Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'archipel Contre-Attaque

  • : L'archipel contre-attaque !
  • : Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Contact

Profil

  • L'archipel contre-attaque !
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!
  • Depuis les émeutes de mai 2005, la situation de Perpignan et son agglomération(que certains appellent l'archipel) n'a fait que glisser de plus en plus vers les abysses: l'archipel contre attaque en fait la chronique!

Recherche

5 juillet 2020 7 05 /07 /juillet /2020 18:47

J’en reviens pas, t’as vu ce qu’il s’est passé à Perpignan la semaine dernière. Louis Aliot a été élu maire de la ville. Putain de ville de fachos, je te gazerai tout ça moi ! Dingue, les nazis sont au pouvoir en France, dans une ville ! Moi, ça me révolte, va falloir faire front commun et comprendre un peu ce qui se passe dans la tête des gens. Merde, j’avait tout misé sur le parti de notre Dieu-qui-guérit, sur Romain Grau. Le pauvre, il a été trahi par les siens ou plutôt, le pervers Aliot avait ses agents au sein de la liste de Romain qui ont faitun travail de sape. En fait, je te le dis à toi, mais Aliot est manipulé depuis l’étranger, je peux pas te dire encore par qui, parce sinon, je serai en danger de mort !

 

Franchement, moi, ça me desespère, la France part mal. Tu vois, il y a les gilets jaunes, les syndicats pas d’accord sur la réforme des retraites qui est tout bénéf pour tout le monde. Je crois que je vais partir, mais je peux même pas aller aux States, avec le facho Trump. Sûr, il va venir passer des vacances à Perpignan celui-là. Et puis franchement, tu veux que je te dise. Je suis persuadé que la gauche a fait exprès de laisser passer Aliot, ils n’ont pas joué le jeu. En plus, le bilan du sortant, Pujol, il était pas si mal, c’était tranquillou. Tu peux quand même pas lui reprocher la situation économique du département, digne d’un pays du Tiers-Monde, il est pas tout seul, c’est une ville, pas une PME, faut pas tout confondre !

 

Quand tu viendras à Perpignan, ça sera ça : https://www.youtube.com/watch?v=Rxzl7utj0j4

 

Non, il s’est passé quelque chose dans la tête des gens, ils se montent le bourrichon avec l’insécurité, les points de deal et tout ça. Les points de deal, tu vois, les mecs comme moi qui bossent dans la finance et qui sont sous pression 7 jours sur 7 et 24h/24h, eh bien, on en a besoins et c’est du gagnant-gagnant. Ils nous aident, nous les aidons. Merde, les gens à Perpignan sont pas cools. Putain, ils ont voté pour des nazis, les gros réacs. Heureusement, à Paname, l’air est plus sain, pas vicié comme à Perpignan ! Putain, les gogols de Perpignan, faut suivre la voie que vous montre Paname, sinon, les mecs, vous allez rester longtemps encore hors jeu, hors de la mondialisation.

 

Franchement, j’ai peur pour mon pays. Heureusement, notre Dieu-qui-guérit a nommé un illustre catalan comme Premier ministre. Le mec, il va dépoter, il va assurer et nous n’entendrons bientôt plus parler du RN ou des gilets jaunes, tu vas voir.

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2020 7 05 /07 /juillet /2020 15:04
Pontevedra : el mercado de abastos Voici la 8iéme découverte « hors des sentiers rebattus ». Vous le savez, du méconnu, de l’insolite, du local ou du spectaculaire… Pas de Grande Muraille de Chine ni d’Eurodisney.
Alors rendez-nous aujourd’hui dans le grouillant marché aux poissons, crustacés et coquillages, dans la vieille ville de Pontevedra, en Galicia. Au pays du Botafumeiro (encensoir de la Cathédrale de Saint-jacques), découvrons le tabernacle des almejas, le temple des bogavantes, le jardin secret des percebes, des pulpos et des zamburiñas... (à propos du vin, un lapsus en fin de film me fait dire Rias gallegas au lieu de Rias Baixas…). « Hors des sentiers rebattus » : retrouvez-les tous compilés sur l’Archipel contre-attaque et sur YouTube
"Hors des sentiers battus" 8 Espagne Galice marché aux poissons et coquillages de Pontevedra! par Jean Lhéritier
"Hors des sentiers battus" 8 Espagne Galice marché aux poissons et coquillages de Pontevedra! par Jean Lhéritier
"Hors des sentiers battus" 8 Espagne Galice marché aux poissons et coquillages de Pontevedra! par Jean Lhéritier
"Hors des sentiers battus" 8 Espagne Galice marché aux poissons et coquillages de Pontevedra! par Jean Lhéritier

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2020 6 04 /07 /juillet /2020 22:11
Perpignan / L Aliot nouveau maire: le nommé centre d'art Walter Benjamin ! par Nicolas Caudeville et Jordi Vidal

Les batailles perdues se résument en deux mots : trop tard.

Douglas MacArthur

L'élection du RN sans étiquette Louis Aliot à la mairie de Perpignan
dimanche dernier génère encore des répliques : dès avant, dès le
début, et peut être même jusqu'à la fin, on lui a supposé, on lui
suppose, on lui supposera des intentions maléfiques (jamais
dédiabolisé) pour tout et spécifiquement pour la culture. Peu de gens
se sont manifestés lorsque le maire républicain Jean-Marc Pujol a fait
fermer l'école des beaux-arts qui avait prés de 100 ans
http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/2014/08/perpignan-si-le-fn-voulait-fermer-l-ecole-des-beaux-arts-vous-auriez-hurle-par-nicolas-caudeville.html.
Silencieux encore lorsque le même Jean-Marc Pujol fit fermer le centre
d'art Walter Benjamin créé par Jordi Vidal alors directeur de la
culture de la ville de Perpignan (centre inaugurée le 12 octobre 2013
voir vidéo plus bas). Et Aliot maire veut rouvrir l'école des beaux
arts et le centre Walter Benjamin. De beaux esprits vivant loin dans
les Albéres à 2 pas du chemin où Walter est mort, se sont émus qu'un
maire issu de Satan, puisse rouvrir ce lieu dont il semble que ces
personnes soient les ayants droit du philosophe avec exclusive, et
qu'ils s'arrogent le droit de distribuer dignités et les indignités
quant au droit de passage sur les chemins de Walter Benjamin. Le tout
s'est coagulé dans une pétition reprise par Médiapart, et à laquelle
se sont ajoutées des indignations d'intellectuels parisiens
https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/030720/si-l-ennemi-triomphe-meme-les-morts-ne-seront-pas-en-surete

«Si l’ennemi triomphe, même les morts ne seront pas en sûreté…»
Rien que ça, parce que Louis Aliot Satan l'habite!
Avant de s'emballer sur la légitimité ou pas de ré-ouvrir le centre
d'art (parce que :"« Il est urgent d’arracher le nom de Walter
Benjamin – pour le mettre en sûreté – des mains de l’extrême droite et
de tous ceux qui réécrivent l’histoire »), il faut revenir aux
origines du centre et à la pensée stratégique de son créateur qui a
prévalu pour son érection...un texte

 
 

 

de la survie des beaux-arts au centre d’art contemporain Walter benjamin

Par Jordi vidal

Il m’a toujours semblé, pour répondre à une offensive ennemie, que la meilleure des stratégies ne découlait pas seulement de l’analyse des positions, des forces en présence et de l’action prévisible qui en découlait, mais dépendait, aussi, d’une prise en compte d’éléments extérieurs, même si ces éléments pouvaient sembler irrationnels et sans lien direct avec les conditions réelles du conflit. C’est en ne réduisant pas l’offensive aux seules conditions qui nous sont imposées (ou que nous nous imposons sans en avoir conscience), que nous pouvons, sinon l’éviter, du moins la contourner. Dans tout conflit, il faut refuser que la riposte soit circonscrite aux positions respectives des adversaires ; s’imposer de telles limites équivaut à se placer soi-même en situation d’échec. La riposte doit contenir une proposition, une zone de repli, une feinte, un leurre, un contournement qui échappe aux conditions initiales du conflit.  

Perpignan 2010 à 2014

En 2010, l’école d’art de Perpignan, la heart survivait avec son second cycle : une vingtaine d’étudiants sur deux ans ; s’en tenir à ce constat pour déterminer les conditions de l’affrontement futur, c’était légitimer une décision déjà prise par la Ville et la drac (Direction Régionale des Affaires culturelles: la fermeture de l’école. Il s’agissait bien moins de réfuter une telle l’hypothèse, que de l’ignorer. Comment aurions-nous pu nous soumettre à une telle décision, puisque pour nous, selon notre conception tactique, elle n’avait même pas été envisagée ? Notre riposte devait donc être dirigée vers l’extérieur et non vers l’intérieur : le théâtre des opérations devait quitter Perpignan, du moins pour un temps. Il me fallait impérativement obtenir le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication à Paris ; Ministère que je n’ai jamais confondu avec la drac. Un effet pervers de la décentralisation a été de « délocaliser » en strates régionales innombrables les attributs du pouvoir parisien, et bien plus les incompétences que les moyens financiers. Si certains conseillers de la drac Languedoc-Roussillon sont remarquables — je songe ici à Florence Caudrelier et Jean-Pierre Bezombes — rien ne nous dit qu’il en sera de même de leurs successeurs, ni même qu’ils auront des successeurs. À la culture comme ailleurs, il n’existe plus de continuité du service public. Lorsque l’ancien conseiller aux arts plastiques (en charge des écoles d’art), Jean-Christophe Royoux, a quitté le Languedoc-Roussillon pour la région Centre, si Catherine Dumon lui a succédé après avoir été sous ses ordres, est-ce sa faute à elle ? N’est-ce pas plutôt celle d’un système ? Le relevé de sa subordination à la seule sphère d’influence montpelliéraine reflète, celui bien plus tragique, de son Ministère de tutelle aux seules normes du Marché.

Pour impliquer plus directement le Ministère au sein de la heart, pour qu’il ne puisse rien ignorer des conditions qui nous sont faites, je décide de répondre à son appel à candidatures pour des projets de recherche. Celui que je rédige met en perspective le cern de Genève (boson de Higgs), Gabriele Veneziano (théorie des cordes), l’artiste contemporain Gianni Motti, les philosophes Walter Benjamin et Søren Kierkegaard, la critique de l’expertise et la pataphysique. (1) Pour l’année 2011, sur les cinquante huit écoles supérieures d’art françaises, quatre projets sont retenus, dont le mien que la heart va pouvoir développer sur trois ans.

–––––––––––––––––––––––––

(1) Mon projet s’intitule : « étant donnés... le temps, l’histoire et la mémoire, la physique des particules, les flux informatifs, les images dialectiques... » Il porte comme sous-titre : « Mise en place d’un dispositif expérimental basé sur le hors-champ (relevant du style documentaire), l’aléatoire (relevant de l’imaginaire poétique), l’expérimentation (relevant de l’art), la mise en perspective critique et théorique (relevant d’une approche transversale de la recherche, au sens très précis de la bibliothèque de Aby Warburg) ».  Titre et sous titre sont complétés par cette énumération : « Soit l’écrivain Thomas Pynchon qui se cache, comme le boson de Higgs. Soit le physicien Ettore Majorana qui a disparu, comme le peuvent certaines particules dans la théorie des cordes. Soit le retour attendu du docteur Faustroll. »

Fin octobre 2013, je rédige et adresse au Ministère mon rapport final. Il est intitulé : « Campagne de 2011 à 2013 (de la heart à la Direction de la Culture de Perpignan) ». On peut y lire : Le compte rendu final sur un projet de recherche peut prendre des formes diverses : lénifiantes, attendues ou surprenantes. Il arrive, le plus souvent, que la conclusion soit dans la simple continuité de l’énoncé du projet ; il arrive quelquefois que des résultats singuliers et imprévus soient atteints ; il arrive, bien plus rarement, qu’un projet de recherche change radicalement les conditions de vie de ses participants et en vienne à modifier les conditions existantes dans lesquelles s’est développé ce projet. On peut dire du projet de recherche Étant donnés… qu’il a changé la heart et qu’il commence à modifier la ville même de Perpignan.

À partir d’une situation de repli et d’une école d’art que la plupart des observateurs considéraient déjà comme « un cadavre » (conséquence d’une logique économique dont nous pouvons tous mesurer les effets dévastateurs), nous sommes parvenus à sauver une nouvelle fois l’école et à mener une contre-offensive qui commence à modifier le rapport de l’art et de la culture à Perpignan.

« Nous n’avions en notre faveur aucun avantage stratégique, sinon un nouvel état d’esprit qui s’est développé par la suite de manière tactique. En bref, nous n’avions plus rien à perdre et nous n’avions plus peur. Carl Von Clausewitz note : « Si nous allons plus loin dans ce que la guerre exige de ceux qui s’y consacrent, nous rencontrons, dominante, la puissance intellectuelle. La guerre est le domaine de l’incertitude. Les trois quarts des éléments sur lesquels se fonde l’action flottent dans le brouillard d’une incertitude plus ou moins épaisse. C’est donc dans ce domaine plus qu’en tout autre qu’une intelligence fine et pénétrante est requise, pour discerner la vérité à la seule mesure de son jugement. »

Il s’agissait donc, de manière collective et volontariste, de faire un pari positif sur l’avenir, au moment même où tous les instruments de communication nous certifiaient que demain serait pire qu’aujourd’hui. Pour moi, si un autre monde est possible, c’est en s’opposant à deux types d’idéologies : celle qui ne pense qu’au seul profit issu de la spéculation financière, et celle des idéologues de la décroissance qui valide la victoire de l’hypercapitalisme en organisant le renoncement à toute richesse, serait-elle une richesse non-marchande. Il m’a toujours semblé que la production de biens, de services, d’habitats devait s’accompagner d’un supplément d’art et d’une nouvelle formulation de la dépense somptuaire : un au-delà du seul profit au nom d’une création artistique appliquée à tous les domaines de la vie quotidienne, aujourd’hui colonisée par les marchandises et les dispositifs médiatiques et politiques de déréalisation.

Avec Étant donnés… nous avions fait le pari de l’incertitude, de l’entropie, de la physique quantique, de la pataphysique et de la critique acerbe de l’expertise. Nous entendions redéfinir les termes de la recherche appliqués aux écoles d’art, dans ce qui rattache celles-ci à l’enseignement supérieur. Ceci explique en partie le croisement improbable, mais riche de sens, de Gianni Motti et de la théorie des cordes ; de Thomas Pynchon et Walter Benjamin ; de Ettore Majorana et Aby Warburg.

Quand le projet de recherche fut rédigé, l’école de Perpignan était menacée une nouvelle fois. Il nous fallait donc réagir très vite. Nous l’avons fait en organisant notre contre-attaque sur deux fronts. D’abord, en rédigeant avec l’Université de Perpignan, en la personne de Francesca Caruana, un projet de Master conjoint qui devait répondre aux singuliers critères de l’aeres ; ensuite, en envoyant au Ministère de la Culture et de la Communication le projet de recherche Étant donnés… qui, de manière très contradictoire et dialectique, était pensé comme une critique de la doxa de l’aeres ; tout en conservant une vraie cohérence, une rigueur et un système référentiel, il répondait bien moins aux directives de l’Université issue des accords de Bologne, qu’aux attentes et aux aspirations de l’enseignement artistique expérimental dans les écoles supérieures d’art.

Avec notre vingtaine d’étudiants, selon l’expression consacrée, la messe semblait dite. Nous avons reçu, à l’inverse de tous les mauvais pronostics, une notation A par l’aeres : nous sommes parvenus à convaincre les experts de l’agence, que le rond que nous leur montrions était bien le carré qu’ils attendaient et croyaient voir. (1)

Le premier résultat de la validation par l’aeres — sur laquelle nous avons massivement communiqué — a été de négocier auprès de la municipalité le retour d’une première année. Nous l’avons obtenu. Placer son pied pour empêcher la porte de se refermer est un exercice dont il convient de savoir mesurer la portée… Par la suite, pour obtenir l’accord du Maire sur le retour d’une seconde année, nous nous sommes engagés à sortir l’école de ses murs et à développer sur toute la Ville des actions artistiques et culturelles à « forte résonance médiatique » (2)

–––––––––––––––––––––––––

(1) Malheureusement, parce que la puissance bureaucratique se renouvelle sans cesse quelles que soient les circonstances, le cneser (Conseil National de l’Enseignement Supérieur Et de la Recherche) refusera la mise en œuvre de notre master conjoint, au motif qu’un master universitaire n’est pas comparable à un diplôme au grade de master. Cette argutie juridique spécieuse et corporatiste nous empêchera de mettre en pratique cette validation : ce ne serait plus le cas aujourd’hui. Comme quoi, là comme ailleurs, dans nos sociétés frileuses et sans imagination, c’est avoir tort que d’avoir raison trop tôt. Yourcenar

(2) Nous avons organisé une série d’expositions de grande ampleur : À la recherche de l’Anti-Motti (sur deux cent cinquante mètres carrés au sein du Musée des Beaux-Arts Hyacinthe Rigaud), Principes d’incertitude (sur mille cinq cents mètres carrés au Couvent des Minimes), Un monde invérifiable (sur mille cinq cents mètres carrés, toujours au Couvent des Minimes), Entropia1 métamorphose(s) (sur deux mille trois cents mètres carrés entre le Couvent des Minimes et le nouveau Centre d’art contemporain Walter Benjamin). Nous prévoyons début 2014 une exposition Walter Benjamin : l’Ange de l’histoire qui se déroulera au Centre d’art contemporain Walter Benjamin.

Il était convenu qu’à Perpignan l’art contemporain n’aurait jamais de public. Nous avons contredit cette contre-vérité. Nos vernissages ont atteint les mille visiteurs et toujours dépassé les cinq cents. Ce qui ne s’était jamais vu à Perpignan en dehors du festival de photojournalisme Visa pour l’image.

Si le projet de recherche Étant donnés… était parvenu à quitter les limites de l’école pour se répandre sur la Ville et rencontrait un vrai succès public, il nous semblait que nous pouvions espérer, en retour, que la heart recouvre les cinq années de son cursus. C’est dans ce contexte de reconquête d’un territoire perdu que Maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol, m’a contacté en juin 2012 pour me proposer la Direction de la Culture de la Ville. Je lui ai répondu que je souhaitais, avant de prendre ma décision, rédiger un projet personnel, et qu’il le valide. Ce projet s’organisait autour d’une mise en avant des arts plastiques et d’un redéploiement des compagnies de spectacle vivant installées tout aussi bien en ville que dans le département. Je proposais, par ailleurs, de transformer les huit cents mètres carrés du bâtiment annexe de la heart en un Centre d’art contemporain rattaché à l’école par un système de conventionnement : la municipalité avait prévu de vendre le bâtiment pour y installer des commerces. Par la suite, j’ai proposé que ce Centre d’art contemporain soit dédié à Walter Benjamin. J’expliquais dans mon projet, qu’à partir du redéploiement de l’art et de la culture dans un centre-ville totalement déshérité il était possible de développer, d’un point de vue psychogéographique, de nouvelles unités d’ambiance urbaines qui en modifieraient la sociologie. Le Maire a ratifié mon projet.

Lors d’une entrevue avec le Maire, j’ai insisté sur la nécessité de conforter l’école par le retour d’une troisième année : un premier cycle enfin complet. Le Maire a accepté ma proposition en souhaitant que l’école se limite à ce premier cycle. J’ai pensé qu’en cet instant il était inutile de poursuivre un combat pour le second cycle ; je considérais, qu’adossé à l’école d’art, le développement du Centre d’art contemporain favoriserait rapidement son retour. C’est ce qui s’est passé, encore plus vite que je ne l’imaginais, puisque moins d’un an s’est écoulé entre la décision de créer le Centre d’art contemporain Walter Benjamin et son inauguration le 12 octobre 2013 ; à cette date, la heart de Perpignan venait d’intégrer une quatrième année.

Lors d’une installation de l’école d’art au Muséum d’histoire naturelle, une vidéo montrait un étudiant jetant des bouteilles vides contre un mur où elles se fracassaient. Selon la physique quantique, rien n’empêche que l’une de ces bouteilles ne passe à travers le mur. C’est ce que nous avons fait à Perpignan. Nous sommes passés de l’autre côté.

J’espère avoir démontré par un exemple local, un peu à la manière de Paul‑Louis Courier s’adressant aux puissants depuis sa campagne, qu’il était possible d’obtenir certains résultats, en introduisant dans nos pratiques artistiques et culturelles un peu de stratégie et de culture historique.

Je conclurai ce rapport avec une nouvelle citation de Clausewitz : « C’est certainement un des principes les plus importants et les plus efficaces de la stratégie que de mettre séance tenante à profit un succès de quelque manière qu’on l’ait conquis, autant que les circonstances le permettent, car tous les efforts que l’on fait pendant que l’adversaire est dans cette crise, sont d’une efficacité bien plus grande que dans la suite. » Je pense que la définition de la recherche au sein des écoles supérieures d’art, dans ses rapports contradictoires avec le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, devrait s’en inspirer. 

Je me trouve dans le bureau de Michel Sitja, directeur de cabinet du Maire. Il aime jouer au chat et à la souris. En souriant, il me déclare : « Walter Benjamin, ce n’est pas bon comme nom pour un Centre d’art contemporain, ce n’est pas bon pour Perpignan. Qu’est-ce qu’il a fait, Walter Benjamin, pour Perpignan, pour le département, à part y mourir ? On aurait dû choisir quelqu’un d’autre, par exemple Pierre Restany. Quelqu’un d’ici, quelqu’un d’important dans l’histoire de l’art. » (Restany, le « théoricien » des « Nouveaux réalistes » est d’Amélie les bains, comme Sitja.) Je réponds : « Benjamin n’a rien fait de spécial pour Perpignan, au sens où tu l’entends, mais il a beaucoup fait pour l’humanité dans son ensemble, et donc aussi pour Perpignan. Nous lui devons de comprendre un peu mieux le XXe siècle. Mais c’est vrai qu’à Perpignan donner le nom de Walter Benjamin à un Centre d’art contemporain suppose de sortir la Ville de la pesanteur du localisme et de la tourner pour une fois vers l’universel. »

Jusqu’au bout la menace va peser sur la présence du nom de Walter Benjamin sur le fronton du Centre d’art. Tous les moyens sont bons pour l’empêcher : on invoque des ayants droits éventuels ; on alerte les services juridiques pour trouver la faille. Quelques heures avant le passage de la délibération au conseil municipal, je ne sais toujours pas si celle-ci ne sera pas retirée de l’ordre du jour, au dernier moment.

 

Lorsque Jean-Marc Pujol, le Maire de Perpignan m’a proposé de prendre en charge la Direction de la culture il m’a rappelé que j’étais parvenu à le convaincre, dans un climat toujours hostile à l’école d’art, du retour d’une seconde année, contre l’avis de son Directeur de cabinet Michel Sitja et d’un grand nombre d’élus. Il m’explique qu’il m’a trouvé convaincant. Il me parle de son grand-père qui se fiait à ses premières impressions pour juger un homme. Je sais qu’il prépare sa future élection. Il n’a pas été élu Maire, il a succédé à Jean-Paul Alduy qui a démissionné pour prendre la présidence de la Communauté d’agglomération.

Pujol est marqué à droite ; son image se confond avec les associations de Pieds-Noirs. Je représente pour lui la carte d’une ouverture calculée, qu’il envisage sans trop de risques. La liberté qu’il pourra m’octroyer sera compensée par un gain potentiel d’image. A ce moment, il est encore inconnu de la plupart des Perpignanais. Il développera pendant toute la campagne électorale des municipales de 2014 une stratégie de visibilité et de prise de parole systématique. Il sera le seul à parler au nom de la ville, pour que le nom de la ville se confonde avec le sien. Ce sera le début de sa conquête du pouvoir : il prendra la ville et deviendra Président de la Communauté d’agglomération. Les rapports entre Alduy et Pujol rappellent les anecdotes politiques entre certains amis de trente ans.

Après avoir fait sa proposition, Jean-Marc Pujol m’observe et attend. Il m’a parlé de son grand-père, je songe au mien : on n’échappe jamais complètement à ses racines. Il doit se douter des conditions de mon acceptation, et je suppose qu’il a prévu de les accepter. Tout tournera autour de la survie de l’École des Beaux-arts. Je souhaite que ma décision soit appuyée par un texte irréfutable. Je lui propose donc de rédiger un projet, très rapidement, et de lui soumettre. Sa réponse conditionnera la mienne. Je le rédige et lui soumet ; il valide mon projet : « Art et cultures en mouvement » ; j’accepte de prendre en charge la Direction de la culture. L’école des Beaux-arts est temporairement sauvée, je mettrai en pratique mon projet pendant les deux années que va durer mon action.

Lors de la discussion, je remarque l’intérêt que Pujol porte, tout comme moi, à la stratégie militaire. Nous en sommes surpris, l’un et l’autre. Je voyais en lui, au mieux un avocat fiscaliste, au pire un comptable, mais certainement pas quelqu’un qui s’intéresserait à l’histoire du côté de la pensée stratégique. Il me voyait dans la posture du libertaire hostile par principe à toute forme de référence militaire. Nous citons quelques auteurs communs ; Clausewitz et Thucydide sont convoqués, puis la discussion s’achève sur les campagnes de MacArthur. A cette première rencontre, il m’apparaît évident que le personnage est plus complexe et opaque qu’il ne semble. La suite de sa campagne justifiera ce sentiment. Il organisera sa liste, certains noms surprendront puis inquiéteront ; d’autres, séduits par de vaines promesses devront vite déchanter et se contenter des restes. Enfin élu, Pujol confirmera tout aussi bien la nouvelle génération des prétendants que ses ambitions jusqu’ici freinées. Le temps de dissimuler est passé. Son choix pour la culture ne me convient plus, et n’étant pas quelqu’un qui reste pour la place, je démissionne le 17 juillet 2014.

 

Partager cet article

Repost0
26 juin 2020 5 26 /06 /juin /2020 14:58

« Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
- Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
- Vous chantiez ? J’en suis fort aise :
Eh bien ! dansez maintenant. »

(Jean de La Fontaine, Livre 1, fable I) La cigale et la fourmi

"Si nous sommes affamés, épuisés,
Si nous sommes écorchés jusqu’au sang,
Pressés comme la grappe pour donner notre vin,
Irai-je jusqu’à dire que c’est de ta faute, non,
Mais tu y es pour beaucoup, mon frère."

Nâzım Hikmet – La plus étrange des créatures (Dünyanın En Tuhaf Mahluku, 1947)

Au prétexte de la possible élection de Louis Aliot comme maire RN sans étiquette de la ville de Perpignan, la gauche spéculative s'émeut . Comme dans la franc-maçonnerie, aux origines, il y avait des maçons opératifs (des travailleurs, comme des tailleurs de pierre) puis sont apparus aux prétextes de cercles de réflexions, des maçons dit "spéculatifs" (des travailleurs , comme des tailleurs de bavette, mais qui n'auraient pas fait profession de boucher #pasenviedesangsurlesmains) . Pour la gauche, il y eu le temps des porteurs de salopettes aux mains maculées , puis sont venus les verbeux aux idées généreuses pour peu que cela ne leur coûtent rien . Ce sont ceux-là qui à deux heures moins quart d'un hypothétique malheur commencent à s'agiter à coup de pétition, de manifestations de prés de 100 personnes(aux  Thermopyles, ils étaient 300 et c'étaient des spartiates! #Léonidascenestpasquunchocolatbelge) .et autre appel de 60 Pékins que personne ne connait!

Lorsque la misère saccageait les pauvres de la ville: où étiez vous? Vous ne parliez pas alors de barricades. Pour défendre le train de fret Perpignan / Rungis ou l'école des beaux arts, l'addition de vos voix aurait forger votre légitimité... Et je ne parle même pas, de tous ces artistes pas foutus de défendre leur propre cause et légitimité dans les vitrines culturelles et médiatiques de la cité...Cette impudence provient du fait que vous confondiez "conscience politique" et "conscience émotive" . De la gauche, vous n'avez plus que le signifié et plus le signifiant, les rituelles et plus la profondeur de leurs symboles . Vous êtes des croyants de la politique, dont vous ne récitez plus que des prières sans foi. Vous voulez juste montrer que vous êtes du coté des vertueux et que par vos incantations, vous savez construire de sombres prisons au vice!

Alors par pitié, veuillez fermer vos gueules, et sachez vous inspirer de ces quelques vers

"Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir ;"
 
Ainsi s'il vous reste quelques sincérités, vous pourrez vous remettre au travail et créer les conditions d'une modification du réel!
Perpignan /2iéme tour des municpales: carnaval et derniers atermoiements de la gauche de confort! par Nicolas Caudeville
Perpignan /2iéme tour des municpales: carnaval et derniers atermoiements de la gauche de confort! par Nicolas Caudeville

Partager cet article

Repost0
25 juin 2020 4 25 /06 /juin /2020 16:16
Le commité de de vigilance antifasciste nous envoie ceci , nous avons jugé bon de le retranscrire
 
CVA66.pngcomitevigilanceantifasciste66@protonmail.com est le compte d'envoi du Comité de vigilance antifasciste des Pyrénées-Orientales. Contact permanent du CVA66 :  comitevigilanceantifasciste@riseup.net
 

Antifascistes, communistes, fichés S, peine de mort, guerre d'Algérie... un candidat Républicain
dans le texte

"Ceux qui ont la responsabilité de la mort de Rémi Fraisse sont ceux qui ont agressé, masqués et casqués !, les forces de l’ordre, et non pas un prétendu Etat fasciste. Ne l’oublions pas, les techniques fascistes à leur début, c’était justement de s’attaquer à l’ordre républicain et de créer des groupes d’assaut contre des gouvernements élus. (28 Octobre 2014)


"Le 19 mars 1962, est un cessez le feu qui a fait plus de victimes civiles et militaires après, qu’avant (...)Moi, maire de Perpignan, je ne participerai jamais à cette commémoration du 19 mars que l’histoire retiendra sans doute comme un jour d’indignité nationale pas plus que je n‘accepterai de dénommer de ce nom une voie de notre ville. (...) je fais mettre en berne le drapeau national sur le fronton de l’hôtel de ville de Perpignan." (18 Mars 2015)

"Oui, il faut faire évoluer les conditions de la légitime défense des policiers. C’est le contexte qui l’exige "(12 Novembre 2015)

"Le problème de la déchéance de la nationalité ne se poserait pas si les auteurs d’attentats terroristes
étaient condamnés à mort. Il s’agit donc bien du type même de faux débat médiatique." (6 Janvier 2016)

"Mme Taubira a démissionné... enfin (...) Spécialiste des postures politiciennes, icône d’une pseudo gauche aveuglée par le politiquement correct, Mme Taubira aura marqué sa carrière politique en faisant éliminer le candidat socialiste, Lionel Jospin, dès le 1er tour de l’élection présidentielle de 2002, et en
refusant de porter une modification de la Constitution de nature à résister à l’Islamo-fascisme." (27 Janvier 2016)
"Après avoir dénoncé la violence des casseurs qui se sont attaqués à coups de barre de fer aux représentants des forces de l’ordre et qui ont incendié leur véhicule, nous devons subir des contraintes et des violences d’une organisation syndicale qui ne respecte en aucun cas la Démocratie et le Parlement. Si le droit de grève et de manifester est un droit imprescriptible, et que je n’ai jamais eu un mot pour contester ce droit, j’observe que dans tous les pays communistes dont la CGT s’inspire ce droit n’existe pas.(6 Mai 2016)
"Le saccage, hier, de l’hôpital Necker, spécialisé dans les soins aux enfants malades, est caractéristique d’une dérive fascisante de groupes se prétendant intellectuellement hors de cette mouvance. Or, qu’est-ce que le fascisme sinon la contestation et l’atteinte violente aux lois de la République ? Ces dérives peuvent provoquer dans notre pays une spirale de violence dont nul ne sait comment elle se terminera.
Le Gouvernement légitime et le Président de la République ne peuvent plus impunément laisser se développer ces violences car ils ont la responsabilité de la sécurité des biens et des personnes." (15
Juin 2016 )
"Vendredi dernier, des tags à caractère raciste ont été découverts sur le mur d’enceinte de la Grande Mosquée de Perpignan. (...) Les auteurs de tels actes doivent être déboussolés et perdus dans leur tête pour agir de la sorte. Ils sont plus à plaindre qu’à blâmer, même si bien évidemment ils doivent être poursuivis et condamnés." (12 Décembre 2016)
[N.B. : ce que Pujol désigne comme "tags à caractère raciste", était une svastika l'inscription "le arabe dehor", étalés sur l'un des murs extérieurs de la mosquée, dans le droit fil d'une série de bomnbages visant gendarmeries, permanences du PS, et donc mosquées (celle d'Elne ayant connu en outre un départ d'incendie). Quelques semaines plus tard, une demi-douzaine de militants locaux du PNF étaient placés en garde à vue. Pas de poursuites retenues... mais la série s'arrêta aussitôt.]
(à propos de l'élection de Trump) "Ils oublient, ces commentateurs, que Mme Le Pen – et cela se passe en France, chez nous – a eu des millions de voix, aux dernières élections régionales, sans pour autant pouvoir diriger une seule Région ! Ils oublient que le FN est majoritaire dans beaucoup de département... J’ai même lu sous la plume de quelques « experts patentés », concernant la victoire de
Trump, que ce vote sentait le souffre, « Que ça sentait mauvais »... Les mêmes experts qui, pendant des décennies, se sont tus contre les dictatures sud-américaines et/ ou communistes (18 Novembre 2016)
"A chaque rendez-vous électoral, la gauche nous a habitué à agiter le diable FN pour mieux nous faire
peur. C’est la même chanson, le même inépuisable (mais attention pas inusable) refrain." (14 Avril 2017)

"Récemment ont comparu devant la justice des militants baptisés « antifascistes » par les media, pour avoir brûlé une voiture de police en mai 2016, à Paris, lors des manifestations contre la loi El Khomri.
Les images de cette scène spectaculaire, d’une violence inouïe, ont fait le tour du monde. Quelques jours avant le procès, et au terme d’une enquête remarquablement menée et pourtant accusatrice, on nous apprend que la tentative d’assassinat à l’encontre des prévenus n’est plus retenue par la justice...(..) face aux « antifas » qui se révèlent être eux les fascistes affichés par leur mode d’opération dans les rues lors des manifestations, face à des « mélenchonades » ambigües, nébuleuses, la République doit se lever et savoir dire : stop ! Je rappellerai que les fascistes sont ceux qui agressent les gens,physiquement ou verbalement, qui attaquent les policiers..." (27 Septembre 2017)
"Ce communiqué a le mérite de nous rappeler que l’idéologie des élus communistes demeure fervente
même si elle n’est plus partagée. Je ne sais pas si les « dogmes libéraux ont fait du mal aux populations ». En revanche, tout le monde a pu constater que les dogmes communistes ont ruiné tous les pays qui les ont appliqués et provoqué la mort de 150 millions d’innocents." (24 Avril 2018)
[N.B. L'argument des millions de morts du communisme international est coutumier chez Pujol pour disqualifier ses contradicteurs, communistes ou pas, d'ailleurs. En juin 2017, il déclarait ainsi, quant aux opposants à un hommage à l'OAS : « Je préfèrerais qu’ils proposent l’érection d’une stèle à la mémoire des 150 millions de victimes du communisme ! Ils mènent un combat d’arrière garde, ils manifestent contre quatre personnes fusillées, ça leur permet d’oublier les victimes du communisme ». L'estimation des victimes des régimes"communistes" par les historiens sérieux est très éloignée de ces 150 millions répétés, et même le préfacier du Livre Noir, contesté par plusieurs de ses co-auteurs, évoque "près de 100 millions". Par contre, c'est ce chiffre de 150 millions qui est utilisé dans les milieux nationalistesultras, mais aussi, par un certain le Pen : https://www.liberation.fr/societe/1997/10/24/le-pen-recidive-il-denonce-le-judeo-centrisme_217590

"Ainsi, concernant cette tribu des « black blocs », des casseurs tout simplement, on a pu entendre Jean-Luc Mélenchon dénoncer, je le cite, « sans doute des éléments venus de l’extrême droite ». Alors que les « black blocs » revendiquaient tous en direct, sous les caméras, une action révolutionnaire derrière des slogans attribués à Che Guevara et se revendiquant « antifa », « libertaires », « anarchistes »,« zadistes » et je ne sais quoi encore. Le Che serait-il devenu soudainement le porte-parole des extrémistes de droite ? " (2 Mai 2018)

"Oui, il y a urgence à refonder notre code pénal vis-à-vis de ces « fous en liberté » , oui il y a urgence depasser de la parole aux actes. Il ne suffit pas de dire « il y a maintenant en France 13 000 fichés S » : il faut savoir ce qu’on en fait, prendre le problème à bras le corps. On ne peut plus s’abriter derrière de simples statistiques sans, en face, chercher et trouver des solutions pour éviter que ces individus
commettent le pire." (12 Décembre 2018)

Source : Blog officiel de Jean-Marc Pujol http://www.jeanmarcpujol.fr/

"

 
Voir aussi en la 8.08 minute et 9.16 de la première interview de J M Pujol

Le seul moment où le maire dépasse le "politiquement correct"

, c'est lorsque confirmant qu'il est à l'origine de l’érection de la stèle du cimetière nord hommage aux mort de l'OAS (pas ceux qu'ils ont provoqué) à la demandent d'associations algérianistes, celui-ci confirme au prétexte que tout le monde a le besoin d'honorer ses morts. Quand je le relance sur le fait que ce ne soit pas un simple hommage à l'OAS mais au commando Delta https://fr.wikipedia.org/wiki/Commando_Deltaet particulièrement la représentation de Degueldre à son exécution https://fr.wikipedia.org/wiki/Roger_Degueldre et que le dit "commando Delta" avait outre commis des attentats sanglants en "Algérie française" , il avait aussi poser des bombes en France métropolitaine notamment dans un cinéma à Paris où une enfant y perdra la vue. La réponse du maire est qu'à l'époque tout le monde faisait des attentats!

Perpignan/ Jean-Marc Pujol: Antifascistes, communistes, fichés S, peine de mort, guerre d'Algérie... un candidat Républicain dans le texte! par comité de vigilance antifasciste des PO
Perpignan/ Jean-Marc Pujol: Antifascistes, communistes, fichés S, peine de mort, guerre d'Algérie... un candidat Républicain dans le texte! par comité de vigilance antifasciste des PO
Perpignan/ Jean-Marc Pujol: Antifascistes, communistes, fichés S, peine de mort, guerre d'Algérie... un candidat Républicain dans le texte! par comité de vigilance antifasciste des PO

Partager cet article

Repost0
22 juin 2020 1 22 /06 /juin /2020 14:39

Dernière ligne droite avant le mur du deuxième tour des municipales déjà essoré par le contexte du premier tour , le confinement et le déconfinement où le Covid 19 circule encore. Une campagne lamentable avec ou sans maladie pulmonaire. Des candidats qui s'agiter en pensant incarner un truc ou un machin, et qui pensaient que ça serait suffisant pour être recrutable. Ils ne sont pas intéressés aux électeurs et à la ville , mais les électeurs le leur ont bien rendu.Vu que  l'intérêt pour la politique des candidats est le même que celui du moustique pour le lampadaire !

Alors l'archipel contre attaque a fait le bouleau jusqu'au bout en interviewant les finalistes.Il y aura eu trois débats auxquels nous n'aurons pas participé. Mais, à l'heure où nous écrivons, les deux que nous avons écouté ne nous aurons rien appris (on dit souvent "qu'un débat ne change, rien", oui, sûrement si celui-ci se contente de faire dans la banalité de l'exercice de style obligatoire, et qu'il enfile les questions et les lieux communs comme la viande et les légumes sur une brochette!) . La presse locale ou nationale en ces occasions à plus volonté de faire propre que d'interroger le réel. Et pourtant à Perpignan, il y a du réel à interroger, un réel qui n'en finit pas de déborder, comme les coups de feu et les blessés par balles au quartier St Jacques!

 

Perpignan:Vidéos interviews des candidats du deuxième tour Louis Aliot, Jean-Marc Pujol: il ne peut en rester qu'un! par Nicolas Caudeville
Perpignan:Vidéos interviews des candidats du deuxième tour Louis Aliot, Jean-Marc Pujol: il ne peut en rester qu'un! par Nicolas Caudeville
Perpignan:Vidéos interviews des candidats du deuxième tour Louis Aliot, Jean-Marc Pujol: il ne peut en rester qu'un! par Nicolas Caudeville
Perpignan:Vidéos interviews des candidats du deuxième tour Louis Aliot, Jean-Marc Pujol: il ne peut en rester qu'un! par Nicolas Caudeville
Perpignan:Vidéos interviews des candidats du deuxième tour Louis Aliot, Jean-Marc Pujol: il ne peut en rester qu'un! par Nicolas Caudeville
Perpignan:Vidéos interviews des candidats du deuxième tour Louis Aliot, Jean-Marc Pujol: il ne peut en rester qu'un! par Nicolas Caudeville

Partager cet article

Repost0
21 juin 2020 7 21 /06 /juin /2020 21:07

Toujours les réglements de comptes autour des guerre de territoires à Perpignan pour la drogue à l'immeuble Bétriu , ancien commissariat fermé par l'état Macron pour raison économique, comme la nature à horreur du vide, il s'y est ouvert un "four" lieu de transformation et de vente de la drogue qui a donné lieu à plusieurs séries échauffourées, avant Dijon,avec à la clef: une intervention correct mais virile de tchétchènes : ça fait désordre à une semaine du vote du second tour et à la veille du débat Aliot / Pujol sur France info au pied du Castillet (alias la place de la victoire)

Voir aussi:

Partager cet article

Repost0
21 juin 2020 7 21 /06 /juin /2020 18:54


Voici le7iéme parcours « hors des sentiers rebattus » (une série de découvertes destinées aux confinés, semi-confinés, semi-déconfinés ou déconfinés, pour visiter avec Jean autre chose que l’Empire State Building, Versailles ou Eurodysney…). Plutôt du rare, du méconnu, ou de l’insolite...
Nous avons déjà vu Rome, Porto, Berlin, Cesena, Cisternino, La Haye, Catane...

Aujourd’hui nous allons à 80 km de Barcelona, dans un site naturel saisissant de beauté, chargé de 1000 ans d’histoire humaine, et plutôt méconnu.Sant Miquel del Fai (Catalunya)
Toutes les pérégrinations « hors des sentiers rebattus » sont à voir ou revoir, compilées, sur l'« archipel contre-attaque... ».

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/hors%20des%20sentiers%20battus/

Partager cet article

Repost0
21 juin 2020 7 21 /06 /juin /2020 14:19
 
 
Crédit photo Mélina La

 

Peu importe les discours du gouvernement dont le chef de l'état est Emmanuel (comme un soleil ) Macron , les promesses seront systématiquement déçues pour ceux qui les croient:Figaro, seul, se promenant dans l’obscurité, dit du ton le plus sombre.
Ô femme ! femme ! femme ! créature faible et décevante !… nul animal créé ne peut manquer à son instinct : le tien est-il donc de tromper ?"
Yvan Duran et  Michael Meunier étaient en direct pour l'archipel contre attaque pour reparler de la situation du train de fret Perpignan Rungis en voix de disparition pour raison de destruction de certains wagons frigorifiques à Nîmes et du manque de garanties de la direction de la SNCF aux chargeurs du Marché St Charles de Perpignan. Aussi leur projet de présenter un documentaire et une exposition photos à ce sujet au parlement européen de Strasbourg avec Manuel Bompard. Pour relancer le débat sur le fret ferroviaire européen !
Perpignan / Rungis: coup de froid sur les wagons frigorifique! Quand le gouvernement fait que l'après soit comme avant! interview Yvan Duran et  Michael Meunier par Nicolas Caudeville

Partager cet article

Repost0
21 juin 2020 7 21 /06 /juin /2020 13:34

13 / Les nouvelles formes de la Guerre

Le langage de l’hypercapitalisme est celui de l’économie, et comme tel, c’est un langage de guerre. Le seul qui lui permette d’asseoir le pouvoir de ses féodalités mafieuses et d’assurer son extension planétaire. À l’image de son modèle féodal, le développement de l’hypercapitalisme exige donc d’envahir, de dévaster, de conquérir et de vassaliser.

La subordination de toute activité économique à une activité guerrière transforme toute économie de paix en économie de guerre. De même que le droit à une libre colonisation marchande attise tous les conflits guerriers, l’appel permanent à la violence et à la conquête nous confirme que l’intégrisme marchand n’a rien à envier à l’intégrisme religieux.

Puisque la guerre est un état d’exception qui légalise le crime, le développement d’une économie de guerre justifie la transformation de l’état de droit en état d’exception. Un tel état d’exception se substitue durablement à l’état de droit en transformant tout état de paix en état de guerre permanente.

Bien loin d’un affrontement de civilisations, le retour du fétichisme religieux, comme le transfert du fétichisme de la marchandise en fétichisme de la finance, témoignent de l’effondrement d’un modèle humaniste de civilisation héritier des Lumières qui reposait explicitement sur la raison, la logique, la vérification des faits et la pensée historique. La domination planétaire des barbaries marchandes, spéculatives et religieuses est la conséquence directe de cet effondrement.

De même que les féodalités mafieuses ont besoin de chômage pour entretenir la paix sociale, de peur pour imposer la suppression des avantages sociaux, elles ont besoin de chaos pour légitimer la mise en place d’un état d’exception. Cependant, leur constant recours à des dispositifs chaotiques les rend profondément instables et les rapproche, d’ailleurs, des anciennes sociétés féodales. Cette instabilité structurelle s’observe tout aussi bien dans les accords de libre-échange, que dans les alliances, mésalliances, désunions et conflits guerriers qui répondent aux exigences d’une libre circulation de marchandises solidaires dans leur principe, mais adverses dans leur pratique. Cette instabilité s’observe également dans le développement d’intégrismes religieux, marchands et financiers toujours concurrents et fatalement ennemis. Cette instabilité de nature exponentielle n’a pas de limite, sinon celle que pourrait lui imposer la destruction achevée et définitive de la planète.

Penser de manière raisonnée et globale la tactique guerrière des féodalités mafieuses, c’est ne plus séparer les campagnes militaires du Moyen-Orient des nouvelles formes de la colonisation en Afrique, en Asie, en Amérique Latine et en Europe. C’est ne plus dissocier le développement planétaire du terrorisme islamique et les accords internationaux de libre-échange. Toutes les féodalités militaro-industrielles entendent bien retourner à leur profit les guerres nationalistes et religieuses qu’elles soutiennent et entretiennent, tout comme elles se font fort de liquider les services publics, de privatiser la culture, de détruire l’instruction publique, d’ignorer les mises en garde écologistes et d’écraser les révoltes sociales.

C’est en ces termes que doivent être comprises les guerres qui existent déjà, comme celles qui vont s’étendre en Afrique, en Amérique du Sud, en Asie et en Europe. Elles ne différencient plus leurs ennemis, mais les condamnent tous, indifféremment. En portant les formes étatiques locales à leur effondrement, elles poussent l’idée d’État-nation jusqu’à son retournement.

Pour paraphraser la novlangue contemporaine, la profusion de « plans sociaux » anticipe toujours de futures « campagnes de libération » toujours menées au nom du « droit d’ingérence humanitaire ».

Après avoir produit des Ben-Laden « en série » pour lutter contre « le communisme », les apprentis sorciers du chaos ont modélisé en Irak, puis en Syrie, une opposition « démocratique » inféodée au jihadisme ; ils ont instrumentalisé une renaissance chiite, ouvert la région à l’influence de l’Iran, accordé les pleins pouvoirs à la puissance financière et religieuse de l’Arabie-Saoudite, détruit la Libye, liquidé Khadafi, négocié sans états d’âme avec Ankara, abandonné à nouveau les Kurdes, renforcé la corruption et la barbarie du gouvernement israélien, intensifié l’islamisation de l’Afrique, ouvert la porte au flux incontrôlable des réfugiés et des migrants, déstabilisé toute l’Amérique Latine.

Pour ruiner si durablement la planète tout entière, les nouvelles formes de la guerre ne se réduisent pas au seul spectacle des conflits locaux ; si elles contiennent leur médiatisation spectaculaire, elles ne s’y limitent pas. Leur vrai « théâtre d’opération » englobe la totalité des activités humaines, leurs déterminations et leurs attributs ainsi que leurs finalités et leurs modes opératoires. Cette « globalisation » guerrière reste le plus souvent invisible aux yeux des post-citoyens : si elle les affecte durablement dans leurs non-vies quotidiennes, elle tend nécessairement à être ignorée d’eux. Cette ignorance est elle-même l’un des attributs de cette « globalisation » guerrière.

La gestion de la paix comme un état de guerre fait appel à un nouveau « savoir » qui postule, en s’appropriant la technologie informatique, la confusion du virtuel et du réel. Selon les termes de la post-logique, les armes de destructions massives, qui ont été le prétexte à l’occupation de l’Irak, existent et simultanément n’existent pas. De même que la recherche virtuelle de telles armes a justifié une guerre, l’oubli de leur découverte a justifié l’excellence de l’occupation militaire.

Dans le monde réellement inversé du nouvel ordre féodal, le vrai n’est plus seulement un moment du faux, ils sont dorénavant devenus indifférents l’un à l’autre, et cette séparation achevée vient confirmer la disparition d’une vérité vérifiable.

La guerre moderne qui confond dans une même visée tacticienne les critères de vérité et les mensonges, épaissit « le brouillard de la guerre » dont parlait Clausewitz. Son degré d’abstraction, sa forme nécessairement déréalisée tend à ne considérer les morts que de manière virtuelle. Dans une sur-représentation médiatique, mais nécessairement indifférenciée, la part du crime est devenue de plus en plus obscure, de moins en moins identifiable. Les cibles s’équivalent, se superposent, se confondent, se remplacent ; il en va de même des conflits, qu’ils soient guerriers ou économiques. Cette confusion, ce chaos permanent s’étend aux victimes civiles, aux morts, aux blessés, aux chômeurs comme aux réfugiés. Pour la guerre moderne une telle confusion suppose que le front extérieur se confonde dorénavant avec le front intérieur. Sous sa forme spécifique, la guerre moderne tend à devenir une guerre civile généralisée.

Le 22 mars 2000, Mark Lombardi est retrouvé pendu dans son atelier. Un des tableaux du « suicidé » a retenu l’attention du FBI au lendemain des attentats islamistes du 11 septembre. Sur celui-ci apparaissent les noms des banques et des institutions liant la famille Bush à celle des Ben Laden.

La mort de Mark Lombardi nous informe sur la manière dont la Société du chaos gère toute remise en cause trop documentée sur sa domination.

Une société dans la gestion de laquelle s’est installée durablement un grand déficit de connaissances historiques, ne peut plus être conduite stratégiquement.

Tous les épisodes ici:

http://l.archipel.contre-attaque.over-blog.fr/tag/la%20societe%20du%20chaos/

Partager cet article

Repost0