Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  •  L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 15:13
Chronique moscovite (épisode 9): Hum... le fond de l'air est frais!  par Félix Edmundovitch Dzerjinski

"Si le parti communiste et le peuple ne sont pas d’accord, il n’y a qu’à dissoudre le peuple." (Berthold Brecht)

Ouah, c’est un Allemand, bon certes communiste, qui a dit ça !!! Qu’en pense la Fureur Angela?

En ce début d’année, je réfléchis sur mon sort et mon métier de Tchékiste, cela m’arrive de m’introspecter mais pas trop car c’est bourgeois, et parfois je me demande, « mais Félix, qui es-tu vraiment ? ». En fait je suis l’homme sans visage ou plutôt l’homme au cent visages. Pour faire ce métier, il faut savoir maîtriser sa schizophrénie et laisser prospérer son atypie, car ce n’est pas un métier comme les autres. Tu as vu, avec les tristes événements qui se sont déroulés chez toi, le 7 janvier, toute l’importance du renseignement et des organes de sécurité. Tu vois, je te disais bien que ces services constituaient la colonne vertébrale de toute société car ils ont pour objectif d’assurer la sécurité et sans sécurité, la liberté devient impossible, ingérable. Tu as vu ton Président, petit Frantsouz, à Davos, un socialisteuh chez les kapitalistes, qui déclare, « Il n’y aura pas de prospérité sans sécurité », et bien , il pense comme moi, on ne le dirait pas mais c’est un partisan de Félix Dzerjinski !! Eh ben voilà, ils y viennent tous, les gentils démocrates, ma parole, à croire, qu’ils ont relu ma vie, mon œuvre !! Je te le disais dans ma dernière chronique, pas de liberté sans sécurité!!! Ton Groland doit lire ma chronique !!! Et bientôt, vous allez voir, il va vous annoncer la création d’un grand Ministère de la Sécurité nationale dont l’acronyme en russe donne MNB, qui fusionnera et rationaliser tes services de sécurité à la fois intérieur et extérieur. Quel style ! Quelle classe, ça aurait vraiment de la gueule et tu aurais une sacrée machine à surveiller le citoyen, par définition un déviant. En plus, tu ajoutes un peu de surveillance des partis politiques et de leur leaders, genre « qui baise avec qui » et tu te fais une collection de kompromats (dossier compromettants) et tu deviens, comme Blondin, le roi du pétrole et du gaz !!!

Le renseignement, c’est un métier de seigneur et parfois de saigneur. Tu places l’Etat, le collectif plus haut que tout, über Alles ! C’est un métier totalisant et totalitaire. Si tu as l’âme d’un bourgeois, passe ton chemin, ce n’est pas pour toi. J’espère, petit Frantsouz, toi si rebêêêêêêêêêleuh (humpf, je lis Libé et Télérama et je manifeste…), que tu auras un peu plus de respect pour tes organes de sécurité. En Russie, ils sont craints et vénérés. En Russie, c’est Blondin et toute sa bande qui est aux commandes, une sorte de promotion Voltaire, tu vois ? Tes journalistes ont tôt fait d’écrire que c’est un clan qui au pouvoir mais il me semble qu’ils n’écrivent pas la même chose pour le président du Grolland.

Reprenons nos pérégrinations moscovites. Tu as vu, dans ma dernière chronique, ce ciel bas, sans lumière, ce temps de gueux. Pas de doutes, le climat doit avoir une influence sur les peuples comme le postulait ton Montesquieu, petit Frantsouz. C’est comme dans une bd que j’ai lue dernièrement, le dernier Tardi, quand il évoque la Poméranie et qu’il n’est pas étonné qu’une telle terre à patates rendent le peuple un poil hargneux. Faut avoir un sacré mental pour vivre sous ses latitudes. L’hiver s’installe en Russie, la Moscova est gelée, un vrai hiver russe, un hiver de moujik. Pour se faire du bien, dans ces conditions hostiles mais auxquelles nous nous sommes bien adaptés, le Russe est ainsi et l’Européen va l’avoir longtemps sur le dos, rien ne vaut un bon bania russe. Le bania influence notre résistance thermique et il est inscrit dans nos gènes. Il est en effet d’usage de prononcer à n’importe quel pékin venant de sortir d’une douche ou du four en bois « С лёгким паром ! » ce qui veut dire que la vapeur soit légère… Si tu n’est pas allé dans un bania alors tu ne peux pas comprendre la Russie et sentir son âme. Le bonheur de sentir les veniki vous fouetter la peau pour faire circuler la chaleur. La petite bière après… N’est pas Russe celui qui n’est jamais allé au bania, n’est pas Russe celui qui n’a jamais ressenti la satisfaction profonde de se rouler dans la neige ou de plonger dans une eau à 1° après avoir senti ses poumons fondre dans la vapeur chaude. Cette tradition nous vient de très loin, va pas croire que ce sont les Mongols, cela date en fait de bien avant le baptême de la Russie en 988.

En ce moment, Blondin, qui est un bon mec, réfléchit à un nouveau jour férié, normal fut ménager le populo, le pays est en crise, en récession comme chez vous. Il a songé à commémorer l’entrée des cosaques dans Paris en 1814. Ne te fâche pas petit Frantsouz, mais comprends que dans contexte de sanctions où vous nous faites jouer le rôle du méchant, nous ayons conservé notre sens de l’humour… et de l’Histoire. Hé, c’est drôle, à l’époque, les Russes avaient mis leur QG à Bondy, aujourd’hui riante cité de la banlieue parisienne… Ben ouais, faut que les Frantsouz se rappellent que les Russes leur ont mis une mouflée et que nous pourrions recommencer, surtout si vous nous agacez Blondin. Mais je te rassure, c’est un Tchékiste, il sait se maîtriser, jouer la comédie, souffler le chaud et le froid. Bon, je te l’accorde, en ce moment, c’est plutôt le froid. Mais tout cela n’est pas grave, si tu sais lire le Russien (http://www.kommersant.ru/doc/2648716), tu seras heureux d’apprendre que les Russes, selon un institut de sondage, il me semble que tu aimes cette expression de la démocratie, non ?, estiment à 69% qu’ils ne sont pas aimés mais qu’ils font peur et en plus, ils considèrent leur pays comme étant riche, développé et… libre !!!! Ah, voilà qui te ferme ton clapet, toi qui pense et dit tout le contraire de mon grand, très très grand pays.

Tiens, il me revient quelques déconvenues arrivées à des touristes, quelques Frantsouzy, dans mon beau pays. Certains d’entre eux, visitant Saint-Pétersbourg, la ville de Pierre Ier, dit le Grand et de Blondin l’encore plus Grand, ont voulu fréquenter les lieux interlopes de la ville en quête d’aventures gentiment sales et de frotti-frotta charnels. Mal leur en a pris. Ils ont été drogués au GHB et pour certains mêmes ont été analement défloré. La Russie, c’est un peu le pays de possibles, de tous les possibles... Quel peuple de farceurs que le peuple russe. Quelle belle tradition que la nôtre que celle des poisons. Ben ouais, bien avant Litvitnienko et le polonium, le Chauve avait créé dès 1921, quel visionnaire mon pote, un cabinet des poisons. L’objectif de ce cabinet/laboratoire était l’élimination des ennemis de la révolution, où qu’ils se trouvent, sans laisser de traces à l’autopsie. Car tu dois savoir une chose, petit Frantsouz, si un jour tu nous as sur le dos, jamais et nulle part tu ne seras tranquille. C’est drôle, ces histoires d’Occidentaux qui viennent chez nous en rêvant de s’encanailler avec nos femmes et qui le lendemain matin ne se souviennent plus de rien, à poil dans un terrain vague, avec parfois une douleur intime… C’est vraiment la loi universelle du capitalisme sauvage, tout est permis, du renard libre dans le poulailler libre. La Russie, ce n’est pas la Thaïlande, petit Frantsouz… Ce n’est pas le pays du sourire, mais celui des possibles…

La semaine dernière, j’ai vu une excellente expo photos au centre des frères Lumière. Elle portait le titre de ProZavod et était consacré à l’industrie, mais surtout au passé industriel, un petit peu au présent aussi, de notre cher vieux pays. C’est beau de (re) voir ces masses prolétariennes, qui avec leurs seules mains, contribuent à l’édification d’un grand pays et au bien-être des masses. Faut admettre qu’avec l’effondrement de ce qui était devenu la parodie de l’URSS, rien à voir avec ce que j’ai connu et contribué à édifier, le pays s’est sévèrement désindustrialisé, y compris dans des secteurs stratégiques comme le pétrole et le gaz, tout a été vendu à la découpe ou fermé. Et c’est pourquoi, notre industrie importe des services et des technologies occidentales et comme vous le savez bien, vous avez spécialement adopté des sanctions pour nous faire mal. Mais même pas mal !!! Nous ne pouvons pas exploiter un gisement en Arctique dans les 3 ans et bien s’il le faut, nous attendrons 10 ans !! Tu as oublié, ordure occidentale, la capacité de résilience du pays et du peuple russe. Nous avons le temps et vous avez les montres comme disent les Afghans… N’oublie pas que chez nous, petit Frantsouz, l’individu n’existe pas, c’est le collectif qui prime. La valeur de la vie humaine, connais pas ce concept, comme le démontre notre histoire.

Je trouve que mon ami Nicolas s’est pris quelques vacances, rien depuis le20 janvier ! J’ai bien aimé son article sur La Cigale. C’est le genre d’endroit qui me rappelle nos petits troquets où tu vas pouvoir déguster sans façon quelques chachliks (brochettes) accompagné d’une bonne bière Baltika ou Sibirskaya Korona. Promis, quand je reviens garer mon T-34 à Perpignangrad, j’y passe.

Tu as vu, toute cette agitation à cause des événements de la petite province. Il est fort Blondin, quand il parle des « légions de l’OTAN ». Il sait jouer du sentiment patriotique et puis il sait jouer de la propagande, le bon peuple ayant les yeux rivés sur sa télé, Piervy kanal de préférence. A voir Blondin, je me dit que nous sommes encore aux manettes et ça me rassure pour l’avenir de mon beau et grand pays. C’est drôle, je vous vois gesticuler, Américains et Européens, agiter de nouvelles sanctions, et alors… Dans le fond, vous n’en voulez pas vous-mêmes de ces sanctions et cela, nous le savons et nous avançons. Et puis sur la commémoration de la libération d’Auschwitz, à laquelle Blondin ne s’est pas rendu car il n’avait pas été invité par l’Etat polonais (quelle petite province mesquine…), tu as noté ce qu’il a dit, le petit rappel historique à l’égard des Ukrainiens, qui furent les auxiliaires zélés des Einzatsgruppen, ces commandos de la mort, chargé de la Shoah par balles. Faut dire qu’il réagissait aux propos d’un ministre polonais particulièrement du à digérer pour nous autres Russes.

Je voudrais finir cette chronique avec quelques chansons, un peu sur Blondin. Un peu de légèreté. Tu vois, il y a des minettes qui l’adorent et chantent sa gloire surtout Mashany avec la période difficile que le pays travers…http://mashany.ru/moj-putin/, http://www.youtube.com/watch?v=uWasqyZmQrMOu alors, tu as la chanson du fonctionnaire russe, celui qui s’enrichit et vend le pays à la découpe : http://www.youtube.com/watch?v=GXz0iG82jOo Ou celle-là sur mon pays où il y a de tout et surtout un peuple qui vit dans la m….http://www.youtube.com/watch?x-yt-cl=84924572&x-yt-ts=1422411861&v=dnP1fJ1bzxE

J’ai beau être un tchékiste, j’ai tout de même de l’humour. N’aie pas peur, si jamais nos chars viennent jusqu’à toi pour te libérer…

Voir aussi:

Les précédentes chroniques moscovites http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/

Chronique moscovite (épisode 9): Hum... le fond de l'air est frais!  par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 9): Hum... le fond de l'air est frais!  par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 9): Hum... le fond de l'air est frais!  par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 9): Hum... le fond de l'air est frais!  par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Chronique moscovite (épisode 9): Hum... le fond de l'air est frais!  par Félix Edmundovitch Dzerjinski
Repost 0
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 18:43
 EXIL FISCAL : UNE FILIÈRE EN DANGER, LE VAMPIRE DE ROPRAZ par L'écrivain Henri Lhéritier

Ce vampire doit avoir des dents dégoulinantes de sang, cracher des poils et des cheveux, brosser ses habits et remettre son zizi en place, lorsqu’il quitte les cimetières du canton vaudois. Sur les cadavres qu’il déterre, on découvre les pires mutilations mélangées à de la salive et du sperme, le type, au clair de lune, doit s’en donner à cœur joie, sa partenaire n’a plus mal à la tête. Il la baise sans se préoccuper de la faire jouir. À sa sortie, les feux follets lui font une haie d’honneur : chapeau l’artiste !
Dans le dernier domicile de sa victime, ou plutôt de sa post-victime, déterrée à Ropraz le 21 février, le tableau est le suivant : Poitrine cisaillée, seins découpés, mangés, mâchés, main séparée du corps, tête aussi. Le sexe a été découpé, prélevé, mastiqué, mangé, on en retrouvera des restes recrachés, poils pubiens et cartilage, dans la haie dite du Cochet, à deux cent mètres au-dessus de la forge. Il faudrait passer sous quinze autobus pour se retrouver dans cet état, encore que les autobus ne mangent pas les sexes. Le Vampire de Ropraz doit aimer la chair non fraîche et les jeux de patience car il ventile les morceaux, façon puzzle comme on dirait au cinéma.
La savoureuse jeune fille, Rosa Gillieron, 20 ans, enterrée la veille, avait été dégustée dans la nuit par un fin gourmet. Le reporter de cette scène est le dénommé Jacques Chessex, écrivain vaudois, qui ne fait pas dans la dentelle. Il ne s’en lèche pas les babines, mais c’est tout comme. Ah, il aime ça ! Ce genre d’horreur n’a pas l’air de lui défriser la moustache, au contraire. Il n’en rajoute pas mais n’exonère d’aucun détail, il a raison, la littérature n’est pas visions ou sons entendus, elle est mots qui n’édulcorent pas et rendent plus précise encore la perception des sens. Si elle n’est pas portée par la violence, la littérature n’existe pas.
D’ailleurs, on ne peut pas lui en vouloir à Jacques Chessex, il n’invente rien, il relate des événements ayant eu lieu dans le Haut-Jorat vaudois, en 1903.
Aussitôt, émois, suspicions, dénonciations de voisinage, rancœurs se libérant, manifestations violentes, telles ces « marches blanches » d’aujourd’hui, qui, sous prétexte de rendre hommage à des victimes, servent à exalter des haines, à les exacerber. Cet expressionnisme de la compassion porté par des foules, suralimenté par la férocité de chacun, réveillant l’instinct animal de hurler avec les loups, n’étant qu’un moyen de faire apparaître à la surface notre vieux fond de barbarie et nos envies de justice expéditive. Ces « marches blanches » sont en fait des marches rougies par nos désirs de sang.
D’autant qu’à Carrouge, le 14 avril de cette même année, on observe que des gamins sont en train de jouer au foot avec un étrange ballon, en s’approchant, on constate que c’est la tête de Nadine Jordan, morte très jeune de tuberculose, enterrée le 11 avril. Et cette fois on ne retrouve même pas le sexe.
Puis le 21 avril, à Ferlens, à l’est de Carrouge, rebelote, Justine Beaupierre, 23 ans, vient de mourir de phtisie, on découvre, le lendemain de son enterrement, des morceaux de son sexe dans des buissons à côté de sa tombe.
Mais au fond, existe-t-il une loi qui interdit de faire l’amour à des morts ? Tue-t-on des morts ? Pas de crime donc. Je pose la question, qu’on ne vienne pas m’agresser ! Un mort n’est plus vivant, un type qui bouffe des morts est-il un assassin ? Non n’est-ce pas ! Nous bouffons bien des animaux morts, alors hein ! Et après tout l’art de la médecine ne progresse-t-il pas grâce au dépeçage des cadavres ?
Il faut quand même, je le reconnais, laisser les morts reposer en paix. Il y a un trouble évident à l’ordre public des cimetières. S’il devait arriver qu’on me dépouille ainsi post-mortem, je ne voudrais pas que l’on touche à mes pieds, ils sont si sensibles.
L’enquête se fait tout azimuts, et les marginaux du coin, les ivrognes, les joueurs, ceux dont l’inconduite est notoire, les petits délinquants, sentent passer le vent du boulet. Le vampire de Ropraz choisit ses plats, son menu est constitué de jeunes femmes, il ne fait pas dans les vieilles mortes. Est-ce une piste ? L’affaire s’éternise, les peurs se répandent dans tout le canton, la montagne est gelée d’effroi. Et moi aussi !
Puis un jour, miracle, si j’ose dire, dans une étable on trouve un jeune homme, garçon de ferme un peu arriéré, tête fuyante, alcoolique, vicieux, taiseux, un nommé Charles-Augustin Favez, monté sur un tabouret, le pantalon baissé sur les bottes, en train d’enfiler en pleine nuit, une vache non consentante, enfin non consentante c’est moi qui le dis, peut-être l’était-elle (consentante). Voilà notre coupable, s’il se tape des vaches, il doit être capable de violer des mortes. Quel rapport pourrait-on se demander entre une vache vivante et une jeune femme morte ? Du point de vue de la chair, je veux dire.
Ces événements, l’enquête, l’attitude de Favez, son procès, constituent le déroulement du Vampire de Ropraz, appelé roman sur la couverture, mais qui est expressément la relation d’un fait divers authentique, 108 pages, quelques-unes assez violentes, on l’a vu, un regard cru sur un petit coin de montagne, en Suisse, c’est Chessex, je commence à le connaître, c’est du violent comme on dirait encore au cinéma. Chessex, parle de la Suisse des campagnes, mais ce n’est pas un écrivain de terroir, ou plutôt il est peut être la plus belle expression d’un écrivain de terroir, il aime et châtie.
C’est un bon livre pour quiconque est septique sur le repos éternel et n’a pas peur des vampires, c’est un moyen de couper l’appétit des exilés fiscaux qui feraient mieux de surveiller leur femme ou leurs filles, surtout si elles sont mortes d’ennui dans l’argent sauvegardé et enterrées là-bas, c’est aussi un plaidoyer utile à l’association des futurs incinérés : Suivez-nous, voyez à quoi vous échappez, paix à nos cendres.
En prime, Jacques Chessex, nous livre une conclusion, à sa manière, pas piquée des vers d’outre-tombe.
Bravo, Chessex !

Voir aussi:

Le tout meilleur de l'écrivain Henri Lhéritier:

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/henri%20lheritier/

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES Henri Lhéritier
commenter cet article
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 16:33
  		   Hôtel-Grill "La Cigale" 78 Bd Jean Bourrat - 66000 Perpignan CIGAGESTION SARL - siret: 329 178 560 00010 - TVA: FR32 329 178 560 Tél. +33 (0) 4 68 50 20 14 / Fax +33 (0) 4 68 66 90 40
Hôtel-Grill "La Cigale" 78 Bd Jean Bourrat - 66000 Perpignan CIGAGESTION SARL - siret: 329 178 560 00010 - TVA: FR32 329 178 560 Tél. +33 (0) 4 68 50 20 14 / Fax +33 (0) 4 68 66 90 40
 Perpignan:"La Cigale" lieu populaire perpignanais Jean-Charles,Guy-Marc et Edith interview par Nicolas Caudeville
 Perpignan:"La Cigale" lieu populaire perpignanais Jean-Charles,Guy-Marc et Edith interview par Nicolas Caudeville
 Perpignan:"La Cigale" lieu populaire perpignanais Jean-Charles,Guy-Marc et Edith interview par Nicolas Caudeville
 Perpignan:"La Cigale" lieu populaire perpignanais Jean-Charles,Guy-Marc et Edith interview par Nicolas Caudeville
 Perpignan:"La Cigale" lieu populaire perpignanais Jean-Charles,Guy-Marc et Edith interview par Nicolas Caudeville
 Perpignan:"La Cigale" lieu populaire perpignanais Jean-Charles,Guy-Marc et Edith interview par Nicolas Caudeville
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans Gastronomie ARTICLES VIDEOS
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 16:45
La différence entre les témoins de Jéhovah et les nouveaux "témoins de Charlie" , c'est que les seconds au moins ont vu l'accident! par Nicolas Caudeville

On parle désormais de l'esprit du 11 janvier comme on parle de la descente du saint esprit sur les apôtres à la pentecôte! 4 millions au moins de français sont descendus dans la rue au slogan de "je suis Charlie". Tout cela sur le coup de l'émotion, de la peur...Le troupeau de moutons blancs se sont effrayés qu'en 2015 (même pas le temps d'avaler une galette des rois) on puisse sacrifier des moutons noirs!

L'esprit de Charlie Hebdo c'est l'irréverence, Rabelais, Voltaire! Qu'allons nous faire demain qui ressemble à cela? Je vois déja des gens dire ce qui est "Charlie" et ce qui ne l'est pas. Sans compter les marchands du temple qui vendent déjà du "Charlie" en lotion (ça guérit tout, même de l'intolérance!)

Alors de ce mouvement, ne créons pas un parti politique, mais une nouvelle religion universelle: les témoins de "Charlie"

Voir aussi:

Lorsque vous aurez autant besoin de Charlie Hebdo que d'oxygène vous reviendrez nous voir! par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/01/lorsque-vous-aurez-autant-besoin-de-charlie-hebdo-que-d-oxygene-vous-reviendrez-nous-voir-par-nicolas-caudeville.html

10 techniques de manipulation des masses. selon Noam Chomsky

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/article-10-techniques-de-manipulation-des-masses-selon-noam-chomsky-106619765.html

Charlie Hebdo: à Perpignan, il y à un mois, les représentants du culte musulman déclaraient leur attachement à la république!

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/01/charlie-hebdo-a-perpignan-il-y-a-un-mois-les-representants-du-culte-musulman-declaraient-leur-attachement-a-la-republique.html

Charlie Hebdo: Nous avons tous tué Charlie! par Axel Belliard

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/01/charlie-hebdo-nous-avons-tous-tue-charlie-par-axel-belliard.html

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans je suis Charlie ARTICLES
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 15:21
Chronique moscovite (épisode 8) : Une révélation par Félix Edmundovitch Dzerjinsk‏i

« C’est un chevalier du prolétariat ». C’est Jo le moustachu qui avait dit ça de moi et c’est tout moi ! Jo, ce qui a de bien avec lui, c’est qu’il avait le sens de la formule et que c’était un fin psychologue, un grand connaisseur de l’humain…

Avant de commencer ma chronique petit Frantsouz, je tenais à te faire part de mes très sincères condoléances pour les événements qui se sont déroulés chez toi, l’assassinat des caricaturistes et des policiers. Je l’écrivais dans une de mes précédentes chroniques, mais je crois que pour traiter ce genre de problèmes, il ne faut pas lésiner sur la manière forte. Il vous faudrait un Ramzan Kadyrov ou beaucoup mieux, un Blondin ! Heureusement que ces événements ne se sont pas déroulés chez nous, votre presse vendue aux plus offrants, aurait aussitôt accusé Blondin d’avoir éliminé les irrévérencieux caricaturistes… Bon, il y a eu des types pris en otage, nous en Russie, on ne s’embarrasse pas pour si peu, le collectif doit primer, on bombarde et on ramasse à la petite cuillère ou on gaze comme en 2002 au théâtre de la Doubrovka… Nous, cela fait 20 ans, depuis la première guerre de Tchétchénie, que nous sommes confrontés au terrorisme et nous appliquons un adage bien Frantsouz, « pas de liberté pour les ennemis de la liberté ! ». Faut croire que vous avez molli ou que vous êtes devenus bien naïfs vis-à-vis de ces gens-là… Faut te viriliser. Seulement, chez toi, il y en aura toujours qui diront que les mesures prises constituent une atteinte à la liberté… Je me souviens de ta presse aux temps où nous guerroyions en Tchétchénie, qui ne cessait de dénoncer les atrocités commises (désolé mais cela me semble consubstantiel d’une guerre) par les forces russes, oubliant au passage les soldats égorgés comme des moutons par les barbus.

Bon je reprends la balade, histoire de te sortir de ton quotidien morose (prends exemple sur les Russes, ils boivent le bouillon avec leur monnaie qui fait plouf et les sanctions et la baisse du prix du pétrole, mais ils restent stoïques, grands seigneurs !, c’est tout nous, ça !) je t’avais laissé au musée des forces armées où j’avais été me laver la tête de tout ce caca qu’est l’art contemporain, tu te souviens, allez continuons la balade et mon lavage de tête, direction la rue Ostojenka, il y a, paraît-il, une chouette exposition photo à la Maison de la Photographie. La rue Ostojenka est parallèle à la Pretchistenka. Ces deux rues, si tu es amateur d’architecture, faut que tu y passes, tu as de tout, du néo-classique, de l’art-nouveau et un peu de soviétique. Moscou est comme ça, elle s’apprécie pour qui sait prendre le temps de regarder, faut la désirer, c’est comme une jolie femme avec un sacré caractère. Allez, je rentre dans l’expo, c’est une expo consacrée à Arkady Shaykhet. Tu connais pas ? Bon, tu connais Rodtchenko ? Oui, j’espère et ben Arkady, il est presque aussi grand que Rodtchenko mais moins connu, c’est tout. Il a réalisé pas mal de clichés sur la construction de l’URSS, notre beau pays éternel (des aciéries, construction de canal en Asie centrale, séance de sport, gardes-frontières…), le tout avec un regard constructiviste, jouant sur les lignes et les contre-plongées. Il a aussi été reporter de guerre.

Je suis un homme de culture, curieux et comme je suis curieux, je me suis dernièrement glissé subrepticement au Théâtre des Nations pour aller voir une pièce que j’adore, Ubu roi, d’Alfred Jarry. Joliment troussée cette pièce sur la tyrannie. Eh oui, qu’est-ce que tu croies, je suis ouvert, moi. Ben oui, parce que d’aucuns me disent que cette tyrannie, évoquée dans Ubu roi, c’est l’Union Soviétique ou la Russie d’aujourd’hui, ce à quoi je réponds à ses contempteurs, regardez en quelle année la pièce a été écrite, 1896 !!! Pour moi, vu les traits de caractère du père et de la mère Ubu, ils incarnent la bourgeoisie, les accapareurs, les parasites… Récemment, j’ai lu dans votre journal « Le Monde », que comme l’agence ITAR TASS reprenait son nom soviétique de TASS ou que Blondin avait fait rebaptiser un bataillon de notre cher Ministère de l’Intérieur avec mon joli nom, que le pays revenait à l’URSS, se (re)fermait. Mais virez-moi ces correspondants permanents, qui bien que vivant dans et sur le pays, car ils sont grassement payés, ne comprennent rien à rien et sont restés congelés à l’époque brejnévienne (en fait, c’est sous son règne que le pays a commencer à déconner…). Franchement, tu mets le nez dehors et tu ne reconnais plus mon défunt pays. L’URSS est morte, vive l’URSS ! Blondin, il fait tout ça parce que c’est du cosmétique, pour que des journalistes peccamineux tombent dans le panneau et en plus, comme tes politiques et tes diplomates sont paresseux et mal entourés et pas assez affamés, ils ne lisent que ça et se font une drôlement pas bonne idée du pays.

Allez, je reprends ma balade, je baguenaude, je vais du côté d’un petit marché parce que tu vois, je suis homme de culture mais j’aime côtoyer les humbles, les gueux, les nouveaux prolétaires, mes frères et puis surtout je mange. Ce marché est près de la station de métro Soukharevskaya, les vendeurs sont ouzbeks, azerbaïdjanais, géorgiens… Les fruits et les légumes viennent de ces contrées. Tu sais, je t’en ai parlé dans ma première chronique, ces sans-grades qui font tourner le pays, qui jadis étaient ici chez eux et qui aujourd’hui sont traités comme des laquais. Brrr, depuis que je connais Nicolas, il n’arrête pas de me faire trimer comme un Tadjik, faut qu’il se méfie, cet exploiteur. Bon, je reprends, j’achète quelques fruits (ces mandarines abkhazes sont gorgées de soleil, ces raisins ouzbeks pleins de sucre…) et légumes chez des Ouzbeks où j’ai mes habitudes, il est 11h00 et voilà t’y pas que le mec m’annonce qu’il est grand-père pour la 4ème fois. Qu’est-ce que ça peut se reproduire ces bêtes-là, faut-il qu’ils y croient à leur avenir radieux… Il veut fêter ça et il invite plein de gens, des copains à lui du marché, à nous rejoindre dans sa guitoune et voilà qu’il te sort vodka, plov, légumes marinés et tout ce qui fait une table de fête chez nous, comme ça, improvisé. Zut, je suis à jeun, et il faut prendre deux, trois, quatre verres de vodka à 11h00. Ben ouais, le type est sympa et moi, je suis paf, le girafe comme le chantait les Bérus (moi, j’aime la bonne musique). Tu vois, petit Frantsouz, c’est ça la Russie, tu auras toujours l’occasion de vivre de tels moments, de la vraie chaleur humaine en toute simplicité, tu trouveras toujours des types sympas, mais bon, je te rassure, il y a les autres… Et parfois, en fonction de la besogne, tu as plutôt besoin de ceux-là, mais en fait, ils sont toujours sympas, ils ont bon fond, faut passer la première couche.

Allez, je vais faire un tour au monastère de Novodievitchi. Ne crois pas que je me sois laissé séduire par l’obscurantisme, mais j’aime assez le lieu, fondé au 16ème siècle pour commémorer la prise de Smolensk et qui servait de place forte dans le Sud de Moscou. Je ne suis pas du genre à me laisser aller à la religion, pas comme Blondin, qui en fait des tonnes, la sainte alliance du sabre et du goupillon. C’est sûr, le populo, tout déboussolé qu’il a été après nous avoir eu sur le dos pendant près de 75 ans, il lui faut quelque chose à quoi se raccrocher même si le Métropolite est un ancien de ma noble maison, le KGB, c’est pas grave. C’est ce qui prouve que nous sommes forts et que nous sommes l’âme et la colonne vertébrale de ce pays.

Ah et puis, j’ai pris quelques jours de vacances. Ben oui, d’une part, mon métier de Tchékiste me dévore mais c’est normal, tu ne peux pas faire ce métier sans deux passions, celle de la mère-patrie et celle de l’amour du travail bien fait (surtout). Et puis, il y a ces chroniques pour cet exploiteur de Nicolas. Un jour, je vais l’envoyer à Magadan, poser des rails par – 40° et il en reviendra transformé. Non, je plaisante, je préfère le laisser pour l’instant à Perpignan, qu’il continue à poursuivre son œuvre sanitaire d’édification des masses, elles en ont besoin. Donc, je te disais que j’avais pris quelques jours pour me reposer. Je suis allé rendre visite à mon ami Nicolas, qui est un peu mon agent sur place, une sorte d’illégal, tu te souviens comme l’affaire Chapman en 2010, cette rousse russe donzelle qui appartenait à nos vénérés et vénérables services et qui travaillait aux Etats-Unis, sous une fausse identité, avec 10 autres de ses congénères, belle opération et crois, il y en a d’autres et même chez toi, petit Frantsouz. J’ai donc visité votre bonne ville de Perpignan, non sans avoir fait un détour par la vraie Catalogne, de l’autre côté des Pyrénées. C’est drôle, jadis Barcelone c’était l’insoumise, la ville de Durutti, c’est fou comme l’argent corrompt, gangrène et pourrit tout, uniformément. Mon pays en fournit un bel exemple aujourd’hui, du règne de cet hyper-capitalisme que rien ni personne ne semble capable d’arrêter. En parlant d’hyper-capitalisme, votre ville de Perpignan est stupéfiante, bonjour le Tiers-Monde. Pour le coup, le quartier populaire est vraiment populaire. Mais comment font les masses pour supporter cela, sans révolte, sans même une jacquerie ? Franchement, je me serais cru dans un quelconque de ces pays d’Amérique du Sud, que tu aimes bien visité en bon touriste bien globalisé, petit Frantsouz. C’est quand même la misère. Comment un grand pays ou alors un pays qui s’est cru grand a-t-il pu en arriver là ? Je n’ai pas la réponse mais toi qui y vis, tu pourras probablement me la donner. Heureusement, j’ai vite retrouvé mon Moscou enneigé et j’ai chaussé mes skis de fond au parc Sokolniki. La ville n’a pas trop changé mais les trottoirs sont sévèrement verglacés, faute d’Ouzbeks pour les déblayer. Et ils sont où, nos Ouzbeks ? Ben, il paraît qu’avec la nécessité pour séjourner en Russie d’être doter d’une passeport international et non plus d’un passeport intérieur comme avant, ça date de l’URSS ce truc, ben nos Oouzbeks ont commencé à regagner leurs pénates. Il me revient également que dans le contexte actuel de crise économique, que vos sanctions n’ont fait qu’accélérer, il y aurait une préférence nationale pour les emplois… Cela doit te rappeler des choses, ça… Mais bon, j’ai pas vu une seul Russe déblayer… Faut comprendre notre mentalité et pour cela, rien de mieux que la littérature et je te conseille de lire « Oblomov » de Gontcharov et tu découvriras que le Russe peut être très volontariste et/ou velléitaire, un peu comme une moule.

Je suis déçu, en lisant la presse, d’apprendre qu’il y a une rumeur qui dirait que Blondin ne serait pas invité pour la commémoration de la libération d’Auschwitz à cause de cette affaire ukrainienne. Tu auras tout le monde, y compris les Ukrainiens, probablement quelques baltes (des enfants de la baltes…) mais pas Blondin. Là, je m’insurge, Auschwitz, c’est nous qui l’avons libéré !!! L’oublie pas !!! Et quand j’entends le Premier ministre ukrainien, Yatseniouk expliquer à la mère Angela que l’Ukraine, à l’instar de l’Allemagne a subi l’occupation russe, là ça m’énerve. Parce que cete face de merlan oublie un peu qu’il y avait bon nombre d’auxiliaires dynamiques ukrainiens et baltes aux côtés des Einzatsgruppen. Tu te souviens de ces mecs ? La Shoah par balle, justement avant les camps d’extermination, ça te parle ? 33 000 juif assassinés par balle à Kiev, à Babi-Yar, qui est aujourd’hui à la fin d’une ligne de métro à Kiev. Je peux te dire que quand tu demandes à un Kieviens où se trouve Babi-Yar, soit il ne sait pas et il ment, soit il est gêné, soit il passe son chemin sans te répondre. Ben ouais, petit Frantsouz, tu le vois, nous n’avons pas la même histoire entre l’Europe occidentale et l’Europe orientale. Il ne s’y est pas passé les mêmes choses, mais il ne faut surtout pas que tu oublies que ta liberté d’aujourd’hui, ben tu la dois un peu-beaucoup à Ivan, ingrat !

Voir aussi!

Chronique moscovite (épisode 7) : A la guerre, comme à la guerre! par Félix Edmundovitch Dzerjinski‏

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/12/chronique-moscovite-episode-7-a-la-guerre-comme-a-la-guerre-par-felix-edmundovitch-dzerjinski.html

Les chroniques moscovites:

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/chroniques%20moscovites/

Chronique moscovite (épisode 8) : Une révélation par Félix Edmundovitch Dzerjinsk‏i
Chronique moscovite (épisode 8) : Une révélation par Félix Edmundovitch Dzerjinsk‏i
Chronique moscovite (épisode 8) : Une révélation par Félix Edmundovitch Dzerjinsk‏i
Repost 0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 14:53
Pierre Parcé au centre, Sa fille Catherine à gauche, Jean Casagran à droite
Pierre Parcé au centre, Sa fille Catherine à gauche, Jean Casagran à droite

Pour changer d'atmosphère l'archipel contre attaque vous propose d'aller à Paulilles à la dynamiterie site reconverti en lieu de patrimoine par le conseil général http://www.cg66.fr/60-le-site-de-paulilles.htm où, jusqu'au 15 janvier, vous pouvez voir un regard photographique croisé entre grand-père et petit fils, Léon et Pierre Parcé sur le paysage des vignes de Banyuls et son évolution . Interview de Pierre Parcé

Voir aussi:

Un regards sur le pays catalan "rétrospective Pierre Parcé" interview de P Parcé et J Casagran par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/article-un-regards-sur-le-pays-catalan-retrospective-pierre-parce-interview-de-p-parce-et-j-casagran-par-n-115935397.html

Du beau: exposition paysage des vignes de Banyuls XXème siècle/XXIème siécle, à la dynamiterie de Paulilles de Léon à Pierre Parcé . interview de Pierre par Nicolas Caudeville
Du beau: exposition paysage des vignes de Banyuls XXème siècle/XXIème siécle, à la dynamiterie de Paulilles de Léon à Pierre Parcé . interview de Pierre par Nicolas Caudeville
Du beau: exposition paysage des vignes de Banyuls XXème siècle/XXIème siécle, à la dynamiterie de Paulilles de Léon à Pierre Parcé . interview de Pierre par Nicolas Caudeville
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans VIDEOS INTERVIEWS
commenter cet article
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 13:31
Et la l'ours lui dit...
Et la l'ours lui dit...

Après la série d'attentats près de 4 millions sur 65 millions d'habitants que compte la France, ont manifesté dimanche. Mais être "Charlie", c'est une auberge espagnole chacun en a une certaine idée, qui parfois ne colle absolument pas avec ce que défendait les auteurs de Charlie Hebdo( La venu des chefs d'états, dont certains ont été caricaturés avec férocité et n'ont rien à voir avec la "liberté de la presse", c'était vraiment la cerise sur le gâteux! Finalement Vladimir Poutine est un garçon pudique) .

Le France a été livrée à l'émotion. Pas question de réfléchir ce qui a amené cette situation, ce qui devrait nous emmener à la chatoyance de la nuance...Ce qui va se passer, c'est qu'au prétexte de la sécurité, il y aura encore plus de censure et de la disparition de la pensée libre...

Alors à ceux qui déplorent "Charlie" et son esprit, je voudrais rappeler cette fable que l'on entend dans certaines loges:

Un jour un disciple vient voir son maître et lui dit :" Maître apprenez-moi la sagesse, maître apprenez-moi la sagesse!" Le Maître se tourne vers lui, avise un baquet à coté, l'attrappe par le col et lui plonge la tête dans l'eau à plusieurs reprises, le laissant à peine respirer. Le disciple reprend son souffle comme il peut, il ahane, manque de s'étouffer. La son maître lui dit: "Lorsque tu auras autant besoin de sagesse que d’oxygène, tu reviendras me voir!"

Voir aussi:

10 techniques de manipulation des masses. selon Noam Chomsky

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/article-10-techniques-de-manipulation-des-masses-selon-noam-chomsky-106619765.html

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES je suis Charlie
commenter cet article
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 18:40
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout

C'est prés de 40 000 personnes qui ont défilé en hommage au massacre du journal "Charlie Hebdo" et ses suites (soit 17 morts) à Perpignan et 1 Millions 500 000 à Paris. Le photographe Yann Gegout , nous en a un reportage photographique, voir le diaporama...

Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Charlie Hebdo/ Perpignan: ils étaient près de 40 000 Charlies à défiler dimanche matin! reportage photo Yann Gegout
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES VIDEOS
commenter cet article
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 14:36
Son Blog :http://l-arene-nue.blogspot.fr/
Son Blog :http://l-arene-nue.blogspot.fr/

Coralie Delaume est une blogueuse et essayiste née en 1976.Auteure d'un livre:"Europe. Les États désunis, Paris, Michalon,", sur son face book , elle se positionne sur la manif "Je suis Charlie". Elle nous a gentiment laissé reprendre son humeur!

"C'est peut-être un peu tôt pour dire ça. C'est peut-être même indécent mais on en a vu d'autres ces jours derniers, pas vrai ?

C'est étrange à dire mais un truc m'a frappé en faisant défiler sous mes yeux les portraits des dessinateurs tués parus dans les journaux. Leur âge. Ce sont de vieux anars, insiders en diable, irrévérencieux comme il était audacieux de l'être il y a 50 ans. Pas « islamophobes » pour un sou à mon avis. Juste anticléricaux. Mais bouffant encore du curé comme si ça restait d'époque alors qu'on vit dans un monde quasiment vidé de toute transcendance d'une part, de toute autorité d'autre part.

[Là, je sens qu'il faut que je précise fissa que leur assassinat est monstrueux, que les frères Kouachi étaient des fauves et que je suis contre le meurtre, OK ? Par ailleurs, je certifie être en train de faire 20 pompes pour ma pénitence].

Il n'en reste pas moins cette étrange impression, quand on compare l'âge des tués et celui des tueurs, que c'est un peu la « France d'aujourd'hui » qui s'en prend à la « France d'avant ». Une « France d'aujourd'hui » qui inspire de l'horreur mais qui est, qu'on le veuille ou non, telle que nous l'avons fabriquée.

Le « padamalgam » n'est pas trop ma tasse de thé. Je trouve très con de dire que « tout ceci n'a rien à voir avec l'Islam », dès lors que des types tuent au nom d'Allah. Pour autant, j'en viens à trouver incongru, à force, qu'on ne parle plus que de l'Islam. L'Islam est une religion. Les religions ont une fonction sociale, en général. Elles servent à charpenter, à structurer les groupes humains, à garantir leur pérennité, à leur fixer des cadres donc des limites. Elles ont nécessairement une fonction de conservation, sinon à quoi bon ?

A l'inverse, ce à quoi on a assisté semble être davantage l'expression délirante d'un nihilisme absolu. Ce sont des « jeunes d'aujourd'hui » qui, après avoir semé la désolation, mettent en scène leur propre suicide en essayant désespérément de lui donner du panache (« on a un code de l'honneur »....). L'imam de Bordeaux, Tareq Oubrou, l'a dit « ils ne trouvent de sens à leur vie alors ils essaient d'en donner un à leur mort ». Je me demande si ce pauvre Mahomet, qui me semble avoir été bien moins morbide, bien plus jouisseur que cela (combien d'épouses déjà ?) a vraiment tant à voir avec tout cela.

Du coup, il y a, un peu lancinante, cette impression désagréable que la manifestation dite « d'union nationale » ne sera finalement qu'un défilé de la « France d'avant » célébrant ses vieux héros, morts bêtement pour avoir cru qu'être encore voltairien en 2014 avait toujours du sens. Mais après ? Quand on se sera tenu bien chaud sur la place de la République ? Quand on aura fini de se congratuler tout en s’émerveillant de la noblesse de notre cœur et de l'élévation de nos sentiments, on fera quoi ?

Je crois que je ne vais pas y arriver. Je ne vais pas arriver à aller battre le pavé aux côtés de ces gens, ces « responsables » qui continuent à croire dur comme fer qu'ils sont des chics types alors qu'ils ont fabriqué ce monde abominable. Je ne vais pas arriver à aller défiler derrière François Hollande, Angela Merkel et la cohorte de tous ceux qui leur ressemblent. I'm so sorry."

Voir aussi:

Charlie Hebdo: Nous avons tous tué Charlie! par Axel Belliard

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/01/charlie-hebdo-nous-avons-tous-tue-charlie-par-axel-belliard.html

Charlie Hebdo: à Perpignan, il y à un mois, les représentants du culte musulman déclaraient leur attachement à la république!

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/01/charlie-hebdo-a-perpignan-il-y-a-un-mois-les-representants-du-culte-musulman-declaraient-leur-attachement-a-la-republique.html

Charlie... C comme : con ? par Gérard Gourmel

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2015/01/charlie-c-comme-con-par-gerard-gourmel.html

Charlie Hebdo:" Je ne vais pas arriver à aller défiler derrière François Hollande, Angela Merkel et la cohorte de tous ceux qui leur ressemblent. I'm so sorry." par Coralie Delaume
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES je suis Charlie
commenter cet article
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 15:51
Charlie... C comme : con ? par Gérard Gourmel



Sur le mode Charlie Hebdo :


On chie sur les hommages et on pisse à la raie des minutes de silence.


Un étron sur les pleurnichards et un max de vomi sur le front républicain français de circonstance autour des président et ex Sarkollande - plus tous les magouilleurs des foies, oups, des croyants de quelque type que ce soit.

Sur le mode politique : pour manifester à côté des crevards du PS, de l'UMP, du FN, au nom de, on ne rit pas, "la liberté de la presse" (piétinée tous les jours par la plus grande part des journalistes eux-mêmes - formatés, décérébrés, incultes, ne respectant pas le B.A. BA du journalisme mais la morale subordonnée à la gamelle - et piétinée tous les jours par les connivences entre politicaillons, journaux subventionnés et journalistes à forts émoluments, y compris l'ex-tambouillard de Charlie Philippe Val),
il faut juste être encore plus crétin que la classe politique institutionnelle française qui tente de se refaire une virginité, une fois de plus, autour de ce coup-là.


Kif kif Toulouse où un max de candidats à la présidentielle - la campagne électorale avait été "suspendue" pour l'occasion, foutez-vous bien de nos gueules- étaient venus "spontanément" rendre un hommage, totalement désintéressé sous les caméras, à d'autres victimes de la "barbarie".

Je ne sais pas qui sont ces crevures à la AK du 11ème - j'aurais par contre quelque mal à croire que de petits branquignols de banlieue se la jouant puissent grouper des tirs d'armes automatiques avec une bécane aussi basique qu'un AK, moins encore, en courant, loger une bastos dans la tête d'un flic avec une telle arme. Des pros expérimentés et très aguerris, sans l'ombre d'un doute. Pas des "loups solidaires" formés 15 jours ou jouant au aisofft.

Par contre, les barbares, je peux en citer un certain nombre, qui aujourd'hui pavoisent sous le pavillon de complaisance "je suis Charlie".


Alpha = A
Bravo = B
Charlie = C
Delta= D
(code "alpha" international, alphabet phonétique de l'OTAN)


Charlie, C comme CONS ?




Charlie pas bravo, Franco Holl, criminel de guerre au Mali, à Gaza, en Syrie et ailleurs.
Charlie pas bravo, Nico Sarko, criminel de guerre en Libye, en Côte d'Ivoire, à Gaza et ailleurs.
Charlies vos marionnettes, et surtout vos marionnettistes - criminels de guerre, voire contre l'humanité, mais barbares dans tous les cas. Le costume de bon faiseur et les richelieu sont nickel? on comprend pourquoi à l'Elysée il faut employer des cireurs de chaussures - c'est pour nettoyer le sang.




Ce soir, les virtuoses de la Troika pleurnichent sur le sort de Charliie hebdo.


Pour ma part, ces virtuoses seraient des cibles plus légitimes que Charlie.


Après avoir saigné à blanc les économies européennes, fait reprendre les créances pourries des banques à la dérive par les états européens, en imposant que ces Etats empruntent aux banques privées (sauvées par les mêmes fonds publics...),
après avoir, ou tenté d'avoir, mis à genoux la Grèce, le Portugal, l'Espagne, l'Italie, l'Irlande, la Belgique... (en fat, la France, d'une certaine manière, à genoux, l'est déjà).


et pour un nombre commun d'acteurs, avoir tenté d'égorger le Cöne sud, les Amérique latine et centrale, l'Asie du Sud-Est - et l'Afrique en coupe réglée, à disputer entre USA, France et quelques autres, blood diamonds, blood coltan, blood oil, blood gold...- et au Moyen Orient un accès à un pétrole de qualité et en surface, des millions et des millions de morts, sous les pavillons de la "démocratie" , de la liberté etc.
Et orchestré combien de guerres ? Tué combien de civils "innocents"?


Depuis 1945, la France est en guerre, sans cesse. Engageant quelque trois conflits militaires chaque année. Non pour se libérer (quoique le Ministère se dénomme "de la Défense"), mais pour contrôler son ancien espace colonial, et accaparer (pardon : garantir) ses ressources énergétiques, "l'indépendance énergétique" qui justifie les commandos français sécurisant les sites d'uranium au Niger et au Mali, et, à l'occasion nettoyant les opposants. (la pollution issue des sites, elle, n'existe pas, comme les nuages de Tchernobyl stoppés par notre valeureuse frontière).


Au vrai, des barbares, des tueurs en masse, nous en avons une longue expérience, au pouvoir, hier et aujourd'hui encore, sous leurs pleurnicheries et leurs discours de petits chefs à 6 balles à la valise.


Je ne sais pas qui sont les tueurs chez Charlie - offensés, crétins, manipulés, embrouilles ?- par contre, pour ma part, je sais qui est mon ennemi premier, et ce n'est pas cette attaque qui peut occulter des fondamentaux.
Charlie comme con ?


Très peu pour moi.

Post-scriptum (le P.S. étant, lui, infréquentable depuis bien longtemps).
Texte écrit, et expédié avant que, à Perpignan, la sénatrice présidente du CG66 manifeste l'outrecuidance qui est sienne en appelant à un rassemblement (déjà des territoriaux 66, ses obligés) devant le CG66, pour accaparer la parole au nom de ses tireurs de ficelles - la liberté d'expression en péril, trop drôle.
Avant aussi que le crétin en exercice à l'Elysée (Trianon?) se drape dans la posture, que dis-je, s'efforce d'incarner un "Front national" contre la barbarie, et son premier client est l'autre nain de jardin "je serai président" Sarközy de Nagy-Bocsa. Puis Marine qui trépigne : "et pourquoi on n'est pas invités, nous".
Ce n'est pas pourtant pas très compliqué à comprendre, Marine, Louis, et les autres : si vous n'êtes pas invités, c'est tout simplement que PS et UMP tentent de manipuler la situation pour récupérer un paquet de vos électeurs, au nom de la lutte contre l'islamisme radical.
Un Philippe Val (lui aussi "je suis Charlie", en fait "j'étais Charlie" et surtout: "j'ai pourri et j'ai trahi Charlie", ne disait pas autre chose sur BFM TV, ce matin.
Je ne suis pas très convaincu que le prochain numéro de Charlie Hebdo, à 1 million d'exemplaires, le dira.


Alors sur le mode Charlie : PS, UMP, de l'oignon national, FN de l'affront, et journalistes existant ces deux derniers jours voire se prétendant menacés par les islamistes puisque, on ne rit pas, représentants de la "liberté d'expression", des étrons sur vous.
Et, spéciale dédicace à mes ex-non confrères journalistes : la minute de silence pour la liberté de la presse atteinte chez Charlie, vous devriez l'appliquer tous les jours, à chaque instant.
Comme le disait Wittgenstein, quand on n'a rien à dire, on ferme sa gueule.(traduction libre de : 7. Wovon man nicht sprechen kann, darüber muss man schweigen.

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article

Articles Récents