esteve-valenti-par-nicolas-caudeville.html

Pour récapituler sur notre tirage narratif (et pour les numérologistes) :   1 : VII • LE CHARIOT   2 : XIIII • LA TEMPERANCE   3 : VI • L'AMOUREUX   4 : VII • LA JUSTICE

Pour récapituler sur notre tirage narratif (et pour les numérologistes) : 1 : VII • LE CHARIOT 2 : XIIII • LA TEMPERANCE 3 : VI • L'AMOUREUX 4 : VII • LA JUSTICE

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES Ben Gross
commenter cet article

Articles Récents