Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  •  L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 00:44

Un référendum a été organisé en Italie le 4 décembre 20163.

Les électeurs doivent répondre par oui ou par non à la question suivante : « Approuvez-vous le texte de la loi constitutionnelle relative aux dispositions pour la fin du bicaméralisme paritaire, la réduction du nombre des parlementaires, la maîtrise du coût de fonctionnement des institutions, la suppression du CNEL et la révision du titre V de la 2e partie de la constitution, comme approuvé par le Parlement et publié au Journal officiel no 88 du 15 avril 2016 ? ».

Les électeurs doivent approuver ou non la modification de la Constitution italienne votée par le Parlement italien en avril 2016, avec une majorité non qualifiée et dont l'objectif principal est de mettre fin au bicamérisme parfait en son sein et donc de transformer le Sénat de la République en un « Sénat des Régions », composé de 100 sénateurs, principalement élu parmi des conseillers régionaux et des maires

résultat:59% pour le "non". Renzi vient d'annoncer sa démission

Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article
4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 20:47

Demain des 10h du matin à 19h au centre d'art à cent mètre du centre du monde aura lieu le second salon "be ranci" du vin rancio sec pour le grand public et les professionnels. Le rancio sec , c'est le vin oxydatif de pure identité nord catalane. 

En sus, des producteurs qui seront présents pour faire déguster leur vin , on pourra acheter et se faire dédicacer le livre "Les rancios secs du Roussillon" par leurs multiples auteurs aux éditions du trabucaire 

"Depuis des siècles, les vins oxydatifs sont dans l’âme méditerranéenne. Sur les rives de la Méditerranée, on aime confier le vin au temps, tantôt exposé aux feux du soleil, tantôt lentement maturé dans le bois, au fond de caves sombres et silencieuses. De génération en génération, on se transmet les barriques, demi-muids ou foudres qui ont fini par s’accoutumer aux ténèbres et à accomplir leur long processus d’oxydation vertueuse. El vi ranci, le rancio sec en pays catalan, c’est la tradition de conserver un trésor, la bota del racó, d’où sera tiré un mystérieux nectar lors de grandes occasions familiales, naissances, baptêmes, fiançailles, mariages. Son caractère est d’autant plus exceptionnel qu’il n’a pas été ouillé, c’est-à-dire que l’évaporation que produit naturellement cette longue respiration  conduit à une perte de liquide que l’on ne compense pas. Cercle magique de qualité : plus il s’évapore, plus il s’oxyde, plus il s’oxyde, plus il se concentre, plus il se concentre, plus il gagne en puissance et en noblesse, en personnalité. La patience en fait un rituel, un vin de fête. Le rancio sec a été d’abord tradition, puis oubli, puis indignité, avant de  connaître une renaissance. Non seulement son réveil actuel s’apparente presque à une résurrection, mais encore est-il en passe de devenir un vin « tendance », dont la notoriété se jouera du temps et des frontières. On commence à croire au renouveau en 2011 avec l’obtention d’une Indication Géographique Protégée (IGP) avec mention rancio (IGP Côtes Catalanes avec mention rancio et IGP Côte Vermeille mention rancio) mais les défis sont nombreux pour le rancio sec du Roussillon dans les années à venir..."

http://www.trabucaire.com/catalogue/beaux-livres/les-rancios-secs-du-roussillon-vins-oxydatifs,-fleurons-de-la-viticulture-catalane-detail

La bande annonce par l'inénarrable Jean Lhéritier

 

Vin,Rancio sec:"Pourquoi ce pays a-t-il abandonné ce qu'il savait faire de mieux!" Interview d'Henri Lhéritier par Nicolas Caudeville

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/06/vin-rancio-sec-pourquoi-ce-pays-a-t-il-abandonne-ce-qu-il-savait-faire-de-mieux-interview-d-henri-lheritier-par-nicolas-caudeville.h

 

Vins Rancios secs: la vidéo interview du salon à Gérone; Josep Roca, Jean Lhéritier, Benoit Danjou-Banessy par Nicolas Caudeville et Marilyn Maman

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/article-vins-rancios-secs-la-video-interview-du-salon-a-gerone-josep-roca-jean-lheritier-benoit-danjou-b-121271111.html

Voir aussi le documentaire tourné à Gérone au Mas Marroch chez Can Roca par Nicolas Caudeville et Marilyn Maman

http://www.dailymotion.com/video/k4AhYJ8LUrqXP08wEM8

Published by L'archipel contre-attaque ! - dans Gastronomie INTERVIEWS VIDEOS JeanLhéritier
commenter cet article
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 22:53

Un ouf de soulagement. François Hollande annonce annonce aujourd'hui qu'il renonce à se représenter à l'élection présidentielle https://www.youtube.com/watch?v=KTGufiUyQPc.

Il lui en aura fallu pour qu'il jette l'éponge et renonce à la fréquentation des actrices. L'homme qui annonçait dans son discours du Bourget le 22 janvier 2012 "mon ennemi, c'est la finance!"https://www.youtube.com/watch?v=up62HaC6cFI a fini d'achever et de trahir la gauche (le poison libéral avait commencé d'agir sous Mitterrand des 1983 https://www.youtube.com/watch?v=i0d975vtTys à l'instigation de Jacques Delors et Jacques Attali qui au prétexte de l'Europe se sont alignés sur la politique de Reagan et Thatcher...) 

Il laisse le pays dans un état plus chaotique, que ce que la France avait déjà subi sous l'ère Sarkozy (dégagé par la primaire à droite), plus de chômage, des attentats, moins de cohésion sociétale et la continuation de la déconstruction de son modèle sociale. Un parti socialiste qui a perdu la majorité de ses militants parce qu'il avait déjà enterré ses idéaux de gauche contre une flexi-adaptabilité au tout marché et à la globalisation. 

Les dernières campagnes des socialistes n'étaient plus porteuses de projets peu importe les mandats des territoires convoités, mais une psalmodie qui pouvait se résumer à "nous ou le Front National". "peu importe les manquements à notre parole, les trahisons,notre décalage avec le réel et quotidien des gens, même si le parfum de notre rose sent de plus en plus le fumier: il faudra voter pour nous ou un front républicain...parce que nos places sont plus importantes que vos vies..."

Alors plutôt de reconnaître que vous aviez renier le peuple, et ses valeurs vous l'avait discriminé pour reconnaître "les minorités" "les communautés" déconsidérant au passage la notion de citoyen. C'est à dire la notion d'égalité entre tous , parce que altérité entre tous! 

Il y eu un moment d'interrogation quant aux juifs et dans un discours del' Assemblée nationale, lors d'une séance du mercredi 23 décembre 1789. le comte de Clermont-Tonerre. résuma tout et régla la question en une phrase 

"Il faut tout refuser aux Juifs comme nation et accorder tout aux Juifs comme individus ; il faut qu’ils ne fassent dans l’État ni un corps politique ni un ordre ; il faut qu’ils soient individuellement citoyens. Mais, me dira-t-on, ils ne veulent pas l’être. Eh bien ! S’ils veulent ne l’être pas, qu’ils le disent, et alors, qu’on les bannisse. Il répugne qu’il y ait dans l’État une société de non-citoyens et une nation dans la nation."

Citoyen ou rien...

Le fait d'être citoyen règle tous les problèmes pour peu que tous aient accès aux mêmes droits et aux mêmes devoirs en la nation France qui est une communauté d'idée et pas de sang, si ce n'est de sang versé!

Alors le président a appelé à un rassemblement à gauche...Monsieur Hollande, il faudra une volonté de surhomme pour recoudre ce qu'il a fallu plus de 30 ans à défiler .

 

 

 

 

Published by L'archipel contre-attaque ! - dans VIDEOS ARTICLES
commenter cet article
30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 14:23

La Caverne à bières de Julien Ménard s'invite dans le menu du restaurant de Véronique Souloy "les trois journées" place Baudoin de Bois-Mortier à Perpignan ce vendredi à 19H30.

Située dans le centre historique de Perpignan, La Caverne à Bières d'Orge et Houblon vous propose une sélection de bières locales, françaises, européennes et du monde. Une offre appelée à évoluer au fil des saisons et de la demande.

Particuliers ou professionnels, votre caviste de proximité est à même de vous proposer des solutions pour l'organisation d’événements via la location de tireuses à bières, la vente de fûts, la livraison de votre stock...

Pour goûter, découvrir, comparer, un espace dégustation dans une jolie cave voûtée est aménagé à cet effet : conseils en accords mets et bières, propositions d'assortiments, découverte de saveurs, rencontres avec des brasseurs seront les objectifs de votre caviste.

caverneabieres@gmail.com

0973253815 Horaires Du mardi au samedi – de 11h00 à 19h00 non-stop

Adresse 9, Rue des Trois Journées 66000 Perpignan

Interview du taulier Julien Ménard 

Perpignan/Centre ville: la caverne à bière propose les bières de 9 brasseries nord-catalanes et s'invite au menu des 3 journées! interview Julien Ménard par Nicolas Caudeville
Perpignan/Centre ville: la caverne à bière propose les bières de 9 brasseries nord-catalanes et s'invite au menu des 3 journées! interview Julien Ménard par Nicolas Caudeville
Perpignan/Centre ville: la caverne à bière propose les bières de 9 brasseries nord-catalanes et s'invite au menu des 3 journées! interview Julien Ménard par Nicolas Caudeville
Perpignan/Centre ville: la caverne à bière propose les bières de 9 brasseries nord-catalanes et s'invite au menu des 3 journées! interview Julien Ménard par Nicolas Caudeville
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans INTERVIEWS VIDEOS catalans Gastronomie
commenter cet article
30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 12:36

Le centre ville est encore un lieu accueillant. Des commerçant se battent pour vous donner une plus value humaine qui donne envie de la rencontre et de l'échange. Le dimanche à Perpignan que faire? Le marché,à la place Cassanyes et la  place de la république . Mais vous pouvez aussi prendre un brunch entre amis au Lauren's O à midi . Le reste de la semaine et le soir, c'est un restaurant méditerranéen aux confluences de la cuisine française et italienne.

La taulière Nathalie Cornet nous fait la bande annonce 

Perpignan/centre ville: Bruncher le dimanche matin au Lauren's O place des poilus! interview Nathalie Cornet par Nicolas Caudeville
Perpignan/centre ville: Bruncher le dimanche matin au Lauren's O place des poilus! interview Nathalie Cornet par Nicolas Caudeville
Perpignan/centre ville: Bruncher le dimanche matin au Lauren's O place des poilus! interview Nathalie Cornet par Nicolas Caudeville
Perpignan/centre ville: Bruncher le dimanche matin au Lauren's O place des poilus! interview Nathalie Cornet par Nicolas Caudeville
Perpignan/centre ville: Bruncher le dimanche matin au Lauren's O place des poilus! interview Nathalie Cornet par Nicolas Caudeville
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans Gastronomie INTERVIEWS VIDEOS
commenter cet article
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 21:30

Le journal satirique Le canard enchaîné n’a pas manqué dans ses éditions récentes de rappeler le nombre de fois où le journal régional La Dépêche du Midi citait le sémillant Jean-Michel Baylet alias « le veau sous la mère » en tant que ministre de l’Aménagement du Territoire et patron de l’importantissime Parti radical de gauche. Simple hasard, Baylet Jean-Michel était jusqu’à sa nomination ministérielle, le PDG dudit journal « de la démocratie » (et du pluralisme?). Par son immense mérite, son fiston est devenu l’actuel directeur de publication du journal.

Niveau indépendance, les journaleux de La dépêche persistent et signent avec la non moins sémillante Présidente de région, la PS Carole Delga, grande copine de Baylet. Ainsi dans son édition (Toulouse) du vendredi 25 novembre 2016, La Dépêche consacre pas moins de quatre photos d’icelle dans quatre articles différents !

- Page 8 : belle prouesse : on retrouve deux photos de Delga dans deux articles différents sur une même page : lors d’un vol inaugural d’un avion d’Airbus et durant la réception par la Présidente de région du directeur de la caisse des dépôts et consignation.

- Page 9, même sourire enjôleur de l’ancienne secrétaire d’État pour la célébration d’un livre sur l’Occitanie.

- Page 23 : Carole Delga inaugure enfin la fac toulousaine du Mirail tout sourire dans une demie page en premier plan.

Bizarrement, Carole Delga ne figurait même pas dans la page sport en tant que joueuse du Toulouse Football Club ni même dans le duel de la primaire à droite. Mais on attend bientôt dans les prochaines éditions du groupe La dépêche (qui détient un quasi monopole dans la presse quotidienne du Sud Ouest) « Carole Delga aux sports d’hiver » et « Carole Delga rejoint Thomas Pesquet dans l’espace ».

JEFF CALMETTE

Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 16:15

En 2015, un cycle de manifestations a été organisé en Catalogne, en particulier à Barcelone, afin de commémorer les 600 ans de l’arrivée du peuple gitan en Europe. La date du 26 novembre y tenait une place particulière car elle fait référence à un document daté du 26 novembre 1415, signé à Perpignan (appartenant alors à la couronne d’Aragon) par le roi Alphonse V, autorisant un certain « Tomàs, fill del duc Bartomeu de Sabba, de l’Índia Major d’Etiòpia » à voyager et visiter la tombe de l’apôtre Saint Jacques à Compostelle.

Si les historiens remettent en question la réalité des origines gitanes (d’Inde) de ce Tomàs de Sabba, il n’en demeure pas moins que le peuple gitan lui-même célèbre cette date comme l’un des jalons marquants de son histoire.

C’est donc dans le prolongement de ces commémorations initiées l’an passé que veut se placer cette journée de rencontre sur la diaspora, la langue et la musique gitanes, qui trouve en outre, à Perpignan, une résonnance toute particulière.

En effet, un travail remarquable de préservation et de valorisation est accompli depuis plusieurs années à Perpignan par la Casa Musicale en faveur de la Rumba Catalane, cette musique vivante, dynamique, aux racines populaires et urbaines qui a émergé en Catalogne au milieu du XXè siècle, mais est le résultat d’un processus continu de croisement et d’appropriation de diverses traditions musicales par les gitans qui la jouent.

L’enjeu est de faire inscrire la Rumba catalane sur la liste du Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, et par là-même de contribuer à modifier les représentations négatives et folklorisantes dont peuvent souffrir cette musique et par extension la culture gitane.

Dans le cadre de ce projet, un cycle de conférences a été initié, de part et d’autre des Pyrénées, au début de l’année 2016.

Ce « grand rendez-vous de la médiathèque » en présence de Bernard Leblon, Eugeni Casanova et Jean-Paul Escudero s’inscrit dans ce cycle de conférences et sera filmée afin de venir étayer la constitution du dossier de candidature pour l’UNESCO.

 

Des gitans à Perpignan en 1415 ? - Bernard Leblon 

En guise d’introduction à cette journée, Bernard Leblon, professeur émérite de l'Université de Perpignan, historien, musicologue, linguiste et auteur d'ouvrages de référence sur l'histoire et la musique des Gitans d'Espagne, propose de se pencher sur le sauf-conduit d’Alphonse d’Aragon et d’en actualiser l’analyse en livrant les arguments qui l’inclinent à penser que le pèlerin concerné n’était pas gitan…

 

La découverte d’une population « perpignanaise » ignorée : les gitans catalans de France - Eugeni Casanova

Il existe en France une communauté composée de dizaines de milliers de personnes qui parlent catalan et se définissent elles-mêmes comme « gitans catalans », communauté qui est restée ignorée pendant des siècles.

A l’origine cette communauté était installée en Catalogne sud, et notamment en Empordà. Les gitans commencent à s’établir en Roussillon au XVIIIè siècle grâce à une loi du roi d’Espagne Charles II les autorisant à voyager, après des siècles d’interdiction. Ils vont suivre deux grands axes migratoires, le long de la côte méditerranéenne et le long de la Garonne.

Leurs descendants continuent de considérer Perpignan comme une ville de référence.

Aujourd’hui, une douzaine de noms de famille tels que Baptiste, Patrac, Ferrer, Pubill, Cargol ou Maille se retrouvent de Bordeaux à Nice et de Saint-Gaudens à Douai au sein de communautés – Eugeni Casanova en a référencé 160 – qui ont majoritairement conservé la langue et les coutumes des gitans de Perpignan.

Eugeni Casanova, diplômé en Sciences de l’Information et en Philosophie, docteur en Langue et Littérature Catalanes, est professeur de Communication à l’Université de Lleida. Il a publié une vingtaine de livres de recherche journalistique, ethnographique, linguistique, nature et voyage. Sa thèse, « Identificació i localització de les poblacions de gitanos catalans a França, llengua, cultura i itineraris migratoris » est accessible dans son intégralité en ligne :http://www.tdx.cat/handle/10803/285611

 

Regard sur la musique et la langue des Gitans: à la recherche de l'essentiel dans l'éphémère - Jean-Paul Escudero

D'un pays à l'autre, d'une histoire à l'autre, d'une langue à l'autre, à travers la misère et le racisme quotidien, l'extraordinaire capacité d'adaptation des hommes voyageurs et de leurs descendants, souvent devenus sédentaires, semble défier le temps. Au-delà de toutes les divisions géographiques communément admises chez les Tsiganes, nous retrouvons une même dynamique d'imprégnation, adaptation-transformation de musiques nées à l'extérieur de la communauté, quelle que soit leur origine. De par sa condition de minorité culturelle, le peuple gitan a développé ce savoir-faire très particulier - que l'on retrouve également dans les différentes langues parlées - dont on peut dire qu'il fait partie intégrante de son identité.

Jean Paul Escudero est linguiste et musicien. Il a enseigné à l’Université Via Domitia de Perpignan où il a soutenu sa thèse de doctorat en Lettres, « Contribution à l'étude de la langue des gitans de Perpignan ». En 2004, il a publié « Les gitans catalans et leur langue : une étude réalisée à Perpignan », aux éditions de la Tour Gile.

 

Conclusion en rumba avec Antoine Tato Garcia

Guitariste, chanteur, auteur, compositeur, interprète, Antoine « Tato » Garcia apprend la guitare dès l’âge de 7 ans au côté de son frère José et des grands musiciens gitans de Perpignan. La musique est omniprésente dans la communauté gitane et intimement liée aux évènements traditionnels de la vie : fiançailles, mariage, baptême...

Il devient dès lors un fervent ambassadeur de la rumba catalane, musique née dans les années 60 dans les quartiers gitans de Barcelone, où le flamenco s’est nourrit d’échanges avec le son cubain.
La notoriété d’Antoine « Tato » Garcia dépasse très vite les frontières de la Catalogne. 
Il travaillera sur de nombreux projets et sillonnera le monde avec la Familia Valera Miranda, Kaloomé, Agnès Jaoui, les Rumberos Catalans, Tékaméli ou encore la fanfare Ciocarlia. 
Il décide de transmettre sa passion en enregistrant en DVD la première méthode pédagogique d’apprentissage de la guitare rumba catalane intitulée « El ventilador ».

Hervé Parent un des fondateurs du projet nous fait la bande annonce

 

Perpignan:Demain, 26 novembre à partir de 14h. Introduction par Bernard Leblon, conférences d'Ugeni Casanova et Jean-Paul Escudero animées par Gérard Jacquet. Présentation du livre de photographies de Pierre Parcé et Claude Bellim sur la rumba catalane. Conclusion "en rumba" avec Antoine Tato Garcia. interview Hervé Parent par Nicolas Caudeville
Perpignan:Demain, 26 novembre à partir de 14h. Introduction par Bernard Leblon, conférences d'Ugeni Casanova et Jean-Paul Escudero animées par Gérard Jacquet. Présentation du livre de photographies de Pierre Parcé et Claude Bellim sur la rumba catalane. Conclusion "en rumba" avec Antoine Tato Garcia. interview Hervé Parent par Nicolas Caudeville
Perpignan:Demain, 26 novembre à partir de 14h. Introduction par Bernard Leblon, conférences d'Ugeni Casanova et Jean-Paul Escudero animées par Gérard Jacquet. Présentation du livre de photographies de Pierre Parcé et Claude Bellim sur la rumba catalane. Conclusion "en rumba" avec Antoine Tato Garcia. interview Hervé Parent par Nicolas Caudeville
Perpignan:Demain, 26 novembre à partir de 14h. Introduction par Bernard Leblon, conférences d'Ugeni Casanova et Jean-Paul Escudero animées par Gérard Jacquet. Présentation du livre de photographies de Pierre Parcé et Claude Bellim sur la rumba catalane. Conclusion "en rumba" avec Antoine Tato Garcia. interview Hervé Parent par Nicolas Caudeville
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans catalans VIDEOS INTERVIEWS
commenter cet article
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 15:14

 

« ​J'appliquerai le principe du plan d'une main de fer. Quelques-uns savent très bien que j'ai la main lourde et qu'elle peut frapper fort. Je ne permettrai pas que le travail soit fait comme il l'a été jusqu'à​ ​présent,​ ​c'est-à-dire​ ​dans​ ​l'anarchie​.​ ​»​ ​(ça,​ ​c’est​ ​de​ ​moi,​ ​pas​ ​mal​ ​non ?)
La main lourde, drôle, non ? Vu tout ce qui m’est reproché aujourd’hui mais n’empêche, j’ai mené ma mission de main de maître, j’ai mis le pays des Soviets sur les rails de l’histoire, moi ! Et je vais te dire, même si le Russien se laisse envahir par le quinoa, le thé blanc et la postmodernité, ben y a encore des petits gars de ma trempe, ma descendance. Pour preuve, quand chez le Russien tu as une prise d’otages, eh bien, le Russien se débarrasse de tout le monde, des otages et des preneurs d’otages. Au final, il considère qu’il a éliminé un dangereux criminel après s’il y a des victimes collatérales, bah, ce sont les copeaux de l’histoire. Tu te souviens du Koursk, du théâtre de la Doubrovka, de Beslan… Chez le Russien, il y a toujours le primat du collectif qui l’emporte sur la petite individualité. Vois ce qui se passe à Alep…, le Russien ne comprend rien à votre indignation, c’est​ ​un​ ​problème​ ​de​ ​logiciel.
Bon, je me refuse à aborder tes ratés, petit Frantsouz, en ce qui concerne les relations entre nos deux pays et entre ton pays et ces braves Polonais, qui ne t’ont même pas acheté tes hélicoptères…
J’en ris, les mecs sont européens comme toi et ils vont voir oncle Sam… Drôle d’époque. Chez le Russien, en ce moment, bel épisode de propagande contre oncle Sam, sur la première chaîne, Piervy Kanal. Il y a des messages invitant le populo à faire des provisions et à aménager sa cave en cas de bombardement. Rrah, ça me rappelle l’époque de la guerre froide, quel ambianceur que ce Blondin et dire que ton Hollande a hésité à le recevoir, « ptêt ben qu’oui, ptêt ben qu’non… ». De l’art de prendre une décision… Alors c’est Blondin qui décide et qui dit, je viendrai quand tu seras prêt… Rrrrroh, mais tout ça est plein de sous-entendus, c’est je t’aime, moi non plus, d’ici que ça finisse avec des anamours transitoires… ​https://www.youtube.com/watch?v=yi-FZ37CLj0 ​Drôle,
c’est​ ​un​ ​Russien​ ​qui​ ​chante​ ​cette​ ​délicate​ ​chanson,​ ​si​ ​bien​ ​troussée​ ​comme​ ​une​ ​gueuse…
Je te propose de cesser de parler de ce qui fâche et divise, parlons culture, d’égal à égal car petit Frantsouz, qui dit France, dit forcément culture. Dernièrement, je suis allé au Garage, un lieu d’exposition d’art contemporain. Il appartient à la poulette de Roman Abramovitch, l’oligarque qui possède le club de foot de Chelsea, quelques biens immobiliers à Londres, Moscou ou Gordes. Il a dû faire un gros chèque à la ville de Moscou, car il a installé le Garage de sa poulette dans le parc Gorky, qu’il a forcément contribué à moderniser et rénover. Désormais, tu as le wifi partout, des guinguettes branchouillettes, des poufs sur les pelouses, un skate parc, bref, tout pour plaire à Festivus, car, tu as un Festivus russe, qui te ressemble. Mais revenons à l’expo. C’était une expo consacrée à Goya (les caprices, la série tauromachie, les désastres de la guerre), Eisenstein (Ivan le terrible, Alexandre Nevski, Octobre, la grève, le cuirassé Potemkine…) et un artiste contemporain – cherchez l’intrus – Robert Longo. Le point commun de ces artiste est de présenter une vision désenchantée d’un monde nouveau, surtout Goya et Longo, Eisenstein se contentant de présenter
le monde nouveau que le Chauve, le Moustachu et moi accouchions, et crois-moi, à l’époque, il n’aurait pas eu intérêt à dire que c’était désenchanté. D’ailleurs, moi-même, le père des tchékistes, j’étais​ ​un​ ​enchanteur​ ​modèle,​ ​si,​ ​si​ ​et​ ​surtout​ ​un​ ​accoucheur,​ ​notamment​ ​de​ ​vérités…
Moscou fourmille en ce moment de belles expos. Tu peux aller admirer des Raphaël tout droit
arrivés des Offices de Florence au musée Pouchkine ou le peintre russe de marines,Ayvazovski à la nouvelle Tretyakov. Il a aussi peint des vues, des sortes de vedute, de villes comme Istanbul ou Venise. A venir, une expo sur Iakov Khalip, un photograhe des années 30 et 40, élève de Rodtchenko et enfin une expo sur Rodtchenko lui-même à la maison de la photographie. Cela n’arrête pas, il y a une véritable énergie qui circule dans les rues de Moscou, tu te sens aspiré par un​ ​tourbillon.
 
Les autres chroniques moscovites ici:
 
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans chroniques Chroniques Moscovites ARTICLES
commenter cet article
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 00:48

Trouver sa place dans la société , c'est compliqué lorsqu'on est jeune. Et puis, quoi faire? Pourquoi est-on fait? Et de quoi sommes nous fait? La Mission locale d'insertion propose de se tester au travers de stages dans le monde du travail. Ainsi, Marine s'est retrouvée chez David Tranchecoste au restaurant "Les épicuriens" place Hyacinthe Rigaud à Perpignan. Interview.

Published by L'archipel contre-attaque ! - dans INTERVIEWS VIDEOS
commenter cet article
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 23:57

On s'est toujours demandé comment commencent les guerres. Parfois, sur une bousculade, qui devient algarade ou l'assassinat d'un archiduc austro-hongrois par un étudiant serbe...

Perpignan, au centre ville, à la rue Lazare Escarguel, la gérante d'une nouvelle franchise arrivée en ville, avec un élu de la mairie de Perpignan, viens reprocher à la boutique de souvenir d'identité catalane que l'âne qui tient lieu d'enseigne épate par trop la galerie et masque sa vitrine qui obéit à un "dress code" très strict et normé dans le monde entier par la marque. Discussion sur l'antériorité de l'âne, du besoin de communiquer pour les petits commerçants indépendants de la rue sur les grands axes pour avoir des débouchés sur le flux des chalands . Mais rien ni fait, la nouvelle commerçante est sur sa terre promise et ne compte rien lâcher face aux "indigènes". Elle finit par dire pour tout argument: " On est en France ici!" 

Là, on est aux bords de la crise de nerfs, comme la crise des missiles de Cuba en 1962. D'autant que l'esclandre se répand comme une traînée de poudre dans les réseaux sociaux. 

Les chars russes vont-ils défiler dans la rue (à moins que ce soit le condottiere) ou bien des GI's vont-ils débarquer dans cette autre baie des cochons?

Heureusement, une deuxième vague d'élus municipaux plus gradés, sont venus rassurer les commerçantes de la boutique "Visca" : la guerre de la rue Lazare Escarguel n'aura pas lieu!

Interview de Muriel Taurinyà et Nathalie Cursan

Published by L'archipel contre-attaque ! - dans INTERVIEWS VIDEOS catalans
commenter cet article

Articles Récents