Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  •  L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 19:50
En marge de la rencontre : une déclaration d’amour et un héritier…

Le président Frêche est connu pour son franc parler, ses dérapages et ses envolées lyriques, qui font de lui un personnage truculent. Aussi à chaque conférence dans laquelle il fait un discours, les journalistes attendent toujours le moment s’écartant du sujet, où il fera des digressions en forme de morceaux de bravoures.
Cette fois-ci, on a eu droit à une déclaration d’amour envers les catalans et la promesse de transmission de l’héritage de la présidence de la région à Christian Bourquin. Mais voyez plutôt !
George Frêche :« Les catalans sont durs en affaires, mais ils sont furieusement sympathiques. On ne peut pas ne pas aimer les catalans. ».
Christian Bourquin : « De quels catalans parles tu ? »
George Frêche : « Je parle de tous les catalans ! De Perpignan, de Barcelone. Ce sont des gens durs en affaires, mais loyaux et sympathiques. Ce que j’ai noté avec eux, c’est que la négociation est toujours dure avant, mais lorsqu’elle est faite, on peut compter sur eux à 100%. En plus se sont des sentimentaux qui ont besoins qu’on les aime. Moi les catalans, ça fait quarante ans que je les aime ! Christian Bourquin est à la fois président du conseil général des PO et premier vice-président de la région. Et comme le dit l’archevêque : si dieu veut, il y a des droits de succession
».
Christian Bourquin : « Tu m’a mis aujourd’hui dans la catégorie des catalans du sud ? »
Frêche : « Je t’ai mis dans la catégorie des bon catalans, l’accent catalan de la république française ! »


Christian....Je suis ton pére !
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 19:45
Signature à Collioure d’accords entre la région Languedoc-Roussillon et la Généralitat de Catalogne .

Le Languedoc-Roussillon et la Catalogne représentent plus de 9.5 millions d’habitants, près de 60 000 km2 et un PIB de près de 225 milliards d’euros.
Carrefour géostratégique au cœur de l’arc méditerranéen, le Languedoc-Roussillon et la catalogne connaissent une économie en fort développement ( Pyrénées Orientales mis à part).
La Catalogne contribue pour plus de 18% du PIB de l’Espagne et le Languedoc-Roussillon et la première région française pour la création d’emplois. Encore que la crise immobilière et de construction automobile ait beaucoup impacté sur l’économie de la première, augmentant de facto le chômage.
Les deux régions ont eu depuis des années des contacts dans le cadre de la CTP (Comité de travail des Pyrénées) l’Euro-Région, etc, dans l’objectif notamment de bâtir des infrastructures d’échanges majeures (ligne à grande vitesse, ports, aéroports) pour l’ Europe du Sud.

Le mercredi 19 novembre, au sein du château royal de Collioure, se sont rencontrés en vue de la signature d’accords de coopération pour le développement mutuel, le président de la région Languedoc-Roussillon Georges Frêche et le président de la Généralitat de Catalogne, José Montilla.
L’événement était d’importance, compte tenu que d’une part les deux territoires sont deux maillages essentiels de l’Europe du sud, et d’autre part parce que la période voit une économie générale en pleine récession, et qu’il est moins aléatoire et plus précis de faire des politiques de relance à l’échelon local ou régional que du point de vue d’une capitale, plus préoccupée par des enjeux médiatiques et de pouvoir.
Prospective a été faite des potentiels des deux territoires et de l’intérêt d’avoir une synergie pour leur développement conjoint, en optimisant les possibilités de financements du FEDER (fond européen de développement des régions) pour la période 2007/2013 .
Les grands dossiers sont la réalisation de la ligne de train à grande vitesse (Montpellier - Narbonne - Perp
ignan - Barcelone), l’allongement d’un canal partant du Rhône et arrivant jusqu’à la frontière espagnole, une meilleure synergie entre les ports de la zone ( notamment l’extension du port de Barcelone en port sec), un projet de campus européen des métiers, le tout chapoté par un comité de suivi annuel.
Avant que l’accord soit signé par les deux parties, chaque président à fait le résumé de son contenu, chacun dans sa langue. Le président de la Généralitat, à l’occasion de la signature constatait : « C’est la première fois que la Généralitat de catalogne et la région Languedoc-Roussillon participe à une réunion bilatérale. Ce sont deux grands territoires de dialogue et de population. Nous travaillons et faisons des projets « d’intérêt général », la culture, la mobilité des personnes, l’eau, l’information. Un symbole fort, c’est la l’anniversaire de Jaume 1er, roi de Majorque , né à Montpellier, comte de Barcelone et mort à Valencia ! ».

Pour la ligne TGV :
Pour pallier au retard du tronçon de la ligne TGV entre Perpignan et Montpellier, dans l’axe général Séville/Madrid/Saragosse/B
arcelone/Perpignan, permettant ainsi de relier par réseau ferré à grande vitesse, la péninsule ibérique pour le transport voyageurs et le frêt ferroviaire à l’Europe du nord, la région Languedoc-Roussillon, après 20 ans d’attente, investit à hauteur de 300 millions d’euros. Elle espère ainsi créer avec ses grands travaux près de 20 000 emplois.

Le transport de l’eau :
La continuation d’un tuyau qui, depuis le Rhône, viendra irriguer les terres du Roussillon (la question que l’on doit se poser, vue l’état de pollution du fleuve, notamment au pyralène, c’est si cette pollution ne va pas se transmettre à nos cultures ?).
George Frêche : « Dans la mesure où les catalans ont investi dans des usines de dessalinisation de l’eau de mer pour pallier à leur déficit hydrique, l’idée d’amener de l’eau jusqu’à Barcelone au moyen d’un canal est définitivement abandonnée pour au moins 20 ans. Par contre, nous allons lancer un canal du Rhône jusqu’à la frontière. Puisque mon ami Christian Bourquin du conseil général des Pyrénées-Orientales m’a demandé qu’on emmène l’eau pour contrer les changements climatiques et la sécheresse. Et j’ai demandé au président Montilla, que fait-on quant à la suite du tuyau, qui restera inutile pendant 20 ans, sa réponse ne nuisant en rien aux bonnes relations qu’il y a entre nos deux territoires. Rien n’empêchera qu’après ses 20 ans que leur situation évolue et que la décision ne change. On résoudra le problème de la ligne d’eau Montpellier-Frontière espagnole d’ici la Noël. »

La formation professionnelle :
Les deux institutions ont adopté un accord cadre sur la formation afin de développer des vocations transfrontalières en synergie afin de disposer de débouchés dans les deux régions. Promouvoir en général la circulation des étudiants, des personnes en apprentissage et des formateurs.

Des accords culturels :
George Frêche : « Accord entre le musée Dali de Cadaquès et le musée de Céret, et plus tard on va faire un musée ici à Collioure dans ce château. Nous aimerons avoir un billet commun entre Cadaqués et Céret, ce qui permettrait aux touristes d’aller de part et d’autre des Pyrénées »

Un comité conjoint de suivi annuel :
Auparavant, les réunions des deux institutions se produisaient pour régler des problèmes au cas par cas sur des dossiers précis. Un accord de collaboration a été établi qui crée un comité de suivi qui se réunira une fois par an, composé de membres désignés par chacune d’elles et à part égale pour traiter des différents dossiers.
C’est l’illustration d’une volonté politique commune.


Le président de la région Languedoc-Roussillon George Frêche et le président de la généralitat de Catalogne José Montilla.

Idem seul
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 19:44
Après l’invalidation, le 7 octobre dernier, de l’élection municipale de Perpignan par le tribunal administratif de Montpellier et en attendant le résultat de l’appel, formulé par l’actuel maire de Perpignan Jean Paul Alduy devant le conseil d’état.
Il semblerait que tous s’organisent en vue d’une réélection. Dans l’opposition, ce qui a été « l’union » entre la socialiste Jacqueline Amiel-Donat, l’ex socialiste Jean Codognés et la Modem Clotilde Ripoull n’a duré que le temps des amours des libellules. Ensuite, ceux-la sont retournés à leur activité favorite : « la guerre du tous contre tous ».
Dès le jour de l’annonce de l’annulation, on a vu Jacqueline Amiel Donat seule au tribunal à Montpellier et Jean Codognés et Clotilde Ripoull à Perpignan. Puis, ce fut la cacophonie des conférences de presse. A une demi heure prés en un même lieu, le café de la poste, et à deux opposés de la pièce.
Outre le fait que l’on se satisfaisait de la décision de justice du jour, on parlait encore d’union. Mais lorsque l’on demandait aux uns : Jean Codognès, Clotilde Ripoull, Katia Mingo, Jordi Vera, pourquoi, ils ne parlaient pas d’une même voix avec la tête de liste PS, la réponse était : « Vous n’avez qu’à le lui demander ! ». De son coté Jacqueline Amiel-Donat apparaissait avec le président départemental du parti socialiste Jacques Cresta, les communistes, ceux de la liste Nicole Gaspon et sa sœur, secrétaire général du parti et maire d’Elne Nicolas Garcia, l’avocat du procès Jean-Pierre Amadéi, dont les frais on nous l’affirmait, n’auraient été payé que par cette partie de l’union.

A partir de là, chacun commence à tracter de son coté. Les militants innervent les quartiers au nom « de la justice du retour aux urnes et de l’illégitimité du maire actuel ». Celui qu’ils nomment « le maire temporaire », quant à lui, continue ses grands projets à marche forcée, le théâtre de l’archipel, le quatrième pont.
Sachant bien qu’une fois les décisions votées et les travaux lancés, ils sera quasi impossible pour l’opposition d’en changer le cours, quand bien même ils gagneraient ensemble ou en morceaux les élections. En attendant, le bon peuple déjà effaré par la tournure qu’avait pris le deuxième tour, voyant Perpignan revenir de nouveau à la notoriété nationale, et de plus, par le truchement du scandale, se demandent s’ils ne sont pas coincés dans un mauvais film avec des comédiens sur jouant tous « sur l’air de la calomnie ».
Car il semblerait qu’il n’y ait bien que les perpignanais qui prennent encore au sérieux la politique. Quand les politiques se prennent, eux, au sérieux, Chacun d’eux pensent à l’instar du titre de l’émission de Frédéric Tadéï sur France 3, « Ce soir ou jamais ». Et un en particulier, JPA, « Ce soir ou plus jamais ». Et ce, pas plus demain qu’en 2020 !
Dans les cafés, on cause, et pas que dans celui du « commerce ». On entend : « Qu’est ce qu’a fait cette ville pour être atteinte par pareille malédiction, comme dans le film « Shining » ? On l’aura construite sur un ancien cimetière indien ? ». « L’opposition, par la mise en scène de sa division, n’est pas une alternative plus crédible que le maire actuel. » Ou encore « Quand ils oublieront leurs égos, ils penseront enfin à nous ».
Bref, à l’affliction de l’environnement national et international, on rajoute le grotesque du local. Dans 9 mois, peut-être irons-nous de nouveau voter. En espérant que d’ici là la raison reviendra aux politiciens locaux, comme l’esprit saint qui est tombé sur les apôtres à la pentecôte !

l'union avec la gauche : il y a longtemps dans une lointaine galaxie, trés lointaine...
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 19:40

A bientôt 37 ans, elle en a fait du chemin.
Il y a un an, personne ne connaissait cette professeur de management, agrégée d’économie, mère de trois enfants.
Puis le Modem lui donna sa confiance pour les élections municipales.
Après une campagne tonique, elle survit au premier tour avec un honorable 8.53%.
A l’entre deux tours, elle est l’artisan de l’union entre les deux frères ennemis du parti socialiste, Jean Codognés et Jacqueline Amiel-Donat.
Après un deuxième tour tourmenté par les odeurs de « chaussettes », elle devient la plus offensive des élus de l’opposition, n’hésitant pas à filmer les séances du conseil municipal, interpelant le maire sur la fermeture du master tourisme de l’université de Perpignan, le théâtre de l’archipel ou le quatrième pont.
Elle mène la vie dure au quatrième mandat de Jean-Paul Alduy.
Avec l’élection de sa rivale Chantal Gombert au poste de présidente départementale du Modem, des gens « bien intentionnés » tant à droite comme à gauche, la disaient « finie » !
Après la visite d’Eric Azière, le représentant du leader Modem François Bayrou, elle est confirmée comme « candidate naturelle » du parti en cas de retour aux urnes, dans le cas où le conseil d’état confirmerait l’invalidation prononcée par le tribunal administratif.
Rencontre et précisions à un moment charnière de la politique locale.

NC : Où en êtes-vous avec le Modem ?

CR : Nous avons participé à la première conférence nationale du Modem le week-end dernier à Paris. Le Modem s’est structuré ici, en section départementale, où je participe à la présidence collégiale dont Chantal Gombert est la présidente.

NC : En Cas d’invalidation de l’élection municipale qui désignerait le Modem ?

CR : Nous avons eu récemment la visite d’Eric Azière, qui est le responsable des Fédérations, venant pour l’installation des structures départementales.
A l’issu de cette rencontre, Chantal Gombert à envoyé un communiqué de presse très précis, à savoir que je suis « la candidate naturelle » du Modem sur Perpignan.
Il y a deux choses dans la vie d’un parti, ses structures et ses instances départementales et nationales qui le font fonctionner et puis après, il y a les élections.
Au niveau de Perpignan, les investitures sur une ville de plus de 100 000 habitants sont issus de la décision du siège national à Paris.
Le fait que je sois la candidate
du Modem pour Perpignan  n’est absolument pas remis en cause par les élections internes du Modem.

NC : L’affaire dite « des chaussettes » poursuit son cours tant au niveau du conseil d’état qu’à celui du pénal, qu’elle est votre point de vue ?

CR : Ce qui est notable dans cette affaire, c’est que d’une part il y a une affaire électorale et d’autre part une affaire au pénal. Alors l’affaire électorale, le tribunal administratif a rendu son jugement d’invalidation.
Maintenant, nous attendons que Jean-Paul Alduy, comme il l’a annoncé fasse appel, ce qui devrait être fait avant le 7 novembre.
L’affaire au pénal quant à elle, a conduit certaines personnes dans le bureau 4 dont la deuxième adjointe de Jean-Paul Alduy, Marie Tjoyas, à être mises en examen et qui a depuis démissionné.
Ce que l’on peut faire comme commentaire, c’est que les commentaires qui consistaient à dire que le bureau 4, ça n’était qu’une personne qui aurait été effrayée par un problème de décompte des voix et qui aurait remis des bulletins dans ses chaussettes ne tient plus.
D’autres personnes ont été mises en cause, un deuxième juge a été désigné, et d’autres bureaux vont être inspectés.
Je pense qu’il est important de laisser la justice faire son travail tranquillement. Ceci dit, je suis contente de constater qu’elle compte se donner tous les moyens pour mener les investigations nécessaires.

NC : En attendant un éventuel retour aux urnes, vous êtes élue de l’opposition. quelle est votre action ?

CR : Ce qui est important de constater c’est que bien qu’ ayant été élu dans des conditions troubles, Jean-Paul Alduy n’a pas tenu compte de cet avertissement des urnes en activant un certain nombre de dossiers. Il s’est entêté à un moment qui ne s’y prêtait pas pour différentes raisons.
Déjà pour des raisons électorales, on ne peut pas dire qu’il ai eu une adhésion franche des électeurs, dans un contexte économique qui était et est encore tendu. Donc, on voyait déjà se profiler une fin d’année 2008 et une année 2009 difficile. La crise des « subprimes » elle date de l’été 2007.
Compte tenu de ces contextes mondial et local, il aurait été judicieux de suspendre un certains nombres de projets comme le projet du quatrième pont et le projet du théâtre de l’archipel, afin d’être certains de les mener dans de bonnes conditions.
Sur d’autres dossiers comme le dossier de l’université, il aurait été nécessaire de la soutenir de manière massive, car elle est un investissement d’avenir pour permettre à la jeunesse de se former au mieux,et pour un meilleur développement général du département. De même que, il est urgent d’améliorer les structures de transport et circulation, l’accès aux bibliothèques dans les quartiers.
L’actuel maire, au lieu de créer une politique au plus près des perpignanais, Jean-Paul Alduy a poursuivi ses grands chantiers et ce n’est pas du tout ce dont cette ville a besoin.
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 19:38

Michel Cavalier : Perspective du marché de l’emplois dans le département.

Depuis peu à la retraite d’une carrière effectuée à l’ANPE, puis à la maison de l’emploi dont il fut le premier directeur, il ne prend pas le temps de goûter aux fruits délicieux du repos et bondit dans la politique aux cotés de Jean Codognès dans sa liste municipale. Dans cette interview, il nous dresse un tableau "perspective et prospective de l’emploi dans le département".

NC : Pouvez-vous nous brosser le paysage de la structure de l’emploi dans le département ?

MC : Pour être synthétique, il y a deux choses qui caractérisent le département au niveau du secteur économique des entreprises.
D’une part, on a des secteurs qui sont prédominants, comme le bâtiment, l’hôtellerie, la restauration, et tout ce qui est le service à la personne et aux entreprises, avec un secteur industriel peu développé.
Je crois qu’on traîne encore dans le département d’avoir raté l’essort industriel. Et on le paie encore cher, aussi bien du point de vue des infrastructures que du point de vue des mentalités.
Et ce qui qualifie les emplois, on est plus d’une fois sur deux sur des cas d’emplois saisonniers, de CDD, de contrat d’intérim, donc d’emplois précaires.
A un moment donné de l’année, il représente même les 3/5.
Donc, cela pèse énormément dans le comportement des agents économiques du département et dans les difficultés que le département peut connaître.
Deux choses à signaler comme caractéristique : cela crée une forte dépendance des salariés potentiels ou effectifs sur la fluctuation économique de l’activité.
Lorsqu’on a de la croissance, on a un niveau de chômage qui se réduit mais moins que la moyenne nationale, et lorsqu’il y a baisse de la croissance l’impact du chômage est beaucoup plus fort.
On le voit d’abord dans leurs derniers chiffres, l’augmentation est de 3%
lorsqu’elle est 0.4% pour l’ensemble de la France et de 2.5% pour la région.
La réactivité par rapport au contexte économique est tout à fait critique.
Le deuxième constat qu’il faut faire, c’est qu’aujourd’hui on ne voit pas au niveau des décideurs, aussi bien économiques que politiques, de perspectives qui se dégagent en matière de développement.
On reste sur la vision touristique, sans même préciser si on se réoriente sur tel ou tel segment du tourisme. Sachant que derrière, il y a des investissements nécessaires.
Egalement, on ne voit pas de projet avec des ambitions suffisantes pour tout ce qui est lié à l’environnement, aux énergies nouvelles et renouvelables.
Il existe des projets. Mais, on ne peut pas dire qu’il y ai convergence des décideurs pour amplifier ces projets, leur donner une dimension plus importante.
Et investir, parce que pour trouver la croissance de demain, c’est aujourd’hui qu’il faut s’impliquer.

NC : Quel était votre lien avec l’université ?

MC : Professionnellement, au niveau de l’ANPE j’ai été au conseil d’administration de l’université.
Au niveau de la maison de l’emploi, on a commencé à développer des relations avec les universitaires et des compétences. Ce n’est pas facile parce que l’université est un milieu à part. Qui a pris l’habitude vivre en vase clos, parce qu’il a souvent été rejeté de la part des décideurs économiques et politiques locaux.
On voit que des passerelles commencent à se mettre en place. Par exemple avec les sociologues, toute une opération d’analyse sur les quartiers, qui nous donne un matériel de réflexion, de constats qui devraient logiquement nous servir de base à une politique plus ciblée, plus pertinente, et à entrer directement dans une réalité qui se joue dans Perpignan, hors des discours, qui si on y prend garde reviendra comme un boomerang sous la forme déjà connue, comme en 2005, d’émeutes.

NC : Les décideurs politiques ou économiques venaient-ils à votre rencontre dans le cadre de la maison de l’emploi ?

MC : Disons que ce n’est pas l’habitude des politiques de prendre conseil, tous bords confondus. Il n’ y avait pas de demandes des politiques, si ce n’est d’être une annexe politique.
Par contre, je serais plus affirmatif en ce qui concerne les techniciens ou les chefs d’entreprises. En particulier avec les syndicats et les entreprises, on a commencé à mettre en place des dispositifs stables de rencontres, des manifestations à monter ensemble, avec l’hôtellerie restauration en particulier. C'est plus dur avec les chambres consulaires qui sont sur leur territoire, mais ça bouge.
Il faut que l’ensemble des partenaires économiques d’où qu’ils proviennent, prennent l’habitude de travailler en réseau au delà de leurs intérêts institutionnels pour l’intérêt général.
On doit pouvoir créer des espaces de rencontre qui ne soient pas que des grandes messes institutionnelles, avec conférence de presse et photo dans le journal à la clef.

NC : La construction de la gare TGV génère-t-elle effectivement de l’emploi local ?

MC : J’ai une expérience de quelques décennies dans le secteur de l’emploi et pas que dans le département.
En général, les grands projets et les implantations d’entreprises n’amènent jamais les résultats qu’on attend sur l’emploi local. Pour des raisons simples, la première c’est que les chantiers sont confiés à des entreprises nationales, lorsqu’elles ne sont pas internationales. Pour la plupart des postes, ils viennent avec leurs propres équipes. Ne reste donc que les miettes pour l’emploi locale.
Un autre exemple, une grande surface de librairie qui s’est implantée il y a quelques années... l’impact de la création effective d’emplois en local a été très réduit puisqu’ils sont venus avec leurs équipes. Et la destruction d’emplois impliquée dans les commerces adjacents a été supérieure, je le crains.
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 19:23

Conseil municipal à Perpignan : pour le maire, on ne mélange pas les torchons et les chaussettes !

Que pensait Jean-Paul Alduy, ce matin du 20 octobre (toujours) en se rasant. Probablement, compte tenu des derniers rebondissements défavorables issus des tribunaux administratif et pénal, à la chanson de Bénabar, "le Dîner" : «J'veux pas y aller à ce dîner, j'ai pas l'moral, j'suis fatigué, ils nous en voudront pas, allez on n'y va pas. En plus, faut que je fasse un régime, ma chemise me boudine, j'ai l'air d'une chipolata, je peux pas sortir comme ça. Ça n'a rien à voir, je les aime bien, tes amis, mais je veux pas les voir parce que j'ai pas envie ».
Et Oui, de conseil municipal le soir, il a de quoi penser : « c’est pas parce qu’on est parano qu’il n’y a pas des gens qui nous en veulent ! » Une Mimi Tjoyas vous manque pour raison de mise en examen et tout est dépeuplé…
En plus, dès 17 heures il y a foule pour assister à se qui se transformera probablement en corrida, la mémoire inconsciente et collective des jeux du cirque en pays latin.
Les élus entrent en premier dans la salle Arago, puis les journalistes, puis le peuple. Comme dans la tragédie grecque, chacun est à sa place à l’instant T et s’apprête à jouer son rôle. On règle ses instruments, la cacophonie d’avant un concert.
La communiste Nicole Gaspon, la Modem Clotilde Ripoull et le socialiste divergent Jean Codognès distribuent des tracts contenant leur intervention quant à l’état actuel de la ville et le positionnement de son maire.
Puis le Jean-Paul Alduy fait mine de commencer comme si de rien était, traitant les affaires courantes, lorsque la tête de liste de l’opposition Jacqueline Amiel-Donat lève la main pour intervenir, donnant le signal de la grande offensive.
« Arrêtons de faire semblant monsieur Alduy. Nous n’avons de cesse de dire que vous êtes illégitime. Pour vous l’affaire des « Chaussettes » n’était qu’un incident mineur de seulement 4 bulletins. Puis la fraude d’une personne isolée. Puis après la mise en examen de votre deuxième adjointe, la fraude d’un bureau tout entier. A combien de bureau monsieur Alduy, estimerez-vous qu’il y a indignité ?(…) ».
Suis Jean Codognès qui stigmatise :
« l’affolement de l’individu traqué qui fait adopter une série de dossiers engageant la ville pour plus de 30 ans (…) Dans ce temps d’attente de la décision du conseil d’état, vous ferez campagne, nous repassant le plat refroidi de vos promesses électorales : autant de fanions de vos Waterloo(…)
».
S’enchaîne la verte Katia Mingo, Jordi Vera de CDC :
« Il était une fois un homme de gauche, l’homme le plus à gauche du département. » Pour aboutir sur un « Aujourd’hui au sud, Perpignan n’est pas la capitale de la culture catalane, c’est la capitale de la chaussette et de la triche. Partez monsieur Alduy, cessez de faire souffrir la ville ! »
Enric Villanova d’ERC lui enfonce le clou en catalan et en nuançant.
Clotilde Ripoull :
« J’avais encore des illusions avant de rentrer dans cette assemblée. Aujourd’hui, je n’en ai plus ! (…) La démocratie c’est l’écoute. La démocratie, c’est le combat loyal. La démocratie, c’est le respect des électeurs et de tous les élus ! Il y a une chose pire que la calomnie : c’est la vérité ! ».
Le dernier à s’exprimer fut le FN Jean Aliot qui demande comme tout le monde « qu’on retourne aux urnes », affirmant que malgré tout, parlant de « Mimi » Tjoyas : « un adjoint qui n’a pas une tête de chef de bande ! »
Pendant ce temps, encadré par un Fabrice Villard blindé au UV et un Jean-Marc Pujol stigmatisant le rictus de la souffrance, Jean-Paul Alduy affichait la moue de l’enfant que la maîtresse gourmande gronde et semble penser : « même pas mal »
D’ailleurs, il finit par répondre, après le discours défensif de Jean-Marc Pujol : « Je vais vous décevoir, je ne partirais pas ».

Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 19:18

L’invalidation à Perpignan ou la folle journée !

Ça avait commencé par un incendie, le 16 mars au soir, à cause d’une chaussette pleine de bulletins trouvés sur le président du bureau numéro 4, George Garcia, frère de Manu Garcia, colistier du Maire sortant Jean-Paul Alduy.
Alors, la rumeur s’est propagée comme un incendie dans toute la ville :
« il y aurait-il un système de fraude généralisé dont bénéficierait l’actuel maire de Perpignan ? »
Des citoyens de l’ordre de 500 font le tour de la ville, s’arrêtant devant la préfecture, puis devant la mairie, en demandant justice et l’annulation de l’élection.
Cacophonie des voix officielles, au moment où le préfet dit que l’élection sera annulée, le procureur dit le contraire… Le préfet finira par rejoindre l’avis du procureur.
Des journalistes de toute la France commence à débarquer, alors que tous les soirs on manifeste avec des chaussettes devant la mairie. On croise même l’ex otage iraquienne et toujours journaliste, Florence Aubenas.
Un recours devant le tribunal administratif est posé par l’opposition.
Le temps passe avec des conseils municipaux qui ressemblent « à la drôle de guerre », chaque camp affirmant qu’il « pendra son linge sur la ligne Siegfried ! ».
Vient le 23 septembre, ou le commissaire du gouvernement rend un avis qui ouvre la porte à bien des interprétations. Il n’invalide pas, faute de preuves et d’écart suffisant sur le nombre de votes, mais constate une « fraude manifeste » pour un écart de 400 et quelques voix en défaveur du maire sortant, sur le bureau 4. Il ne reste désormais qu’au candidat Jean-Paul Alduy que 150 voix d’avance.
Le 7 octobre commence aussi par un incendie. Le bâtiment sur l’un des balcons duquel, lorsqu’il avait été élu pour la première fois Maire, face au RPR Claude Baratte dépité, il avait prononcé ces mots : « La tramontane a soufflé ! ».
Interrogé sur France Inter à 7 heures du matin, il disait : « quand on est élu, on est élu. » Que pense-t-on en se rasant, à 9h30 du matin, lorsque le tribunal administratif de Montpellier invalide votre élection et celle de tous vos adjoints : « on est un homme blessé ! ».
La tête de liste socialiste de l’opposition, Jacqueline Amiel-Donat, pleure parce qu’elle pense qu’elle a eu raison de croire « au droit et en la justice ».
Mais si on revote, l’union sera-t-elle sans faille face à un Jean-Paul Alduy qui déjà annoncé qu’il faisait appel face au conseil d’état ? L’opposition reste unie, même si ils le font séparément, sous la forme de deux conférence de presse au Café de la poste, à une demi heure d'intervale, Jean Codognés et Clotilde Ripoull, Katia Mingo, Jordi Vera d’un coté et Jacqueline Amiel Donat et les communistes de l’autre. Lorsque la presse interroge sur le sujet, la réponse est pour les uns « adressez vous aux autres ». Quand aux autres, ils répondent que « Bien sûr, ils étaient invités et qu'on ne comprend pas pourquoi, ils ne sont pas assis avec eux ». Le fait est que Clotilde Ripoull, croise à 13 heures un journaliste qui lui apprend que JAD fait une conférence de Presse à 15 heures. L’interrogation qu’elle a avec Jean Codognés : « Faut-il s’inviter ou en faire une autre ? ». Ils optent pour prendre de vitesse Jacqueline, tout en l’invitant à les rejoindre. Mise devant le fait accompli, elle ne peut que les inviter à son tour pour ne pas perdre la face.
A 17h, c’est la conférence de Jean-Paul Alduy à la Mairie. Ça sent encore la fumée, on entre par derrière. Tous les adjoints sont là, « avec des airs d’avoir enterré leur mère ». Le maire se défend, « Mon honneur est en jeu(…) et la morale me commande d’aller jusqu’au bout, c'est-à-dire de faire appel devant le conseil d’état ! ». « Et pour la nomination du président du bureau incriminé, elle est de vous ? » Demande un journaliste. Il répond « c’est une erreur de casting ».
18 Heures, conférence de presse du président du conseil général Christian Bourquin qui appelle « les perpignanais à se libérer ! ». Lui aussi croit à l’union.
19h, c’est l’heure de l’apéro, on médite sur les 6 mois qui donneront la réponse du conseil d’état.


Jean-Paul Alduy face caméra tourne le dos au retour aux urnes.
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 19:14

En 1951, dans « L’Homme révolté », Albert Camus, liant sa philosophie de la révolte à sa philosophie de l’absurde, affirme :
« Qu’est-ce qu’un homme révolté ? Un homme qui dit non.
Mais s’il refuse, il ne renonce pas :
c’est aussi un homme qui dit oui, dès son premier mouvement.
Un esclave qui a reçu des ordres toutes sa vie, juge soudain inacceptable un nouveau commandement. »
Que signifie le contenu de ce non ?
Il signifie par exemple, « les choses ont trop duré », « jusque-là oui, au-delà non », ou encore, « il y a une limite que vous ne dépasserez pas ! ».
Alors dans le contexte économique et politique où nous sommes, le temps de la révolte, voire de la révolution n’est-il pas venu, comme consommateur d’une part, et s’il en reste encore quelque-chose de cela en nous, comme citoyens ?
On avait voulu nous faire croire à une mondialisation qui, si elle ne faisait pas le bonheur des pays en voie de développement, ex-pays du tiers monde, ferait le notre en faisant baisser le prix des produits de consommation courante comme le textile, le café, le cacao et autres matières premières, au cri repris de Montesquieu, dans son article de l’encyclopédie « De l’Esclavage des nègres » :
« Le sucre serait trop cher s’il fallait payer ceux qui le cultivent ! ».
Les problèmes des pays développés ne seraient donc que des problèmes d’ajustement structurel, qui finiraient par ne plus achopper, et on demanderait « pardon » à l’avance aux ouvriers, aux salariés et leurs familles de faire office de « variables d’ajustement », voire même de « dégâts collatéraux sociaux ».
Et oui, comme le disait le bon Arthur Koestler, « Les statistiques ne saignent pas, c’est cela qui compte… »
Et puis la situation a commencé à se dégrader parce que des banquiers et des sociétés de crédits, bien intentionnés, avaient prêté aux Etats-Unis de l’argent aux pauvres, afin que ceux-ci puissent consommer en général et acheter des maisons en particulier. Le tout n’étant pas sous la forme d’un micro-crédit au sens du prix Nobel d’économie Mohamad Yunus, mais d’algorithmes mathématiques très construits, vendus en sous-produit de banques à banques ».
Mais le drame avec les pauvres, et cela pourrait passer pour une lapalissade, c’est qu’ils n’ont pas d’argent. De-là, réaction en chaîne, perte de confiance dans les milieux bancaires qui se transmet à toute « la chaîne alimentaire » de la finance mondiale, obligeant les banques centrales de la planète à soutenir le système pour éviter un « krach » mondial, et ce à grand renfort de milliards de dollars où d’euros. On aurait pu croire que la situation se serait stabilisé, mais les mêmes a qui les banques centrales avaient passé de l’argent pour ne pas qu’elles choissent, ont réinvesti ces fonds dans la spéculation des matières premières alimentaires.
Impact énorme sur le prix du blé, du riz, du maïs (encore que leur prix soient monté par l’effet mécanique dans leur utilisation comme carburant bio pour suppléer à un baril de pétrole qui est monté à plus de 160 dollars).
Du coup le tiers-monde qui mangeait peu ne mange plus et le quart-monde mange des pâtes au prix du caviar…
Dans l’Europe, le ralentissement économique et la chute du pouvoir d’achat se font sentir. Particulièrement en France où la croissance peinait déjà à atteindre 2%, et encore chez les optimistes du gouvernement comme madame Lagarde, qui avait conseillé à ceux qui trouvaient, comme les pécheurs, le gasoil trop cher, « d’utiliser leur vélo ». J’ai connu des Marie-Antoinette pour qui on a coupé la tête pour une phrase du genre : « Les français n’ont plus de pain ? Qu’ils mangent de la brioche ! »
Résultat des courses, la France, en Juin, tenait les scores suivants : Le chômage pour le deuxième mois consécutif et malgré les radiations ANPE augmentait de 0.3%, après une augmentation en mai de 0.2%. Soit 8.2% de chômeurs sur l’année, les plus touchés étant les moins de 25 ans.
La consommation des ménages, la même qui fait tenir la croissance du pays, recule de 0.4% (chiffres INSEE).
Le commerce extérieur fait le plus beau plongeon de l’histoire avec un déficit cumulé, qui sur un an atteint les 45.6 milliards d’euros. Les prix de l’immobilier eux-même mollissent, les délais de ventes s’allongent et les permis de construire et les mises en chantier ont baissé respectivement de 19.9% et 28.2% en trois mois.
La santé des entreprises recule avec leur taux d’auto-financement, sauf pour les entreprises du CAC 40 : Jamais les entreprises françaises n’ont distribué autant de dividendes à leur actionnaires.
Pour finir, le moral des français est à son plus bas depuis 20 ans, -4.7% en juin.
Mais avec une inflation de 3.6% (officielle) sur les 12 derniers mois, il ne faut pas s’attendre à mieux.
Du coté catalogne Sud, on n'est pas à la fête non plus avec la crise immobilière qui a un impact sur toute l’économie et sur un chômage en nette augmentation.
Alors la révolution est-elle pour la rentrée voire quelque mois plus tard ?
Non, la population a encore trop de crédits à payer, maison, écrans plats et tient trop à son petit confort, qu’entretiennent les médicament pas encore dé-remboursés pour prendre les armes, voire serrer les poings.
Comme le dit le président Nicolas Sarkozy :
« En France, les grèves ne gênent plus personnes ! ».
Mais n’oublions jamais que la résignation est la matière première de notre tombeau.
Au Prosac citoyen, formons nos dépressions !
Repost 0
Published by L'archipel contre-attaque ! - dans ARTICLES
commenter cet article